Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 06:52
collectiondartjaviermendez.fr.gd/Peinture-Suisse

 

 

 

« Clotilde, si tu es prête, nous partons maintenant, tu sais que nous ne pouvons aller vite avec notre vieille guimbarde qui ressemble plus, question vitesse, à une charrette qu’à une automobile. »
 
Sans plus attendre, ils commencent à rouler. Le tacot a fière allure avec toutes ces fleurs multicolores peintes sur la carrosserie : on dirait une prairie ambulante, généreuse et souriante. Mais le moteur ne rigole pas : il a des problèmes digestifs et manifeste sa mauvaise humeur par des borborygmes et divers bruits insolites et bruyants. Il est impossible aux deux passagers de regarder le paysage qui défile lentement, tant leur esprit est absorbé par le langage discordant de la machine tandis que leurs douloureuses oreilles lancent un appel à l’aide.
 
« Je pense, dit Clotilde, qu’une pause est nécessaire pour savourer quelques instants de silence. Viens, le ciel nous invite au bonheur et à je ne sais quelle ivresse tranquille, dans la contemplation et dans la paix. » Et ils garent leur voiture sur une plate-forme herbeuse. Ils ont la chance de trouver rapidement un chemin de terre qui leur semble prometteur.
 
Très vite, il se transforme en sentier et zigzague parmi les fougères, entre des arbres aux essences variées. Puis il contourne une ancienne maison forestière qui disparaît presque sous des guirlandes de clématites. Il s’exhale de toute cette végétation, à la fois sobre et luxuriante, un apaisement indéfinissable, une sérénité harmonieuse qui dénoue toutes les tensions. Ils sont sous le charme de cette forêt, mais ce qui les attend plus loin est absolument extraordinaire. Et c’est vrai : ils ne tardent pas à pénétrer dans un champ dont l’herbe est douce et moelleuse comme du velours. Plus ils avancent, plus ils ont l’impression d’entrer dans le parc d’un château du temps passé : ici des ormes imposants dont le feuillage traîne jusqu’à terre, abritent une combe verdoyante, là, un petit marécage dort, piqueté de fleurs violettes, plus loin, un bosquet de bouleaux accueille un troupeau de moutons et sa bergère. L’ensemble est si somptueux, si féerique que Pierre et Clotilde s’attendent à voir arriver le Prince Charmant sur un nuage d’or. Une joie douce et bienfaisante les enveloppe et ils restent là, immobiles, à boire, à petites goulées, toute cette beauté inattendue. Et sur la pointe des pieds, ils quittent ce domaine enchanté, qui restera imprimé dans leur cœur, tel un souvenir précieux.
 
©Michèle Freud




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 06:13
Photo Jean Dornac©

 

 
 
 
Dans un cabanon niché au creux d’une combe, vit Ernest. C’est mon ami, un poète qui va toujours où son cœur le porte. Malgré ses rides et ses cheveux blancs, il ressemble à un enfant car au  lieu d’ajouter des années à sa vie, il ajoute de la vie à ses années, il accumule les jeunesses successives. Ernest se promène toujours avec sa musette. Une fois, il m’a permis d’y jeter un coup d’œil. Alors, mon regard a plongé dans la caverne d’Ali Baba. J’y ai vu des ficelles arc-en-ciel, des boutons tout ronds comme des petits soleils, une grosse montre phosphorescente, un galet blanc poli par la mer, des coquillages colorés et chatoyants, j’y ai vu aussi un carnet de poésies, la clef des champs, une plume d’oie, un peu de lichen, du bois flotté sans oublier la clochette de Perlimpinpin pour réveiller les endormis qui ne voient jamais rien.
 
Et puis, Ernest a un de ces jardins : c’est l’exubérance, la folie, le délire ! Des fleurs de toutes les tailles, de toutes les couleurs s’épanouissent parmi les plantes grimpantes, les fougères, les graminées en touffes. Et j’aime son petit bois de roses trémières. Je m’y promène entre les hautes tiges, admirant la transparence des pétales, cueillant ici et là un conte, un poème, une chanson. Croyez-moi, le jardin d’Ernest c’est le jardin des délices, le jardin fou, le jardon de la poésie…
 
Un jour, il m’avoua qu’il perdait la mémoire et que son cerveau devait ressembler à un morceau de gruyère. Mais il ajouta, d’un air malicieux : « Dans les trous, j’ai semé toutes sortes de graines pour que mes méninges soient comme une prairie, visitées par les papillons, les oiseaux, les sauterelles, les petites grenouilles mais aussi par le soleil, la pluie, le vent et la neige. Oh je l’aime, cette prairie qui vit sa vie selon les saisons ».
 
Ernest, je me demande où vous trouvez de telles idées, peut-être dans le nid d’une pie, sur le diadème d’une fée, dans le bonnet d’un lutin ou sur la branche de l’arbre à histoires…
 
Oh mon ami, si vous n’existiez pas, il faudrait vous inventer ! Vous êtes un artiste, vous créez du bonheur autour de vous.
Si seulement vous pouviez changer notre terre en un jardin d’amour !
 
©Michèle Freud




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 06:45
Rêve de lumière – Michèle Freud
 
 
 
 
 
Un jour, en montagne, j’ai eu l’occasion de marcher dans un bois étrange avec des lichens qui pendaient de chaque rameau, d’énormes pierres moussues, une végétation luxuriante, exubérante. On aurait dit la forêt de la Belle au Bois dormant. Dans ce lieu insolite où planait une atmosphère mystérieuse, j’eus brusquement le sentiment que j’allais vivre des moments peu ordinaires. Tout mon être frissonnait de plaisir.
 
Soudain, je remarquai l’Arbre avec ses énormes branches tordues et noueuses, son tronc imposant dont l’écorce épaisse était sillonnée de rides profondes paraissant dessiner un pays imaginaire, peuplé d’êtres fabuleux. Avec les mains, j’explorai le contour de cet étrange royaume. Mais que se passait-il tout à coup ? Comme si j’avais prononcé la formule magique : « Sésame, ouvre-toi » le tronc tout doucement commença de s’ouvrir. Je me dis alors que je me trouvais devant un arbre extraordinaire : Il avait une porte et il était tout creux. Par curiosité, j’entrai dans cette drôle de maison. Aussitôt, avec un claquement sec, la porte se referma. C’était incroyable, incompréhensible car il n’y avait pas le moindre souffle de vent. Quand j’ai voulu sortir, ce fut impossible. La porte ne s’ouvrait pas. Or je n’avais pas peur. J’étais plutôt intriguée par le côté magique de la chose et puis le mystère qui planait autour de moi me ravigotait les méninges. J’étais en attente d’un événement hors du commun et c’était exaltant. Je n’eu pas à attendre longtemps car je me suis endormie brusquement comme si l’on m’avait fait boire un potion miracle. Et je fis un rêve merveilleux. Pourtant à mon réveil, j’avais tout oublié. Tout ? Pas exactement. Il me restait une impression de lumière douce, pure, inoubliable. Sans difficultés, cette fois, je sortis de ma cachette et légère, délestée de tous mes soucis, je pris mon envol au-dessus des prairies multicolores, ruisselantes de clarté…
 
©Michèle Freud



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 06:33
Une perle dans une décharge – Michèle Freud
 
 
 
C’est une gigantesque friche, recouverte de déchets de toutes sortes, qui forment d’énormes monticules, des ravins, des gorges, leu de travail insalubre de centaines d’enfants d’Asie, qui cherchent dans ce chaos surréaliste, cauchemardesque, nauséabond, de quoi survivre. Ils fouillent, exposés aux polluants, aux produits toxiques, aux fumées asphyxiantes de petits feux qui brûlent en permanence, essayant de récupérer des plastiques, du fer, des métaux précieux, du verre, des papiers, des cartons et même des quignons de pain dur.
 
Gosses les plus pauvres parmi les pauvres, crasseux, en haillons, ne mangeant pas à leur faim, n’allant pas à l’école, ils vivent comme des rats dans les entrailles d’une décharge…
 
Un jour, une petite fille, en fouillant dans cet océan de détritus, trouva, ô miracle, un livre ! Un livre, certes abîmé, sali mais un livre, avec des pages remplies de belles lettres et d’images de toutes les couleurs. Depuis son plus jeune âge, elle rêvait d’aller à l’école pour apprendre à lire. Un rêve malingre qui vivotait car elle le pensait irréalisable. Mais ce rêve, même timide, était comme un soleil. Sans perdre de temps, elle s’assoit sur un vieux bidon pour le feuilleter, sa joie est trop forte, elle ne peut pas attendre. Il y a des oiseaux et des ruisseaux qui chantent en elle, son corps se réchauffe. En tournant, en touchant les pages de ce livre, elle se sent vivante. Toutes ces images et ces dessins sont pour elle une île avec ses palmiers, ses cocotiers, ses oiseaux exotiques, la mer toute bleue et ses voiliers blancs. Elle a quitté la décharge, elle rêve, peut-être d’un pays où les enfants peuvent vivre simplement leur vie d’enfant…
 
C’est sans doute le rêve de tous ces enfants qui vivent dans les camps de réfugiés, dans les villes en guerre, de tous ces enfants qui sont bafoués, méprisés, abandonnés, handicapés, mal aimés.
 
Un rêve, c’est une force, un trésor, une richesse et en brisant un rêve, nous mutilons une âme…
 
©Michèle Freud
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 06:37
Chant d’amour – Michèle Freud
Photo J.Dornac©
 
 
 
 
 
Notre colline, au printemps, a bien des richesses à offrir. Elle est la vie, la beauté, la poésie, le rêve, avec ses petits jardins d’orchidées pourpres ou de cerises aux pétales délicieusement froissées, ses coulées d’aphyllantes, ses coronilles qui aspergent la terrasse de leur parfum volé aux anges, ses tapis de pois de senteur et de fleurs de lin, ses cascades de liserons qui carillonnent à tout vent la magnificence du monde. Quel somptueux cadeau que ce débordement de rose, de blanc, de vert, de bleu, d’or et de mauve ! Tout est harmonie et douceur, comme peint avec les innombrables ressources d’une palette magique. Telle une abeille, je butine, je frissonne de joie. Dans l’univers des fleurs sauvages, je sens vibrer en moi l’immensité de la vie universelle.
 
Aujourd’hui, je prendrai peut-être mon repas près des bonnes têtes ébouriffées des scabieuses. Je me contenterai d’une gorgée d’air, d’un bol de lumière, d’un peu de suc de la terre, de la splendeur des plantes et du chant des oiseaux. Et surtout que le temps se fasse lent pour que dure la magie de l’heure. Et si je l’invitais à venir prendre un café, peut-être suspendrait-il son vol, le temps d’un sourire à tous mes amis, le temps de donner à la jolie coccinelle qui vient de se poser sur ma main, de prendre son envol et de n’être plus qu’un point rouge dans l’azur…
 
Je crois que je viens d’apprivoiser le temps !
 
Et comme pour m’approuver, la mésange se met à zinzinuler…
 
©Michèle Freud



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 06:31
La roue – Michèle Freud
 
 
 
 
 
Il était une fois une roue, une vieille roue solitaire, qui dévalait à toute allure un petit chemin de terre. Heureusement qu’en fait de vélo, elle en connaissait un rayon ! Sans perdre les pédales, elle évita toutes les ornières, les petites et les grosses bosses, les rochers traîtres, les coups bas des cailloux pointus. Mais la roue n’en finissait pas de rouler en grinçant des dents, et les folles avoines s’agitaient pour se moquer d’elle : « Eh petite reine, qu’est-ce qui t’arrive ? Tu es toute tordue, tes rayons sont fracassés, et sans l’ombre d’un doute, tu me sembles crevée. Il est grand temps de prendre ta retraite ! »
 
Comme elles étaient cruelles ces herbes folles ! Que savaient-elles de sa vie ? Elle avait tant roulé sa bosse, sous le soleil et sous la pluie, dans la neige et dans le vent… Elle était bien courageuse, jamais à plat, jamais crevée. Elle en a connu des chemins et des routes. Elle était heureuse alors, elle rayonnait de bonheur. Il y a seulement un instant, elle savourait l’ivresse de la descente sur une petite route de montagne. Et puis, il y eut cet accident provoqué par un chauffard inconscient. Après ce choc terrible, son compagnon fut projeté en l’air comme un fétu de paille. Le vélo n’était plus qu’un amas de ferrailles. Une roue attirée par la pente quitta le lieu du drame. C’est elle que les herbes folles saluèrent avec cruauté. Pourquoi percer de flèches un cœur endolori ? La pauvre roue, blessée à mort, n’aspirait plus qu’au repos, rêvait d’un coin discret pour y finir ses jours. Soudain, son rêve devint réalité : en bas du sentier sur lequel elle rebondissait, une prairie l’accueillit avec douceur. Et la vieille roue, au milieu de ce champ fleuri semblait une couronne tressée de boutons d’or…
 
©Michèle Freud




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 06:32
La petite joie – Michèle Freud
 
 
 
 
 
C’était une petite joie qui voltigeait dans l’air tel un papillon.
 
Dans les rues, les gens marchaient, moroses, les yeux baissés. Seul un poète, un peu baladin, un peu clown, aperçut la petite joie. Il la trouva belle, habillée de rires, d’enthousiasme et de rêves et il tendit les mains pour l’accueillir. Il sentit alors sur sa peau, la petite joie frémir comme un être vivant. Le poète la contempla avec tant d’amour que subitement, il lui poussa des ailes. Il ne marchait plus, il dansait, il volait. Ô sublime légèreté, précieuse apesanteur !
 
« Regardez-moi » criait-il, je coquerelle, je valserine. Cette joie, je voudrais la partager avec vous mes amis les passants, avec vous les oiseaux, les arbres et les coccinelles, avec toi le hanneton tout craquelant et cliquetant, avec toi le chat qui ronronne sur le banc et toi le vent tripotant les herbes et frisottant le ruisseau et vous tous les rayons de soleil qui tombez en pluie d’étincelles.
 
Ecoutons le poète qui nous dit : « La vie peut être une histoire pleine d’aventures, de couleurs, de chansons. Elle crée à chaque instant de la poésie. Alors ouvrez les fenêtres de votre cœur pour y voir plus clair, pour y voir plus loin et partez cueillir les bourgeons de l’aurore…
 
©Michèle Freud




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 06:49
Prise de bec – Michèle Freud
 
 
 
 
 
« Dites donc les mecs, lance le chef de bande, vous êtes timbrés ou quoi ? Arrêtez votre tohu-bohu, on ne nous a pas demandé d’ambiancer la rue. Reluquez plutôt la gueuse ! Oh c’te touche ! Un vrai bâton de chaise ! Et sa bouille ? On dirait une pomme blette. Même si j’avais faim, j’en ferais pas mon repas. Et avec ça, fichue comme l’as de pic. Elle a l’air aussi à l’aise dans sa robe informe qu’un poisson dans un litre de porto ! Mais pour l’instant, je suis en train de me cailler le mou pour savoir si elle est vivante : elle est plantée là comme un piquet, toute raide. Mais v ‘là qu’elle ouvre sa gobeuse ».
 
« Vous les p’tits rigolos, les hurluberlus, vous vous croyez fortiches à dégoiser ainsi sur mon compte. Vous débloquez le gars, vous dévissez du cabochon. Mais toutes vos fariboles, vos boniments à la graisse d’oie, vos dingueries et vos guignolades, je me les balance par dessus l’épaule et je m’en bats la paupière. Vous vous prenez pour des durs, pour les balèzes du quartier, mais vous manquez de moelle, de jus. Par contre, des hannetons dans votre soupente, vous en avez à tire-larigot. Et puis, vous vous êtes déjà regardés ? Faites-donc fonctionner vos mirettes. Vous vous imaginez élancés comme un cyprès alors que vous avez le pétrousquin tout près du gazon, autrement dit, vous êtes bas du pont arrière. Je vous vois mal danser la girandole. Cela vous épate, ça vous en fiche plein les lanternes que ce mot là sorte de ma goule. Forcément, votre niveau intellectuel est nettement inférieur à celui de la mer. Vous ne pensez qu’à la gonflette de vos bras, tans que vos neurones se la coulent douce. Vous savez quoi ? Vous allez devenir des ramollis de la rotonde. Mais un cerveau, ça se muscle, bande de crétins indécrottables ! Moi, j’ai mon Petit Robert que j’aime à la folie. Avec lui, chaque soir, je m’enivre, je m’enlumine, je m’empolissonne, je m’ensniffe, je m’engouffre dans les mots, histoire de m’allumer les méninges. Un coup de lumière, t’y vois plus clair et ça change tout. Ah les mots ! Les mots crémeux, beurrés, fondants ou craquants sous la dent, les mots précieux et rares, tarabiscotés et tortueux, pittoresques et loufoques. Et que dire des mots endimanchés dans leur robe de bal, des mots si doux et si beaux qu’on leur voudrait des joues pour les embrasser ? Et puis, avez-vous déjà écouté la petite musique des mots ? Mais elle vous chavire, vous met sens dessus-dessous, vous donne la chair de poule, elle peut même vous faire gicler dans les étoiles, elle pourrait, j’en suis sûre, réenchanter le monde ! Tiens, tiens, c’est une petite lueur que j’aperçois dans vos yeux de merlans frits. Par hasard, commencerais-je à vous chambouler le palpitant ? Mais enfoncez-vous ça dans votre calebasse : pas question de vous fréquenter, les gars. J’aurais trop peur que vous effarouchiez mon pote-en-ciel. Et maintenant, tirez-vous de là, allez traîner vos grolles ailleurs, sinon ça va bouillir. J’ai en réserve un ouf énorme qui ne demande qu’à sortir de ma goule. Et quand ça va se produire, il va jaillir comme un boulet. Faites gaffe à votre théière, les mectons, une théière, c’est si délicat…
 
©Michèle Freud



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 06:50
Filou le clochard – Michèle Freud
 
 
 
 
 
Pour sûr qu’il était mal fagoté dans son costar fripé. Mais avec sa belle gueule d’amour et son langage fleuri, il plaisait aux dames de la haute. Pensez donc, on l’avait invité, lui Filou le clochard, à un mariage, un grand, un chic, un sélecte et en plus, on l’avait accueilli comme un prince.
 
Mais ce qui l’intéressait, c’était la bectance, la savoureuse, toute en finesse, en légèreté, celle qui vous fait saliver à grandes eaux, qui vous fait frétiller la langue et crépiter les papilles, celle qui vous met des arcs-en-ciel dans l’estom’ et vous glisse dans le réservoir à sensations des titillements paradisiaques, en un mot, celle qui rend la vie précieuse et attirante et cette vie-là, quand l’occase de présente, il faut la saisir à bras le corps et lui dire des mots d’amour.
 
Filou jubilait, il se fendait le moutardier, il affichait sa binette des grands jours car il allait pouvoir s’empiffrer et dans de la vaisselle de porcelaine bien reluisante de propreté, à croire que le soleil y avait pieuté toute une nuit tandis que la lune fricotait avec les étoiles. Ce n’était pas tous les jours qu’il se remplissait la marmite à ras bord. Et, à coup sûr, il ramènerait dans sa cambuse quelques ragotons de luxe avec en prime une poire pour la soif.
 
A mordre dans ce fruit avec tout le jus qui vous dégouline sur les babines et vous arrose abondamment le petit canal : voilà une coulée divine qui élargit considérablement le tableau des réjouissances.
 
Filou était donc à la fête, assis entre deux demoiselles d’honneur bien décidées à le faire causer. Certes, in ne donnait pas dans le transcendantal, mais il avait un de ces bagoûts à vous chamboter la cervelle. Mais, lui ne visait qu’une chose : se graisser le toboggan. Donc pas question de jacter pour l’instant. C’est qu’il y en avait de la marchandise dans les plats et si bien déguisée qu’il fallait se triturer la coloquinte pour deviner ce qui se tramait sous le masque. Heureusement qu’il y avait le menu et quel menu ! Un poème à lui tout seul, écrit avec de belles lettres dorées et tout plein de fioritures. Et le clochard lut, les papilles déjà émoustillées, la ribambelle de mets qui allaient bientôt illuminer son palais. Certes, la poésie n’était pas son pain quotidien, mais quand il la vit si chouettement fringuée, son palpitant se mit à recevoir des giclées musicales à faire danser le pape et les nonnettes. Filou a relu une fois, deux fois, trois fois le menu : les invités, eux, n’en finissaient pas de papoter : et je te jabote et je te jaspine et je te grillonne et je te lantiponne.
 
Mais depuis le temps qu’il affûtait ses meules, son estomac criait famine. Alors, il s’est penché vers sa voisine et lui a murmuré en pleurnichant : « C’est pas le tout, mais quand est-ce qu’on mange ? »
 
©Michèle Freud



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 07:41
Les galéjades de Fernand – Michèle Freud
 
 
 
 
 
 
« Fernand, tu es complètement azimuté, tu as les méninges qui déménagent car tu nous prends vraiment pour des attardés du bulbe. On sait que tu es fier d’avoir une imagination beaucoup plus fertile qu’une poêle à frire. N’empêche que tu n’as pas inventé le cachou rond… De toute façon, il ne faut jamais pousser mémère dans les orties. Cette fois-ci, tu dépasses largement les bornes. Entre ce que tu nous racontes et la réalité, il y a un gouffre, que dis-je, un océan et tu le franchis allègrement avec ton enthousiasme débordant de tous tes replis grassouillets. Tu crois nous épater, nous appâter, nous happer avec tes vantardises, tes ruses si grosses qu’elles nous cachent le soleil. Mais tu as tout faux, Fernand, tu te mets le doigt dans l’œil jusqu’à l’épaule, car ce que tu nous jettes en pleine tronche, on s’en tamponne le péroné, on s’en vaseline le coccyx et même, on s’en bassine la malle arrière ! Mais nous ne voulons plus être pris pour des gobeurs de grenouilles. Il est grand temps de changer de microsillon, le tien doit dater de Vercingétorix.
 
En tout cas, pour l’heure, ferme ta gloutonne et fais le mort car avec tes mots criards qui se bousculent au portillon, tu nous calcites les portugaises, tu nous brindilles le carafon. Tu peux être sûr que si tu avalais ta langue ou que tu allais te faire cuire des tortillas chez les indiens, on goûterait au nirvana.
 
Comme il serait divinement chouette alors, le silence, à siroter, à suçoter lentement avec gourmandise ! Sais-tu qu’il est devenu une denrée rare ? Bâfrer du silence, quel luxe ! Il faut dire qu’il en a ras la timbale d’être piétiné, houspillé, mutilé, chassé à coups de fusil, de tronçonneuse, de motos, de quad, de débroussailleuse, de bulldozer, d’hélicoptère, de transistors. Il en a tellement pris sur la patate, son cœur bat si fort à gros bouillons, qu’il n’en peut plus, le pauvre ! C’est la galère de toujours décamper. Mais il tient à bichonner son rêve, un rêve aussi beau qu’une jonquille au printemps : découvrir un petit coin de paradis, où sortiraient de terre, comme des fleurs, des pancartes avec ces mots : « Touche pas à mon silence ! »
 
Mais toi, le Fernand, on dirait qu’il te fait peur, te terrorise. Tu te goures dans les grandes largeurs, le silence n’est pas un monstre, au contraire. Avec lui, tu respires un bon coup, tu ouvres tes ailerons, ton imagination fait des galipettes. C’est pourquoi, il faut le défendre le silence, il faut le protéger comme un trésor, tu entends, Fernand, il faut le protéger comme un trésor…
 
©Michèle Freud



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche