Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 08:36
Profondeurs marines – Marlène Racine-Toussaint
 
 
 
 
Pour que votre amour dure à perpétuité
Il vous faudrait voguer en haute mer
Implorer Simbi de vous emmener avec lui
Pour vivre loin du monde terrestre
Et mener une vie pélagique
Alors vous feriez partie
De cette faune benthique
Ou vous seriez votre subsistance 
 
© Marlène Racine-Toussaint



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 08:35
L'amour réveillé - Marlène Racine-Toussaint
© William Turner
 
 
 
 
Notre navire navigue, sur une mer mouvementée
Nous avons abordé, un autre cap hier soir
N’ayons pas d’illusions, ce sera sans espoir
Cet amour effectue, une pénible montée
Notre navire navigue, sur une mer mouvementée
 
Ce n’est donc pas un rêve, et nous devons y croire
En ce beau soir d’automne, l’amour s’est réveillé
Et de cette traversée, nous sommes émerveillés
Mais le vin est tiré, il nous faut bien le boire
Ce n’est donc pas un rêve, et nous devons y croire
 
Même pour un court moment, célébrons notre amour !
Si Dieu, dans sa clémence, a pu nous réunir
C'est bien pour nous aimer, et non pas nous punir
Chassons remords, scrupules, ça vaudra le détour
Même pour un court moment, célébrons notre amour
 
Le temps a fait son œuvre, à l’automne de nos vies
Souvenirs et regrets, seront bien exprimés
Écueils, chagrins, douleurs, nous aurons déprimés
Le DESTIN s’en charge, encore une fois, c’est la vie !
Le temps a fait son œuvre, à l’automne de nos vies  
 
© Marlène Racine-Toussaint



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 08:59
Passage du temps – Marlène Racine-Toussaint
 
 
 
Nous nous rendons compte que le temps passe vite
Durant son passage dans la vie de chacun
Quelque chose naît, lorsqu’on découvre l’amour
Quelque chose meurt, quand l’amour se retire
Comme des nuages, les années s’effilochent
La vieillesse sans égard et à grands pas
Supplante les temps heureux de notre jeunesse
S’il est fort souvent difficile
De  ressentir ce sentiment
Pur et tendre qu’est l’Amour
Ou encore, de pouvoir le capturer
C’est parce que l’être exceptionnel qui l’incarne
Est encore bien imprégné dans son cœur
Dans toutes les fibres de son être
Aujourd’hui, comme hier et demain,
Plus que jamais 
 
© Marlène Racine-Toussaint



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 08:24
Souvenance – Marlène Racine-Toussaint
 
 
 
Pour que jamais je ne t’oublie
J’ai écrit ton nom
Sur les murs de la maison
Sur les arbres du jardin
En souvenir de nos longues marches
Sur le pavé de notre rue
Ou sur le sable rose de la plage
Mais j’ai aussi écrit mon nom
Sur les vagues de l’océan
Pour qu’elles l’emportent vers toi
A n’importe quel ailleurs
Pour perpétuer le souvenir
Afin que jamais tu ne m'oublies
 
© Marlène Racine-Toussaint



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 07:30
Regards – Marlène Racine-Toussaint
 
 
 
 
Un regard, c’est vraiment peu de chose
Lorsqu'il provient de l’être aimé
Peut-être un signe d'amour non déclaré
Ou encore d’amour éternel
Le tien en tout temps m'a phagocytée
Tendre, il fait battre mon coeur
Cause des moments de grand bonheur
Accompagné d'un doux sourire
Il me subjugue tout à fait
Baissé, il implique tendresse enfouie
Cache les non-dits
Perçant, il laboure mon âme
Révèle des désirs restreints
Captivant, il m'empêche de m'enfuir
Poignant, met mon coeur en émoi
Pétillant, révèle ta joie de me voir
En Coin ou furtif manifeste ta timidité
Vitreux, démontre un chagrin
Un regard de chien blessé exprime des regrets
Ton regard, de quelque manière il se pose sur moi
Indique que tu m’aimes, vraiment !
 
 © Marlène Racine-Toussaint (Maratou)



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 08:51

 

picabia-francis-01.jpg

© Francis PICABIA



De la fenêtre de ma chambre
Je vois tomber les feuilles des arbres
C’est l’automne, la saison de leur mort
De couleurs variées, jaune, marron, rouge
Ocre et vert, elles jonchent le sol
Formant quand même un beau tapis
Acte glorieux de madame nature

À Contempler ce triste spectacle
Une douce langueur m’envahit
Me reviennent clairs et précis
Des souvenirs du temps jadis
De cet amour au destin malheureux
Temps encore précieux pour nous deux
Alors mon cœur s’attriste et pleure

© Marlene Racine-Toussaint (Maratou)



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 07:26

 

haiti.jpg

© Albert Desmangles



Je sais d'où je viens
Et je sais qui je suis
Je suis fille d’Haïti !

Cette petite île située dans le bassin des Caraïbes,
Autrefois lointaine, par rapport à l’Europe, l’Asie et L’Afrique.
Mais grâce à cette nouvelle configuration du monde,
La technologie moderne et la marche du temps
Les distances se rapprochent.

Malgré tous les égards envers ma terre d’adoption
À laquelle je témoigne reconnaissance et affection
Les affres de l’exil, l'aliénation volontaire ou forcée
Et les impondérables qui ont influencé ma vie
N'empêchent que je lui voue un amour éternel

Je porte en moi mon île, je sens les battements de son cœur
Je la vois, je l'entends et ses cris stridents et lancinants
Déchirent mes entrailles, broient mon âme, percent mon tympan
Me font mal au cœur, au ventre, me phagocytent
Et me laissent bourrelée de remords de l’avoir quittée.

Je pense à Port-au-Prince, sa belle Cathédrale
Son beau Palais National et celui de Justice
Ses belles demeures, ses taudis et ses chaumières
Ses rues que j’ai sillonnées, en terres battues ou asphaltées
Maintenant enfouis sous les affreux décombres

Je revois ses manguiers, mon fruit favori, ses bougainvilliers
Ses choublacks et gueules de loups de Kenskoff
Ses temps de cyclones, d’ouragans meurtriers et de pluie
Ses beaux jours ensoleillés et sa mer d’émeraude
Qui ont eu le pouvoir de me faire rêver d’amour

Pardonne-moi chère Haïti, pays ou j’ai vu le jour
Pays où des souvenirs et mon nombril sont restés enterrés
Pour moi tu étais belle, la plus belle d’entre toutes
Jamais je ne t’oublierai, je t’aime à tout jamais
Je voudrais y revenir et mourir dans tes bras

Je sais d'où je viens
Et je sais qui je suis
Je suis fille d’Haïti !

© Marlene Racine Toussaint (Maratou)



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 06:56

 

Sans-titre.jpg

http://www.pbase.com/pierre56/image/67600771



Parole de femmes, nous la reprendrons
Cette liberté que nous réclamons
A cor et à cri, sans états d’âme
Point n‘est besoin, de vendre nos âmes

En avant femmes du pays de l’or
Faisons lever une nouvelle aurore
C’est bien sur ton dos que tout repose
“Poto Mitan”, vois l’avenir en rose

Souvenez-vous de nos femmes vaillantes
De leurs actes de grandeur éclatante
Leur sang abreuva le sol exploité
Pour nous donner cette gloire méritée

Nous regagnerons cette Liberté
Telle que nos ancêtres nous l’ont léguée
Pour ce faire, il faut sans cesse œuvrer
Toujours ensemble pour la recouvrer

Point n’est besoin de vendre nos âmes…

© Marlène Racine-Toussaint
10 décembre 2009



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits.

Repost 0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche