Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 août 2021 6 07 /08 /août /2021 06:36


 

 

Parfois, un seul mot suffit.
Par exemple : « écoute… »
Un esprit en éveil
peut, à tout moment,
se trouver sur le qui-vive
et guetter le moindre bruit
porteur d’un incroyable bonheur
en train de se réaliser.

 

« écoute…
ouvre-toi à ce premier murmure
aux tonalités si confidentielles
échappé de la chambre des secrets
où dorment tant de trésors
rêvant d’être enfin exposés à l’air libre,
au soleil exempté des lois de ton esprit.

 

« écoute…
Et l’avenir deviendra vite aussi léger qu’une plume. »

 

©Michel Duprez
 
 
   

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
29 juin 2021 2 29 /06 /juin /2021 06:32


 

 

                                                                      À Jean DORNAC

Elle est la mie de pain
qui attire les oiseaux.
Elle est l’amie des Muses
qui fait chanter le ciel.
Ses paroles s’envolent
chacune à tour de rôle
pour retrouver l’amour.
L’amour, son meilleur ami,
devenu son amant.
Elle est la Mer du Nord,
appelée aussi « de Noordzee »,
où les représentants de deux communautés,
pourtant natifs d’un même pays,
mais aux avis très divergents,
se croisent rarement en cours de route
sans le sourire aux lèvres.
Elle est l’attendrissante mère
qui protège ses enfants
jusqu’à pousser l’amertume
à se donner la mort,
ce fléau dont l’espèce humaine
aimerait pouvoir enfin
s’en laver les mains.

 

©Michel Duprez
 

 

 


 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
23 mai 2021 7 23 /05 /mai /2021 06:29
www.yves.brette.biz


 


Comment ai-je pu être aussi naïf
pour ne pas me rendre compte qu’il s’agissait d’un piège :
accepter sans sourciller la théorie que mon héros favori,
maintes fois applaudi pour son extrême habilité
à lancer sans fin sa flèche au moment favorable
avec la précision d’une montre suisse,
aurait été à l’origine du fameux dicton
 « Tel est pris qui croyait prendre »,
allons, allons, restons un peu sérieux…
D’autant plus que le Tell à moi, il prend deux L !

 

Déjà qu’il me revient
qu’à l’époque où j’étais encore assis sur les bancs de l’école,
un tas de vilains garçons de mon âge
se moquaient de sa pomme,
ignorant qu’elle représentait la cible
que le pauvre Guillaume devait transpercer à tout prix
sur l’ordre du Bailli Gessler
pour que sa progéniture échappe à la mort.

 

à croire que mettre un doigt dans l’engrenage
et avoir plusieurs cordes à son arc
(alors qu’il usait, rappelez-vous, d’une arbalète)
serait bien un cas de figure attestant
qu’impossible n’est pas français.

 

Cela dit, que ma vie devienne un enfer si je mens :
au cours de la présentation de ce rapide exposé,
je n’ai jamais, au grand jamais, visé personne
et continue à nourrir l’espoir de sentir l’ange Guillaume
enfin complètement apaisé
la prochaine fois que je l’apercevrai
emportant le bonheur sur ses deux ailes.

 

©Michel Duprez                
 

 

 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
19 avril 2021 1 19 /04 /avril /2021 06:37


 

 

Voici mon serveur, il s’appelle Pilebook.
Vous pouvez lui faire confiance,
il est parfaitement clean,
aussi bien de face que de profil.
Alors, pour commencer,
voyons ce qui est proposé ce soir au menu…
Ah, voilà, nous y sommes…
Comme entrée, après une purée de pois
servie à la louche ou par le dos de la cuillère,
vous avez le choix
entre un nez en marmelade à la sauce hispanique
et un œil au beurre noir à la belge,
le premier enrichi d’une prune de pervenche made in Paris,
le second roulé dans la farine au goût sucré et si exquis
des gaufres de Bruxelles.
Ah non, pas de panique, on reste calme
avant d’écouter la suite :
Ainsi donc, en guise de plat principal,
nous vous recommandons vivement
soit un chausson de viande
agrémenté d’un froid de canard,
soit un authentique poisson d’avril
aromatisé d’un petit grain de folie.
Enfin, pour finir, on arrive au dessert
et, s’il-vous-plaît, ne restez pas là, comme ça, bouche bée !
Ce serait une erreur de supposer
que les carottes sont cuites.
On peut même dire que vous avez de la chance,
car, cerise sur le gâteau,
bien que j’aie opposé mon veto
à ce changement de protocole,
il a été décidé, ce soir,
que les loups ne se mangeraient pas entre eux.


©Michel Duprez          
 
 
 
 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
18 mars 2021 4 18 /03 /mars /2021 07:43


 

                                                                                    à Jean DORNAC

 

On ne fait pas carrière en poésie.
On creuse,
on rêve aussi parfois à ciel ouvert.
De temps en temps,
avec un peu de veine,
on parvient à accéder aux souterrains de la mémoire.
On ne fait pas carrière en poésie.
On fouille au fond des choses
pour mieux se rapprocher,
mine de rien,
du cœur d’un souvenir que les années
ont rendu indéfinissable.
On part en reconnaissance
dans l’espoir de réanimer
une émotion tombée dans l’oubli
et qui aimerait tant
être à nouveau ressentie.
On ne fait pas carrière en poésie,
même si vous avez fréquemment l’impression
que nous recherchons le bon filon
pour en extraire quelques pépites
d’un or qu’il vous sera formellement interdit
de comparer au silence

 

©Michel Duprez          
 
 
 
 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Je tiens à te remercier, mon cher Michel, de m'avoir dédié ton magnifique poème ! J'en suis très, très touché ! Jean

Partager cet article
Repost0
8 février 2021 1 08 /02 /février /2021 07:42
csidoc.com/blog/reflexions/descartes-au-lycee


 

 

Je pense, donc je suis ?
Peut-être.
Or, si j’en crois Descartes,
il me suffirait d’une simple pensée
pour être quelqu’un qui suit.
Quant à savoir vraiment qui je suis,
je n’en ai pas la moindre idée,
ou plutôt je suis en train de me demander
s’il ne me restait plus que l’embarras du choix
entre une majorité d’entre vous,
un maître incontesté
dont je serais devenu le disciple,
voire aussi, tout bêtement,
 personne d’autre que moi-même
à la recherche d’un sens à ce poème.

 

Ah, mais, maintenant que j’y pense :
ça y est, j’y suis !
Ton postulat, aussi génial que raisonnable,
m’avait carrément mis l’esprit
sens dessus dessous, Descartes

 

À présent, tais-toi, j’écris
et n’écoute plus désormais
que le cri du cœur,
le seul qui, d’après moi,
aurait  encore de la valeur.


©Michel Duprez          

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2021 6 02 /01 /janvier /2021 07:26


 


Si je crois ?
Non, je ne crois pas.

 

Je vois. On se croit plus malin,
tout d’un coup tout permis…
Mais alors, là, on croit rêver !

 

Un mot de plus, un seul,
et je sens que je pourrais vous avaler tout cru.

 

Je ne suis pas celui que vous croyez.
Croyez-moi si vous voulez :
j’ai beau passer des heures à vous écouter,
pour finir, je n’en crois pas mes oreilles
et n’ai d’ailleurs rien à confesser
qui ne soit déjà connu.

 

Le seul dieu que je reconnaisse
est celui qui, depuis ma naissance,
m’a accepté tel que je suis
et veille à l’intérieur de moi
sans discontinuer
comme au chevet d’un enfant
fatigué par ses récents voyages
à travers le temps encore accessible.

 

évidemment, il m’est arrivé à certains moments
à moi aussi d’espérer,
d’être en proie à l’incertitude
plutôt que de me rendre à l’évidence.
Et combien de fois aussi n’ai-je pas dû
me démener comme un diable
afin que tout porte à croire
que la poésie est bien ma profession de foi.

 


©Michel Duprez
 
 
 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2020 2 01 /12 /décembre /2020 07:38
Photo du site : effervesciences.info
 
 
 
Pour vous résumer la situation,
c’est parti comme un coup de feu
jusqu’à me transpercer le tympan.
J’avoue n’avoir rien vu venir,
ni perçu précédemment aucun sous-entendu.
J’avais l’impression d’être encore dans la lune
et d’allumer les fusées éclairantes
d’un ultime appel de détresse,
embarqué malgré moi
dans une aventure aux péripéties
plus que rocambolesques,
à bord d’un engin affrontant
le souffle enragé d’un monde imaginaire.
Après quoi, tiré d’affaire et libre d’élire,
parmi l’une ou l’autre idée a priori déjà bien avancée,
la plus apte à produire en vous
un tas d’effets secondaires,
il m’a suffi d’être moi-même
et de prouver par écrit
que l’arrivée d’un premier jet
a toujours lieu par surprise.
 
©Michel Duprez
 
 
 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
26 octobre 2020 1 26 /10 /octobre /2020 07:30
Mot à mot comme goutte à goutte…

 
 
 
Le premier mot appartient au pur hasard,
le deuxième à un choix généralement audacieux,
le troisième à l’humeur du moment,
le quatrième au mode opératoire,
le cinquième au sens de l’humour,
les vingt suivants,
y compris ceux qui ne sont compris qu’à demi,
à un tempo qui déchire.
Quant au dernier, il est à moi, rien qu’à moi.
Si, si, j’insiste.
Il n’est pas question de changer la donne :
ajoutez-le sur mon ardoise.
Faites-moi confiance,
on réglera bientôt ça entre nous
dès qu’une autre opportunité
se présentera
dans de meilleures conditions.
 
©Michel Duprez
 
 
 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
27 septembre 2020 7 27 /09 /septembre /2020 06:29
Le poète et son épouse à Rome

 

 
 
Rome antique, éternelle, envoûtante…
À force d’entendre dire aux quatre coins du monde
que tous les chemins mènent à Rome,
elle et moi étions si impatients
de nous retrouver au plus vite là-bas.
 
Là-bas,
un de ces lieux tellement rares où il fait bon vivre
et où les conditions idéales sont réunies
pour que l’amour sache user de son empire
sans pour autant vendre son âme
ou exiger la moindre compensation en retour.
 
Là-bas,
où, rien que pour nous,
chante une fontaine de jouvence,
et où la baignade est pourtant interdite
aux communs des mortels.
 
Là-bas,
où frétillent mille sources entourées de mousse
officiellement placées sous la haute protection
de Neptune, ses chevaux, ses tritons,
et qui, malgré un afflux
à tel point permanent de visiteurs étrangers
que l’on pourrait facilement y perdre son latin,
occupera toujours une place de choix
parmi nos souvenirs les plus romantiques.
 
©Michel Duprez
 
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche