Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 15:21
Demain matin – Robert Bonnefoy
 
 
 
 
DEMAIN matin très tôt, au coeur de la froidure,
DES que le clair obscur se teintera de blanc,
L'AUBE me fera voir son gel sur la verdure...
 
À l’instant mon destin sera sans faux-semblant :
L'HEURE m’enlacera dans l'épreuve trop dure
OU je m’avancerai heureux et non tremblant.
 
BLANCHI par un soleil à l’âme sans bordure,
LA brume moulera l’horizon accablant :
CAMPAGNE hors du temps au cadran qui perdure…
 
JE me sens tout petit, élève et redoublant,
PARTIRAI - je serein, léger, sans procédure ?
VOIS - tu j’ai soif de Toi, de Ton Amour troublant,
TU m’attends pour calmer tout ce mal que j’endure…
 
Sonnet en acrostiche Robert Bonnefoy©
D’après Victor Hugo... (A sa fille...)
 




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 07:29
La complainte de Rutebeuf - Robert Bonnefoy
J’ai le bonheur et l’honneur d’accueillir parmi nous Robert Bonnefoy ! Bienvenue à lui ! (Jean Dornac)
 
 
 
 
 
Que reste t'il des feux qui brûlaient dans mon âtre,
Sont-ils à tout jamais éteints dans ma maison ?
Mes brins d'amours sont froids et couvrent ma saison ;
Amis, ce soir, tout seul, la cendre m'est noirâtre...
 
Devenus trop grisants, j'ai songé sans débattre
Que mes mots soient blessants jusqu'à la déraison :
J'avais peur d'être fou, petit dans la raison,
De froisser le bon droit, de n'être qu'un bellâtre.
 
Si loin que je peux voir mon être est désormais
Près de ses souvenirs parfumés dans la moire,
Tenus en grand secret, et rangés dans l’armoire...
 
Et dès lors, fatigué, je pleure, réprimé,
Tant pour tout ce gâchis qu'en regret sublimé...
Aimés, ils sont gravés au cœur de mon grimoire.
 
Sonnet en Acrostiche Robert Bonnefoy©
Rutebeuf (1230-1285)




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 07:48

 

complainte.jpg

http://navegaciones.blogspot.fr/2010_10_01_archive.html



QUE reste t'il des feux qui brûlaient dans mon âtre,
SONT-ils à tout jamais éteints dans ma maison ?
MES brins d'amours sont froids et couvrent ma saison ;
AMIS, ce soir, tout seul, la cendre m'est noirâtre...

DEVENUS trop grisants, j'ai songé sans débattre
QUE mes mots soient blessants jusqu'à la déraison :
J'AVAIS peur d'être fou, petit dans la raison,
DE froisser le bon droit, de n'être qu'un bellâtre.

SI loin que je peux voir mon être est désormais
PRES de ses souvenirs parfumés dans la moire,
TENUS en grand secret, et rangés dans l’armoire...

ET dès lors, fatigué, je pleure, réprimé,
TANT pour tout ce gâchis qu'en regret sublimé...
AIME mais trop âgé, je ferme mon grimoire.

© Robert Bonnefoy
22 avril 2012

Ruteboeuf (1230-1285)



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits.

Repost 0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche