Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2024 3 19 /06 /juin /2024 07:04

Poème bilingue inspiré par le tableau La robe que je ne porte plus de Mircea Bochiș

 

 

Ta robe

Tu portais ta robe noire,

la nuit sombre glissait sur toi,
je t’ai jeté des pâquerettes blanches
pour dissiper son noir,

tu as commencé à rêver le champ fleuri
qui t’enveloppait en couleurs,
à m’attendre le soir près de la rivière,

ta robe noire, accrochée
à une ficelle, à sécher,
émane ton parfum délicat,

tu t’en es allée, attirée par les senteurs
du champ qui t’ensorcelait,
près de la rivière où je te déshabillais,


je n’ai plus que l’absence
et les pâquerettes blanches
comme des soleils dans ma nuit,

ton rire sur mon épaule,
telle la rivière,
arrose mon désert,

le silence est tombé
sur la table enflammée
par le vent de l’été torride de la plaine.


le 4 juillet 2022
©Sonia Elvireanu
 

 

Rochia ta


Purtai rochia ta neagră,
noaptea întunecată pe tine luneca,
ți-am aruncat bănuți albi
să-i spulbere negrul,

ai început să visezi câmpul înflorit
care te învelea în culori,
să mă aștepți seara lângă râu,

rochia ta neagră,
agățată de sfoară, la uscat,
emană parfumul tău delicat,

ai plecat, atrasă de miresmele
câmpului care te-a fermecat,
lângă râul unde te-am dezbrăcat,


nu mai am decât absența,
bănuții albi
ca niște sori în noapte,

râsul tău pe umărul meu,
ca râul,
îmi străbate deșertul,

s-a așternut tăcerea
pe masa înflăcărată de vântul
verii toride din câmpie.

4 iulie 2022
©Sonia Elvireanu
 
     

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
6 mai 2024 1 06 /05 /mai /2024 06:30

Photo : Daniel Ramirez

 

Sur le rivage de la mer, troublée par un rayon
de soleil, par le toucher soyeux d’une vague,
sur le sable mouillé par la tempête, parmi des coquillages
étonnants comme la crête d’un arc-en-ciel,
 
sur la ligne verdâtre d’algues qui sépare
 l’eau et la plage, le silence et moi,
l’immensité de la mer et mon regard,
l’attente d’entre les rivages, l’œil du ciel,

un doux crépuscule sur nous, on n’est pas
encore sortis des brouillards de nos tourments,
de la carapace trouble du monde,
la lumière quand même nous éclaire au carrefour.


 ©Sonia Elvireanu                   

Poèmes extraits du manuscrit Le regard... lever de soleil
       

 
 
 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
14 mars 2024 4 14 /03 /mars /2024 07:38


 

 


Je suis entre les eaux ouvertes
par le bâton de Moïse,
chemin sur lequel on n’entend pas les pas,  

seul un tourbillon de mots silencieux,
comme les ombres du soir sur les collines,
comme la poussière emportée par le vent,

une vague avec une crête d’or se lève
devant moi, elle m’emporte vers la terre promise,
à son ombre je m’incline.

 

©Sonia Elvireanu
Poèmes extraits du manuscrit Le regard... lever de soleil                                                              
 
 
 

 

 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2024 4 25 /01 /janvier /2024 07:34


 


On portait sur nos épaules blessées
de trop lourds fardeaux, on traversait
le dos courbé les matins,
sans être touchés par leurs scintillements,

on s’est rencontré en été,
deux voyageurs épuisés,
une brise étrange a enlevé
de nos épaules tous nos chagrins,

des ailes de papillons ont poussé sur nos corps
et notre envol évoquait une lumière.

©Sonia Elvireanu                                               
 
 
 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2023 1 27 /11 /novembre /2023 07:38


 

 

Il n’y a pas de lieu, pas de temps sans amour,
la vie coule dans tout désert,
il ne fleurit qu’une seule fois dans la vie
comme Echméa, Agava ou le lys bleu des montagnes
Nilgiri, les enveloppant d’une brume bleuâtre,

on peut ne jamais le trouver, on attend une vie  

son miracle, le goût de la floraison, certaines fleurs
ne s’ouvrent qu’une fois tous les cents  ans,

quand l’âme qui voyage  rencontre sa paire,
les couleurs d’un monde diaphane s’ouvrent
pour t’élever tel le lys blanc des sommets de l’Himalaya,

on peut fleurir une nuit où l’on attend le lever du soleil,
le calice, le parfum, le miracle, dans une île,
au bout du monde, dans la solitude,

on attend toute la vie la fleur miracle,
le fleurissement de chaque désert.
      

©Sonia Elvireanu

Poèmes extraits du manuscrit Le regard... lever de soleil
                                                           
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2023 1 09 /10 /octobre /2023 05:48


 


Sa maison, réelle ou rêvée,
avec le soleil glissant à travers tous les murs,
habillée dans les nuances de l’arc-en-ciel
de l’aube blanche aux flammes du crépuscule,

émaillée de bleuets et de pavots,
au parfum d’azur, sur son vert de mer,
des vagues de mouettes emportent
sous les ailes des vers de tous les coins du monde,

des chaînes de poèmes s’élèvent au ciel
dans la danse rituelle du soleil,
un bleu collier d’étranges  perles,
comme on peut en voir seulement en peinture ou en poésie,

une maison bleue, une île dans la mer,
un arrêt pour tous les voyageurs téméraires,
prêts à affronter la tempête pour une rencontre rare
avec l’étrange esseulé de la terre,

orange dans le crépuscule qui se pose silencieux
et serein sur la plaine et sur les crêtes des montagnes,
sur la plage, le vent nuageux ne la traverse pas,
seulement les brises de la mer et  l’azur,

une maison dans la plaine, le ciel dedans,
sous la voûte de la vigne, un pain
et un verre de vin pour les pèlerins.            

©Sonia Elvireanu
Poèmes extraits du manuscrit Le regard... lever de soleil

       
 
 
                                               

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2023 7 16 /07 /juillet /2023 06:29

5 sens éditions, Rue de la Cité 1 - 1204 Genève , Suisse, 2023.

 

L’exil et l’identité sont des motifs récurrents dans l’œuvre de Denis Emorine,  en poésie, prose, théâtre.Ils reviennent dans ses deux romans,La mort en berne et Identités brisées, focalisés sur une errance sentimentale embrouillée qui entraîne le personnage principal, l’écrivain Dominique Valarcher, à se culpabiliser.

La trame narrative du premier roman se prolonge dans le deuxième : mari dévoué depuis longtemps à sa femme Laetitia qu’il aime, il tombe amoureux - sans le  révéler à la jeune fille -d’une étudiante hongroise, Nóra, qui fait un master sur son œuvre. Pour avoir le temps d’y réfléchir, il se réfugie dans la résidence secondaire de ses amis italiens, dans le sud de la France.

La structure romanesque tripartite, L’Exil, Fatalités, Fractures, annonce une fracturation existentielle. En effet, Dominique ressent la contradiction entre son côté latin et l’atavisme slave, russe, très éloigné,par les aïeuls de sa mère.Il semble partagé entre l’Ouest et l’Est, entre l’amour de sa femme et l’attraction exercée sur lui par tout ce qui vient de l’Est, la grande culture russe et la  femme slave aussi. À cela s’ajoute un secret de famille qui le bouleverse depuis son enfance : le premier mari de sa mère, un juif polonais, mort très jeune pendant la guerre dans un camp d’extermination. C’est pourquoi l’une de ses obsessions est la mort. On comprend ainsi son déchirement entre l’amour de sa femme à l’Ouest et le souffle de la mort qui le hante, de l’Est.

L’ amour  pour la jeune hongroise Nóra le trouble à tel point qu’il prend la fuite, disparaît de chez lui sans aucune explication pour sa femme Laetitia, qui connaît son côté slave déconcertant. Elle l’aime follement,sa disparition la met en proie à une souffrance affreuse. Elle ne connaît pas les raisons de sa fuite, se culpabilise et comprend qu’elle ne pourrait pas vivre sans lui. Pianiste,  ayant renoncé à une carrière d’artiste, elle ne joue que pour son mari, dans l’ intimité, disposée à  satisfaire ses fantasmes par amour.

La jeune étudiante Nóra l’aime aussi et s’inquiète de ne pas avoir de ses nouvelles, car elle veut venir en France, le rencontrer, présenter une communication sur son œuvre lors d’une conférence internationale.

Exilé par sa volonté, Dominique coupe toute communication avec les deux femmes, rendu à la solitude, en proie à la souffrance et à ses cauchemars. Il comprend qu’il n’est pas un séducteur, qu’il aime sa femme  et qu’il ne pourrait longtemps se passer d’elle et la faire souffrir. Déchiré entre plusieurs identités et entre deux amours, le personnage ne sait pas comment s’en tirer.Si la question amoureuse sera résolue à la fin, celle de l’identité brisée restera toute la vie comme une blessure que ni thérapie, ni amour ne guérissent. Il y a toujours un conflit entre l’identité première, héritée de sa famille, et l’identité acquise par l’écrivain dans sa vie, entre identité et altérité.

Le romancier organise son récit selon la technique du contrepoint, avec un narrateur hétérodiégétique qui suit les troubles des trois personnages alternant les plans. Il dévoile ainsi la psychologie féminine et masculine, celle de l’écrivain piégé entre deux femmes et sa création en cours de traduction en italien. Son isolement est brisé par l’intervention de son éditeur. Il renonce alors au mutisme, reprend le contact téléphonique avec sa femme, lui déclarant son amour, la rassurant de son retour, mais sans renoncer à rencontrer Nóra à Nice, lors de sa conférence, à passer quelques jours avec elle.

Au premier plan du récit est Dominique, ses cauchemars terribles dûs à la hantise de la mort, de la guerre avec ses horreurs et la souffrance de sa mère, auxquels se mêle le complexe oedipien, l’amour obsessif pour sa mère. Aucune thérapie ne parvient à l’en délivrer, seul l’amour pour sa femme à le faire oublier parfois.

Le roman s’achève par un poème d’amour adressé par Dominique à sa femme, ce qui suggère la manière dont l’écrivain résout son conflit intérieur.

Identités brisées est un roman agréable à la lecture, témoignant des obsessions de son auteur que l’on découvre par des motifs récurrents dans toute son œuvre.  

©Sonia Elvireanu                 
 
   


 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
4 juin 2023 7 04 /06 /juin /2023 06:59



 
 
 
 
Si je pouvais prendre dans les mains
un morceau d’argile, le casser, le pétrir,
te donner un visage comme je te sens,
 
saurais-je réunir miette par miette que tu sois
aussi entier et fort que la terre d’où tu viens,
tumultueux et doux comme la mer,
 
orageux tel le vent sur les sommets des montagnes,
tendre et pur comme les neiges immaculées,
limpide et froid pareil à  l’eau des fjords scandinaves,
 
infini comme la Mer Egée,
lumineux et rapide tel l’éclair,
brillant comme le lever du soleil sur les vagues,
 
parfumé tel un champ fleuri,
fructueux comme un verger de pommiers,
 
si je pouvais faire un corps de mes paumes,
saurais-je le modeler pour charmer le monde
tout autour telle la lyre d’Orphée,
enchanter l’oeil comme autrefois les dieux grecs,
 
mais je ne suis pas le potier merveilleux
qui fait chanter et danser l’argile dans ses mains,
je ne suis qu’un morceau d’argile,
brisé et refait par ton chant,
 
je peux te reconnaître, mais je ne peux
te donner ni corps, ni visage,
tu es la mer qui à tout instant fait frémir ses eaux,
troubles ou limpides comme le ciel,
 
métallique, sombre, de l’argent fondu,
orange, transparente, bleuâtre, turquoise,
jusqu'à ce qu’elle s’éclaircisse dans le cristal bleu et se taise.
 
 le 2 septembre 2022


©Sonia Elvireanu        

 

 

                                             
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
 

                            * * *
 
 

Infinito come il mare
 
 
 
Se io potessi prendere tra le mani
un pezzo di argilla, romperlo, impastarlo,
plasmarti una faccia come ti percepisco,
 
saprei ricostruirti, briciola per briciola, per renderti
integro e forte come la terra da cui provieni,
turbolento e dolce come il mare,
 
tempestoso come il vento sulle cime delle montagne,
tenero e puro come le nevi immacolate,
limpido e freddo come l'acqua dei fiordi scandinavi,
 
infinito come il Mar Egeo,
luminoso e veloce come un fulmine,
brillante come l'alba sulle onde,
 
profumato come un campo in fiore,
fecondo come un frutteto di meli,
 
se potessi fare un corpo con i miei palmi,
potrei modellarlo per affascinare il mondo
tutto intorno come la lira di Orfeo,
incantare l'occhio come un tempo le divinità greche,
 
ma non sono il meraviglioso vasaio
che fa cantare e danzare l'argilla tra le mani,
sono solo un pezzo d’argilla,
rotto e rifatto dal tuo canto,
 
posso riconoscerti, ma non posso
donarti né un corpo né un volto,
sei il mare che da un momento all'altro fa fremere le acque,
torbide o limpide come il cielo,
 
metallico, scuro, di argento fuso,
arancione, trasparente, bluastro, turchese,
finché non si schiarisce nel cristallino blu e tace.
 
 
Traduction en italien par

Giuliano Ladolfi
 
 

©Sonia Elvireanu                                                     
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
26 avril 2023 3 26 /04 /avril /2023 07:26

© Science et vie


 

 

Je baigne mes yeux dans une mer de feu,
le lever du soleil au solstice d’hiver,
l’abîme de flammes du regard
assombrit ma vue,

je vois des ombres colorées,
lettres dans l’œil de lave,
sang troublé par la lune
baignée dans la mer de flammes.

©Sonia Elvireanu                                               
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
21 mars 2023 2 21 /03 /mars /2023 07:37


Tableau de Mircea Bochiș

 

Version française
 
 L’été du peintre

Une maison blanche-rose sur une colline,
un étrange ciel nuagé, azuré,
son dedans reflété en couleurs :

le bleu troublé par des tourbillons,
le blanc emporté par les éclairées du ciel,
le rose comme un souffle imprégné dans les murs,

entre les ennuagements du ciel glisse
sur le toit fata morgana,
descendant des peintures de Chagall,

la maison irise l’été sur la colline
avec son étrange lueur,
le blanc-rose sur le vert tout autour :

le vert du champ ensoleillé,
de l’herbe ombragée, de sombres buissons,
des cyprès qui montent vertigineusement au ciel,

des peupliers qui veillent son sanctuaire,

dans leur feuillage, l’ombre de deux êtres,
le vert du cèdre assombri,

le ciel est vert comme l’été
troublé par le blanc-rose
de l’étrange maison sur la colline.

 

                     * * *

 

Version roumaine


Vara pictorului

O casă trandafirie pe deal,
un cer straniu, înnourat, havaiu,
lăuntrul casei răsfrânt în culoare:

albastrul tulburat de învolburare,
albul spulberat prin spărturile cerului,
rozul impregnat în perete ca o boare,

între înnourările cerului lunecă
pe acoperiș o fata morgana,
coborând din picturile lui Chagall;

casa irizează vara pe deal
cu strălucirea ei stranie,

trandafiriul pe verdele din jur,

verdele-galben de câmp însorit,
de iarbă în umbră, de tufișuri întunecate,
de chiparoși ce urcă vertiginos în cer,

de plopi străjuind al ei sanctuar,
în frunzișul lor, umbrele a două făpturi,
verdele de cedru întunecat,

cerul e verde ca vara
tulburată de tradafiriul
ciudatei case de pe deal.

©Sonia Elvireanu                                         
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche