Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2020 6 07 /11 /novembre /2020 07:41
Par Christian Ferrer / Wikimedia Commons, CC BY-SA 4.0
 
 
 
 
Lever la tête et voir
Un vol de flamants roses
 
Avec une grande hache
Découper le grand H
De l’histoire des humains
 
L’alchimie de nos corps
Cela suffit à notre éternité́
 
Foutre en l’air les martingales
Aller vers la vérité́
La substantifique moelle de la vérité́
 
Y a-t-il plus beau à raconter
Que l’histoire de l’olivier millénaire ?
 
Être précis
Abandonner l’à-peu-prisme
Et croire aux vertus du travail
 
Face à la noirceur du monde
Ton sourire
 
© David Chomier
  
 Extrait du recueil « Soyons Bref » aux éditions Stellamaris
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2020 7 04 /10 /octobre /2020 06:26
Image : qqcitations.com

 

 

 

Que tu sois
 
Boutiquier bourgeois
D’une grande avenue
 
Ou
 
Belle horizontale
D’un bouge sordide
 
Reste
Ce que tu es Je resterai
Ce que je suis
 
Chacun son rôle
Un rôle pour chacun
 
© David Chomier
  
 Extrait du recueil « Soyons Bref » aux éditions Stellamaris
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2020 7 06 /09 /septembre /2020 06:47
undefined
photo : www.superprof.fr

 

 

 

Pas d’enrobage possible La réalité est ainsi

 

Le polissage
L’arrondissement des angles
C’est l’affaire de quelques âmes qui savent faire Mais il faut faire avec
La réalité est ainsi

 

Quand les gastéropodes prendront le pouvoir Quand ma femme ne m'aimera plus
Toutes les luttes seront inutiles
La réalité est ainsi

 

Je suis né c'est l'évidence L'évidence qu'on ne choisit pas La réalité́ est ainsi

 

Pas d'enrobage possible La réalité est ainsi

 

© David Chomier

  

 Extrait du recueil « Soyons Bref » aux éditions Stellamaris

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
6 août 2020 4 06 /08 /août /2020 06:49

 

 

 

 

 

La lutte est sanglante

Et semble sans fin

 

Tantôt un vainqueur
Une saignée plus profonde

Vaines veines éclatées
Tout se remet
La lutte reprend au cœur

D’un niveau plus immonde

 

La lutte est sanglante

Et semble sans fin

 

Les coups sont mortels

Mais nul ne meurt

Increvables ces deux moi

Eh oui, regardez-moi

Victime éternelle

D’une (cruelle) lutte intérieure

 

© David Chomier

  

 Extrait du recueil « Soyons Bref » aux éditions Stellamaris

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2020 5 10 /07 /juillet /2020 04:33
Le chat de Geluck

 

 

 

 

 

D’avoir vécu
Toute la vie
Depuis le premier jour
Je peux dire plein de choses

 

Je peux parler de la vie
Sans l’exagération qui convienne

– exagération répandue –
Parler de CE QUE JE VOIS

 

Ce que je vois c’est que le bonheur

Échappe à tous,
C’est que le bonheur est une fumisterie

Et aussi : Dieu, c’est l’homme

C’est une idée très répandue

Apollinaire et Brel l’ont dit avant moi

 

© David Chomier

  

 Extrait du recueil « Soyons Bref » aux éditions Stellamaris

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
13 juin 2020 6 13 /06 /juin /2020 06:27

 

 

 

Les gens lucides partent d’ici

D’ailleurs, de partout
Une fuite en avant perpétuelle

 

Car l’humain est partout

L’humanité́ a tout envahi

À ce sujet nulle querelle

 

Les gens lucides partent ailleurs
Là-bas, n’importe où (pour le meilleur ?)

Une fuite qui est un devoir

 

Car l’humain est insupportable

Et c’est insupportable
Le reflet du miroir

 

© David Chomier

  

 Extrait du recueil « Soyons Bref » aux éditions Stellamaris

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
23 mai 2020 6 23 /05 /mai /2020 06:27

 

 

Dès le matin la musique est un bruit

Et le rossignol n’est plus aussi chantant

 

Les jupes des femmes ont des mauvais plis

Et les maîtresses se déshabillent aisément

 

Jusqu’au soir les vautours manigancent

Et les plus faibles dansent

 

Les éléments se déchaînent jour et nuit

Et Dieu n’est pas un bon confident

 

Les laideurs hélas sont désormais à craindre

Et l’écriture est une façon de feindre

 

Oh lucidité... tu ne me quitteras plus  

 

© David Chomier

  

 Extrait du recueil « Soyons Bref » aux éditions Stellamaris

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
28 avril 2020 2 28 /04 /avril /2020 06:20
Photo Alberto PIZZOLI / AFP – Le Dauphiné.com

 

 

Dis
Tu t’en rappelleras
De moi
Le damné
Dis tu t’en rappelleras
Comme je t’ai aimée
À m’en écarteler
Finissant
Âme rincée
Débris...
Dis tu t’en rappelleras
De moi
Le con
Damné
Dis tu t’en rappelleras
Comme je t’ai aimée
Jusqu’aux portes de l’enfer Finissant
Par tuer la mort
Tout ce qui pouvait nous séparer... Dis
Tu t’en rappelleras
De tout ça
Tout ça de moi
Dans dix ans, une éternité !
Dans mille ans, demain !
Allez dis
Dis-le
Dis-le moi
Que tu t’en rappelleras...

© David Chomier

 

 Extrait du recueil « Soyons Bref » aux éditions Stellamaris

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
31 mars 2020 2 31 /03 /mars /2020 06:29

 

 

 

 

 

On s’est baisés un verre
Puis deux
Puis le chiffre ne compte plus

Puis on s’est bousculés
À rebrousse poil
Sur nos idées
Pas très élaborées
Sur la vie, l’amour, la mort

 

Et on a failli pleurer

En se quittant

Quand on a senti

Sourdre

La grande

Émotion

 

Celle
Du

DERNIER

INSTANT

 

Alors en pointillé
Sur la pointe des pieds

On s’est séparés

 

Tournant la tête

Puis tout le reste

 

Chacun de son côté

 

Désormais  

 

© David Chomier

 

 Extrait du recueil « Soyons Bref » aux éditions Stellamaris

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
7 mars 2020 6 07 /03 /mars /2020 07:16
« L’ange du Foyer », Max Ernst

 

 

Qu’un fou furieux s’empare de moi

Qu’il m’attache à toi

Qu’il nous permette la fusion

L’effusion

Que ce fou (qu’il soit béni !) nous enferme dans un cachot

Avec juste ce qu’il faut d’eau

Qu’il me déshabille et me recouvre d’un pagne

Qu’il me tape, que tu me soignes

Dans la belle obscurité

De notre promiscuité

Que ce fou demeure à notre porte

Qu’il fasse en sorte

Nous faire oublier du monde

Nous laisser mourir dans la pénombre

Qu’un fou furieux s’empare de moi

Qu’il s’attache à tout ça 

 

© David Chomier

 

 Extrait du recueil « Soyons Bref » aux éditions Stellamaris

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche