Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 septembre 2017 1 04 /09 /septembre /2017 06:35
Le retour à la raison, Man Ray
 
 
 
 
Une phrase sur la pulpe du silence, mes
veines s’affolent
fables de la présence
fragments de l’essentiel.
 
Mots en effraction sur chemin de traverse
mon souffle s’anime
sève vitale.
 
Vous êtes syllabes, je suis virgule blottie
dans les cils du désir
jouissance buissonnière.
 
©Nicole Hardouin.
In FONTAINES CARNIVORES
Éditions L.G.R. Paris.




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 06:28
Les fruits de l'automne, d'Armand Niquille, tempéra sur panneau, 113 x 100 cm, 1944

 
 

        

Dans le crépuscule feutré de rousseur, les anges et les démons, vigies de la tentation, jouent une marche triomphale. Les couleurs crépitent, festoient entre soie et feu. Des saveurs s’échappent : élixirs secrets.

 

Ébauche d’une brûlante possession.

 

En cette subtile andante, prémisse d’un orage à venir, j’entends déjà le brame sauvage de vos festins s’étirer jusqu’à la moiteur du désir.

 

Nue, mes doigts se  crispent sur les fruits dérobés. Mon déluge est intérieur. Mais, en cette fin de jour enturbanné de poussière d’or, tu m’as dit : viens !

 

Sous tes mains aussi possessives que les nuées les plus ardentes, aussi veloutées qu’un miel de Provence, mon corps caressé de gourmandises ondule de soupirs et nos peaux se confessent de caresses.

 

Jouissance.

 

Dans la dérive flamboyante de cette fin d’été où le soleil hésite à conduire cette liturgie païenne,  je t’ai vu brûler.

 

De toi,  j’ai tout pris, les grands vents, les croyant protecteurs, les mirages anthropophages, le jus sucré de l’asile, prélude à l’exil.

 

J’ai pensé pouvoir t’apprivoiser, tu ne m’en as pas laissé le temps. Pourtant mon cœur faseye encore au gibet du soleil couchant, ma bouche s’égare dans les fruits à mordre.

 

Cruel imaginaire.

 

Etourdi de fantasmes, un ange dérive la tête  à l’envers,  l’Eden, s’est lézardé ; à perte de corps, la nuit sera sans frontière. Personne ne joue plus, sauf toi, ailleurs.

 

Deux paons esquissent encore un dernier baiser, est-ce l’heure de la pénitence ?

 

Je porte la crue rebelle de mes illusions.

 

©Nicole Hardouin

 
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 06:38
JE VOIS DES ODEURS 55 par 54 huile sur toile GIL POTTIER

 

 
 
 
Combien de lèvres ont- elles lissé votre prénom
combien de lèvres l’ont mordu
combien de lèvres lui ont donné corps ?
Sous chaque bouche l'homme est nouveau
l'homme est premier
l'homme se redécouvre, renaissant, ultime.
Vos mots m’ont troublée
étrange douceur  enveloppante
pétales.
Respiration, oxygène.
Mots de nuit, hors temps
virtualité et réalité, être, non-être
intelligence du dire, intelligence de la peau.
Est-ce ou n'est-ce point ?
Au creux du corps
au large du cœur vos élans d'homme
j’ondule dans votre lente montée.
Gorge à gorge
naufrage de salive
spasmes, sueur, sperme.
Vos syllabes de feu à mes lèvres.
                Ma bouche festoie.
                Avons-nous rêvé ?
 
©Nicole Hardouin
 



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 06:27
©Huile sur toile du Gil Pottier

                        

 

 
 
C’était à la saint Barthélemy
un soir d’été finissant.
 
La lumière plus blonde
trouait les aiguilles du crépuscule
allongeant la ponctuation d’une fin de chapitre.
 
Ta peau sentait la lavande et les mangues juteuses
tu mordais à pleine chair
au grésillement de mon corps
 
                            alcôve de baisers
                        repaire sans repère.
 
                        Rapière en bandoulière dans la brisure du soir
                sur la pointe des premières feuilles rousses
tu t’es éloigné seul
                dans un soupir de péché repu.
            
                        Enveloppé de nos secrets inachevés.
                 l’air exhalait une odeur de sauvage gourmandise.
 
                      Psaume de tempête.
 
La nuit s’est déchirée dans un éboulement d’impatience.
 
                     Je reste la vigie de tes éclipses.
                           
©Nicole Hardouin
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 06:25
Le reliquaire des songes - Nicole Hardouin
L’heure des chimères, huile sur toile de Hugues de la Taille©
 
 
 
 
 
Nuit d’été, dis-moi pourquoi ses lèvres, aux odeurs de festins intimes, viennent encore s’abreuver à mon attente ?
 
Syllabes de feu sur ma peau.
 
Mirage aux yeux d’obsidienne, vénéneuses illusions. L’érotisme déchire ses ronces
 
Lourde nuit d’antilope fauve et de soie sauvage, ses yeux me font transpirer dans le brasier des souvenirs. Ils dévastent mes versants alors que la chouette hulule sur mes insomnies.
 
Nuit oppressante, tu moissonnes mes désirs.
 
Lèvres en gémir, à la douane des chimères, ma nudité est une harmonique sans portée.
 
Indifférente à mon désarroi, la lune bâille, les étoiles s’enfoncent dans les ravines de l’impalpable. Le silence se démembre dans le reliquaire de songes en ébauche.
 
Opium des abysses.
 
Nuit affamée, compagne du nautonier, au plus noir du noir, tu tiens conclave, toi seule possèdes la clé de l’aube. Je suis à ta merci.
 
Tu me voles mes rêves.
 
Clos tes divagations ciselées de braises palpitantes, je ne veux plus t’entendre, cesse tes murmures qui me fouaillent et ravivent les précipices à la reliure des corps.
 
Nuit délirante, nuit cauchemardesque, nuit affolante avec lequel de tes visages vais-je devoir cohabiter ce soir ?
 
©Nicole Hardouin
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 05:23
VIOL – Nicole Hardouin
Détail d’une toile de Gil Pottier « La Proie »
 
 
 
 
 
Silencieusement, bagages d'écume dans ses replis, la mer se retire. Lui il est arrivé aussi en silence, sans rendez-vous, il s'est faufilé dans un invisible gué. Par surprise, il l'a prise sans la séduire. La dame à la peau de jasmin fut violée, avec pour orgasme : la peur. Depuis, il se tapit au plus profond de ses fibres blasonnées de cendres et de cicatrices.
 
Viol glacial.
 
Le pollen gris du vivre n'a plus de terreau, il la harcèle, elle recule, il la grignote, la plonge dans des sentes opaques. De l'autre côté du miroir des mains se tendent, loin si loin. Le vent tisse ses octaves, aucune note ne peut être retenue, impossibles accords.
 
Le soleil est derrière elle. Elle avance à reculons pour retrouver la lumière. Alors, il la retourne, elle ne voit que des ombres mouvantes, des lacs noirs et des gouffres sans fond. Attachée, comme un scaphandrier, par un mince filin, fil d'Ariane, elle descend le long des parois par paliers successifs croyant le perdre, puis épuisée, elle essaie de remonter.
 
Elle a compté, il lui faut trois semaines pour refaire surface, délivrance ? Non, il ricane, agrippé à sa poitrine qu'il dévaste.
 
Pendant deux ans ils se sont affrontés. Ses mains n'étaient pas celles d'un amant aux doigts d'étamines, ses étreintes mordaient dans sa chair, entailles, ébauche d'enfermement, les lignes brisées retardaient l'aurore.
Noeuds de rupture cherchant, en vain un point d'ancrage. La dame ploie sa nuque de suie parmi des tournesols noirs.
Dans un fatras de fils coupés, des diagonales soufrées balafrent des murmures de barques. Aux rivages de l'intemporel, la dame à la peau de jasmin caresse un souvenir à l'écorce complice.
 
Elle y a gravé le nom de son violeur : cancer.
 
©Nicole Hardouin.
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 06:28
CALLIGRAPHIE DE LA TENTATION - Nicole Hardouin
CALLIGRAPHIE DE LA TENTATION - Nicole Hardouin
J’ai la grande joie d’accueillir parmi nous Nicole Hardouin. J’espère que vous lui ferez un chaleureux accueil. J.Dornac
 
 
" ELLE" huile sur toile, 61 sur 50 du peintre GIL POTTIER; Site internet : www.gilpottier.com
 
 
 
 
 
Dans la procession des blés mûrs, vous êtes le moissonneur édénique célébrant l’offrande aux légendes ancestrales. Une musique s’en échappe, je déchiffre cette partition avec la prudence d’une barque quittant le port.
J’ai rompu les amarres.
Nos chemins s’écartèlent en tendres violences, mon souffle part en croisade, vous encercle. Je bouscule vos intimités, votre arc se tend à la saveur de mes effluves. Fibres clandestines effleurées, fleurs d’eau prêtes à éclore, fruits à mordre en lents creusements.
Calligraphie de la tentation.
Les fortifications se lézardent, je vous observe, vous butine. Ma chair cueille vos étamines et mes lèvres s’égarent à l’équinoxe de vos nacres.
Fournaise.
Implorant, vous tremblez. En lames torrentielles, j’ondule sur vos marées. Vous êtes Neptune rompant les chaînes.
Triomphe du naufrage.
Sur mes margelles humides vous lancez vos filets. Les caresses dénudent les corps. Mes certitudes s’évanouissent à la fonte de votre plomb, je me déploie dans vos vergers. Depuis cet office des ténèbres où vous avez mis ma bure en charpie, je suis neige de désir, au plus rouge du rouge, l’amour tord l’airain.
Brûlons.
 
Mais vous m’avez laissé en cendres dans le gémir de l’extrême. Chairs en éclats. La blessure est là qui floconne, coquelicots errants.
Socle en débris.
Je vous avais offert une forêt avec sa clairière aux yeux de biche, un vitrail et ses anges musiciens, des fruits défendus cachés dans un jardin, aujourd’hui je cueille des épines noires sur un dallage gelé.
Des orties poussent à l’extrémité de mes doigts, l’hiver sort du miroir. Le hurlement des loups déchire les dernières campanules.
 
À perte de corps, la nuit. Les oiseaux ont des ailes de glace.
Il pleut dans mon regard.
 
 
©Nicole Hardouin.
In FONTAINES CARNIVORES
Éditions L.G.R. Paris.




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche