Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2020 3 28 /10 /octobre /2020 07:41

 

 

Tu leur diras que je n'étais pas heureuse,
Que mes attentes étaient beaucoup trop ambitieuses,
Tu leur parleras de mes  espoirs vains,
Dis leur que mes rêves étaient incertains,
Que même si ces derniers ont nourri mon bien-être,
Souvent, je n'ai fait que laisser paraître,

Tu leur raconteras comment je me suis battue,
Et  combien je l'ai regretté et m'en suis voulue,
Parle des risques que je n'ai jamais pris,
Et de ceux que j'ai tentés peu importe le prix,

Dis bien que mes intentions ont toujours été louables,
Mais que mes choix étaient juste "préférables",
Tu diras que j'ai toujours gardé le sourire
Même quand tant de fois j'ai senti mon cœur mourir,

Raconte mes larmes raconte bien toutes mes larmes,
Ils comprendront comment s'est envolée mon âme,
N'oublie pas de dire que j'avais un bon fond
Que j'ai fait mes prières et m'en suis remise au tout puissant,
Je n'ai jamais nui à quiconque
Même si j'ai beaucoup opté pour la vengeance,

Décris-leur mes blessures les plus profondes,
Ainsi ils jugeront moins ils sauront comprendre,
Dis leur que je n'étais pas malveillante,
Même si parfois je me suis montrée méchante,
Explique bien que j'avais mes raisons
Que quelque part la vie m'a prise en dérision,
Me plongeant dans de sombres dépressions...

Alors dis leur que l'existence a fait défaut d’un important droit !
Dis leur que survivre était ma seule foi !

©Djida Cherfi
24/10/2020

 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2020 2 29 /09 /septembre /2020 06:29

 

 
 
 
J'ai la griffe du dragon
Au regard d'argent
Elle m'écorche vive
M'entraine à la dérive
On l'a appelé par ce chant
Endormi dans le temps,
Il me soulève vers le vent et
Ma peau éclate en sang,
Il est venu en quête
De pureté parfaire,
Et j'ai levé les yeux
Avec ce chant vers les cieux,
Je suis écorchée vive
Plongée dans son regard d'argent,
Je ne cherche pas à survivre
Malgré son feu brûlant.

©Djida Cherfi 
20/06/2020
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
27 août 2020 4 27 /08 /août /2020 06:31

 

 

 

 

Je t'offre mon corps

Offre moi la mort

Envole mon âme

Sans tragédie sans drame

Je t'offre mon enveloppe corporelle

Offre moi le repos éternel

Efface ma vie

Ou alors je te la dédie

Je ne te demande pas de me tuer

Mais meurs moi s'il te plait

Arrête mon cœur

Il devient lourd

Offre lui la douleur

Douce ton amour

Meure moi a jamais

Fais de moi un souvenir figé


©Djida Cherfi 
 14/07/2020

 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
1 août 2020 6 01 /08 /août /2020 06:25

 

 

 

 

 

Tout en métamorphose

La tête qui explose

La souffrance à petites doses

Et le choix qui s'impose

À trop vouloir satisfaire

Le cœur de Lucifer

C'est son monde qui se perd

La fin de son univers

 

Flamboyante enveloppe

Tout en métamorphose

Elle prend le dessus la rêveuse

La fébrile nauséeuse

L'estomac noué

La gorge enrouée

La captive du monde stérile

Renonce et se met en péril

 

Elle avance d'un seul pas

Elle ne reculera pas

La patience paiera

La rivière de larme s'assèchera

Elle sera à son apogée

Et la fleur qui a fané

Prendra la lumière qui lui a manquée


©Djida Cherfi 
 14/07/2020

 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2020 6 04 /07 /juillet /2020 06:30

 

 

J'ai partagé un baiser avec un temps du passé,
Il m'a été envoyé avec un ange à son chevet,
Ce passé vécu et un peu rêvé,
Semble être de retour comme ressuscité,
Moi qui me croyais malade,
Et qui vomissais,
Au rythme de mes ballades,
Et tout ce que j'ai raté,
Je pensais que l'avenir n'était plus qu'accessoire,
Qu'il ferait de mon passé la voie du désespoir,
Je vois l'avant après
Quand j'ai fini mes traversées,
Aurais-je été aveugle ou juste désintéressé ?
Je vois l'avant après
Quand j'ai fini d'exister
L'avant m'arrive après
Je le revis en replay
Avec un goût de nostalgie et le regret avancé,
L'avant qui vient après
Me fait réaliser que,
Ce que j'ai raté
Je peux le rectifier.
 

©Djida Cherfi
19/06/2020
 
 

 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
9 juin 2020 2 09 /06 /juin /2020 06:33

 

 

 

Ma douce toi qui me manque tant

Tu es là à chaque instant,

Tu fais partie de mes gestes,

Comme une habitude qui reste,

Tu ne me quittes jamais,

Il reste de toi comme un parfum discret,

Quoi que je fasse on te reconnait,

En dépit des masques et des carapaces,

Dans mes yeux on devine ton secret,

Ton départ abrupt m'a fait réaliser,

Que l'aventure était trop courte,

Et que tu me soulageais,

Ma douce tu étais le régulateur de ma fragilité,

Mon coté sensible mais le plus sensé,

Bien que tu m'aie tout donné,

J'ai par moment pensé que tu me dominais,

Il m'a fallu longtemps pour saisir l'idée,

Que tu es une perle une rareté,

Il m'a fallu longtemps pour accepter,

Que comme le destrier qui m'inspire 

Il faut savoir te dompter

Moi qui cherche à atténuer le poids de mes pensées

J'ai refusé de m'appuyer sur ta légèreté

Je t'ai prise pour un jardin beaucoup trop exposé,

Alors que tu m'aidais à le survoler,

J'aurais du m'accrocher a tes plumes colorées,

Et prendre mon envol comme tu me l'enseignais.  

 

©Djida Cherfi

 07/06/2020

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
27 mars 2020 5 27 /03 /mars /2020 08:01

 

 

     Un soir en 2016, j'ai fait un de ces rêves où l’on sent que l'avenir s'annonce difficile. J'ai vu un mort dans un cercueil. Le mort en avait l'aspect, mais il avait l'air en souffrance. En m'approchant de lui, j'ai vu qu'il restait un souffle de vie en lui ; un souffle qu'il utilisait pour essayer de passer un message important, même vital ! Tout au long du rêve, le " presque défunt " gémissait dans l'espoir qu'on l'entende et surtout qu'on écoute ce qu'il avait à dire.

On dit que le plus important dans l'interprétation des rêves ce sont les détails et, le détail qui fait toute la différence et qui me conforte dans l'idée que ce rêve prédisait les événements que traverse notre pays, est qu'en plus du linceul, le corps du " faux mort " était recouvert par de grosses couvertures aux couleurs du drapeau algérien. 

Dans ce poème qui fait partie de ma collection intitulée Marabout, je décris ce que j'ai vu ce soir-là en essayant de décrire la scène exactement comme je l'ai vécue…

 

 

Le mort qui parle

 

Dans un cercueil, un jeune garçon mort sans l’être vraiment.

Empilées sur lui des couvertures aux couleurs

Pur, feuillage et sang.

Mais dans cette étrange et triste atmosphère,

On  recouvre le suaire,

Dissimulé dans le mystère !

 

Jeune homme l’air d’un sage comme un oiseau dans une cage,

Couleur pure, feuillage et sang,

Autour de lui, le néant !

 

Mort sans l’être vraiment, on lui met des couvertures,

Camouflage ou protection ?

Difficile de faire la distinction !

 

Les yeux scellés, le visage pâle

Mais la bouche ouverte le mort parle !

Linceul caché, on le recouvre  …

Camoufler ou protéger, je ne saurai me prononcer !

 

Une seule âme ose se pencher

Pour tendre l’oreille et écouter.

L’âme encore en vie encourage l’âme partie.

Partie sans être partie 

qui se bat et gémit.

Un message doit passer,

Message d'une âme en souffrance et désespérée !

Partie sans être partie…

 

Dans la bouche du coton,

L’intérieur du corps se vidant,

Le jeune garçon, mort sans l’être vraiment,

N’arrive qu’à pousser des hurlements sourds mais évidents.

 

La terreur soudain me prend

Je suis la seule mais je comprends.

Il ne faut pas enterrer ce garçon !

Il est mort mais, sans l’être vraiment…

Il pourrait bien être encore vivant et,

Son message vital et important !

 

Ecoutons… !

 

Il a des choses à dire ce garçon,

Mort sans l’être vraiment,

Au linceul perfide,

Entre le pur, le feuillage et le sang.

Pourquoi le recouvre-t-on ?

Parce que mort ? Ou pas vraiment ?

Pourquoi cache-t-on le chaos qui nous attend ?  

 

©Djida Cherfi

 28/02/2016.

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
2 mars 2020 1 02 /03 /mars /2020 07:40

 

 

 

 

Poésie fracassée

Déchet de la nature humaine

J'ai fait un bonhomme en pâte à modeler

Il était mignon et bien potelé.

Il était de nature à modeler

doux et tendre mais, j'ai du enlever beaucoup de déchet.

A toi il m'a tout de suite fait penser,

Toi qui est de nature humaine mais extrait de son déchet !  

 

©Djida Cherfi

 28/10/2019.

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
7 février 2020 5 07 /02 /février /2020 07:42
www.psy-paris-sengler.fr

 

 

 

 

Si son regard  ne te fait pas honneur

Cherche ton reflet dans le regard de ceux qui te respectent

Cela pourrait t'apporter du bonheur

En dépit de ce que tu ne veux  pas laisser paraître

Regarde-toi dans les yeux de ceux qui voient ta valeur

Ne la cherche pas dans les yeux de celui qui fait ton malheur.

Bien qu'il te dévalorise,

Sache qu'il est conscient de la force qu'il amoindri par son emprise

Et tu te retrouves paralysé, entre l'amour et le danger

Enlève ton cœur de son regard

C'est ta première échappatoire

Écoute ce conseil qui remplace une seule paire d'yeux par son pluriel

... tu pourrais aussi regarder en toi et décider de qui te voit  

 

©Djida Cherfi

03/01/2020.  

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
14 mars 2019 4 14 /03 /mars /2019 07:54

Rien n’est encore gagné dans la lutte exemplaire d’une grande partie du peuple algérien. Je lui apporte mon soutien de cœur… Jean Dornac

 

Un Seul Peuple une Seule Prière 

 

Mes frères la machine est lancée,

Ce n’est pas le moment de céder.

Plus que jamais il faut rester soudés

Comme un seul corps debout

Contre l’adversité.

Gardons ce rythme,

Gardons cette cadence,

Mais surtout maintenons l’ordre

Évitons la violence.

Car ceci est notre plus grande arme et,

Sachez qu’elle effraye plus qu’elle ne charme.

Souvenons nous a chaque instant et

Quoi qu’il arrive que

Notre pouvoir est dans la main qu’on donne à nos frères.

De la blanche capitale en passant par Oran la belle

Sétif la majestueuse et Tizi-Ouzou la rebelle,

Constantine la vertigineuse ou Bejaia l’altière

Algériens jusqu’au fin fond de son désert.

Un seul peuple une seule prière.

 

©Djida Cherfi

12/03/19

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche