Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 06:32
La harpe – Michèle Freud
 
 
 
 
Vincent s’éveilla quand les premiers rayons de soleil effleurèrent sa tente. Le jeune homme se leva, guilleret et sortit. Le ciel avait pris la couleur d’une rose et la journée s’annonçait prometteuse. Le petit pré était accueillant avec toutes ses fleurs multicolores. Le jeune homme but l’air frais à la régalade et commença de préparer un petit déjeuner substantiel. Il se sentait bien, en résonnance avec cette campagne sauvage et il pensait que la nature, avec ses énergies vivifiantes, constituait un lieu de re-création. Il était 8 heures quand Vincent mit son sac sur le dos et partit vers la forêt.
 
Il suivit d’abord un petit sentier qui longeait un champ d’herbe grasse où paissaient quelques vaches. Le garçon allait d’un bon pas mais il remarquait les gouttes de rosée sur les toiles d’araignées, les corolles et les graminées. La beauté était partout et offrait généreusement ses bienfaits. Si seulement elle pouvait semer à tout vent des graines de bonté ! A 10 heures, il atteignit l’orée de la forêt. Celle-ci semblait sortir du fond des âges et Vincent frissonna d’émotion. C’est à pas lents et légers qu’il entra dans ce sanctuaire. Il n’existait pas de sentier, seulement une trace, laissée sans doute par les animaux. Le jeune homme la suivit un moment puis il partit à la découverte de ce lieu mystérieux. Il aimait toute cette végétation exubérante, ces mousses pleureuses, ces chevelures d’usnée. Il admirait le foisonnement des couleurs et des formes étonnantes dans les écorces, il notait les essences entremêlées, les arbres tordus aux silhouettes insolites, les troncs pourris grouillants de vie. Il avançait avec émotion et respect, découvrant peu à peu l’âme du lieu, respirant le mystère, avec, sur les lèvres, un goût étrange d’éternité. Il sentait dans tout ce chaos, vibrer l’harmonie, percevait l’élan vital, voyait la vie et la mort s’entrelacer. Dans ce cadre fascinant, dans ce silence moelleux, il aurait aimé dire un poème écrit par les arbres…
 
Soudain, il entendit dans le lointain, le clapotis de l’eau et puis, presque en même temps, les notes cristallines d’une harpe. Mais un tel instrument dans ce lieu paraissait impossible. C’était peut-être le vent, un vent charmeur qui égrenait ces quelques notes pour montrer son savoir-faire. Curieux de résoudre cette énigme, le jeune homme avança plus vite. En une demi-heure, il fut au bord d’un ruisseau plein de vie, parsemé de blocs de pierres, un ruisseau qui coulait dans un cercle de lumière. Paysage irréel, jardin d’Eden, vagues de félicité…
 
Brusquement, Vincent la vit, cette harpe, posée sur un rocher au bord de l’eau. Elle semblait rayonner et Vincent la regardait, subjugué. Et puis, comme dans un rêve, il vit apparaître une jeune fille qui ressemblait à une fée. Elle ne fut pas surprise de le voir. C’était comme si elle l’attendait depuis toujours. Ils se regardèrent, les yeux dans les yeux. Il n’y eut pas besoin d’en dire davantage. Elle se mit à jouer  une musique pour l’âme et semblait dire : « Tout cet amour, le respires-tu, le sens-tu ? » Un lien indissoluble venait de se tisser entre eux, comme si, dès la première rencontre, ils avaient élu domicile l’un dans l’autre. En contre-bas, dans l’eau claire du ruisseau, des cercles concentriques apparurent et soudain ils s’entrelacèrent, comme des anneaux de mariage…
 
©Michèle Freud

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche