Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2021 2 07 /09 /septembre /2021 06:37
Dessin de Jeanne Champel Grenier : Dame à l’hermine d’après Léonard da Vinci


 


De Delpht et d’ailleurs

 

 

Au temps où Hérédia situe ses Conquérants
En ces siècles mouvants découvreurs d'infinis...
Tout cernés par les eaux, il est de vieux pays
Où naquirent des peintres qu'on appelle Vermeer
Da Vinci, El Greco... tous Amoureux du beau
Il règne sur leurs murs une cartographie
Représentant les voies du commerce par mer
Car ces pays curieux furent vite vainqueurs
Des routes de la soie, des îles étrangères...


Les peintres nous invitent à ce partage intime
De grâce et de silence traversés de lumière
Qui éclairent le bois sous des vernis infimes
Vermeer a préparé et pilé ses pigments :
Terre de sienne et or, turquoise ou indigo
Pour peaufiner sans fin l'univers hollandais
Avec ce ''sfumato'' caressant l'air ambiant
Qui apporte aux portraits une note sacrée
Ah ! cette ombre qui vient velouter les tableaux !


Ainsi nous voyageons dans les siècles passés
Rien ne nous est caché du commerce des mondes
Au milieu des bateaux approchant ''Cipango''
Partis chercher du thé, du poivre, des aiguières
Se glisse le vaisseau de femmes brunes, blondes
Il passe sous nos yeux comme ardente prière
Nourrie de ces chefs d'oeuvre qui allument le rêve
Madones d'El Greco, Da Vinci- La Joconde ;
Une Dame à l'hermine, de Vermeer- La laitière…


Aucun de ces visages ne sacre le passé
Chacun nous suit des yeux, réanime l'instant
Femmes, elles existent sans la marque des siècles
Sans aucune violence et sans vulgarité
Hommes, lorsque l'instinct de possession vous mine  
Lisez en leur regard la paix qui les anime :
Féminité tranquille, la beauté pour message
Ces femmes sont passeurs de toute éternité
En leur vaisseau l'Amour traversera les âges


©Jeanne CHAMPEL GRENIER

 
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2021 6 31 /07 /juillet /2021 06:39
www.lci.fr/international/coronavirus le brésil dépasse le seuil des 3000 morts et s'enfonce dans la crise

 

 

Un temps pour périr ?

Il fait un temps
à ne pas mettre un chien
ni dehors ni dedans
un temps de miasmes
et dommages collatéraux
un temps de virus
qui aime le froid russe
et le soleil à l'eau
Il fait un temps
d'homme que l'on pique
comme un chien
pour éviter qu'il meure
Il fait un temps soit peu de rêve
qu'on en crêve
La mort aura beau faire
elle aura belle allure
du genre Baudelaire
sur toutes les coutures
Et pourtant...
chaque jour sans bruit
se lève une couvée d'aubes
nouvelles à visage d'enfant
dans le nid de la nuit...
 

© Jeanne CHAMPEL GRENIER


Extrait du recueil :
''La Vie dans l'âme'' 2020

 

 

 

 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2021 3 07 /07 /juillet /2021 06:35

 

 
 
Il fait si chaud sous le tilleul
Qu'à midi les abeilles dorment
Et que s'éternise l'aïeul
Parti faire un tour sous les ormes
 
On ne sait pas si la saison
Ira brûler jusqu'à la treille
Mais déjà dans les frondaisons
De violents tisons s'éveillent
 
Une voisine parle tout bas
À de silencieux visiteurs
Qui s'appellent iris ou lilas
Dans la mollesse de leurs fleurs
 
Vide s'est éteint le bassin
Entouré de plantes à thé
N'étaient-elles de frais coussins
Citronnelles d'éternité ?
 
Il reste de la menthe, à peine
Un émouvant sursaut de nerf
Couleur de cuivre de fontaine
Qui sèchera avant l'hiver
 
Et ce petit coin de houx vert
Qui pousse tendre début mai
Si dru sous le ciel ouvert
Ah ! Comment s'y clore à jamais !
 
 © Jeanne CHAMPEL GRENIER

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
23 juin 2021 3 23 /06 /juin /2021 06:32
Photo © Radio France - Claire Leys
 
 
 
 
Bleu, le ciel d'amplitude inespérée
Blanche, la terre sous les reins
Brûlante l'épée du soleil
Entre les branches d'orangers
Qui filtrent les rayons de feu
 
Au loin le chuchotement des vagues
Gonflées d'écume de sel
Et par tièdes et tendres rafales
Le moussant parfum du jasmin
Qui déborde des jardins
 
Incluse dans la terre de mes ancêtres
Comme insecte au sein d'une fleur
Je relis et m'emplis le cœur
Des ''Légendes du Guatémala''
De Miguel Angel Asturias
 
Rouge, le ciel d'amplitude dévoilée
Rouge, la terre sous les reins
Rouge, l'épée du soleil
J'entends contre mes tempes
Les cigales des maracas
Et le son des bandjos
De Chichicasténango
 
© Jeanne CHAMPEL GRENIER

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
30 mai 2021 7 30 /05 /mai /2021 06:27

 

( à Miloud Keddar)

 

 
 
Tu es parti sans un bruit
seul, dans l'ultime passage...
Quel est ce coup de vent
frappé à la porte de nos vies
en plein coeur de la nuit ?
Et depuis...Tout là-haut
si lourd, immense, insoutenable
le silence te colle à la peau
démesuré, inqualifiable
 
Bouche close, yeux fermés,
doigts tremblants
j'essaie de déplier l'absence
l'absence pieds et poings liés
d'abord en quatre
et puis en huit
en dix, en cent
en mille...
 
Et mon âme continue
jour après nuit...
Elle continuera
jusqu'à ce que j'entende
à nouveau le léger bruit
des mille et un déplis
de l'absence in-finie
 
Quelle est cette frayeur ?
Notre Amitié sans voix
nos mots éparpillés
et le vent de l'Ailleurs
nos âmes sous le bras !
 
Tu es parti de nuit
effaçant le désert
cette nappe mouvante
où l'on sert aux amis
la fraîcheur du thé vert
parfumé à la menthe
 
Le regard misérable
en cette nuit profonde
j'imagine ta route
qui cherche son chemin
et je compte et recompte
les moindres grains de sable
qui restent en suspens
aux quatre coins du monde
 
© Jeanne CHAMPEL GRENIER

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
18 mai 2021 2 18 /05 /mai /2021 06:30


 

 

 

Rien n'est moins aisé que d'écrire
Prendre le parti de la Beauté
qui frise parfois la démence
et respirer, pleurer, vivre à sa mesure
Il faut le lâcher- prise adolescent
la foi et la magie du chaman
une confiance ( qu'on fiance)
au Big bang créatif des pensées
obéir à la vive morsure du Vrai
et à la fièvre imaginative
pour mettre à jour la nuit
qui vous traverse
et vous enfante
avec ses fulgurances
Il faut un souffle vital d'enfer
pour assumer le coup de foudre
capable de sacrer ce qui ne doit périr
Il faut savoir écouter sa primitive mer
bercée d'hippocampes et de léviathan
cette eau qui éclabousse, souffle sur les brûlures
remue à la fois les épaves et les nacres
cette eau abreuvée de ciel et qui y retourne
tandis que brillent dans les replis du sombre
les attentives moires du mystère

 

Rien n'est moins aisé que d'écrire
décrypter l'indicible et livrer sa lumière
battue de troubles, plombée de galères
Il faut une vie...peut-être deux...

© Jeanne CHAMPEL GRENIER                  
 
20-4-2021

 
 

 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
25 avril 2021 7 25 /04 /avril /2021 07:02
Sommeil réparateur, Tableau de Vladimir Kush©


 

 

 

Alors la nuit... lorsqu'il fait beau...mezzo forte...pianissimo
Je dors d'un trait qui tombe à l'eau
C'est un sommeil qui irradie, des ors coulant sur les courtines
Voile funèbre ? Voile à berceau ?
Voilà le calme d'outre-flots qui se décline en fleurs d'épines
de longs calices en apnée qui se révèlent sans un bruit
des girofrêles ou des hublots selon la folie de la nuit
par où s'infiltrent les oiseaux, les sombréros, les boléros
C'est la question des rimes en haut
des Juliette et des Roméo...
Dans la verdeur du parfum d'eau, on ressent au fil de la peau
le bruissement des étamines mine de rien et c'est très beau
On goûte aussi à leurs couleurs mezzo forte... fortissimo
qui vous pianote un peu la peau

J'ai près de moi toutes les clés de cet orgue des profondeurs
celle du sommeil de prestige où tout vous est enfin rendu
La pesanteur n'existe plus ni ses poignantes adhérences
Les infinis bleus se mélangent, rien n'est perdu
La voix arrive à fleur de cœur :

« Laisse courir les turbulences qui ont tenté de te noyer
ton cœur est neuf et accordé à la symphonie positive
Vois-tu combien les jours s'éclairent à la lumière de tes nuits ?
Les jours vécus sont des mirages bien déployés
Prépare-toi au grand silence, toi l'intuitive ... »

© Jeanne CHAMPEL GRENIER                  

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
13 avril 2021 2 13 /04 /avril /2021 06:42
Catherine Chauloux - Poétiquement déjanté


 

Le poème qui amena la réponse humoristique sous forme de poème de Louis Delorme, publiée hier à ce lien :

http://www.couleurs-poesies-jdornac.com/2021/04/message-de-louis-delorme.html

 


   
Elle se jupe à fleur du matin et s'aurore les joues de menu fretin
Ses cheveux radieux se tobbogandent le soleil à genoux
et tous les papillons s'antennent les mains de poudrin de chou
Si le chat miaule mi-raisin, elle s'oreille de rire, se dent de cristal
et se petite langue de susurre...

 

Si le rouge-gorge se carousselle au soleil et se pschitte le dessoudézel
dans le ''senbon'' des groseilles ; elle se pelouse, se sable, se petit cailloute,
se mûre les doigts de sucre bleu et se petite fontaine la grande soif

 

Quand la rosée rosarum rosis se palatine sur la mousse
elle se roule d'hamamélis et se rire d'éclabousse

 

Je la trésor, elle m'escarboucle l'impossible du ciel, quand l'azur se pupille
dans le tendre de ses yeux où le miel se caramélise et se pluie

 

Elle liane ma joie, un peu plus chaque jour panda

 

© Jeanne CHAMPEL GRENIER      
 
 
 
 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
24 mars 2021 3 24 /03 /mars /2021 07:35
Photo Jdornac©

 

 

 
 
Un hameau sans nom, isolé
disparu de tout projet
un chemin qui se perd dans la forêt...
On hésite...
On écarte les lobélies et les genêts
on marche sur les fougères,
les pervenches de l'ombre, les orties
Avant d'atteindre la première porte
qui ouvre sur le vide
puisque tout l'intérieur est au sol
avec le toit écroulé sur la tête
On contourne le tas de pierrailles
plus rien...
Derrière un abreuvoir de pierre
qui coule et semble pleurer
son trop plein de solitude
on croise quelques tombes
basculées dans l'oubli
couvertes d'herbes et de mousses
où les morts sont tellement morts
qu'aucun nom n'a survécu
Seul un insecte, un capricorne
immobile et léger
s'interromp, surpris...
Il bouge lentement ses antennes alentour
comme pour pêcher des informations
tâte la pierre avec précaution
et semble s'interroger
sur le ''de profundis''
encore lisible 
et sur ma présence :
Est-ce l'irréversible qui revient ?
 
© Jeanne CHAMPEL GRENIER      
 
 
 
 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
15 février 2021 1 15 /02 /février /2021 05:32
Photo Émilie Grenier

 

( à Coline et Bilo, sur l'air de :
c'est une maison bleue -Maxime Leforestier)
 
 
C'est un petit panier
Il n'y rentre pas trois pommes
même en les serrant
il ne peut fermer
 
Un panier d'osier
de ceux qu'aiment bien les filles
pour transporter quoi ?
Du fil, une aiguille
et un napperon
à broder en somme
 
C'est un panier d'osier
tout rose et lumineux comme
le visage frais, les éclats de rire
des enfants des hommes
 
Il a un fermoir
qui ressemble à un sourire
et qui tient serré
rêves et secrets
et les mots pour rire
 
Des petits cailloux
y font un bruit de bisou
Quand on les secoue
on dirait des sous
 
C'est un petit panier
à deux anses et un couvercle
en osier tressé, il est tout petit
mais tient sur ses pieds
 
Et je l'offrirai
à Coline la coquine
qui transporte tout
son chat, sa cuisine
et vient voir Bilo
pour jouer là-haut
à cousin-cousine
 
C'est un petit panier
Il n'y rentre pas trois pommes
mais pour un doudou
le renard tout roux
il est vraiment chou !
 
© Jeanne CHAMPEL GRENIER      
 
 
 
 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche