Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2022 3 16 /11 /novembre /2022 07:44

Tableau :

PYTHIE, huile, 1993
(Exposé à Bruxelles, au Conservatoire Royal, en 1999.)
© Monique Thomassettie

 


Le front ailé
mais les chairs se révoltent
Tant que le verbe vole
fraternel il se plaît à souffler
Incarné
il revendique un nom
Ni plus ni moins que ses frères

 

Mon visage de vierge
enchante les uns  irrite les autres
Excédé me sort de la bouche
un diable décevant les premiers

 

Sous leur cloche de verre les Blanche-Neige
attendent le charmant baiser
Peu importe :
les cailloux charriés par les eaux de l'amour
en paroles austères s'entrechoquent
avant que de rouler au-dehors de la Terre
pour autour d'elle graviter
Satellites nous entraînant en ronde folle
survolant le village du monde
La Fête retrouvée
Nous graviterons en exode cosmique

 

Écrit en été 1994, ce poème est une page de L’ANGE DIAGONALE,
premier Volet de mon recueil TRIPTYQUE
(240 pages, Éd. Luce Wilquin avril 1997)


©Monique Thomassettie
         
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2022 6 08 /10 /octobre /2022 05:12


Tableau :
© Monique Thomassettie, Le Temps, huile, 1985
Tableau exposé à Bruxelles en 1986.
Collection particulière.


 

Plus perplexe qu’inquiète, elle considérait les barreaux qui lignaient le soleil, lui donnaient une apparence rayée, alors que c’est elle qui était prisonnière.
Non, elle ne se tracassait pas. Elle acceptait au contraire sa situation avec une philosophie qui lui sembla d’emblée la suite pratique et naturelle à cet idéal de sagesse auquel aboutissaient invariablement ses récurrentes et abstraites questions existentielles.
Si, jusqu’ici, sa sagesse avait été intuitive et pensée, il était enfin donné à cette potentialité de se manifester.
Cependant, une fatigue la gagna peu à peu, ses paupières luttant pour ne pas se fermer.
C’est dans ce battement de cils, dans le flou de cette entrouverture, que les barres lui parurent onduler.
Entre veille et sommeil, l’ondulation lui semblait tantôt glisser entre les barreaux rigides, tantôt être ces mêmes barres assouplies.
À la fois, elle voyait un serpent traverser aisément la barrière et elle voyait vibrer les durs degrés de celle-ci tandis que tombait leur peau métallique.
Il lui semblait comprendre que ce serpent qui se faufilait tout en dynamisant le grillage pouvait être lui-même celui-ci. D’autre part, elle se demandait vaguement si ce serpent n’avait pas pour maître ce soleil devenu pour elle inaccessible.
Enfin, avec une acuité paradoxalement réconfortante, elle réalisait que cette inaccessibilité constituait l’issue du dédale.
Qu’elle était sa propre issue.
Et que, en définitive, elle était et demeurait l’issue de notre condition !
Son réconfort venait d’avoir pu cerner et surtout accepter cette condition. De mieux savoir, et d’en tirer la leçon.
Ainsi, elle revenait à cette vieille Genèse. À un savoir qui ne lui barrait pas le chemin, mais qui le lui montrait arrivé à une certaine limite.


Extrait : Première page de :

© Monique Thomassettie

Le fruit d’Éden, c’est une bonté divine
poussée sur un arbre humaniste
au bout d’un souple bras

Roman serpentuel
philosophique et philopsychique

Éditions M o n é v e i L
Collection Niveaux de Conscience

(Écrit en 2008, publié en avril 2009)

 
 ©Monique Thomassettie
         
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
25 août 2022 4 25 /08 /août /2022 06:34
Monique Thomassettie "Les yeux dorés", huile, tableau de couverture de l'œuvre, 1993


 

 

Depuis ce rêve, il lui arrive en plein jour de penser :
Nom de déesse !
Parfois, elle varie : Non de déesse !
Ce non est résistance, défendant et protégeant une condition féminine.
En la voyant si sérieuse sur son jeu de cartes, les lèvres serrées et le front concentré, les habitué(e)s de la taverne seraient bien étonnés d’entendre les éclats de son âme !
C’est que son for(t) intérieur n’est pas triste.
Elle n’en a pas l’air. Mais ceux qui « savent » n’en ont jamais l’air, car ils ne s’en vantent pas.
De quel ordre, son savoir ?
D’un ordre onirique, le plus juste et le plus vrai.
Paul Valéry n’a-t-il pas dit : « Et le Songe est savoir ».
Elle a l’âme inductrice. À l’image de la Lune qui inspire. Inspirée par son âme, elle écrit en secret.
Ce dont elle ne se vante pas non plus, bien que sa plume reconnaisse ne pas savoir ! Moins elle sait, plus elle écrit !
N’est-ce pas une des raisons de l’écriture : s’interroger sans fin. Quand elle trouve des réponses, elle ne le proclame pas dans la mesure où elles ne sont jamais acquises.
Dès lors, ce recommencement a quelque chose du jeu, d’un autre jeu : avec soi-même. Et ce jeu prend parfois des formes paradoxalement… démonstrative ! Elle y démontre qu’elle ne sait pas !
Elle gagne rarement.
Dans le social jeu de cartes, c’est un peu pour cela, mais beaucoup pour la camaraderie (ne soyons pas négative), qu’on aime l’avoir pour partenaire.
En dépit – ou à cause ? – de ses échecs, elle joue rigoureusement et avec détachement.
Dans quelles dimensions joue-t-elle ? pourrait-on se demander.
Certes, la question pourrait se poser pour tous les joueurs.
Écrivant le jour, elle ne sait pas.
Rêvant la nuit, elle sait.
Depuis de longues années, sa plume cherche un lien entre ses pensées diurnes et ses visions nocturnes.*
 

©Monique Thomassettie

© Monique Thomassettie, extrait de son recueil de contes Nom de Déesse, paru aux éditions M o n é v e i L en janvier 2010. Titre du conte : 2004. Conte : 2008.http://www.pandesmuses.fr/no11/mt-nomdedeesse-extrait
 

         
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2022 1 04 /07 /juillet /2022 06:31

Par l’entremise de Claude Luezior, que je remercie, j’ai la joie de vous présenter une nouvelle poète qui rejoint l’équipe de Couleurs Poésie : Monique Thomassettie. J’espère que vous lui réserverez un très bon accueil !

* * * *

 

 

Question de Jean Dornac «  Souhaitez-vous utiliser un pseudo pour la publication ? »

Réponse de Monique Thomassettie :
Je ne prends et n’ai jamais pris de pseudo.
À 76 ans, j’ai derrière moi plus de 80 livres, dont l’édition en 1994 de mes poèmes d’adolescence (écrits dès 1962).
C’est dire si je m’assume. En tant qu’écrivain. Et en tant que peintre, même si je ne peins plus depuis 2000 (un millier d’œuvres plastiques).
Et je tiens à mon nom, car écrire, dessiner et peindre, c’est tout ce que j’ai jamais su faire dans ma vie . Certes, j’ai fait aussi une enfant merveilleuse  ! Et, durant dix ans, j’ai été responsable d’une collection de Poésie. Entre autres choses.
En 2008, j’ai créé mes éditions MonéveiL. Tout en publiant aussi ailleurs.
Pour l’heure, je n’ai pas de poèmes inédits, car je viens de les publier !
Si j’ai choisi ce recueil de 2008, c’est qu’il m’a semblé une bonne présentation d’un aspect de moi-même, puisque c’est la première fois que je serai sur votre site. J’ai donc d’autres aspects.


Tableau de couverture :
Mer et lumière (huile), 1976

 

D’aile ferme et amène *


Encore et toujours
elle va sur les eaux vénusiennes
voilée d’embruns
chaussée d’écume
au fil ondoyant
d’une ellipse de lune
qui fait le tour du monde
puis poursuit sa montée

Au cœur du Carré de Pégase
elle l’attend
d’aile ferme
et amène

 


* Extraits de À l’entrelacement de ma Tempérance, 2008
Tableau (huile) : Pégase, fragment, 1990

 

 

©Monique Thomassettie


     
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche