Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 06:48
Le beau passé – Djida Cherfi
Photo J.Dornac©
 
 
 
 
Gardons en mémoire les souvenirs
qui ont révélé nos sourires.
Gardons les instants passés dans la joie,
la seule joie d’être ensemble même
si c’était pour la dernière fois.
Souvenons-nous du beau passé,
parons le présent de ces instants consommés.
Oublions l’avenir qui ne nous appartient pas,
retenons ce qui a été à nous et qui nous accompagnera.
Conjuguons chaque précieux instant au « beau passé »,
mettons le reste à « l’imparfait ».
Profitons des bons moments,
faisons un rêve du présent.
Pour un meilleur avenir
Gardons les bons souvenirs.
Rappelons-nous du beau passé,
qui apaise les blessures.
Effaçons l’imparfait,
qui ouvre les fissures.
 
©Djida Cherfi
19/06/2016.




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Djida Cherfi
commenter cet article
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 06:43
Les âmes qui flottent (les poètes) – Djida Cherfi
Louis Janmot – Musée des Beaux Arts Lyon
 
 
 
Nous sommes des âmes qui flottent
au-dessus d’âmes qui se terrent.
Nous sommes des âmes qui virevoltent
dans un monde qui nous perd.
 
Nous sommes des âmes seules en errance,
âmes perdues et solitaires.
En perpétuel état de transe,
nous aimons flotter dans les airs.
 
Seules à se chercher au risque de ne jamais se trouver !
 
Des âmes individuelles
des âmes uniques et sans pareils.
Des âmes seules comme il n’en existe pas
et qui se cherchent dans les recoins
d’un monde qui n’en veut pas.
 
Des âmes qui s’isolent
pour mieux se retrouver et se reconnaître !
 
On se cherche dans un monde trop petit
on se protège dans un univers ou ensemble on grandit.
Ainsi, on rassemble nos esprits et,
on comble ce vide qui nous a unis.
 
©Djida Cherfi,
un jour à la rencontre d’une âme unique !




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Djida Cherfi
commenter cet article
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 06:33
Mes rêves – Djida Cherfi
 
 
 
 
 
Dans mes rêves, il y a des maisons
Aussi secrètes qu’un vieux château.
Il y a la mer,
qui berce de magnifiques bateaux,
Sur le sable,
Des poussières d’or
Des saphirs et des émeraudes
Sur l’eau.
Moi au-dessus de tout cela,
Je m'éloigne et vole très haut
J’ouvre mon cœur aux ailes d’oiseau
Puis je contemple le plus merveilleux des cadeaux
Notre si beau monde !
 
©Djida Cherfi

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Djida Cherfi
commenter cet article
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 06:44
La Boule à neige – Djida Cherfi
 
 
 
 
Mélanger de l’eau et des perles de neige
d’un geste du poignet qui vous fait voyager.
Une chaumière au milieu d’un bois,
des sapins enveloppés d’un blanc velours.
Un feu de cheminée à travers une fenêtre,
l’enfant en moi commence à renaître.
Mes yeux s’illuminent dans une boule de verre,
de la fumée s’envole dans mon ciel imaginaire et,
je fais d’un petit espace tout un univers.
Je quitte l’immensité du globe,
dans une boule à neige,
Je me construis un monde !
 
©Djida Cherfi
19/06/2016
 
 
 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Djida Cherfi
commenter cet article
30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 06:31
Larmes en deuil ! – Djida Cherfi
Boualem Cherfi, disparu tragiquement le lundi 20 mars 2017
 
 
 
 
 
Pourquoi je n'arrive plus à pleurer ?
Quelques jours seulement se sont écoulés et,
les larmes semblent refuser de couler.
Mon cœur serait-il desséché
par la peine inconsolée ?
Quelques jours seulement sont passés,
je cherche ton visage voilé
par le souvenir qui risque de s'effacer.
Dans ma tête, un dernier sourire tatoué,
une image que, jamais, je ne voudrais oublier
malgré le temps et ses souvenirs embrouillés.
Quelques jours… C'est mon cœur qui ne cesse de pleurer.
Les yeux sont complètement vidés !
Quelques jours seulement et, je commence à me demander
si le temps peut réellement soigner
cette blessure que ton absence nous a laissée.
Tragédie qui ne fait plus pleurer parce qu'en silence, le cœur a décidé de souffrir,
prenant l'air résigné à travers des yeux qui ne peuvent plus pleurer !!
Même les larmes sont endeuillées...
 
©Djida Cherfi
27/03/2017
 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Djida Cherfi
commenter cet article
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 07:40
Mon plus beau printemps – Djida Cherfi
 
 
 
 
 
J’ai ouvert il y a un temps,
Le livre de mon plus beau printemps.
Tu te tenais devant moi,
J’ai sauté dans tes bras.
Tu m’as chuchoté à l’oreille,
Que j’étais ton hirondelle.
J’ai ouvert il y a un temps,
Le livre de mon plus beau printemps.
Tu avais fait de tes mains,
La tenue du lendemain.
J’ai porté fièrement,
Ce que tu as cousu amoureusement.
J’ai fermé il y a longtemps,
Le livre de mon plus beau printemps.
J’ai grandi en portant l’innocence,
Ce que j’ai hérité de mon enfance.
L’amour que j’offrirai a mes parents,
Toujours et abondamment.
 
©Djida Cherfi




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Djida Cherfi
commenter cet article
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 07:42
Aux femmes bafouées qui voudraient crier – Djida Cherfi
 
 
 
Passionnée de volupté,
Gourmandises chocolatées.
Délicieuse à souhait,
Mielleuse et amoureuse.
Charmée attirée,
Portée, entrainée par…
Le sucré chocolaté !
Dépendante, intoxiquée,
Puis le cœur arraché.
Violentée, malmenée,
Doucereuse brutalement poivrée.
Révoltée enragée,
Un seul cri suffirait
Pour qu’elle soit libérée.
Elève la voix fabuleuse
Furieuse mais délicieuse.
Sucrée chocolatée
Redeviens ce que tu étais !
 
©Djida Cherfi
11/03/2015

 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Djida Cherfi
commenter cet article
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 07:43
Un poème pour ma grand-mère – Djida Cherfi
 
 
 
 
Toi qui étais orpheline,
Qui a grandi sans parents,
Toi qui étais orpheline,
Tu as vu mourir tes enfants.
Tu as laissé en ce monde un vide immense.
Toi qui as toujours porté sur ton dos,
Des soucis, des malheurs et des fardeaux.
Toi qui as toujours obéi,
Tu n’as jamais eu d’ennemis.
Tu as laissé dans mon cœur un vide immense.
Toi qui as toujours offert
Les bras et le cœur ouverts.
Toi qui n’as jamais cessé de rire,
Tes histoires et tes blagues sont nos meilleurs souvenirs.
Tu as laissé un monde froid et vide de sens.
Toi qui as vécu sans parents,
Tu avais la bravoure d’un roi.
Tu nous as quittés si brusquement,
Nous sommes orphelins de toi !
 
©Djida Cherfi



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Djida Cherfi
commenter cet article
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 07:41
Principes fragiles – Djida Cherfi
 
 
 
 
Parfois je me demande pourquoi quand tout va bien,
Tous les bons vieux principes prennent des vacances.
Alors que quand les choses vont de travers,
On cherche la foi et on espère pénitence.
On s’invente des bonnes volontés et des actions,
On fait des efforts ; on s’improvise « bon ».
On se surpasse ; on devient... prophète !
On se permet des conseils sur la vie, de quoi elle est faite.
On devient les meilleures personnes que dieu ait créées.
Mais voilà, le diable ressurgit aussitôt que le mal disparaît.
On oublie trop vite qu’on peut succomber,
Parce que dans la vie, il y a des choses difficiles à réaliser.
Des choses simples, évidentes et spontanées
Des valeurs qui n’auraient pas de délais.
De simples expériences, qui peuvent parfois marquer,
Dont on devrait parler pour se rappeler et se libérer.
Se libérer pour une plus grande sagesse d’esprit,
Qui parlerait mieux de ce qu’est vraiment la vie.
 
©Djida Cherfi
 
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droit
Repost 0
Published by jdor - dans Djida Cherfi
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 07:48
Mère et fils – Djida Cherfi
La mère et l’enfant – Gustav Klimt
 
 
 
 
Quand tu es entré dans ma vie,
je n'ai pas pensé faire demi-tour.
Un tourbillon nous avait pris,
j'en ignorais les détours.
Je ne sais comment ça s'est fait
ni comment ça s'est transformé,
quand un jour tu apparais
telle une lumière chaude et dorée,
un ange tombé du ciel qui m'éblouit
qui m'émerveille !
 
Moi qui croyais en avoir fini
avec mon cœur déjà épris,
je ne savais pas que l'amour pouvait
émettre un florilège de cris !
Comme le cri de ta naissance
ton arrivée dans mon monde,
mon espérance, ma chance,
"A" de mes passions profondes...
 
©Djida Cherfi
 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Djida Cherfi
commenter cet article

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche