Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 07:10

 

img-2-small480.jpg

George Minne, Mère pleurant son enfant mort - http://textyles.revues.org/1419



France, juillet 1942

Elle s’appelait Judith
N’avait pas dix ans
Et l’avenir en héritage
Avec l’amour de ses parents

L’effroyable démence
Qui régnait en Germanie
Et l’extrême lâcheté
D’un pouvoir collabo
En villégiature à Vichy
Précipitèrent Judith
Au cœur de l’enfer
Du Vel’ d’hiv’ à Auschwitz

Nul ne sait la souffrance
De la petite fille
Innocence cueillie
Par quelques argousins
Serviteurs sans conscience
De l’abominable sort
Ne restent comme témoins
Que quelques fours odieux


Palestine, première Intifada : décembre 1987

Il s’appelait Mohamed
N’avait pas encore seize ans
Pour lui, pas de futur
Son quotidien s’appelait
Intifada et couvre-feu

La peur et l’ego monstrueux
Qui règnent en Israël
Et l’immense veulerie
Des pouvoirs européens
Aveugles envers l’humain
Ont volé, un jour d’hiver
La vie du jeune Palestinien

Qui sait ce que pensait
Le jeune Mohamed
Juste avant d’être frappé
Au cœur du cerveau
Par la balle d’un soldat
Serviteur sans conscience
D’un pouvoir d’occupation
Restent les larmes d’une mère


À tous les enfants du monde

Ils étaient de partout
Ils étaient de nulle part
Ces enfants de toutes les couleurs
Massacrés par de sombres tueurs

Combien sont-ils
Ces Judith et Mohamed
Victimes désignées
Des pouvoirs ivres
Des idéologies meurtrières
Victimes immaculées
Ecartelées au seuil
De leur vie et destinée

Qu’importe leur patrie
Leur religion, leur culture
Qu’importe encore
Leur appartenance ethnique
Ils étaient nos enfants
Seules promesses d’avenir
Dans un monde sans futur
Gangrené par l’indifférence

Tragique vide de sens
Sur cette terre
Tant que des hommes
Ordonneront ignoblement
Le sacrifice des enfants
Pour satisfaire leur gloire
Et leur pouvoir insensé
De bêtes déchaînées

Tuer les enfants
N’est-il pas le pire crime
Tuer l’innocence, c’est brûler le temps
Et s’enfoncer dans le cercle noir
Des déments sortis de l’enfer
Ces monstres aux visages ordinaires
Qui jettent un voile de ténèbres
Sur une humanité atrophiée

© Jean Dornac
Paris, le 23 octobre 2010



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche