Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 06:54
La terre est bleue – Paul Eluard
 
 
 
 
La terre est bleue comme une orange
Jamais une erreur les mots ne mentent pas
Ils ne vous donnent plus à chanter
Au tour des baisers de s’entendre
Les fous et les amours
Elle sa bouche d’alliance
Tous les secrets tous les sourires
Et quels vêtements d’indulgence
À la croire toute nue. 
 
Les guêpes fleurissent vert
L’aube se passe autour du cou
Un collier de fenêtres
Des ailes couvrent les feuilles
Tu as toutes les joies solaires
Tout le soleil sur la terre
Sur les chemins de ta beauté.
 
Paul Eluard
 
http://www.poesies.net/pauleluardlamourlapoesie.txt



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Paul Eluard
commenter cet article
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 07:30
Mon Dernier Poème – Paul Eluard
Salvador Dali - Portrait de Paul Eluard
 
 
J’ai peint des terres désolées
et les hommes sont fatigués
de la joie toujours éloignée.
J’ai peint des terres désolées
où les hommes ont leurs palais. 
 
J’ai peint des cieux toujours pareils,
la mer qui a tous les bateaux,
la neige, le vent et la pluie.
J’ai peint des cieux toujours pareils
Où les hommes ont leurs palais. 
 
J’ai usé les jours et les jours
de mon travail, de mon repos.
Je n’ai rien troublé. Bienheureux,
ne demandez rien et j’irai
frapper à la porte du feu.
 
Paul Eluard
 
http://www.poesies.net/pauleluardpoesies1.txt



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Paul Eluard
commenter cet article
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 07:23
Le Fou Parle – Paul Eluard
 
 
 
C’est ma mère, monsieur, avec ma fiancée
Elles passent là-bas, l’une à l’autre pressée.
La jeune m’a giflé, la vieille m’a fessé. 
 
Je vous jure pourtant que je les aimais bien ;
Mais, constamment, j’avais le besoin bénin
D’exiger trop d’amour : ses larmes et son sein. 
 
Je vous jure, monsieur, qu’elles m’ont bien aimé.
Ça n’est certes pas leur faute à toutes les deux
Si sans cesse je voulais être plus heureux. 
 
C’est ma mère, monsieur, avec ma fiancée. 
 
Pour moi, elles ne sont qu’un même être et leurs charmes
Sont égaux ayant fait verser les mêmes larmes :
Ma mère a pleuré sur moi, qui sanglotais 
 
Pour l’autre, refusant d’être à moi tout à fait ;
Je ne sais pas lequel de nous trois fut blessé. . .
C’est ma mère, monsieur, avec ma fiancée.
 
Paul Eluard
Repost 0
Published by jdor - dans Paul Eluard
commenter cet article

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche