Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 07:54

SOUHAIT

Chers enfants de demain
mon cœur vous imagine
ma pensée vous dessine
et je vous tends la main

Là-bas sur le chemin
que la vie vous destine
si loin de vos racines
demeurez des humains

Et marchez sur nos traces
pour faire votre place
mais ne nous suivez pas

Sur les idées étroites
les raisons maladroites
abandonnez nos pas

 

Louis Delorme

Desiderio

 

Cari figli del domani

Il mio cuore v’immagina

Il mio pensiero v’illumina

A voi tendo le mani

 

Laggiù sul cammino

Che la vita vi dona

Così lontano dalle origini

Rimanete umani

 

E camminate sulle nostre orme

per creare le vostre forme

Ma non seguite i nostri falsi

 

Sia per le idee giuste

Che per le ragioni ingiuste

Abbandonate i nostri passi

 

Francesco Casuscelli

 

 

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2019 3 30 /01 /janvier /2019 04:24

Escale à Lyon

Printemps en floraison

Métro Monplaisir

et vous découvrir

Villa Frères Lumières

Comme un cadeau offert

On prend l’escalier

Au plafond ouvragé

Au détour du salon

Des reportages à foison

Géniales pitreries

Tout n’est que douce folie

 

Voyage, voyage

Au gré des images

D’un autre temps

Et pourtant

Je vous entends

Je vous respire

Au-delà des souvenirs

Auguste, Antoine et Louis

Je suis votre amie

Je suis si bien

et je sens le romarin

qui parfume le jardin

 

Des  4 coins du monde

Une fabuleuse ronde

pied de nez au labeur

de tous les travailleurs

Plongeurs  et forgerons

Ouvriers et piétons

D’arroseurs arrosés

et Pétanqueurs pompiers

la lanterne magique

Défit le tragique

A La sortie de l’usine

Les figures s’illuminent

 

Voyage, voyage

Au gré des images

D’un autre temps

Et pourtant

Je vous entends

Je vous respire

Au-delà des souvenirs

Je suis si bien

et je sens le romarin

qui parfume le jardin

 

Capter l’instant

Des jeux d’enfant

La petite fille s’entête

et n’en fait qu’à sa tête

Villa Frères lumières

Auguste, Antoine et Louis

On s’amuse et on rit

Témoins extraordinaires

D’un peuple qu’ils éclairent

De leur amour infini

 

©Florence Issac

 

Sosta a Lione

primavera in fiore

metrò Montplaisir

e scoprirvi

villa fratelli Lumieres

come ricevere  un dono

prendiamo le scale

dal soffitto decorato

all’angolo del salone

fotogrammi a profusione

fantastiche buffonate 

tutto è solo dolce follia

 

Viaggiare, viaggiare

seguendo le immagini

di altri tempi

eppure

vi sento

vi respiro

oltre i ricordi

Augusto, Antonio e Luigi

sono una vostra amica

sono felice

e sento il rosmarino

che profuma il giardino

 

Dai quattro angoli del mondo

un favoloso girotondo

niente a che fare con il lavoro

di tutti i lavoratori

muratori e fabbri

operai e pedoni

irrigatori bagnati

e giocatori pompieri

la lanterna magica

una sfida tragica

all’uscita della fabbrica

le figure s’illuminano  

 

Viaggiare, viaggiare

secondo le immagini

di altri tempi

eppure

vi sento

vi respiro

oltre i ricordi

sono felice

e sento il rosmarino

che profuma il giardino

 

Catturo il momento

dei giochi da bambini

la bambina è testarda

e ne fa quanto una matta

villa fratelli lumières

Augusto, Antonio e Luigi

ci divertiamo e ridiamo

testimoni straordinari

di un popolo illuminato

del loro amore infinito

 

©Francesco Casuscelli

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2019 2 08 /01 /janvier /2019 04:03

L’épouvantail est mal en point

qui garde le bois de mes rêves.

Qu’importe ! les corbeaux qui ne trouvaient plus rien

sont partis voir ailleurs,

rechercher leurs agapes

et, dans ma pauvre tête,

plus blanche que la neige

que reste-t-il de bon,

de frais,

de parfumé ?

Oh ! si je le savais,

ce serait suffisant pour que changent les choses,

pour retrouver de moi

ne fût-ce qu’un semblant d’image

que j’aurais du plaisir à regarder.

Au fond l’épouvantail a peur

de ne plus faire peur...

qu’à son ombre elle-même.

 

©Louis Delorme

 

Lo spaventapasseri è malandato

Chi proteggerà il campo dei miei sogni.

A chi importa! Anche i corvi che non trovando più niente

sono partiti altrove,

a cercare i loro banchetti

e, nella mia povera testa,

più bianca della neve

cosa vi resta di buono,

delle tasse,

delle sensazioni?

Oh se lo potessi sapere!

Sarebbe sufficiente per poter cambiare ognicosa,

per ritrovarmi

in nient’altro che un’immagine somigliante

che avrei il piacere di riguardare.

Alla fine lo spaventapasseri ha paura

di non fare più paura...

che alla sua stessa ombra.

 

Francesco Casuscelli

Partager cet article

Repost0
21 avril 2018 6 21 /04 /avril /2018 03:54
Oeuvre d'Honoré Daumier

 

buvez !
comme le rouge-gorge
boit l’arc-en-ciel
comme l’archipel
boit sa lagune
et la fougère
son sous-bois
 
buvez !
à la source
qui fait la fête
au miroir
du puits
où culbutent
vos songes
 
buvez !
le calice
de droit divin
le sang
de la prière
sur l’autel
du pardon
 
buvez !
à l’aune
de vos élans
à la mesure
de votre désir
à gorge
déployée
 
buvez !
de vos lèvres
jusqu’à ce que vie
s’en suive
buvez jusqu’à plus soif
et surtout
buvez-moi !  

 
©Claude Luezior   
Bevete!
come il pettirosso
beve l’arcobaleno
come l’arcipelago
beve la sua laguna
e la felce
il suo sottobosco
 
Bevete!
alla fonte
che fa la festa
allo specchio
del pozzo
dove cadono
i vostri sogni
 
Bevete!
il calice
del diritto divino
il sangue
della preghiera
sull’altare
del perdono
 
Bevete!
dal cortile
da cui vi lanciate
alla volta
dei vostri desideri
a gola
spiegata
 
Bevete!
dalle vostre labbra
fino a quando la vita
fugge via
bevete finché non avete più sete
e soprattutto
bevetemi!
 
Francesco Casuscelli

 

Partager cet article

Repost0
4 février 2018 7 04 /02 /février /2018 05:47
Je voudrais t’offrir
 
Je voudrais t’offrir le monde entier
Toi qui es si généreuse et sans hésiter !
Mais que puis-je t’offrir
Tu possèdes déjà tout, des pleurs aux rires ?
 
Ta beauté est à nulle autre pareille
Tant à l’extérieur que dans ton cœur
Le mal, chez toi, n’est pas même en sommeil
En toi, il n’existe pas, car tu es tendre bonheur !
 
Certes, la perfection en ce bas monde
N’est qu’une illusion, un but vers lequel tendre
Mais je ne connais nulle âme à la ronde
Qui sache mieux d’amour se fendre !
 
Pour aimer famille et inconnus
Tu es capable des plus grands exploits
Ton âme par l’amour est mise à nu
Pour cette cause, toutes tes forces tu emploies !
 
Je sais que quelque part dans le ciel
Ton nom orne l’âme d’une brillante étoile
Il évoque les contrées douces et le miel
Tu es de celles qu’un peintre dépose sur une toile
 
J’irais bien, pour toi, décrocher la lune
Mais je n’ai pas trouvé d’assez grande échelle
Alors, je t’emmènerai sur la plus haute dune
Pour admirer ce fanal au goût d’éternel !
 
Mais qu’importe le luminaire de nos nuits
Car dans tes yeux coule une rivière de diamants !
Je voudrais un jour pouvoir m’y noyer
Pour qu’à jamais par amour nous soyons amants…
 
©Jean Dornac
Mulhouse, le 17 décembre 2017

 

Mi piacerebbe offrirti
 
Mi piacerebbe offrirti il mondo intero
A Te che sei così generosa senza esitazione!
Ma cosa posso offrirti
Tu possiedi già tutto, dal pianto al sorriso?
 
La tua bellezza è impareggiabile
Sia sul volto che nel tuo cuore
Il male in te non è silente
In te non esiste proprio, poiché tu sei tenera gioia!
 
Certo la perfezione in questo mondo
Non è che un’illusione, un obiettivo da raggiungere
Ma non conosco nessuna anima nell’intorno
Che sappia meglio ferirsi per amore!
 
Per amare sia familiari che sconosciuti
Tu sei capace del gesto più grande
La tua anima si mette a nudo per amore
Per questa causa, impieghi tutte le tue forze!
 
So che da qualche parte nel cielo
Il tuo nome appartiene all’anima d’una stella brillante
Che evoca dolci terre e miele
Tu sei una di quelle che il pittore dipinge sulla tela
 
Per te andrei a prendere la luna
Ma non ho trovato una scala abbastanza grande
Quindi, ti porterò sulla collina più alta
Per ammirare questa luce dalla bellezza eterna!
 
Ma che importa illuminare le nostre notti
Se dai tuoi occhi scende un fiume di diamanti!
Un giorno vorrei potermi immergere
Perchè grazie all’amore noi saremo amanti per sempre...
 
©Francesco Casuscelli

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2018 5 26 /01 /janvier /2018 05:18
Une fois encore, je tiens à remercier chaleureusement Francesco pour ses traductions qui enrichissent mon blog de poésie, tant cette langue évoque les arts, la beauté mais aussi le soleil et l’amour…

 

 

Parfois le ciel est bleu
 
 
Parfois le ciel est bleu
Mais combien de temps
Avant que ne vienne l’orage
Qui couve déjà à l’horizon ?
 
Il n’y a pourtant aucun nuage
Entre ton cœur et le mien !
Alors pourquoi entendre déjà
Le tonnerre au lointain ?
 
Peut-être en raison
De cette étrange lueur
Qui passe par instants
Au fond de tes yeux
 
Un rapace vole au-dessus de ton âme
Il a figure d’homme autre que moi
Tu lui souris pendant que tu m’oublies
Entre lui et moi, un éclair surgit !
 
La tempête se rapproche
Je la sens, là, si proche !
Tout ton corps le crie
Tu le veux, pas moi, mais lui !
 
Alors, sur tes yeux comme sur les miens
Tombe la pluie en averse
Pour tenter d’inonder
Ce feu qui nous consume !
 
Mais rien n’y fait
De moi tu te détournes
Et, en t’éloignant, tu me dis
Dans un large sourire :
« Je n’ai rien à te reprocher ! »
 
Et, pourtant tu t’en vas !
Le cœur léger tu m’abandonnes
Sur une étagère des objets perdus
Une autre pourra me ramasser
Dans un an et un jour mais pas avant…
 
©Jean Dornac 

 

A volte il cielo è blu
 
 
A volte il cielo è blu
Ma per quanto tempo
Prima che arrivi il temporale
Che già s’intravede all’orizzonte?
 
Non c’è ancora nessuna nuvola
Tra il tuo cuore e il mio!
Quindi perché aspettarsi
I temporali da lontano?
 
Può essere in ragione
Di questa strano bagliore
Che passa a momenti
Al fondo dei tuoi occhi
 
Un rapace vola sopra la tua anima
Ha una figura umana diversa dalla mia
Gli sorridi mentre mi dimentichi
Tra lui e me si scarica un fulmine!
 
La tempesta s’avvicina
La sento così vicina!
Tutto il tuo corpo gli urla
Tu lo vuoi, non me, ma lui!
 
Quindi, su i tuoi occhi come su i miei
Piove un acquazzone
Per tentare d’inondare
Questo fuoco che ci consuma!
 
Ma non riesce
Mi volti le spalle
E allontanandoti, mi dici
Con un grande sorriso:
“non ho niente da rimproverarti!”
 
E mentre tu vai via!
Mi abbandoni a cuor leggero
Su uno scaffale degli oggetti perduti
Un’altra potrebbe raccogliermi
Fra un anno e un giorno, ma non prima...
 
©Francesco Casuscelli
 

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2018 7 21 /01 /janvier /2018 09:26

 

« Je suis rivière
tu es ruisseau
tu coules en moi
nous dérivons vers
le Grand Fleuve
Nous sommes unis
en infimes gouttelettes d'eau...
Nous sommes immenses
nous sommes Océan
nous sommes vagues
sommes torrents
sommes le calme
sommes la tempête
sommes inséparables amants...
Nous nous abreuvons
chacun à la fontaine de l'autre
d'éternité, il en sera de même
l'un à l'autre, toujours
L'un pour l'autre, pour l'Éternité... »
 
 
~¤¤~
 
 
Le Ruisseau
 
 
« Tu es là
et je m'apaise...
Je retrouve en toi
ce qui manquait en moi
pour que la Vie
me reprenne dans ses bras. »
 
 
~¤¤~
 
 
La Rivière
 
 
« Tu es là
je te retrouve en moi
tu me manquais déjà...
La Vie reprend ses droits
et nous prend dans Ses bras...
Déversons-nous dans le Fleuve
pour y faire le plus beau
voyage... »
 
 
~§¤§~
 
Le Fleuve
Source éternelle
Débordante
Des amants d'O
 
 
~§¤¤§~
 
 
Ode ©
20 décembre 2000
Création de la page par Ode ©
Source : http://zodode.5.50megs.com/DO/oode.htm 
 
« Sono fiume
tu sei ruscello
ti affluisci in me
andiamo alla deriva
il Grande fiume
siamo uniti
in piccolissime gocce d’acqua…
siamo immensi
siamo oceano
siamo onde
siamo torrenti
siamo la calma
siamo la tempesta
siamo amanti inseparabili…
Noi ci abbeveriamo
di eternità ognuno alla fontana
dell’altro, e sarà la stessa
l’una dell’altro, sempre
L’uno per l’altro per l’eternità…»
 
 
~¤¤~
 
 
Il ruscello
 
 
« Tu sei qui
e mi calmo…
ritrovo in te
quello che manca in me
affinché la Vita
mi riprende nelle sue braccia. »
 
 
~¤¤~
 
 
Il fiume
 
 
Tu sei qui
ti ritrovo in me
già mi manchi…
La Vita riprende la sua strada
e ci prende nelle sue braccia…
Ci mescoliamo nel Fiume
per fare il viaggio
più bello…»
 
 
~§¤§~
 
Il fiume
Sorgente eterna
Traboccante
Degli amanti d’O
 
 
~§¤¤§~
 
© Francesco Casuscelli
2 gennaio 2018
 

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2018 7 21 /01 /janvier /2018 09:13

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2018 7 07 /01 /janvier /2018 05:47
Vous n'étiez qu'un rêve
 
 
Vous n'étiez qu'un rêve
Secret, que je portais, enfoui en moi
Je l'effleurais, à peine, du bout de l'âme
Le touchais, délicatement, de la pointe du cœur
Mais jamais je n'osais le regarder
Avec mes yeux de femme
Avec mes yeux de flamme
 
Et pourtant, il a bien fallu qu'un jour
Vous apparaissiez dans la Lumière
De mes temps sombres
Vous avez suivi le chemin
Tracé par le Grand Topographe
Décodé les signes, les symboles
Et êtes arrivé jusqu'à moi, guidé par Éole
 
Mon Prince des Ombres et Lumières
Vous m'apportez sur ce plateau d'or
Les rites secrets des amours anciennes
Vous offrez sur cet autel sacré
Vos joyaux les plus fins
Votre âme, votre corps
Vos yeux d'émeraude dans leur velours écrin
 
Beauté bien réelle, vous m'apportez
Aussi les mots des poètes
Ceux qui se sont tus
Enfermant en eux les secrets les plus sombres
Les cris des âmes blessées
Les sanglots des délaissés
Les Écritures retrouvées
 
Vous n'étiez qu'un rêve
Vous voilà réalité
Mon Prince des Ombres et Lumières
Venu du néant
Don de l'Univers
Je Vous ai rêvé !
Je Vous ai créé !
 
Vous n'étiez qu'un rêve
 
©Ode
7 novembre 2001
Non siete altro che un sogno
 
 
Non siete altro che un sogno
Segreto che portavo sepolto in me
Lo sfioravo appena con l’estremità dell’anima
Lo toccavo delicatamente con la punta del cuore
Ma mai osavo guardarlo
Con i miei occhi femminili
Con i miei occhi infiammabili
 
Eppure è successo che un giorno
siete apparso nella Luce
Dai miei tempi bui
Avete seguito il sentiero
Tracciato da un Grande Topografo
Decodificando i segni, i simboli
E guidato da Eolo siete arrivato fino a me
 
Mio Principe delle Ombre e della Luce
Mi portate su questo vassoio d’oro
I riti segreti degli antichi amori
Offrite su questo altare sacro
I vostri gioielli più belli
La vostra anima, il vostro corpo
I vostri occhi di smeraldo nel loro scrigno di velluto
 
Voi mi portate la vera bellezza
Anche delle parole quelle dei poeti
Coloro che si sono ammutoliti
Che tengono in sé i segreti più oscuri
Le grida delle anime ferite
I singhiozzi dell’abbandono
Di scritture ritrovate
 
Non siete altro che un sogno
Ecco la vostra realtà
Mio principe delle ombre e della luce
Venuto dal nulla
Dono dell’Universo
Vi ho sognato!
Vi ho creato!
 
Voi non siete altro che un sogno
 
©Francesco Casuscelli
Dairago, 5 dicembre 2017

 


 

Partager cet article

Repost0
30 décembre 2017 6 30 /12 /décembre /2017 07:46
« Je t’ouvrirai dans les reflets d’un ressac »

 

 

 

Coquillage
 
 
au moment même
où se déploient
l'intime plénitude
 
et les noirs de jais
sur tes ambres
à la dérobade
 
je t'ouvrirai
dans les reflets
d'un ressac
 
tel un coquillage sacré
où luit la nacre
de tous les désirs
 
© Claude Leuzior
Aux franges de l'essentiel
Conchiglie
 
 
nel momento stesso
dove avviene
l’intima pienezza
 
e i neri brillanti
sulla tua pelle ambrata
danno l’evasione
 
ti aprirò
nei riflessi
della risacca
 
come una conchiglia sacra
dove splende la madreperla
di tutti i desideri
 
© Francesco Casuscelli
Dairago, 23 novembre 2017
 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche