Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 janvier 2023 4 12 /01 /janvier /2023 07:17

Dessin : www.francetvinfo.fr/culture

Texte magnifique de révolte, juste et nécessaire offert par Jeanne Champel Grenier ( J. Dornac)


Des femmes qu'on tue parce qu'elles montrent leurs cheveux, des hommes qu'on torture et qu'on pend parce qu'ils défendent la liberté, des mères et des pères qui hurlent de douleur au pied des gibets...et partout des enfants qui crèvent de faim !
Un million de croix sur la Méditerranée !

 

À quel âge, la retraite pour eux ?

 

Poètes, je veux bien qu'on dise la force
des mots d'amour qui réconfortent
mais il faut se garder de croire
que nos paroles vont guérir
les suppliciés, c'est illusoire
Quelques miettes de bonté
ne vont guère multiplier
ni ranimer la raison morte

 

Un pain rassis et deux poissons
voilà bien ce que je leur offre
en quelques mots avec ma peine
car rien ne va ressusciter
l'amour, la joie et le respect
qui tissent des journées de paix
et d'humanité pérenne

 

Vont-ils accoster notre vie
nos frères et sœurs d'Outremonde
eux que nous avons démunis
à force de piller la terre
qui meurt de peur et de douleur ?
Mais quel silence la misère !
Rien qui n'empêche de dormir ?

 

Je veux bien qu'on dise la force
des sentiments qui réconfortent
la tendresse, la poésie
sur une musique sereine
mais RIEN ne vaudra la révolte
contre l'hérésie et la haine
rimant avec cent mille volts !

 

© Jeanne CHAMPEL GRENIER                                          
 

 
 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2022 2 20 /12 /décembre /2022 07:41
Tableau de Gustave Moreau : « Salomé dansant »


 

Pour toutes les personnes aimant la poésie et la peinture, je ne peux que recommander ce superbe recueil, n’hésitez pas à vous le procurer ! (Jean Dornac)

 

 

Elle est là, elle avance
corps face au spectateur
visage de profil
Armée de nudité
brodée, revendiquée
elle avance, elle est là
en place du bourreau
la tête de Saint Jean
sur un plateau d'argent

Blancheur de lait d'ânesse
des ivoires antiques
le corps dans un fourreau
de dentelle de soie..
Et brille sa peau blanche
qui fait rêver le roi

La tiare au lion de Perse
fleurs de lotus au ventre
elle avance et vous berce
déesse somnambule
prêtresse orientale
voilée de libellules

Rêvée, satin de Chine
peau de neige brodée
toute blanche elle avance
telle une épée dans l'air
au tranchant raffiné
de chryséléphantine

Elle avance en silence
ni luth, ni gong, ni sistre
aura de dessin pur
qui guidera l'artiste
au geste tendre et sûr
plus loin qu'il ne le pense

Rouge et or le décor
d'Orient fantasmé
Univers opposés :
Nudité et Mihrab
reliés par le peintre
Elle avance, elle danse
L'artiste a peaufiné
la châsse du mystère

Ainsi va l'Art sacré
tatouages des rêves
toujours inachevés
qui brûleront Moreau
sans cesse à fleur de peau

 

Extrait du superbe recueil : TABLEAUX D'UNE EXPOSITION, éditions France Libris
 
© Jeanne CHAMPEL GRENIER                                      
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2022 1 21 /11 /novembre /2022 07:36


Dessin de Jeanne Champel Grenier

 

Bleu, le ciel d'amplitude inespérée
Blanche, la terre sous les reins
Brûlante l'épée du soleil
Entre les branches d'orangers
Qui filtrent les rayons de feu

Au loin le duende des vagues
Sous leur résille de sel
Et par tièdes et tendres rafales
Le moussant parfum du jasmin
Qui déborde des jardins

Seul dans un corps en feu
Danse un cœur Carmen
Et son éventail qui vibre
Au filigrane orgueilleux
Du dangereux l'équilibre
Entre ollé et amen

Incluse dans la terre des ancêtres
Grenade au profond d'une fleur
Chuchoter et s'emplir le cœur
Des ''Légendes du Guatémala''
Castagnettes et guitarillas
De Miguel Angel Asturias

Rouge, le ciel d'amplitude dévoilée
Rouge, la terre sous les reins
Rouge, l'épée du soleil
Et sentir vibrer sur ses tempes
Les cigales des maracas
Et le son des bandjos
De Chichicasténango  

 

© Jeanne CHAMPEL GRENIER                              
 
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2022 3 12 /10 /octobre /2022 06:48
Dieu le Père, peinture de Giovanni Francesco Barbieri dit Le Guerchin (1591-1666). Galleria Sabauda Turin/Aurimages


Plainte immédiate à personne en danger

 

 

J'ai semé des miettes aux oiseaux
mais auparavant, j'ai nourri
le chat et le chien qui guettaient,
ventre aux aguets...
Providence et Vigilance, une absurdité ?

« On est responsable de ceux qu'on a apprivoisés »
a dit le Renard de sagesse futée
du seul Saint célèbre
capable de voler en avion:
le grand Saint Exupéry !
Et je voudrais savoir à partir de quand
cette loi entre en application chez les humains,
et quels en sont les bénéficiaires et récipiendaires

Car, si je jette un coup d'oeil alentour de l'homme
je vois beaucoup de laisser aller, de désastres
et beaucoup d'irresponsables addicts au hasard
qui fait si bien les choses, au ''C'était écrit''
ou ''Dieu pourvoira'',''Chacun pour soi'',
''pas de souci, l'humanité s'autorégule''
''l'Apocalypse est prévue pour ça''... etc etc...
Ô marasme civil et religieux de compensation !

 Il faut vraiment prier ventre à terre, pour ceux qui y croient
et disent avoir, par leurs prières
et leur ''sainteté désintéressée'',
la main sur les commandes pour
restaurer la ''Divine Providence'',
l'armée des anges bénévoles,
les anges gardiens, la ''Bonne Etoile'' pour tous
et le pain quotidien sonnant d'urgence
et trébuchant sur le pallier de chacun !

Car des questions se posent...et creusent de grands cratères
dans la foi en l'humain aussi bien qu'en Dieu
Le Grand patron n'a-t-il pas mis la clé sous la porte ?
Ma parole, n'aurait-il pas délocalisé son entreprise
sur d'autres planètes où la main d'oeuvre serait plus souple
et coûterait moins cher à éduquer ?

Avec humilité, en toute innocence, mais en urgence totale,
je demande poliment, le cœur battant de l'aile,
au Grand patron pressenti de cette multinationale illimitée
de revoir de toute urgence son programme
d'investissement sur la planète Terre,
de relire avec attention Saint Exupéry
et de nous faire ''une fleur'' :
de semer la poésie et le partage dans tous les esprits
avant que ne se St-Exupérissent en rêve
en avion ou en fusée interplanétaire
tous les innocents affamés du monde,
aussi nombreux que les grains de sable du désert,
sommés de se sacrifier pour des Logos
qui projettent d'aller ''faire leur blé''
Ailleurs où n'existent ni oiseau, ni renard, ni fleur
 

© Jeanne CHAMPEL GRENIER                          
 
 

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2022 5 08 /07 /juillet /2022 06:34
Illustration de Jeanne Champel Grenier


 

 

 

Il a dit à tout le poulailler :
-Taisez-vous, c'est Moi qui parle !
Il a dit à la basse-cour et à la haute cour
-C'est Moi qui décide !
Il a appelé ses potes
(épuisés, en compote) :
-Toi tu fais ça !
Toi, tu viens là ; toi, tu vas là-bas
et vous, voilà ce que vous avez à faire :
vous direz : OUI CHEF !
Rien à discuter !
Vous allez voir,(et entendre) on va s'éclater
Ils ne vont pas en revenir !

Ils ont dit :
-Et si on faisait...
-Pourquoi on ne ferait pas...
-Y en a qui disent...

Il a dit :
-Tous virés : Virés ! Virés !
Sauf toi, là-bas, ma jolie !!!

Ils se sont rassemblés
comme des moutons dans les rues...
tous, tous les pingouins qui avaient voté,
sans le savoir, pour la canicule
tous les chameaux, et dromadaires qui avaient votés,
sans le vouloir, pour la banquise
et ils ont crié :
-À bas LUI ! On voulait l'AUTRE !

Il a dit :
-Trop tard !
C'est celui qui dit qui est !
Voilà mon programme :

-À bas TOUS les autres !
Je vais monter des murs
démonter les échafaudages
brûler les échelles
noyer les ports
augmenter les montagnes
clouer les portes et fenêtres
ET LES BECS !
Je vais clouer aussi les avions
crever les bateaux
et flinguer les OVNI

Ils ont dit :
-Et bien ! Il ne fait pas de cadeaux !
Il a répondu :
SI !
À Noël: un colt à chaque enfant
qui a fait ses premiers pas !
Il n'est jamais trop tôt pour faire la loi !

Diriger, c'est du boulot :
Il faut flinguer tous les opposants
flinguer aussi les journalistes
et ne pas faire de taches
Alors repeindre la Maison Blanche (ou le Kremlin)
en ROUGE....3 couches

Il était cuit comme un homard
avait sifflé, cul sec, 1 litre de whisky (ou de vodka )
chanté : ''on les aura, tous les étrangers on les aura !''
Puis il est parti repousser les frontières
le bazooka à la boutonnière...

 

© Jeanne CHAMPEL GRENIER  ( Extrait du recueil : Terre adolescente-2015 )                                  
 
 

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
25 juin 2022 6 25 /06 /juin /2022 06:50


Editions Traversées, Belgique, ISBN : 9782931077047, 128 p., 2022

Recension de Jeanne Champel Grenier

 

Très beau livre de format carré 21/21dont l'élégante et sobre couverture au ton de sable brun présente en son centre une jaillissante et moderne création nommée ''composition'' (huile sur toile 80/80) de Jean-Pierre Moulin.
 
           Au seuil du livre, un émouvant liminaire rédigé par l'auteur. Rapide mais précis itinéraire de l'écriture depuis les préhistoires si adhérentes aux empreintes, jusqu'à nos jours où la personnalité se perd, se dilue dans l'abstraction la plus dénuée d'humanité.
 
          Tout poète, confronté aux affres du monde, ressent ce besoin de retour sur soi afin de convoquer les possibles forces positives de l'univers. La beauté de la nature nous y incite :
 
Tiens ! Voici la première abeille du matin
Qui va gouter son pollen
Dans le dictionnaire d'un million de fleurs...

 
Le monde se perd-il dans les dédales d'aspirations contraires et souvent néfastes, avec le danger de déshumanisation totale à brève échéance ? L'œil du poète nous rassure quant à ses facultés de cerner la beauté d'un instant céleste :
 
Opulence ( p 7)
 
Pour tout étendard
ces moires de lumière
 
Partage ( p 9)
 
ici prospèrent des turbulences
qu'un vent ponce et cisèle
en vitales déraisons...
 
et se comblent nos failles
où s'effrangent les agonies
de solitudes à tâtons

 
Néanmoins, nulle leçon, nulle débauche de sagesse fictive de la part d'un poète qui a ''fait ses preuves'' en sa vie d'honnête homme de sciences et de lettres, mais une simple constatation qui appelle à la modestie : ( p 11) car même si
 

le vent de l'âge....pourchasse la cendre des souvenirs
tapis au coin de mon âtre...il dépouille aussi ma carcasse d'inutiles rancœurs...
 
Et de plus, si selon les cohortes de Cassandre, le monde court à sa perte, l'auteur garde le cap que lui dictent ses sens premiers. Oui, le poète, le peintre, tout comme le chamane, gardent le sens de l'appel à témoigner d'une vie créative toujours située ''sur les franges de l'essentiel'' qui demeurent visibles, vivantes, pour celui qui sait voir:

 

Créer ( p 20)
 
Traduire une page blanche
qui crie sa virginité
se rebellant à mes lignes
pour d'ardentes fiançailles...

 


            Ce livre ''SUR LES FRANGES DE L'ESSENTIEL'' dans son entier, s'éloigne diamétralement des rythmes et proses compassées dont nous sommes noyés. Claude Luezior saisit d'emblée la ''substantifique moelle'' de l'expression poétique ; on est ''sur les franges'', certes, mais dans des ''franges'' vraies, terriblement originales en poésie. En témoignent les 128 pages de ce livre où s'épanouissent les poèmes d'amour : Coquillage, Flibuste, p.70, Rupture...
 
Je t'ouvrirai
dans les reflets
d'un ressac
tel un coquillage sacré
où luit la nacre
de tous les désirs

 
 Tous sont de véritables morceaux d'anthologie, sachant qu'il faudrait pour créer cette nouvelle anthologie convoquer l'essentiel des grands poètes de notre temps, sous une aurore boréale.

© Jeanne CHAMPEL GRENIER
 
 

 

 

 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
28 mai 2022 6 28 /05 /mai /2022 06:51

 

 

Il faisait déjà nuit
Prostrés devant la mer
Qu'ils venaient de quitter
Ils avaient fait un feu
Avec du bois flotté
Sur du papier froissé
Et quelques herbes sèches...

 

Ils n'étaient plus que deux
Elle et lui bien serrés,
Pieds nus, poches vidées
La braise les chauffait
Et sentait le fourneau
De la mère et du père
Là-bas où l'on grillait
Des poivrons, de l'agneau...

 

Mais ils n'avaient pas faim
Ni de pain, ni de rien
Juste de liberté
Leur vie était dehors...

 

Les flammes dans la nuit
Éclairaient leurs guenilles
D'étranges franges d'or...

 

© Jeanne CHAMPEL GRENIER
 ( Extrait du recueil : Terre adolescente-2015)
                         
 
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2022 7 01 /05 /mai /2022 06:56

Quelle chance d’avoir Jeanne parmi mes poètes et abonnés, ce jour, elle nous propose son roman avec la 4ème de couverture signée Claude Luezior et deux recensions :


Recension de Louis Delorme en 2017
et recension de Michel Lagrange POUR LA RÉÉDITION de ce livre en 2022

 

 

 


UN TRAIN POUR ODESSA-Jeanne Champel Grenier
                                                     Lecture de Louis Delorme

 

              Comme le dit Michel Lagrange dans sa lettre adressée à Jeanne Champel Grenier, on ne distingue pas ce qui est vrai de ce qui est imaginé, parce que tout est vérité dans ce livre émouvant !
Tout y est : la culture russe, les détails de la vie, la simplicité du quotidien, l'authenticité des personnages divisés en pro-ukrainiens et pro-russes, les horreurs du ''soviétisme''. Une documentation riche et précise nous permet de recréer les scènes, de suivre l'itinéraire de cette européenne : Anne, originaire du sud de la France et, qui, par ce voyage d'agrément en Russie, va au-devant de son destin comme si celui-ci était tracé de toute éternité.
             L'auteur est sous-jacente dans le personnage car elle y a mis beaucoup d'elle-même, de ses connaissances sur l'art, de ses propres activités de peintre et de poète. Mais elle a reconstitué à merveille l'atmosphère de la vie russe et des conditions d'existence dans un milieu où la liberté est loin d'aller de soi. L'histoire est bouleversante. L'amour profond d'Anne et de Nikholaï nous touche jusqu'aux larmes. Leur scène d'amour, page 51, est un morceau d'anthologie, d'une délicatesse inégalée, d'un érotisme poétique de la meilleure facture. C'est Anne, l'héroïne, qui raconte ;
« des mots russes passaient furtivement comme le lièvre des neiges sur ma peau et je sentais la chaleur de son haleine qui faisait courir des frissons de désir dans tout mon corps, et puis ce fut la suite haletante, la traque du saumon sauvage entre les pierres des cascades, la fuite malicieuse de la zibeline au creux secret des steppes et l'extase enfin oû nous nous retrouvions tremblants et couverts de sueur en plein cœur de notre feu intime dont les flammes baissaient un peu et dont les braises allaient couver jusqu'à la prochaine étincelle. »
Comme cela est sobrement dit !
             On se passionne pour cette équipe d'artistes : hommes et femmes qui ont voué leur vie au chant et à la musique et qui s'en vont donner des concerts de ville en ville. On les suit dans leurs tournées. On rêve avec eux devant la beauté du pays ; on se réchauffe à leur amitié. On tremble lorsque l'histoire tourne au cauchemar, à cause du régime totalitaire dont les prétendues investigations cherchent à faire un coupable idéal d'un innocent qui déplaît pour son sens élevé de la liberté de pensée et de parole. Le procès de Vichinsky ne date pas d'hier. Le goulag est, et demeure l'épée de Damoclès de ce pays.
Avant même les évènements que l'on sait à ce jour en 2017, l'auteur a eu la prémonition de ce qui attendait l'Ukraine dès 2014, date de l'écriture de ce roman.
             Cette histoire se lit d'une traite ; on ne se résout pas à en détacher ses yeux avant d'atteindre le point final ; et elle nous laisse une impression de plénitude, d'accomplissement, avec son dénouement imprévu. Un roman qui met en exergue la force de l'amour, celle de la liberté, celle aussi de la résilience. Un livre où la poésie ne perd jamais ses droits : les poèmes que Nikholaï écrit à destination d'Anne semblent avoir été traduits du russe. Une telle histoire pourrait très bien avoir fait la une des journaux, tant sa réalité est prégnante.
« Un train pour Odessa  » de Jeanne Champel Grenier : un livre à lire absolument.

                                                                        Louis Delorme (05 mai 2017)

 

* * *

 

Un train pour Odessa - Jeanne Champel Grenier
                   Livre édité en 2015, réédité en avril 2022 en rapport avec la guerre en Ukraine
                            ISBN 9 782382 682302- Edition France Libris - Prix 9 euros

                                                            en faveur de
                                      La Voix de l'Enfant -URGENCE UKRAINE
                                BP 301-75464 Paris cedex 10- CCP 15 301 75 P Paris

                                                  
                                                    Lecture de Michel Lagrange

             Le titre de ce livre : ''Un train pour Odessa'' prend aujourd'hui une actualité brûlante autant que tragique. Ce titre fait penser, allez savoir pourquoi, au ''Docteur Jivago''. Il y a des mots qui portent en eux une lumière et une aura non seulement géographique mais spirituelle. Et ce visage tendu sur la couverture du livre, aux yeux fermés, est d'une tension merveilleuse. Avant de lire ce livre, on est impatients, fébriles, comme si l'on embarquait sur le quai du Destin. On sait que ce sera de ces voyages qui changent le voyageur, et que l'on sera ''voyagé'' comme me le disait le peintre Soulages, plus qu'on ne voyagera....
                                                
             Je viens de redescendre du train pour Odessa. Ce fut un beau voyage atout cœur. Il y a des livres qui ont des intuitions qui échappent à leur auteur. Qui lèvent comme des fleurs prématurées alors que la neige épuise ses dernières blancheurs. Ce ''Train pour Odessa '' est l'un de ceux-là. L'histoire lui a donné, non pas un train d'avance selon un jeu de mots facile, mais une longueur d'avance, celle de l'intuition qui visite les vrais créateurs.
             Lire ce livre aujourd'hui lui confère une plénitude qui était en germe dans ses lignes. J'ai ''découvert'' ce livre cette fois-ci avec grande émotion. J'ai voyagé dans la ''longue fermeture éclair noire'' de l'enfilade des wagons, j'ai été associé à la bonne humeur affectueuse de mes compagnons de route ferroviaire, j'ai trinqué avec eux. Le bruit des rails et leur psalmodie géniale : ''Tolstoï Dostoïevski, Tolstoï Dostoïevski...'' je la garde au cœur encore et encore...Je pense à la Prose du Transsibérien'' de Blaise Cendras, musicalement parlant. Car la musique n'est jamais absente de ces phrases si sensibles, si tendres.
             Il y a dans l'oeuvre d'un écrivain un voyage qui paraît surpasser les autres, parce que les conditions sont réunies pour que le mot ''chef d'oeuvre'' vienne aux lèvres. Et de cela l'artiste n'est pas forcément conscient, je dirais même responsable. L'oeuvre lui échappe. Il y a une sorte de coïncidence épatante entre le projet, les moyens mis en œuvre, et le but envisagé. Celà me paraît le cas avec cet ouvrage de prose et de poésie mêlées comme les eaux d'une rivière généreuse.
               Les images s'envolent par les fenêtres mal jointes du train, celle, entre autres, de ces ''oiseaux...buvant la neige de leurs plumes''...Que de belles images, dont la beauté paraît naturelle, naïve au bon sens du mot ! Ou celle-ci, dans une remarquable scène amoureuse : ''il parlait dans mes cheveux''...On ne peut qu'admirer la justesse, la sainte simplicité de cette vision, de cette musique.
              L'incarcération due au sadisme politique d'un univers infernal est douloureusement ressentie par le lecteur. Quand le cerveau innocent lutte pour survivre et devient ''machine de guerre'', on est dans la résistance et cela fait se lever dans nos mémoires de nombreux témoignages russes et étrangers, ou français. Résistance, ce que l'on voit, ce que l'on vit aujourd'hui dans une Ukraine martyrisée.
               La fin inattendue de cette histoire ajoute l'horreur à l'horreur d'un régime inhumain jusqu'à l'extrême.
               Un sincère '' spassiva '' à l'auteur pour ce grand petit livre.
                                                                                                          
                                     Michel Lagrange
                          Lauréat de l'Académie Française

 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2022 6 23 /04 /avril /2022 07:18
Tableau intitulé « Jaune-Rouge-Bleu »


 

 

Petite et grandiose géométrie d'un monde d'harmonie
Escalier de lumière douce
liberté sereine en suspension dans l'infini
Profil pur d'un clair visage
Soleil voilé ou bien œil de nuit tendre... ouvert
Cerveau en lien direct avec le rêve et ses ailes
Intimité bleu pâle de l'univers
la pensée paisible établit des parallèles
communique des ondes bienfaisantes
élabore des plans calmes
baignés de silence

 

Trois damiers multicolores
de loin en loin se répondent,
donnent la perspective,
ouvrent l'espace et le temps
Une trompette-télescope rouge
et une triple bannière au vent
annoncent que la lumière du monde avance
mais que le soleil de l'Art se lève souvent à l'Est
au pays des aurores qui pensent
quand les tyrans oublient leur transe

 

Une forme serpentine noire, à droite
comme les courbes slaves des violons
signe de vie ondulatoire libre
ou bien sinisoïdale route de l'Ailleurs,
retient des plans colorés comme autant de patries
qui se chevauchent dans les coins, en douceur,
initiant de nouvelles partitions d' harmonie
où s'installe la planète des hommes dans la nuit
Dans l'angle droit, un signe mathématique
ou musical, sorte de dièse
signature énigmatique pour donner le ton
à ce monde intérieur positif et doux

 

Nulle agressivité, nulle menace
dans cette fluide et dansante géométrie de l'espace
Un chant qui s'inscrit sur la mappemonde de l'Art
entre silence cosmique et musique chromatique
Une mélodie aérienne signée Vassily Kandinsky
sans débord plaintif, ni flou, ni hésitation
Une écriture qui obéit aux rythmes des constellations
et qui s'en affranchit d'un trait net et pur
comme une vigoureuse toute fraîche révolution
où joie, spiritualité et silence pavoisent à l'unisson

 

© Jeanne CHAMPEL GRENIER

 

Texte en hommage aux peintres et artistes russes
ardents défenseurs de la liberté
qui n'ont pas tous pu échapper à la dictature
et qui ne méritent pas notre ostracisme


Vassily Kandinsky peintre spiritualiste abstrait,
né le 22 nov. 1866 à Moscou
mort le 13 déc. à Neuilly-sur-Seine
auteur de l'essai ''Du Spirituel dans l'art''
( voir Musée Pompidou)



 
 

 

 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
9 mars 2022 3 09 /03 /mars /2022 07:29

du monde … perd son latin 

Dessin de Jeanne Champel Grenier©

 

 

 

J'ai vu la Nuit arriver à l'Est

avec son troupeau apeuré

son cabas rouillé plein de bas filés

et de paroles noyées, saisies de glace

dans la passoire à idées du jour épuisé

 

Elle avançait, harassée de ressasser

l'horizon hérissé d'ombres

fussent-elles celles irisées du Bolchoï

rubans fleuris, barbes à papa et chapkas

spectacle fièvreux, toujours sur le qui-vive

Voix et moral incendiés par la tyranie punitive

l'espoir écrasé, l'avenir rasé au fil du rasoir

par des loups à visage de grand-mamans

''pour mieux vous manger mon enfant''

 

Elle avançait, la Nuit, souffle court

rageusement poussée par le vent mauvais

Certains disent qu'elle reculait

déjà au pied du jour suivant

pris dans les glaces d'un autre temps

Qu'en dis-tu Sergueï, y a-t-il un espoir

Dans tout ce blanc couvert de noir ?

Patience...On croit qu'il fait noir

 

Mais la Nuit, comme Mélanie

(les Slavent le savent toujours)

fait son nid au creux de mélanine

le temps d'un rêve suave en retard

Et hop ! Au soleil, elle devient Zagreb

un grain de beauté sur la main du jour

et plein de jalousies qui filtrent les regards

 

C'est glaçant mais c'est ainsi

on n'y voit que du feu

rien ne s'éteint dans la Nuit

partout des foyers hurlants

attisés par le mauvais vent

On a beau essayer de remonter ''l'Autan ''

on risque d'importer Levant

il y a tant d'eau trouble sous les ponts

subliminaux nippons!

 

Où trouver une chaude seconde d'espoir ?

L'horlo-geai a fait long feu

remplacé par la gelée de l'or-tolan

fiduciairement trop lourd et trop lent

On se perd dans la Nuit d'étang

à Grosny comme à Neverland

en silence, les yeux noyés de larmes

quand s'en vont, tout seuls, les enfants

 

Qui va calmer la Nuit des tanks ?

Compte-t-on sur la noirceur des banques ?

Qui va stopper ce monstrueux iceberg en dérive de l'Est

Ce tyran qui a peur du ''Mistral gagnant'' de l'Ouest ?

 

Courage Irina Nicolaï, Vassili, Igor, Alexis,Véra,

Ivan, Vladislav, Boris, Natacha...

D'ci peu, ensemble on trinquera

Ici on boit l'iode comme vous la vodka !

 

© Jeanne CHAMPEL GRENIER
 
 
 

 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche