Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 07:05
Reviens-moi – Salah Bekka
Par Caspar David Friedrich — Hermitage Museum 8 novembre 2014,
 
 
 
C’était juste avant ta venue :
 
Oui ! Juste avant ta venue
J’ai imploré le ciel,
Pour ensuite mettre à nu,
Mon secret au pluriel ;
J’ai chassé le retard
Dans le sillon d’un vœu,
Je veux quitter ce phare,
Où je brûle dans son feu.
 
Et, au ciel brille une étoile :
 
Oui ! Au ciel brille une étoile
Qui ouvre les journées,
Elle rédige le journal
De l’innocent berger,
J’ai posé genou à terre,
Comme un preux chevalier,
Pour mieux mettre au clair,
Ce fond de ma pensée.
 
J’ai cherché dans ce fond :
 
Oui ! J’ai cherché dans le mien,
Sur les pages de mon cœur,
J’ai cherché ce rare lien
Qui accroche le bonheur,
Et comme un collégien
Qui attend les vacances,
Mais il doute du destin
Qui lui cache les carences.
 
Et j’ai souhaité te voir :
 
Oui ! J’ai souhaité te voir
En ces jours de vacances,
Et du matin au soir
J’attends la délivrance ;
J’ai cherché dans les gares,
Dans les yeux de tes voisins,
Mais ton signe demeure rare,
Et il évite mon chemin.
 
Oh ! Quelle est courte ma demande !
 
Oui ! Elle est courte ma demande,
Juste deux mots attachés,
Je cherche un meilleur monde,
Qui est doté de facultés,
Où je veux te savoir libre
Et sans tare à tes côtés,
Ce présent me rend ivre,
Il me donne des nausées.
 
Alors, reviens-moi !
 
Oui ! Reviens-moi sont les mots 
De ma courte demande,
Pour me guérir des maux
Que distillent mes secondes,
Je veux laisser ce temps,
Au vieux sablier du mal,
Et avoir un long printemps,
Au grand contenu floral.
 
Oui, reviens-moi !
 
©Salah BEKKA. Auteur
Fleurs, Épines et Frissons…
Paru au : LES ÉDITIONS DU NET
92150 Suresnes France



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
13 août 2016 6 13 /08 /août /2016 06:40
Parle-moi ! – Salah Bekka
 
 
 
 
 
Parle-moi de ton cœur pour diriger le mien
Et détache tes secrets pour qu’ils deviennent miens,
Je me ficherai vivant dans l’écume de tes jours,
Où je chercherai profond les racines de l’amour.
 
Parle-moi avec geste sans que tu ne lèves les mains,
Fais des cils de tes yeux, un canal, un chemin,
Où je nagerai dedans pour m’approcher de ta rive
Et je farcirai ta flamme pour mieux la rendre vive.
 
Parle-moi comme un ange dans les rêves de mes nuits,
Puis attache à leurs décors les images imprévues,
Sache que je saurai répondre à leurs venues subites,
Comme je saurai reprendre ce bonheur qui m’évite.
 
Parle-moi dans la langue que seul mon cœur comprend,
Tes mots seront guirlandes, ils illumineront son fond,
Et sous cette lumière des anges, il trouvera la source
De Jouvence et d’éloges, avec une manière douce.
 
Parle-moi du présent pour guérir notre futur,
Il s’attache au passé de peur de le voir pourrir,
Nous serons des amants et transgresseurs du non
Et nous resterons rêveurs et rebelles dans l’union.
 
Parle-moi de ce lit où mon corps est absent,
De l’oreiller que tu as pris et qui accepte tes façons,
Entoure-le de tes bras pour le charger de parfum
De ton corps féminin, et berce-le jusqu’au matin.
 
Parle-moi de ton charme quand la rue te secoue
Par le regard des hommes, dont certains jouent le fou,
As-tu trouvé chez eux mon image ou mon sourire ?
Ou vois-tu dans leur ombre ce qui te fait courir ?
 
Parle-moi de la vie et de tes souhaits dedans,
Je n’ai qu’une seule envie, c’est celle de rester vivant
À écouter ton cœur me parler de nous deux,
D’amour et de bonheur et des moments heureux.
 
Parle-moi sans pleurer sur cette feuille en papier,
Pour ne pas l’encrasser avec des larmes chargées
De khôl qui vire au noir, et qui pourra m’étouffer,
Mouille-la de ta sueur ! Oui, je veux l’inhaler…
 
Parle-moi du futur, que nous espérons ensemble,
Pour t’essuyer ces larmes qui te mouillent chaque nuit,
Nous marcherons ensuite, là où le bonheur tremble
De joie et d’allégresse, et jusqu’au bout de l’infini.
 
Parle de nous en silence dans tes prières au ciel,
De mon coté je l’invoque, en lui j’attends un miel,
Pour parfumer nos jours et nourrir nos deux cœurs,
Puis laisser tout le pire, aux jaloux et aux fauteurs.  
 
©Salah BEKKA. Auteur
 
Fleurs, Épines et Frissons…
Paru au : LES ÉDITIONS DU NET
92150 Suresnes France



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 06:43
Aime-moi ! – Salah Bekka
 
 
 
 
 
Aime-moi !
Est mon cri au milieu de ces ruines,
Je le lance comme souhait du profond d’une mine,
Où j’ai vu tomber du haut le vase qui contenait
Tous les pétales d’amour qui nous ont parfumés,
Une fois sur le sol et sous le chant du fracas,
Ces pétales se sont mêlés aux différents éclats,
Ébranlé par cet acte qui ressemble au trépas,
J’ai vu mon cœur mourir au milieu du dégât.
 
Aime-moi !
Est mon cri pour redonner une vie
À cet organe sensible qui souffre toutes les nuits,
Si le tien est muet, moi j’endure dans leur noir
Et le matin au réveil je questionne mon miroir,
Je lui demande des yeux de vider son silence,
De sasser chaque détail entaché de ta présence,
Mais mon esprit malade se bascule dans l’errance,
De ce vide intouchable qui confirme ton absence.
 
Aime-moi !
Est le cri que j’ai gardé au chaud,
Pour ne faire de nos cœurs des éternels rivaux,
Dans le partage du bien et des doux sentiments,
Ils vivront chaque instant comme apprentis amants,
Ils parleront des fleurs, des parfums et du temps,
Qu’ils remonteront dans l’horloge des passions,
Et ils diront à la nuit de soustraire des journées,
Un bout de chaque côté, pour se l’additionner.
 
Aime-moi !
Fais-le en silence pour me sentir léger,
Mon cœur cherche le sens où il pourra nager ;
Au plus près de cette rive où tes désirs jugulent
La houle de mes envies qui ne lâche que des bulles,
Sur le rivage mouillé il ne trouve que leur mousse,
Entre les galets lavés et les algues arrachées,
Qui eux durent muets sous leurs surfaces douces,
Et elles restent déliées comme rubans de bouquet.
 
Aime-moi !
Il est lâché comme cri, je lance dans le noir
D’une nuit sans étoiles où la lune est absente,
La chanson d’une fine pluie réveillera l’espoir,
Et la fraicheur des fleurs pour les rendre vivantes,
Ensuite, je t’offrirai un bouquet de ces fleurs
Aux vifs pétales mouillés, de rosée et de pleurs,
De cette fine pluie de nuit qui a vu l’émotion,
D’un vrai épris d’amour qui t’aime sans condition.
 
Aime-moi !
Fais-le dans tes rêves, dans tes pensées fragiles,
Et fais de moi ton héros, ton protecteur mobile !
Tu sauras dans mes bras en regardant mes yeux,
Que tes rêves et pensées me réchauffent tous les deux,
Je trouverai dans ces deux des sentiments mielleux,
Qui irriguent un amour où on se sent heureux,
Nous formerons un couple où l’amour est trésor,
Où nous serons gardiens, même au-delà de la mort.
 
Aime-moi !
Applique-le tous les jours de ces mois de nos vies,
Les mots venants de toi me suffisent comme habit,
Je ne crains ni le chaud et ni le froid de l’hiver,
Dans le noir de mes nuits, ils s’éclatent en lumière,
Et au fil des saisons, ils seront à notre climat,
Un mercure de douceur aux degrés romantiques,
Nous marcherons dedans sous une mesure de pas,
En abordant cette vie sur ses lignes magnifiques.
 
Aimez-moi !
Ils ne sont que deux mots que je crie au pluriel,
Ils sont adressés à toi, et au seul maitre du ciel,
Sache que j’attends de vous, une réponse, un miracle,
Pour en faire d’efficients écarteurs d’obstacles ;
Je clamerai des prières pour remercier les anges,
Et des prônes magnifiques honorés de louanges,
Nous dirons à nos cœurs de puiser de chaque cœur,
Toutes les fréquences de vie vaccinées au bonheur.
 
©Salah BEKKA. Auteur
 
Fleurs, Épines et Frissons…
Paru au : LES ÉDITIONS DU NET
92150 Suresnes France



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 06:41
Si … - Salah Bekka
©Vladimir Kush
 
 
 
Si ta bouche me dit peu pour me laisser inquiet,
Tes yeux allument ce feu, qui ne lâche plus de fumée,
Tu veux cacher au cœur ce qu’il couve de plus beau,
Mais tu élargis l’erreur, en t’entourant du faux.
 
Si le jour t’alourdit par ses images troublées,
Cherche au creux de tes nuits un rêve à savourer,
Il sortira tout seul, comme un bourgeon d’une rose,
Ou juste un beau filleul à notre sincère cause.
 
Si le noir te fait peur, moi je savoure son ombre,
S’il ébranle ta demeure, moi je cherche dans les cendres
De ces journées brulées par l’orgueil redondant
Que tu as pu imposer à mon cœur émouvant.
 
Si j’appelle à ton cœur de se saigner d’amour,
Je chasserai la fureur, qui me chauffe comme un four,
Où vit une flamme douce aux couleurs arc-en-ciel,
Puis je filerai aux trousses du bonheur, même au ciel.
 
Au contact de ma main, pour te prendre dans cette course,
Ensemble nous trouverons ce chemin vide de frousse,
Nous vivrons de belles aubes, sans remuer l’histoire,
Nous ferons nos tournées, sans nous soucier des soirs.
 
Si le beau crépuscule nous attend pour le voir,
Dans son rouge il bouscule les anciennes tâches noires,
Il veut brûler pour nous, les erreurs du passé,
Il veut nous rendre fous, dans notre douce amitié.
 
Si ton cœur est d’accord pour livrer ses secrets,
Le mien s’approche du bord, où avant tu l’attendais,
Pour écouter ton souffle jusqu’ au fond de tes yeux,
Et nous formerons ce couple, d’insurgés et d’amoureux !
 
©Salah BEKKA. Auteur
Fleurs, Épines et Frissons…
Paru au : LES ÉDITIONS DU NET
92150 Suresnes France  




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 06:43
J’ai fait de la raison – Salah Bekka
 
 
 
 
J’ai fait de la raison une vraie compagne d’esprit,  
Mais la vive tentation ébranle toujours ma vie,
J’ai aligné dans l’ordre le respect dans ses normes,
J’ai cédé au désordre des appâts aux belles formes.
 
Et à mon cœur j’ai imposé plusieurs dictées utiles,    
Mais dans sa vie d’assoiffé, il me fuit comme un reptile ;
J’ai secoué des âmes à chaque palier des âges
J’ai allumé des flammes aux angles de chaque virage,
 
Où certains regards perçants ont amorcé les vifs désirs
Dans mes yeux envoutants et accueillants les plaisirs ;  
J’ai amassé des blâmes à chaque changement d’étage,
Et dans mon esprit au calme, j’ai su tourner les pages ;
 
J’ai même fini victime de mes jumelles d’envies,
J’ai rédigé des rimes dissipatrices d’ennuis,
Elles miroitaient au cœur ce qu’il chérit le mieux,
Elles le berçaient de bonheur dans les moments mielleux.
 
J’ai fait de la raison une vraie compagne d’esprit,
Mais les plus vives passions vivent de mon cœur épris.
Puis, j’ai savouré le bien, le beau, et ses mystères,
Comme j’ai noué des liens aussi solides que le fer.
 
Et dans chaque séparation où je me voyais puni,
Une nouvelle apparition me redonnait une vie
À courir de nouveau et sans l’oubli de raison,
Dans des agissements qui remplissent mes saisons ;
 
Et, j’ai fait de l’amitié une topique à mon cœur,
Pour le mettre dans l’allée des protecteurs d’honneur,
Comme j’ai refusé souffrances en parfumant mes jours,
Mais, je n’aurais cette délivrance qu’au bout de mon séjour.
 
©Salah BEKKA. Auteur
Fleurs, Épines et Frissons…
Paru au : LES ÉDITIONS DU NET
92150 Suresnes France  




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 06:41
Mon esprit rebelle – Salah Bekka
 
 
 
 
Souvent, mon esprit rebelle me quitte
Pour aller chercher dans l’espace,
Tous mes vieux souvenirs en fuite,
Auxquels il manque l’ombre d’une trace ;
 
Il feuillète ainsi dans mon passé
Toutes les pages écrites dans le noir,
Et dans son comportement de pressé,
Il les fuit le jour mais les compulse le soir ;
 
Tous ces chapitres chargés de folie
Le versent souvent dans l’étroit sillon,
Ils arrivent en lui en quittant l’oubli
Et lui offrent les tenaces tourbillons ;
 
Il veut noyer dans la profondeur
De mes sentiments tous ses remords,
Et il attendait depuis cette heure,
Pour se libérer du sombre bord ;
 
Je le regarde, je lui demande,
De laisser mon passé au vieux passé,
Puis d’arrêter de faire ces rondes
Qui amoindrissent mes facultés ;
 
Dans son esprit il me voit fier,
Et aussi coupable sans le crier,
J’ai fait de lui un vif repaire,
Car il ne cesse de me capturer.
 
©Salah BEKKA. Auteur
Fleurs, Épines et Frissons…
Paru au : LES ÉDITIONS DU NET
92150 Suresnes France 


 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 06:43
Mon bouillant esprit – Salah Bekka
 
 
 
 
J’ai accroché à la sagesse
Mon bouillant esprit d’autrefois,
Il a conjugué ma jeunesse,
Sans désobéissance à la loi ;
 
À la naissance du grisonnant,
J’ai reconsidéré tout mon passé,
Et j’ai fait de ce discernement,
Une bibliothèque aux beaux tracés.
 
Chargé dans ses diverses missions
De traits de patience comme fagots,
Et sur chaque site des agitations
Il a fait de l’amour son drapeau ;
 
Il a su répondre à son cœur,
Sans trop désobéir à la raison,
Tout en camouflant ses belles erreurs
Dans les vieux plis de la discrétion ;
 
Quelque soit l’âge, ou le moment,
Il reste compagnon du hasard,
Des fois époux, des fois amant,
Pour savourer l’élixir phare ;
 
Certains lui disent que c’est péché
De vivre ces étapes de luxure,
Mais son destin est une autre dictée,
Elle est même rédigée sur son mur.
 
©Salah BEKKA. Auteur
Fleurs, Épines et Frissons… - LES ÉDITIONS DU NET 


 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
8 mai 2016 7 08 /05 /mai /2016 06:34
Si je vous parle… - Salah Bekka
 
 
 
 
Si je vous parle d’amour
Qui protège souvent mes jours,
C’est faire de son langage
Le plus beau des messages
 
Et sans oublier les peines
Que je cède au vieux passé,
Elles ont quitté ma scène
Et classées comme laissées.
 
Si je vous parle des cœurs,
De leurs mots silencieux,
Ils composent cette ferveur
Qui nous rend amoureux,
 
Sans négliger les yeux
Qui conjuguent leurs langages,
Et sans l’oubli des cheveux
Qui se tâchent dans les âges.
 
Si je vous parle des rêves
Comme un poète malade,
Dès que son cœur lui fait grève,
Son esprit par en ballade,
 
Où il aligne dans des vers,
Des p’tits mots chargés de vie,
Pour en faire des repères,
Qui lui servent d’alibi.
 
Si je vous parle de tout
Pour nourrir chaque espoir,
C’est pouvoir quitter le trou,
Où s’enracine le noir.
 
©Salah BEKKA.
Auteur
Fleurs, Épines et Frissons…
Paru au : LES ÉDITIONS DU NET
92150 Suresnes France  


 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 07:01
Chaque femme est … - Salah BEKKA
 
 
 
 
Chaque femme est une perle
Dans le collier d’une vie,
Elle affiche dans ce cercle
Le meilleur aux envies,
 
Elle ajoute à ses formes,
Des regards, des sourires,
N’a-t-elle pas eu cette pomme
Qui nous fait tant courir ?
 
Chaque femme est un livre,
Beau, au contenu unique,
Qui rend son lecteur ivre
Avec ses mots magiques ;
 
Il trouve dans ses lignes
Les plaisirs recherchés,
Elle dans ses yeux aligne
Un amour à donner.
 
Chaque femme est une fleur
Aux pétales magnifiques,
De beauté, de bonheur,
Elle rend l’homme romantique,
 
Et comme un doux papillon,
Il touche le cœur et les pétales,
Et les reçoit comme bonbon,
Du doux cercle floral.
 
Chaque femme est un trésor,
Où la vie prend naissance,
Elle héberge dans son port,
L’unique fruit de la jouissance ;
 
Elle l’installe dans la vie,
Sous des larmes de joie,
Puis elle le charge d’envie,
Sous une charpente de foi.
 
Chaque femme est unique
Dans la beauté, elle l’atteste,
Et nous offre le magnifique,
Dans les rêves et le reste !
 
©Salah BEKKA.
Auteur : Fleurs, Épines et Frissons…
Paru au : LES ÉDITIONS DU NET
92150 Suresnes France  


 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche