Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 janvier 2023 7 01 /01 /janvier /2023 09:10

photo Patrick Poendl / Shutterstock.com

 

Version française

 

J’ai traversé un désert
pour trouver l’oasis que tu étais,
née de la chaleur torride et du gel,

bédouin entre des sables brûlants,

je t’ai retrouvé dans la verdure,
près du lac, séduit par le mirage,
le tien ou celui de l’eau,

penché sur l’azur brillant
du fond ou du Haut,

fata morgana tu étais
et seuil d’initiation.


                        le 21 décembre 2022

 

 


Oaza din deșert
 

Version roumaine

 

Am străbătut un deșert
să aflu oaza care erai,
crescută din arșiță și îngheț,

beduin între nisipuri fierbinți,

te-am  regăsit între verdeață,
lângă lac, furat de miraj,
al tău ori al apei,

aplecat peste azurul strălucitor
din adânc ori din Înalt,

fata morgana între lumi erai
și prag de inițiere.

 

21 decembrie 2022

 ©Sonia Elvireanu                                 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2022 6 26 /11 /novembre /2022 07:30


 

Tu es de chaque côté du miroir fissuré
même si tu ne vois qu’un fragment
étrange parfois,

 

tu es resté dans ses eaux, murmure d’été,
neiges éloignées, source d’un infini
commencement dans mes eaux,

la ligne qui fissure le miroir en deux
n’est que le souffle du pâle étranger
qui ne peut rompre l’entier,

seulement refaire sans cesse
le commencement
comme un retour au miracle.

 

 ©Sonia Elvireanu                           
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2022 3 19 /10 /octobre /2022 06:34

Poème bilingue inspiré par le tableau Jardin de Mircea Bochiș -
peintre, sculpteur, graveur – traduit  en roumain par elle-même


 

La lumière bleue feutre en moi
le Jardin, sa douce caresse,
ses couleurs glissent leur attente
qui vient du ciel en moi,

un bleu doux luit sur la table du jardin,
parsemé d’autres bleus plus clairs,
je ressens ta présence immatérielle
dans ses touches azurées :

- es-tu cet azur qui me parle,    
ou ce vert des arbres qui m’appellent ?

tu n’es plus au jardin, seule ton ombre
repose parfois dans ton fauteuil bleu,
sous le parasol blanc qui s’ouvre
 telle une fleur qui éclot ou bien peut-être
ta robe de mariée s’envole dans l’air,

tu tiens mon cœur accroché à jamais à la tige mince
comme un fil  ou c’est bien ton pied bleu tendre:

- me vois-tu tout près de toi,
derrière ton fauteuil, sur la chaise bleue,
dos à dos, deux ombres qui se parlent ?  

    
©Sonia Elvireanu
le 4 juillet 2022

 

 *  *  *


Grădina pictorului - Sonia Elvireanu

Lumina albastră strecoară în mine
Grădina, blânda ei mângâiere,
culorile-și lunecă așteptarea din cer în mine,

albastrul blând strălucește pe masa din grădină,
smălțuit cu nuanțe albastre mai clare,
simt prezența ta imaterială în tușele lui azurii :

ești azurul ce-mi vorbește
ori verdele copacilor ce mă cheamă ?

nu mai ești în grădină, doar umbra ta
se-odihnește câteodată în fotoliul albastru,
sub umbrelă albă ce se deschide
asemenea florii ce înflorește ori poate

rochia ta de mireasă se rotește în aer,
ții inima mea agățată pe veci de tulpina subțire
ca firul ori poate-i piciorul tău delicat și albastru:

- mă vezi foarte aproape de tine,
în spatele fotoliului tău, pe scaunul  albastru,
spate-n spate, două umbre care-și vorbesc ?

 

©Sonia Elvireanu         

le 4 juillet 2022
   

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2022 2 06 /09 /septembre /2022 06:48


 


Traduction en suédois: Stânișoara Stâncel Mărginean

 

 

 

Doigts de lumière

Je regarde le ciel qui me sourit,
ne laisse pas les ombres
glisser dans mes poumons,

je les enroule autour des doigts,
je tends les mains vers le soleil
et les déplie doucement dans le ciel,

les ombres se dissipent,
s'élèvent dans l’air comme la fumée
d'une vieille lampe qui fume,

mes doigts deviennent transparents,
le soleil nettoie mes nuages et se coule
dans tous les coins habités d’ombres autrefois,

imbibés de bleu et de soleil,
ils écrivent en couleurs, ma respiration
s’allège sous les doigts de lumière.


Fingrar av ljus

Jag tittar på himlen som ler mot mig,
jag låter inte skuggorna glida in i mina lungor,

jag vrider dem på fingrar, jag tar dem ut i solen,
jag öppnar sakta handflata mot himlen,

skuggorna lossnar som röken från en gammal lampa
 som släpper rök och höjer sig ut i lyften,

solen rensar mig från molnen,
den smälter sig in i alla hörn där någon gång stod skuggor,

fulla av blå, av sol, fingrarna skriver i färg,
andningen blir lätt under ljusets fingrar.


Degete de lumină
 (en roumain)

Mă uit la cerul care-mi zâmbește,
nu las umbrele să alunece în plămâni,

le răsucesc pe degete, le scot la soare,
desfac încet palma spre cer,

umbrele se dezlipesc ca fumul dintr-o lampă
veche ce fumegă și se ridică în aer,

soarele mă curăță de nori,
curge în toate cotloanele unde au stat cândva umbre,

îmbibate de albastru, de soare, degetele scriu în culori,
respirația devine ușoară sub degetele de lumină.

 

©Sonia Elvireanu              
 
 

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2022 3 20 /07 /juillet /2022 06:30
Nu sur la terrasse de Mircea Bochiș

 

Poème en français et en roumain inspiré par le tableau
Nu sur la terrasse de Mircea Bochiș

 

Je suis sur la terrasse, nue,
dans mon vêtement naturel, en été,
les eaux azurées du ciel me rafraîchissent,
la lumière ruisselle sur mon corps,
le bleu couvre ma nudité
que personne ne me voie, seul ton regard,


sous la branche d’un cèdre,
dans une sorte de rêverie
d’où me réveillent les cyprès,
sur leur cime la lueur de l’attente,

 

à côté, la table ronde et nue,
le cercle de ma vie,
la pierre bleue du commencement,
l’autel sur lequel tu es prêt à me sacrifier,
l’œil de l’amour sans crépuscule,

 

ce n’est pas la table du silence,
mais le miroir où je me regarde
comme le ciel, les cyprès et les cèdres,

 

tu es quelque part dans le paysage, je ne te vois pas,
je sens ton regard, ton frissonnement descendre
de mes épaules sur mon corps, ton embrassement, ton attente,
tu cherches la couleur à même de me faire parler
qu’il ne reste pas seulement le silence,
l’air doux entre nous, le ciel,
moi, nue, toi, peintre, hors du tableau,

 

les cyprès frémissent matin et soir,
le bleu m’embrasse tendrement,
je suis toujours sur la terrasse,
je serre la lumière glissée en nous dans mes bras.

 

©Sonia Elvireanu                  

le 17 juillet 2022


       

 * * *
 

 

 Nud pe terasă

Poem inspirat de tabloul
 Nud pe terasă de Mircea Bochiș


Stau pe terasă, goală,
în veșmântul meu natural, e vară,
mă răcoresc apele cerului, azurii,
mi se revarsă pe trup lumina,
albastrul îmi acoperă goliciunea
ca nimeni să nu mă vadă, numai privirea ta,

 

sub ramura unui pin, într-un fel de visare
din care mă trezesc chiparoșii,
în vârful lor lumina așteptării,

 

alături, masa rotundă și goală,
cercul vieții mele,
piatra albastră a începutului,
altarul pe care ești gata să mă jertfești,
ochiul iubirii neînserate,

 

nu e masa tăcerii,
ci oglinda în care mă privesc
precum cerul, chiparoșii și cedrii,

 

tu, undeva în peisaj, nu te văd,
îți simt privirea, înfiorarea, coborând
de pe umeri pe trup, îmbrățișarea, așteptarea,  
cauți culoarea potrivită să mă facă să-ți vorbesc,
să nu rămână doar tăcerea, aerul blând între noi, cerul,
eu nud, tu pictor, în afara tabloului,

 


dimineața și seara foșnesc chiparoșii,
albastrul mă cuprinde tandru în brațele lui,
sunt tot pe terasă, strâng în brațe lumina din noi.

 

 Sonia Elvireanu, 17 iulie 2022
       
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
23 juin 2022 4 23 /06 /juin /2022 07:04

 

Au bout de l’horizon,
je regarde par l’éclairée des nuées
un coin de mer,
 
je t’aperçois attendant sur un rocher
jusqu'à ce que mon horizon atteigne
la ligne de ton espace,
 
le point où les lointains du ciel
et rêve de la terre
deviennent lumière.
 

 ©Sonia Elvireanu                 
 
   
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
18 mai 2022 3 18 /05 /mai /2022 06:26


 


Je suis un point de feu sur la crête d’un volcan,
dans l’océan, entre des horizons mouvants,
le feu qui brille sur l’immensité des eaux,
le vif, non seulement un appel,
la folie d’un rêve qui perce l’horizon,
le point où le rêve est le vif et le vif est le rêve.
 
©Sonia Elvireanu                 

 


 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
25 mars 2022 5 25 /03 /mars /2022 07:53
Musée des Augustins


 

 

Je suis assise sur une pierre
comme un ermite entre les mondes,

pierre d’autel adouci
par le souffle de la lumière,

un rayon caresse mon visage d’ascète
jusqu’aux tréfonds de mon océan

où  s’éclaircissent mes horizons.

©Sonia Elvireanu                 
 

Poème extrait du nouveau recueil édité en Italie :
 
https://www.ladolfieditore.it/index.php/it/catalogo/zaffiro/sonia-elvireanu-ensoleillements-au-coeur-du-silence-scintillii-nel-cuore-del-silenzio.html
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
5 février 2022 6 05 /02 /février /2022 07:38


 

 

 
Je voudrais m'envelopper dans le silence de l'aube en été,
dans la lumière soyeuse qui se pose sur l'écorce des arbres,
sentir  les scintillements du ciel dans le corps fragile,
impondérable comme l'air vacillé par un papillon blanc,
 
je voudrais être le silence de l'aube en été,
la lumière soyeuse sur l'écorce des arbres,
un papillon blanc qui tourne dans les scintillements du ciel.

 
* * *

Poate lumina...
 
As vrea să mă învălui în liniștea zorilor de vară,
în lumina de mătase lunecând pe scoarța copacilor,
să simt scânteierile cerului în trupul firav,
imponderabil ca aerul tremurat de un fluture alb,
 
aş vrea să fiu liniștea zorilor de vară,
lumina mătăsoasă pe scoarța copacilor,
un fluture alb rotindu-se în scânteierile cerului.
 
3 ianuarie 2022

©Sonia Elvireanu           
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 07:49
Pawel Kuczynski


 

 

je marche parfois sur tes traces,
je marche avec crainte sur le sentier de tes pas,
aux senteurs d’herbes en été,
son effleurement est si doux,
mes pieds frôlent la soie
où frémit une étrange lumière

 

de très loin,
au-delà du silence
qui appuie ton âme brûlée,

 

elle ombrage mes cils
du frisson
de ses larmes,

 

je marche sur tes traces,
sur le sentier de tes mots,
des herbes de l’été,

 

le frémissement de tes mots,
une épée à deux tranchants,
me transperce ou me caresse,

 

la lumière du crépuscule,
la magie d’un mot
frissonnent en moi.    

     

©Sonia Elvireanu      
 11.09.2020
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche