Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2021 5 10 /09 /septembre /2021 06:36
Québec, côte Nord

 

 

Dans son ciel tout bleu
Un Nuage flotte
Tout ouaté
Il passe
Lentement
Au-dessus du fleuve
Il fait beau en cette matinée

 

Le soleil est au rendez-vous
Aucun orage annoncé

 

Et le Nuage passe
Lentement

 

Soudain, il se sent poussé
Sort de sa léthargie
Lentement
Poussé, poussé de plus en plus
Il change même de forme
S’étire, s’allonge
Et maugrée

 

« Qui donc ose me déranger
En cette si belle journée ?
Je flottais, je glissais, je dormais
Qui ose donc ainsi me perturber ?»

 

Silence
Qu’un doux sifflement
Le Vent

 

« Je te taquine mon ami
La journée sera belle
Je ne suis pas annoncé
Je m’invite donc
J’aime être avec toi
À tes côtés
Et de la belle journée
profiter.»

 

Étonné, le Nuage reprend sa forme
Se redresse, ramasse ses ouates éparpillées

 

« Alors tant pis pour toi
Le Vent !
J’ai un vœu et de le réaliser
Sera ton tourment…»

 

Le Vent interloqué
S’approche doucement du Nuage
Pour ne pas le heurter

 

« De quel tourment parles-tu ?
Ce vœu est-il si terrible
Que je doive en payer le tribut
Cela pour m’être près de toi invité
À profiter de cette belle journée ? »

 

Le Nuage faisant le fier
Avec autorité
Nargue le Vent
Et lui dit :

« Tu n’es qu’un tout petit Vent
Et mon vœu est immense
Tu ne pourras le réaliser. »

 

Le Vent s’approche
Du Nuage
Sur la pointe des pieds

 

« Demande, demande et je t’accorderai
tout ce que tu souhaites
Ton vœu j’exaucerai. »

 

« Je veux que tu me fasses voyager
Loin, loin dans de lointaines contrées
Mais sans pour autant
Me bistourner
Je veux voir d’autres cieux
Je veux voir ces pays d’émerveilles
Et revenir à mon fleuve
Où je flotte
Depuis tant d’années. »

 

Le Vent se demandait comment il pourrait
Réaliser ce vœu et respecter les conditions
du Nuage
Soudain il lui vint une idée :

 

« Je vais souffler sous toi
te supporterai
Nous irons visiter
des lieux à ce jour inexplorés. »

 

Et le Vent soutenant le Nuage
Partirent explorer de lointaines contrées.
Le Nuage ébahi, médusé, enchanté
En pleura de joie
Tellement
Qu’il en disparut


Le Vent, bouleversé
Devint violente
Tempête
et
Se perdit dans les profondeurs océanes…

 

~~~~~~~~~~~
Il ne faut jamais limiter ses rêves,
l’important étant de connaître ses limites.
~~~~~~~~~~~~

 

Ode©  
       
 
 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
4 août 2021 3 04 /08 /août /2021 06:26
98080248/likoper - stock.adobe.com


 

 


Un premier regard
Celui de tes yeux
D'eaux d'été
De larmes de mers
De désirs des attentes
Des promesses
De ciels bleus
Je suis femme bleue
Noyée
Dans un océan de voiliers
Submergée
De rêves
De fantasmes avoués
Que me réservent les dieux ?

 

Toi, doux-rêveur
Mon absence lunaire
Toi qui funambule sur les rêvasseries
Poète du geste et des mots
Sculpteur d'amour
Dès que ta main touche
La matière et mon rêve...
Qui es-tu ?

 

C'était le lieu, c'était la rencontre
Au bord du long Fleuve
Les grands voiliers faisaient la course
Tels des papillons aux ailes collées
Majesté des ondes
Vision en trompe-l'œil
Ou bien chimère ?
Vers moi tu es venu
Est-ce toi
Que j'attends depuis si longtemps
À mon appel as-tu répondu
Toi le poète sans âge
Le visage que tu as pris
Est-il celui de mon aimé ?

 

Je te vis depuis si longtemps
Je t'ai abandonné et puis repris
Au fil des attentes trop longues
Des espoirs évanouis
Et de l'illusoire espérance revenue
Et tu es là
Enfin !

Ode©  

Source : Publié par Ode sur Facebook
 https://www.facebook.com/ode.beaudry
 


 
   

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
26 juin 2021 6 26 /06 /juin /2021 06:38

 

 

Source : Publié par Ode sur Facebook

 

Ode©  
 

 


 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
21 mai 2021 5 21 /05 /mai /2021 06:33
Waldmar Lorentzon, Astral Attraktion 1934 (cubisme-surréalisme) - Photo Viveca Bosson


 

 

Ce ne sont pas ses mots
ce sont les miens
ces mots qui reviennent

 

Depuis les temps immémoriaux

 

Malgré cette trop longue absence
ils me caressent encore
ils m'enveloppent comme jadis
de cette tendresse, de cette chaleur

 

elle n'a plus la même enveloppe
mais elle est encore mienne
l'extérieur n'est qu'illusion
ce n'est que le paysage de la vie
le cœur lui, est le même
le fil conducteur de ses incarnations

 

ces mots que je connais
car ils sont les nôtres
ils sont l'eau, l'air et le feu
Relire ses mots c'est revenir aux sources
C'est le lien avec l'Univers
Ses mots initiatiques sont l'essence de la vie

 

Ode©  


«Le temps est sans importance Madame…»
« C'est nous qui l'avons inventé, Monsieur »

 

 

 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
16 avril 2021 5 16 /04 /avril /2021 06:25


 

 

 

Mettre un voile sur ses yeux
Pour voir l'invisible
Car le cœur
Ne voit qu'avec les yeux abstraits

Baisser les yeux
Mettre un voile sur son cœur
Pour voir avec les yeux de l'âme
Plus profonde sera la découverte

Tout voir avec ces yeux
Ne peut être que merveille

Les yeux abstraits
Voient l'origine des choses
Ils savent traduire
L'âme de l'Autre
L'âme de la Nature
De la Bête
L'âme de la Mer
De la Terre

Les yeux abstraits
Savent ce qui est vrai
Perçoivent le mensonge
Reconnaissent La Vérité
Ils savent qui trompe
Qui dit les mots du cœur
Dénoncent l'intéressé
Révèlent l'amour et l'amitié
Ouvrent les portes de la générosité
De l'abandon
Aux sentiments sincères

Les yeux abstraits
Yeux du cœur
Yeux de l'âme
Voient l'invisible
Car tout est là

Ils regardent
Dans le tête à tête
Des âmes
Disent à mon cœur
Que tu es vrai
N'es pas mensonge
Que jamais le mal ne viendra par toi
Ils voient tout
Sentent tout
Me disent tout
Sur toi
La Nature
Les Hommes
La Terre

Écouter le calme
En soi
Ne plus souffrir des duperies
Que ne voient pas venir
Les yeux acquis
Déformés par la connaissance apprise
Perception faussée

~§~

Je te vois avec les yeux de l'âme
J'ai mis un voile sur mes yeux
Mon cœur a pris le voile
Pour mieux te voir
Te sentir et t’aimer

Je te vois avec les yeux abstraits
Et, ce que je vois
Est Beauté
L'Amour t'habite
Je regarde dans tes yeux abstraits
Et je t'aime !

Ode©  
 

 


 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
14 mars 2021 7 14 /03 /mars /2021 07:29


 

 

À la nuit venue
Aux soirs de lunes bleues
Des étoiles en dentelles
Nous vous ferons d’autres bouquets d’étincelles
Pour oublier…
Au jardin de la mémoire
On a effacé le Temps
On a détruit l’Histoire
On a fait trop de mal à la Terre
Les Poètes des Origines se souviennent
Ils pleurent la beauté de la blondeur des chevaux
Montés par les femmes et les hommes des plaines
Survolés par les Anges de Chagall
La Poésie qu’ils ont semée à travers le Temps et les Pays
Ne périra pas, elle garde l’espoir des peuples…
Les Poètes ont la force du chêne, le cœur grand comme l’Univers…
Ils labourent les mots
Au rythme du battement des ailes des chevaux …

Ode©  

25 février 2019
 
 

 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
5 février 2021 5 05 /02 /février /2021 07:36
Ode, mon amie du Québec




28 août

Le départ arrive bientôt...

Et si tout recommençait
Et si l’été arrivait
Au lieu de se terminer
Serais-je plus heureuse
Je ne sais pas
Trois mois viennent de s’écouler
Le temps m’a glissé entre les mains
Comme ruban de soie
Il est temps de faire l’adieu
À mon fleuve, aux amis

Un autre départ se dessine
Un autre retour à la maison
Un autre automne qui se profile
Ici, il y a bien quatre saisons

Et par delà les hivers
Je penserai à mes étés
Regarderai les photos chères
De mon fleuve pour un temps abandonné

J’entourlouperai les anges
Pour qu’ils me portent à la saison
De mes humeurs seront vendanges
De grands bonheurs et de raisons

Et je quitte pendant qu’il fait encore beau temps
Pour garder jolis souvenirs
De ce pays que j’aime tant


 

Le soleil me rejoint pendant que j’écris, il me faut quitter parce que je commence à être éblouie.  Une paix intérieure m’habite en ce moment même, la brise du fleuve vient jouer dans mes long cheveux de soie rouge… Je peux dire que je suis heureuse.


~*~

 


Création Ode©


 
Ode©
 
 
 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2020 1 28 /12 /décembre /2020 07:39
Oeuvre de Gérard BEAULIEU

( à Michelle Bigot pour son oeuvre inspirante )

 

Toi la femme imaginaire
Celle que l’homme désire
Celle qui est sa maîtresse
Sans jamais t’avoir connue
 
Toi la femme sur mesure
Pour homme fantasmique
Existes-tu que dans son esprit
Ou sur une île perdue
 
Belle tu es, de désir et de passion aussi
Tes cheveux sont de feu
Ton corps est d’ambre
L’âge ne t’atteint pas
 
Toi l’amante désirée
Toi la femme non encore née
Il t’attend, te veut
À l’heure crépusculaire
 
Tu viens le voir dans ses rêves
Les plus fous, les plus utopiques
Aide-le à vivre jusqu’au bout
Car tu es sa muse, sa création
 
Il aime, le poète
Il est fou, le poète
Fou de toi
Femme imaginaire
 
Il est bien connu que les hommes n’ont que deux femmes dans leur vie : celle qu’ils imaginent, l’autre n’est pas encore née

~*~


23 août

Ce n’est pas le fait de faire ce que l’on a à faire qui est dur, c’est de ne pas faire ce que l’on croit qui serait le mieux.


à suivre
 
Ode©
 
 
http://zodode.5.50megs.com/Mots_Bleus/carnet_05_2.htm    
 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2020 4 26 /11 /novembre /2020 07:31
Lamia, John William Waterhouse

 

Suite du 29 juillet

 

 

1er août

 

Dans les jours qui baissent
Je regarde les ombres qui allongent
Déjà

La vie au bord du Fleuve
Coule rapidement

Dans le bonheur tranquille

Cette paix que je retrouve tous les étés
Je veux la garder précieusement
Mais au retour, le quotidien me rattrape

Où es-tu ma muse, qui es-tu
Toi qui me visite, me quitte
Reviens et repars

La femme que je suis devenue
Compte parfois les heures
Le compte à rebours est commencé

Mon rêve se réalisera-t-il avant qu’il ne soit tard
Viendra-t-il celui qui m’emportera
Sur les ailes du rêve

Peut-être l’ai-je trouvé
Et je ne le reconnais pas
Mes yeux sont-ils trop éblouis par mon Fleuve

Poésie O Poésie
Que tout devienne Poésie
Que tous la voient partout et toujours

Que la sérénité s’accomplisse enfin !

à suivre

 

Ode©

 

 

http://zodode.5.50megs.com/Mots_Bleus/carnet_05_2.htm
 
 
 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2020 3 21 /10 /octobre /2020 06:31
Photo : www.quebecviachalets.com

Suite du 22 juillet

25 juillet

Un oiseau allège mon ennui
Mon Fleuve me console des vagues à l’âme
Un oiseau me dit l’espérance
Mon Fleuve porte l’oiseau

~*~

Un voilier à la mer passe et divague
Sur mon île bleue je médite
Le temps file et se jette dans l’océan
Le soleil se cache derrière les nuages

~*~

Le silence est d’eau
Les jours m’envahissent
Mes nuits sont sommeil d’attentes
Mes matins sont recommencement

~*~

Je me coucherai au creux de tes mains
Pour me sentir au chaud de mes étés
Aux chairs humides de la renaissance
Boucle de l’éternel recommencement

~*~

Je suis à bout de souffle
Il vente trop fort en ma tête
J’ai besoin d’une épaule
Pour m’y reposer

~*~

Et je larguerai mes amarres
Pour fuir sur les grandes eaux
Le vent dans mes cheveux et mes voiles
Goût de sel et de liberté

~*~

29 juillet

Rêveries d'un petit matin
Je me ferai petite
Pour ne pas contrer ta course
Je me ferai immense
Afin qu’elle cesse
 
Je te submergerai de mon amour
Je t’envahirai corps et âme
Ainsi se cicatriseront tes plaies
Et ton esprit assiégé ne te trahira plus
 
Tu t’abandonneras à la douceur
Tu renaîtras dans mes aires
Tu ne voudras plus quitter notre île
Et le Grand Héron soignera ses blessures
 
Jamais, non jamais il ne faut renoncer
Il n’est nul temps, pour revivre, nul âge
Le vent de mon Fleuve t’apportera mon message
Et je t’ouvre mes bras pour que tu viennes y pleurer
 
Je t’attendrai pour célébrer la noce
Nous épouserons nos sens
Mêlerons nos sangs
Montera de la terre, un parfum d’encens  
 
Tu laisseras tomber ton armure de soie
Ton treillis de lumière
Je t’offrirai ce lien si précieux
Mon bel Oiseau, ce fil de l’eau tendu du Fleuve
 
Oh mon frère, comme il sera doux et chaud
Ce feu attisé par l’ouest
Sera à nous, juste retour d'éternité
O mon amour, O ma vie
 
Et je surgirai hors de ma chair
Tes appétits trouveront mon pain d’épeautre
Tu es le frère de la beauté, je suis ta mie
Je te veux toi et aucun autre

à suivre

 

Ode©


http://zodode.5.50megs.com/Mots_Bleus/carnet_05_2.htm


 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche