Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juin 2018 7 17 /06 /juin /2018 06:29
Sleeping Beauty, par Henry Meynell Rheam
 

 

 
 
Naître avec le jour
qui partage la joie
apparue dans tes yeux
c’est tendre vers la lumière
et peut-être lui ressembler…
 
Laisse-moi entrouvrir
le sentier d’espérance
il murmure déjà
comme un geste
qui s’éveille
et s’apprête à franchir
le trouble de nos sens…
 
Ah ! se pencher tel un dieu
au-dessus de tes songes
quelle ivresse et quel talisman
pour mon corps de flamme
transfiguré par le regard
frémissant de ta chair !...
 
Quelle capture
pour un poème
et quel souvenir
pour mes mains affamées !...
 
Je saisis ce jour par le désir
et sa clarté  ne peut décroître
puisque ta peau
porte le cri
du péché qui délivre
et de la volupté
qui nous sauve !...  
 
© Victor Varjac
Antibes, le 7 novembre 2000

Extrait du recueil « l’Homme Imaginaire » aux éditions MELIS




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
3 juin 2018 7 03 /06 /juin /2018 06:39
Le penseur - Rodin

 

 

 

 

De la jeunesse à l’autre rive
j'avance à tâtons
sur l’imprudence du temps…
 
Hélas je ne connais
que l’ignorance
et le quotidien douloureux
car l’enfant que je suis
est encore à naître…
 
J’ignore malgré mon âge
l'identité réelle
de l’occupant de ma chair
mais je marche encore
au bras de l’espoir
même si je me trouve
sans cesse
à deux pas de l’erreur…
 
L’indulgence  permet
de nommer la folie
sans m’évanouir
entre ses mains…
 
Et dans la tiédeur du rêve
loin du vertige
de l’ombre impalpable
et terrible
je découvre l’homme que je suis…
… alors saisi d’étonnement
je frappe le soleil
de colère et de joie…
… murmure de poussière
d’un monde inconnu
qui ne m’appartient pas…
 
© Victor Varjac
Antibes, le 4 novembre 2000

Extrait du recueil « l’Homme Imaginaire » aux éditions MELIS




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
20 mai 2018 7 20 /05 /mai /2018 06:23
Fragonard – Les amants heureux

 

 

 

 

Mon corps n’existe
qu'au pays de tes caresses
trouble impénétrable
et plus extrême
que ta nudité…
 
Créature éphémère
vas-tu m’apprendre enfin
le tragique plaisir
du souffle qui embrase
la force des dragons
aux flammes de ma vie ?...
 
Fais rugir le feu
qui  brise l’écorce
et jette l’extase
dans la chair de mes mains
ivres de ta peau
brune et soyeuse
comme un voile inconnu
à l’aube de la terre…
 
Arrache de mon âme
la glace de l’oubli
et fouille le désert
qui marche vers ma tombe…
 
Effleure le chant
de l’odeur enivrante
qui déchaîne ton ventre
pour que l’image folle
traque la horde sauvage
des spasmes de mon sang… 
 
© Victor Varjac
Antibes, le 28 septembre 2000

Extrait du recueil « l’Homme Imaginaire » aux éditions MELIS




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
29 avril 2018 7 29 /04 /avril /2018 06:45
 
 
 
 
Tout à coup
la lumière pâlit
et se mit à trembler
ce furent les premiers signes
d’une fièvre étrange…
 
Saisies d’étonnement
les demeures des hommes
lancèrent une pluie de volets
contre le crépuscule !...
 
Ainsi la peur de l’ombre
creva l’œil de chaque fenêtre
effaçant d’un seul geste
le sourire des vitres
avec ses mains de bois !...
 
Tandis que
patiente et silencieuse
la nuit ramassait
chaque graine sombre
et jetait sa moisson
aux ténèbres voraces !...  
 
© Victor Varjac
Antibes, 4 mars 2000

Extrait du recueil « l’Homme Imaginaire » aux éditions MELIS




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
15 avril 2018 7 15 /04 /avril /2018 06:47

 

 
 
 
Mon âme s’éclaircit
quand je cueille
à la pourpre
de tes lèvres
le murmure
du jour
qui doucement
s’évapore…
 
Les heures éblouies
se retirent et disparaissent
mais le souvenir
d’un couple amoureux
voyage et s’accomplit
dans le royaume des mondes
loin du rivage
carnivore du temps !...  
 
© Victor Varjac
Antibes, 17 février 2000

Extrait du recueil « l’Homme Imaginaire » aux éditions MELIS




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
1 avril 2018 7 01 /04 /avril /2018 06:05
Oh Mort, où est ta victoire ? Jan Toorop
 
 
 
 
 
Ils demandaient à la vie
de les retenir…
 
Ils suppliaient la vie
de ne pas détourner
la force de leur visage
pour un lieu imaginaire…
 
La honte entrait
comme une répugnance
dans ces corps indécis…
 
Non la vie ne devait pas
les quitter
pour un voyage inconnu…
 
L’homme s’enfonce dans la défaite
quand la porte se referme
et les regrets s’épanouissent
comme les fleurs du Printemps…
 
Dans cette lutte suprême
la violence n’appartient
qu’à l’absurde
car aucun être vivant
n’a pu repousser
la mort qui l’entraîne
vers le cercle du mystère…
 
Homme apprivoise ton cœur
avant d’être vaincu…
Fais de tes jours
un noble destin
que le sublime trouve
le chemin de ton sang…
 
Alors tu pourras entrer
dans cette nuit intérieure
où le soleil ne trouvera plus
l’aube assise sur ton lit
mais cette lumière sera
le souvenir de ton passage
comme la tendresse d’une âme
pour tous ceux qu’elle à connus… 
 
© Victor Varjac
Antibes, 8 février 2000

Extrait du recueil « l’Homme Imaginaire » aux éditions MELIS




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
4 mars 2018 7 04 /03 /mars /2018 05:08
La ronde des prisonniers, par Vincent Van Gogh

 

 

 

 
 
Éveillés sans doute
par une voix silencieuse
nous découvrons
au fil des jours
que « comprendre »
n’appartient pas
à ce terrible jeu !...
 
Le temps trace la clôture
qui borde notre voyage
et nous ne pouvons affronter
ce qui est interdit
alors tout semble dérisoire
et l’espérance même
n’ose plus nous protéger !...
 
Pour le divertissement
de quel dieu
sommes-nous sur la terre ?...  
 
© Victor Varjac
Antibes, 20 janvier 2000

Extrait du recueil « l’Homme Imaginaire » aux éditions MELIS




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
18 février 2018 7 18 /02 /février /2018 05:28
« Rendre à la lumière son infinie transparence » V.Varjac
 
 
 
 
Je connais le désir
de prendre le sentier
indécis et confus
qu’un peuple imaginaire
traverse au milieu
du sommeil des hommes…
 
C’est un lieu admirable
où le temps s’incline
sous la chevauchée
des jours introuvables
qui ne vieillissent pas…
 
Errer parmi tous ces visages
dans la clairière du secret
comme les ailes d’une chanson
sur les lèvres du bonheur
n’est-ce pas rendre à la lumière
son infinie transparence
et aux hommes éphémères
l’éternité de l’âme ?...  
 
© Victor Varjac
Antibes, 11 janvier 2000

Extrait du recueil « l’Homme Imaginaire » aux éditions MELIS




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
10 décembre 2017 7 10 /12 /décembre /2017 08:01
La Gloire tirant Auguste de Villiers de l'Isle Adam de son sommeil éternel

 

 

 

 

 
 
                                                    A Villiers de L’Isle Adam
 
 
Il se tenait debout
prêt à suivre
le silence
tel un mot important
dont la forme étrange
soutenait
ce qui était perdu…
 
Immobile et tenace
son histoire l’attendait
comme l’espérance
mais ses yeux accrochés
à l’épaule du rêve
ne franchirent jamais
l’aventure du jour…
 
Alors la terre pensive
se tourna
pour reprendre
la transparence de cet homme
dont les pas un peu fous
disparurent
sans avoir
véritablement existés…  
 
© Victor Varjac
Antibes, 21 décembre 1999

Extrait du recueil « l’Homme Imaginaire » aux éditions MELIS




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
26 novembre 2017 7 26 /11 /novembre /2017 07:33
Le krach boursier d’octobre 1929

 

 

 

                                                          L’argent ne représente que le sida du monde – V.V.
 
 
Le pèze… le flouze
l'oseille… le blé
en un mot
comme en mille
l’argent… oui l’argent
toujours l’argent
rien que l’argent
plus rien… que l’argent…
 
Tout est devenu synonyme
de possession…
de puissance
et la Bourse incarne
le temple de la gloire
où régner sur autrui
devient l’aboutissement suprême !
 
Alors… ce culte admirable
de la Richesse
aussi éphémère
qu’illusoire
a peu à peu
remplacé le cœur
où vivait le poète !...
 
Son souvenir fut piétiné
comme une ombre
ridiculement inutile
mais la tristesse et l’ennui
s’emparèrent aussitôt
de cet homme « tiroir caisse »
qu’un coup de vent
un jour d’automne
arracha des mains
de la corbeille maudite !...
 
Emporté au milieu
d'une foule anonyme
et solitaire
cette caricature insolente
ne trouva soudain
que l’indifférence
d’un ciel d’encre
et les railleries d’une chanson
pour conduire promptement
les billets de sa dépouille
aux enfers de l’orgueil
et de la cruauté…
 
© Victor Varjac
Antibes, 14 décembre 1999

Extrait du recueil « l’Homme Imaginaire » aux éditions MELIS




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche