Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 février 2022 4 24 /02 /février /2022 07:33


 


15 mars
Le monde repoussé s’éloigne dans l’espace
Et je puis résister à ses coups de boutoir
La guerre et la terreur ne mènent qu’à l’impasse,
Aux étals surchargés dans un vaste abattoir.

16 mars
Qu’est-ce qui s’accumule à l’étal des années ?
Rides barrant le front, ocelles sur les mains,
Echine s’arcboutant aux parois des journées,
Fatigue dans les yeux, figure en parchemin !

17 mars
Visage en parchemin ressemble au palimpseste
A décrypter sans faute avec un décodeur.
Son message caché ne devient manifeste
Que si mon empathie égale mon ardeur.

A suivre…  

 
© Luce Péclard

Extrait du recueil de Luce Péclard, « LE GUÉ DES JOURS » aux éditions du Madrier                                    
 

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2022 1 17 /01 /janvier /2022 07:41


 

11 mars
Je préfère arpenter le promenoir des brumes
Sur la scène de l’aube au translucide éclat.
J’y dépose en marchant mon fardeau d’amertumes,
Toute difficulté remise alors à plat.

12 mars
Si la difficulté demeure horizontale,
Elle est changée en route où fleurit mon trajet.
Elle n’a plus sur moi son emprise fatale
Mais devient à la fois la voie et le projet.

13 mars
Chaque voie est en somme ordinaire ou royale
Suivant notre façon de la considérer.
Selon le premier pas, l’influence initiale
Rétrécit la vision ou permet d’espérer.

14 mars
La vision se fait large à ma gauche, à ma droite.
Au-dehors, au-dedans mon espace vital
S’intensifie et croît, quitte la vue étroite.
Le monde en même temps perd son attrait brutal.

A suivre…    


© Luce Péclard
Extrait du recueil de Luce Péclard, « LE GUÉ DES JOURS » aux éditions du Madrier                            
 
 
 
 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2021 6 11 /12 /décembre /2021 07:42
Un coquecigrue


 

 


8 mars
Dans sa course la plume ignore les écueils.
Elle écrit les climats, rédige les ambiances.
En sondant l’alphabet elle emplit des recueils,
Sa vaillance éludant toutes les obédiences.


9 mars
Le cran et la vaillance, en suis-je assez dotée
Pour affronter le sort à chacun réservé ?
Comme le meilleur pont, ai-je bien ma butée,
Contrefort préservant du péril aggravé ?


10 mars
Mais le péril nous guette à chaque coin de rue,
Masqué sous le soleil, embusqué dans le noir.
Il prend souvent l’aspect d’une coquecigrue
Qui, dans notre théâtre, hante le promenoir.

A suivre…    


© Luce Péclard Extrait du recueil de Luce Péclard, « LE GUÉ DES JOURS » aux éditions du Madrier                            
 

 

 

 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2021 3 03 /11 /novembre /2021 07:34


 

 

4 mars
S’interroger à neuf, douter, remettre en cause,
Sont les trois marchepieds du piéton des hauteurs.
Il grimpe sur la crête et s’accorde une pause
Aux replats, révélés du sentier des guetteurs.

5 mars
Guetteur par tous les temps, option à part entière,
Quel champ de découverte offert en continu !
Qui s’engage à franchir l’invisible frontière
De l’avant à l’après n’est jamais revenu.

6 mars
Panorama d’avant, perspective d’hier,
Et pays sans confins promis outre-limite
Sont comme un éventail mi-clos ou grand ouverts,
L’un pulsant simple histoire, et l’autre vaste mythe.

7 mars
Une histoire jaillit du fond de l’encrier,
Ruisseau de mots pressés remontant à la source.
L’eau sourd à la lisière, auprès d’un coudrier,
Et de goutte en filet se précise sa course.

A suivre…    


© Luce Péclard
Extrait du recueil de Luce Péclard, « LE GUÉ DES JOURS » aux éditions du Madrier                
 
 
 
 
 
 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2021 4 30 /09 /septembre /2021 06:27


 

1er mars
L’heure est un univers, un tout, un infini,
Elle déploie en nous l’éventail des secondes.
Soixante fois soixante assemblent dans leur nid
Trois mille six cents heures de repenser le monde.

2 mars

Heurs et malheurs ne font qu’une paire boiteuse.
Les dieux le savaient bien, puisant, indifférents
Dans la jarre des maux, gestion calamiteuse
Pour les humains livrés à ces oublis flagrants.

3 mars

L’oubli se manifeste aux esprits encombrés.
Dès lors rien ne va plus sur le damier des cases.
Tous les jeux sont faussés et déséquilibrés,
La cause et ses effets courent sur d’autres bases.


A suivre…    


© Luce Péclard

Extrait du recueil de Luce Péclard, « LE GUÉ DES JOURS » aux éditions du Madrier                
 

 

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
25 août 2021 3 25 /08 /août /2021 06:32
L’usure


 

 


26 février
L’usure quotidienne au ras de l’existence
N’arrivera jamais à me prendre au filet !
Toujours rebondissant, j’étrécis la distance
Qui sépare mon chant de son prochain couplet.

 

27 février
Couplet d’une chanson unie à son refrain,
De l’univers surgie, y repartant sans cesse.
La ronde tourne en boucle avec le même entrain,
Eternel mouvement, symbole de jeunesse.

 

28 février
Le mouvement sans trêve est mon gage de vie,
Continuel échange entre esprit, âme et corps.
De ce choix dévolu, jamais je ne dévie,
Jusque dans le sommeil il me trouve en accord.

 

29 février
Le sommeil m’est permis juste tous les quatre ans,
Seulement dans le creux de l’an dit bissextile !
Hors du calendrier, il rentre dans le rang,
Un besoin pour d’aucuns, pour moi heure inutile.

 

A suivre…    
 

© Luce Péclard
Extrait du recueil de Luce Péclard, « LE GUÉ DES JOURS » aux éditions du Madrier        
 
 
 
 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2021 1 19 /07 /juillet /2021 06:36

 

 
 
23 février
Tout l’art de l’orpailleur s’allie à la rivière,
Au lit de sable offert par-dessus son miroir.
Au fil des feuilles d’eau se déchiffre un bréviaire,
Sur le crible en treillis se tamise un terroir.
 
24 février
Au crible du regard, combien de paysages
Pour rejoindre une fois son espace et son lieu ?
Quels peuples traversés, quel torrent de visages
Pour s’établir enfin dans son propre milieu ?
 
25 février
Les jours en enfilade au milieu du courant
Délimitent le temps, inlassable mesure.
Sous les pieds du passant, perpétuel migrant,
Ils posent leurs jalons sans connaître l’usure.
 
A suivre…    
 

© Luce Péclard
Extrait du recueil de Luce Péclard, « LE GUÉ DES JOURS » aux éditions du Madrier        
 
 
 
 
 

 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
8 juin 2021 2 08 /06 /juin /2021 06:32
Peinture de Louis Le Nain - Maréchal à sa forge - 1640


 

 

19 février
Ce qu’il faut décrypter, c’est le sens sous le mot,
Ce qui cherche à se dire ou qui se voit omettre.
Je m’exerce à comprendre un texte à demi-mot,
C’est un feu sous la cendre ouvert à l’oeil du maître.

 

20 février

Qui est dans l’absolu le maître du brasier
Allumé de couleurs, crépitant d’étincelles,
Sinon le forgeron, l’expert arquebusier
Prêt à délivrer l’or d’occultes escarcelles ?

 

21 février

Sous l’action du souffler émerge l’or vivant,
La parole éclatante en cluster de lumière.
Elle rayonne alors et nul dorénavant
Ne peut la renfermer dans sa gangue première.

 

22 février

Je cherche le filon, il est beaucoup de gangues,
La pépite a la sienne au fond du minerai.
Les vertus, les valeurs demeureront exsangues
Si l’orpailleur actif ne crée un geste vrai.

 

A suivre…    

 


© Luce Péclard

Extrait du recueil de Luce Péclard, « LE GUÉ DES JOURS » aux éditions du Madrier        

 

 


 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
3 mai 2021 1 03 /05 /mai /2021 06:40


 


16 février

Grandir tel un érable, un saule, un peuplier,
Prendre garde aux moissons, aux promesses de gerbes,
Endosser la nature parmi les folles herbes !

 

17 février

Folle est ma randonnée en terre imaginaire,
C’est comme un double-monde où se réfugier.
Du lointain retentit son appel missionnaire :
En premier vient le verbe, à privilégier.

 

18 février

Le verbe est à lui seul une théologie !
A la périphérie, au centre, il est partout,
Dans la démagogie et dans la liturgie,
Usé, changé de sens par plus d’une manitou.

 

A suivre…    


© Luce Péclard
Extrait du recueil de Luce Péclard, « LE GUÉ DES JOURS » aux éditions du Madrier      
 
 

 


 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
1 avril 2021 4 01 /04 /avril /2021 06:29

 

12 février

Une quête au trésor n’a pas vraiment de fin.
Comme Ithaque fuyant devant les pas d’Ulysse
Il va se dérobant. Je reste sur ma faim,
Espérant qu’une fois la victoire entre en lice.

 

13 février

Victoire au plus offrant, que faut-il mettre en jeu ?
Sa ruse, son calcul ou son intelligence ?
Le coeur peut-être bien, et l’ardeur de son feu ?
Les tièdes en tout cas n’auront jamais de chance.

 

14 février

Une chance est d’aimer sans frein ni retenue,
D’oeuvrer dans le plein jour, d’ignorer la prison.
La volonté de faire étend son avenue,
Le désir de refaire abat toute cloison.

 

15 février

Si c’était à refaire, eh bien le referais-je ?
Beaucoup se sont déjà posé cette question.
A ces blessés de l’âme alors que répondrais-je
Si ce n’est de grandir avec la création.

 

A suivre…    


© Luce Péclard
Extrait du recueil de Luce Péclard, « LE GUÉ DES JOURS » aux éditions du Madrier      
 
 

 

 


 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche