Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2019 3 19 /06 /juin /2019 06:44
undefined
Vieilles maisons à Montréal, Maurice Cullen

 

 

 

 

 

 

Dans son manteau

de laine grise et blanche

Décembre veille

sur la flamme des lampes

dont le visage clair

embrase les fenêtres…

 

La neige invente

un paysage nouveau

où le rêve des flocons

métamorphose le regard…

 

Les bruits n’osent plus grandir

et le soleil renonce

à fendre les bûches d’ombre…

 

Les hommes attachés

au harnais du jour

traînent péniblement

la fatigue des heures…

 

Les vitres des maisons

gardent la lumière

et dirigent les pas

du sommeil qui rentre…

 

Le silence a perdu

la silhouette cristalline

des voix qui se cherchent…

 

© Victor Varjac

Antibes, décembre 1998

 

Extrait du recueil « Le chemin des rêves » aux éditions Chemins de Plume

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
26 mai 2019 7 26 /05 /mai /2019 06:41
Le trou de l’Enfer – photo @Hellbus

 

 

 

 

Le cœur de l’homme

porte encore

l’itinéraire du temps

qui persiste à creuser

dans le souffle du silence

la fosse éternelle

où s’effacent les cris…

 

Aventuriers de l’éphémère

nous allons tenter

comme des atomes pensants

de surprendre nos vies

sur les plages de l’aube…

 

… Ce qui nous semble beau

comme une lumière

qui se confie

avant de disparaître

s’apparente à ce chant

qui s’éveille et s’approche

et se glisse

dans les filets

de nos regards…

 

… Mais la précipitation

de nos désirs

ferme l’ombre

aux lèvres

de nos pas…

 

… La violence déborde

et saigne

des mémoires trop brèves…

 

… l’astre de nos corps

n’accomplit que le vide… 

 

© Victor Varjac

Antibes, décembre 1998

 

Extrait du recueil « Le chemin des rêves » aux éditions Chemins de Plume

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
5 mai 2019 7 05 /05 /mai /2019 08:32

 

 

 

 

 

La vie trouve sa plénitude

en ses rêves d’images

dont l’écho se penche

comme une apparition

dans les couloirs affaiblis

d’un quotidien tenace…

 

La malchance du monde

épanouit le mensonge

en une étreinte imaginaire

offrant l’ironique espérance

à l’incendie de la chair…

 

Entre les berges du temps

où trouver le lieu

où surprendre le passage

qui bouleverse la mort

et transmet la pleine clarté

aux songes qui s’assemblent ?

 

Cortège magique

où l’épouvante elle-même

renonce à nos destinées…

comme le jour enchanteur

l’ange se lève

au milieu du silence

ouvre nos bras indifférents

et touche la luxure

dont notre souffle déborde…

 

… alors le rêve écarte le voile

            et porte la lumière

            comme un chant céleste

            au cœur de nos angoisses…

 

© Victor Varjac

Antibes, octobre 1998

 

Extrait du recueil « Le chemin des rêves » aux éditions Chemins de Plume

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
24 février 2019 7 24 /02 /février /2019 08:03

 

 

 

 

 

Le vide construit

la cage des tourments

grimace accablante

où le vacarme silencieux

choisit la réclusion

et bâillonne les rencontres

d’une serrure de misère…

 

Ô paysages humains

hantés par les fleuves

que chevauchent les pleurs !

 

Qui me guidera

dans la tourmente

où l’obstacle interdit

prolonge le désordre ?

 

Montrez-moi l’innocence

je vous apporte mon courage…

mais tant que la gorge du jour

portera la trace de vos doigts

je vous réclamerai

la force du juste !

 

Sous l’interrogation

ma parole cherche

l’embuscade invisible

où pousse l’abandon

comme une faiblesse

toujours multipliée…

 

Ah ! La malédiction des astres

dont la paisible lumière

n’est qu’un gouffre

qui dépasse les formes !

 

Tempête incandescente

au sanglot de l’abîme

tu avives

les gerbes éternelles

de nos cris…

                                                           …mais tu mourras

                                                          de ma présence

                                                          quand mon âme

                                                          enfin pure

                                                          te livrera les Signes !  

 

© Victor Varjac

Antibes, octobre 1998

 

Extrait du recueil « Le chemin des rêves » aux éditions Chemins de Plume

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
6 février 2019 3 06 /02 /février /2019 08:14

 

 

 

 

La bouche exprime le mensonge

et multiplie les fautes…

… errance de la lumière

au pays de l’ombre et du sang…

 

Le courage est injuste

quand il enfonce la douleur

comme des langues de fiel

au delà du fanal

où s’éteint l’espérance…

 

La matière approche ses mains

du souffle étrange de l’abîme

où le mirage du futur

porte l’épreuve de l’éphémère

… éternellement…

 

… Mais la mortelle faiblesse

du démon de la vie

déchire le songe d’argile

comme la fatalité

plonge l’irréparable sentence

dans l’ombre du désastre…

 

L’aventure clandestine des hommes

se métamorphose alors

en une blessure inexplicable

comme l’énigme de l’existence

dans la cendre des images…

 

Vengeance du chaos

qui jette sur nos rêves

le sang noir de l’oubli !  

 

© Victor Varjac

Antibes, juillet 1998


Extrait du recueil « Le chemin des rêves » aux éditions Chemins de Plume





Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2019 1 21 /01 /janvier /2019 07:53
L’Aurore aux doigts de Rose – Jean-Honoré Fragonard

 

 

 

 

 

Comme une jeune pousse

l’aube soulève

le dernier voile d’ombre

et de son corps diaphane

monte la lumière

et le songe épuisé

retourne à la poussière…

L’espérance appartient

aux paroles à venir…

L’aventure nouvelle

cherche dans les heures

ses fruits en devenir…

Tout semble permis

en ces premiers instants

il suffit seulement

de croire et d’aimer

ce cœur qui s’éveille

dans le regard du monde…

© Victor Varjac
Antibes, le 28 janvier 2013


Extrait du recueil « Les Fiançailles de l’Aube » aux éditions Chemins de Plume

 

 



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2019 4 03 /01 /janvier /2019 07:32
Vladimir Kush

 

 

 

Au-delà de ton regard

je mélange les mots

avec les pierres du destin…

Ah ! posséder ce poème

inavouable et nu

comme cet univers

avant le premier geste

insensible du Temps !...

Ah ! prendre ce poème

à l’aube des mémoires

sans une trace d’homme !...

Quel vertige insensé

presse mon âme endormie

sur les feuilles d’argile

et jette l’écume

de mon être incertain

dans la grande spirale

où s’enflamment les anges !...

Je vois tes lèvres closes

où s’obscurcit le soleil

bercer le feu du silence

dans la gorge du jour

alors j’oublie le danger

qui trace des cercles

tout autour de ma route…

L’imprudence efface

l’ombre de mon corps

car je suis devenu

l’ivresse que l’on cueille

derrière la folie

et dont la transparence

ressemble à la lumière…

Vêtu seulement

d’un équilibre perfide

je sens la présence glacée

de ma chute prochaine…

Tes yeux inaccessibles

cherchent le passage

qui mène à la forge

où brûle mon âme

mais l’enfance de mo cœur

chevauche un royaume

que tu ne peux atteindre…

Renonce à cet orgueil

qui décompose ton être

et je t’apporterai l’eau pure

dans le creux de mes mains

et je ferai rouler

comme une jeune source

les gouttes éphémères

sur le satin de ta peau

effaçant à jamais

l’archange fou

qui déchire la vie…

© Victor Varjac
Antibes, le 5 juin 2003


Extrait du recueil « Le Dragon de Poussière » aux éditions MELIS

 

 



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2018 7 14 /10 /octobre /2018 06:33
Ombre et ténèbres – Le soir du déluge – William Turner

 

 

 
 
Mon cœur s’est arrêté
sur le bord de ma route
et le ciel s’est caché
sous un rideau de pluie
et ma vie
goutte à goutte
s’approche de ma nuit…
Novembre décourage
le rêve de lumière
qui au bout de ses ailes
ose défier
le grand cercle d’ombre
où les heures sont broyées…
Chacun de mes gestes
finit dans l’abîme…
Vivre en ce monde
serait-ce vivre moins
qu’au royaume des songes ?...
Le malheur me taquine
mais pourquoi mes jours
auraient-ils une fin ?...
Le paradis n’existe
qu’au-delà de ces lieux
tel un mirage cruel
dont les appâts
sont un piège
pour les âmes cortège
alors j’ai repris mon cœur
et poursuivi ma route
mettant la Mort en déroute
dans les yeux du « bonheur » !...

©Victor Varjac
Antibes, le 28 novembre  2012


Extrait du recueil de Victor Varjac « Les Fiançailles de l’Aube » aux Editions Chemins de Plume
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2018 7 09 /09 /septembre /2018 06:46

 

 
 
 
La tiédeur de la mort
s’enroule et distille
sa fièvre accrochée
à la marche des ombres…
 
Elle vibre et danse
comme un insecte
à l’heure où l’obscur
d’un souffle mystérieux
engourdit la transparence
et pénètre le paysage…
 
Innocente et complice
la seconde effleure l’espace
qui se métamorphose
en vapeur bleue
puis presque tendrement
tout disparaît…
            … le galop des herbes
            commence la nuit…  
 
© Victor Varjac
Antibes, décembre 1997

Extrait du recueil « Le chemin des rêves » aux éditions Chemins de Plume




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
26 août 2018 7 26 /08 /août /2018 06:45
Jeanne Julie Louise Le Brun se regardant dans un miroir – Œuvre d’Elisabeth Louise Le Brun
 
 
 
 
Savons-nous pourquoi le miroir
renverse l’apparence
et fascine les yeux
au delà du reflet ?
 
Rencontrer son image
suspendue à un mur
par la seule magie
du regard sur la glace
n’est-ce pas entrouvrir
la porte secrète
qui donne sur le rêve ?
 
A peine quelque pas
et la lumière du visage
se dilue dans l’espace…
aucune empreinte…
aucune ride…
sur le lieu de rencontres…
 
L’écho de l’apparence
s’est volatilisé
et le miroir immobile
comme le chasseur à l’affût
attend sans impatience
qu’une nouvelle image
apparaisse un instant
dans la joie de son œil !  
 
© Victor Varjac
Antibes, février 1997

Extrait du recueil « Le chemin des rêves » aux éditions Chemins de Plume




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche