Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2022 5 06 /05 /mai /2022 06:39


 

 

que disions-nous
à la marge de nos danses
quand nos brindilles défaillantes
frissonnèrent en une seule plainte

que disait-tu
à la marge du naufrage
quand rugissaient tes fibres
arquées d’incessantes bourrasques

que me disais-tu
à la marge de l’abîme
quand je braconnais le plaisir
sur tes vagues en abondance

que disions-nous
quand les ciels déposèrent
en provisoire offrande
leurs naufragés exaucés ?

©Claude Luezior
 
Extrait du recueil « Prêtresse » aux éditions L’Harmattan

 

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
3 avril 2022 7 03 /04 /avril /2022 06:35
MichelAnge - barthelemy


 


 
avec leurs rites
de la pensée
les souvenirs barbares
rugissent en moi
d'inépuisables courbes
telles des blessures
ne cessant leur agonie
 
me voilà confronté
au vivre qui s’épuise
à cet appel trépignant
ses impatiences
aux indicibles aveux
quand chuinte encore
le va-et-vient du tourment
 
pour avoir donné le feu
Prométhée souffre l’aigle
qui lacère son ventre
et savoure ses entrailles
pour avoir trop aimé
le voici proie
de l’implacable loi

être la plaie furieuse
qui enfle, machinale
au souvenir du temps
façonner le gouffre
s’y couler, s’y noyer
une nuit dernière
en résines d’éternité
 
l’épaisseur du noir
monte et m’envahit
suis-je encore homme
au parapet des vertiges
ou châle que l’on jette
quand s’inscrivent
d’autres passages ?

 
©Claude Luezior


 
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
14 février 2022 1 14 /02 /février /2022 07:40

 

            Grouillent et s’accumulent ses paroles, remplissant chaque silence, chaque parcelle d’espace. Dissertant sans cesse à propos de tout, mais essentiellement sur elles-mêmes. Comme pour se rassurer encore un peu davantage. Inépuisable caléidoscope du verbe qui s’effrite et se délite, pour finalement ne rien dire, ou si peu.

 

©Claude Luezior

in : Jusqu'à la cendre, Ed. Librairie-Galerie Racine, Paris, 2018
https://editions-lgr.fr/claude-luezior/                          
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2021 2 07 /12 /décembre /2021 07:36
"Persiennes vertes" Albert Marquet - 1944/1946


 


A ses persiennes tout juste entrouvertes, nos souvenirs de défroqués, une étreinte qui s’effiloche comme un drapeau usé par les vaines révérences du vent, deux-trois mouchoirs pendus sur une corde à l’italienne, une nuisette désormais inutile, quelques orgasmes, quelques serments, ses paradoxes devenus chauves-souris, bien des caresses que les heures ont momifiées, une poignée d’attentes, un encore trop futile, des silences, beaucoup de silences tels des miettes que même les étourneaux dédaignent, un tout dernier espoir évanoui, des ombres, beaucoup d’ombres sécrétées à la va-vite par un soleil en vadrouille, toute une vie : la mienne, la sienne, sur ce rebord de fenêtre à jamais desséché.

©Claude Luezior

in : Jusqu'à la cendre, Ed. Librairie-Galerie Racine, Paris, 2018

https://editions-lgr.fr/claude-luezior/                        
 
 

 

 


 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2021 4 28 /10 /octobre /2021 06:23


 


         Au cadastre de la pluie, un escargot toutes
antennes déployées, consciencieusement étale ses
transparences.
         Les salades semblent alignées pour l’inspec-
tion.
         Parade ou défilé de mode ?
         Seule la première semble l’élue, sur ces terres
vierges du potager.
         Frileuse caresse : là, l’escargot et son désir
pour une feuille.
         Juste pour elle, un baiser vernissé.
         Pour elle seule : une toute petite morsure
d’amour.

©Claude Luezior
in : Jusqu'à la cendre, Ed. Librairie-Galerie Racine, Paris, 2018 https://editions-lgr.fr/claude-luezior/                    
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2021 6 25 /09 /septembre /2021 06:35

 

Authentique aventure de l’esprit : la poésie
m’habite et me quitte : comme ma chienne,
elle s’enfuit, hume quelque herbe folle et
revient à pattes de mamours, tout museau
gorgé de senteurs, se câliner de moi…


©Claude Luezior
 

in : Jusqu'à la cendre, Ed. Librairie-Galerie Racine, Paris, 2018
https://editions-lgr.fr/claude-luezior/      
   
 
 
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
20 août 2021 5 20 /08 /août /2021 06:42

 

 

    Au revers de la mémoire, ces tranches de vie
défilant sur écran : la mienne, la leur, comme s’il y
avait vraiment différence.
    
    Vendanges inachevées ou pérégrinent
quelques finitudes.

 

    N’y a-t-il enfin d’histoire commune à tous ces
êtres ?

 

    Quand nous faisons partie d’un même miroir.


©Claude Luezior
 

in : Jusqu'à la cendre, Ed. Librairie-Galerie Racine, Paris, 2018

https://editions-lgr.fr/claude-luezior/          

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2021 5 16 /07 /juillet /2021 06:55
 
 
 
 
Mettre sous les verrous
les rumeurs féroces
qui rôdent et flottent
sans quille
 
sous les verrous, la faconde
celle d’un ténébreux tribun
qui bûcheronne son verbe
sans éloquence
 
Mettre sour pli
le brin subtil
d’un parfum
sans âge
 
le pli incertain
qui habite le murmure
de lèvres
sans péché
 
Mettre la main
à la pâte humaine
pour la soulager
sans merci
 
à la pâte qui lève
même sur les sables
d’un désert
sans ressource
 
Mettre le blé
en gerbes
pour honorer un soleil
sans détour
 
le blé en rayons de paille
furieusement dressés
hallebardes nourricières
sans effroi
 
Mettre le feu
aux parcelles du rêve
qui habitent nos cervelles
sans sommeil
 
le feu à ces urgences
que l’on croit si vitales
et qui nous dévorent
sans coup férir
 
Mettre la couleur
à ce caléidoscope
qui nous traverse
non sans peine
 
les couleurs qu’un infini
transfuse dans nos veines
et nos chairs attentives
sans que mort s’en suive
 
©Claude Luezior
 
Extrait du recueil « Clames » aux éditions Tituli
 
 
 
 

 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
6 juin 2021 7 06 /06 /juin /2021 06:36


 


 

 

Il s'est échappé. Oui, mon mot d'amour : échappé !

 

Je l'avais pourtant peaufiné, caressé, cajolé. Entre deux fièvres, il s'était blotti dans ma paume. Tel un chiot nouveau-né, il humait mes lignes de vie, devinant celle qu'il allait suivre, malgré quelques arborescences.

 

Dans le brouhaha de mes doigts qui pianotaient leurs phrases, il s'est fait la belle, clopinant sans doute vers quelques lettres que je n'ai pas écrites, sur un billet déchiré à la volée ou sur l'écran d'un portable jamais allumé.

 

Les mots d'amour sont des êtres bien étranges. Je crois que le mien n'avait pas encore les yeux ouverts...

 

Il était tout rose, potelé à souhait, trop bien nourri, sans doute. Aux mamelles du rêve où se concentrent les étoiles, les anneaux des planètes pour de vives fiançailles.

 

Un mot d'amour tout seul, perdu dans les jungles urbaines : ce n'est pas raisonnable. Si vous le trouvez, frigorifié au coin d'un square ou sous le linteau d'un porche, parlez-lui tout doucement. Racontez-lui mes paupières qui ne cessent de cligner à sa recherche, mes lèvres entrouvertes, mes bras en déshérence. Rassurez-le un peu, beaucoup, et surtout, surtout, passionnément.  Dites-lui que les arborescences de ma paume ne sont que des dessins post-modernes commis par un gaillard qui se voulait artiste. Et qu'en fait, il n'y a qu'une seule ligne de vie à suivre...

 

Les mots d'amour sont des petites choses, susceptibles parfois. Le mien avait un domicile fixe, niché au creux de ma main.


©Claude Luezior
 
 

 


 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
12 mai 2021 3 12 /05 /mai /2021 06:46


 

 

En bocaux, nous avons mis quelques mots. Comme ces confitures à l'automne des récoltes. Fruits d'une attention pur sucre, de soins que seule une marmite enceinte peut donner à sa progéniture. Brûlure des mots, brûlures des baies. Oui, la précieuse mixture est là, si bouillonnante qu'elle s'avère presque dangereuse. Elle requiert tout à la fois respect et savoir-faire, doigté et zeste de folie olfactive. D'un coup, le branlebas de combat va précipiter le concentré d'amour dans un bataillon de verreries disparates, soudainement transformées en coffres à trésor.


Et le verbe de se cristalliser en phrases, les adjectifs de luire tels des grains précieux, les ponctuations de gonfler une fois dernière en bulles d'or. Ici et là se coagulent poèmes et proses en laves chatoyantes, images nées du feu et de l'ombre, senteurs langagières tout droit échappées d'un bedonnant dictionnaire, fumets régionaux et grands crus d'assonances, moutonnements de rimes en vadrouille et rougeoiements d'italiques comme autant de sucs au bord de chemins perdus.


Dompté par la flamme, voici le graal des mots, tel un concentré de saveurs. Comme si le jardin de la pensée voulait exprimer ses bouquets avant une très longue pause, celle d'une claie ou d'une bibliothèque. Avant l'ultime renaissance sur rétine ou sur papille en extase.


©Claude Luezior
 
        

 


 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche