Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2019 4 13 /06 /juin /2019 06:52

 

 

 

 

 

Aussi longtemps que les poètes crucifiés

Verront à leurs pieds

Les Saintes Femmes en pleurs,

Et que leurs Golgotha

Se couvriront de ténèbres,

Je chercherai dans la nuit

Ta main, pour souffrir moins,

Et je m'endormirai

Dans l'abandon d'une enfance nouvelle,

Avec contre mes lèvres,

Ton souffle qui vient mourir et renaître

Tel une petite vague d'amour.  

 

©Denise Bernhardt


Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « La mangrove du désir », aux éditions Le chasseur abstrait.





Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
20 mai 2019 1 20 /05 /mai /2019 06:33

 

 

 

 

 

Dans le bruissement de la nuit,

S’enrouleront à l’arbre de la vie

Les jeux félins de mes doigts,

Pour que se gonflent de sang

Les tendres nervures de l’écorce

Parcourue des flammes du désir,

Alors nous réinventerons l’art

De suspendre l’ardeur

Des sèves jaillissantes,

Dans la profusion du plaisir.

Pour te laisser enfin

Recourir mon corps

Du miel lacté de la plénitude,

Quand emportée par nos enlacements,

Je serai entre tes mains

Comme une terre nue,

Que tu inonderas

De la mousson désespérée de l’amour.

 

©Denise Bernhardt



 

Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « Le chant des Nébuleuses », aux éditions JEBCA, collection l’Immortel.

 







 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
29 avril 2019 1 29 /04 /avril /2019 06:33

 

 

 

 

Quand on voit chaque jour

Se consumer l’innocence

Et s’évanouir la vie

A l’instant du bonheur.

Quand on voit s’avancer

Sous des jonchées de fleurs

Les petits cercueils blancs

De San Giugliano,

Tandis que crépitent

Les applaudissements sourds

Des vivants

Quand on voit l’enfant

Assassiné dans les bras de son père,

On implore le Ciel

Pour un peu de pitié

Un peu de compassion,

Nos cris retombent en pleurs

Des confins silencieux

De l’espace.  

 

©Denise Bernhardt



 

Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « Le chant des Nébuleuses », aux éditions JEBCA, collection l’Immortel.

 







 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
27 février 2019 3 27 /02 /février /2019 07:34

 

 

 

 

 

Dans le tourment de la révolte

Un homme dit à un autre :

« Je suis là, ne crains pas,

Unissons nos mains,

Pour que revienne le matin »

Et le second au troisième

Répète doucement :

« Ne crains pas, je suis là… »

Ainsi en est-il

Tout au long de la chaîne vivante.

Alors entre les hommes en lutte

Se crée une ligne de force,

Qui vibre dans les veines rouges

Et soulève leurs âmes.

Puissance égale à celle

De cette lame

Que rien ni personne

Ne pouvait briser.  

 

©Denise Bernhardt



 

Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « Le chant des Nébuleuses », aux éditions JEBCA, collection l’Immortel.

 







 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
7 février 2019 4 07 /02 /février /2019 07:26
Le retour de la mer – Félix Vallonton (Musées d’art et d’histoire de la ville de Genève)

 

 

 

 

Quand tu gardes ma main

Dans ta main prisonnière,

C’est mon cœur que tu serres

Dans un étau de chair.

Car, vois-tu, je n’ose

Ouvrir mes doigts

Pour laisser s’envoler vers toi,

Mes amours adolescentes.

Ta passion violente,

M’effraie plus qu’autre chose,

Et je ne sais si tu m’aimes

Pour moi-même,

Ou pour faire de moi, ta chose.

Donnons-nous un peu de temps,

Soyons paisibles

Comme l’eau plane,

Pour que nos ondes s’harmonisent

Et que s’unissent un jour, nos mains,

Dans l’étreinte confiante des âmes.  

 

©Denise Bernhardt



 

Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « Le chant des Nébuleuses », aux éditions JEBCA, collection l’Immortel.

 







 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2019 2 22 /01 /janvier /2019 07:29

 

 

 

 

 

Faites silence mes mains

Sur mes mains refermées,

Silence sur les voix intérieures

Venues des hautes solitudes,

Sur les passions transcendées,

Les désirs consumés,

Vos doigts entrecroisés

Ont tissé la lumière de l’espace

Où le jour a bu les baisers de la nuit.

Ô vous, mes mains reliées

A l’obscur de l’âme,

Que demeurent immobiles

Les lisses phalanges de la méditation,

Et que scintille l’aura des extases

Nouvelles,

Car, dans la chrysalide de la conscience,

L’être se métamorphose.  

 

©Denise Bernhardt



 

Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « Le chant des Nébuleuses », aux éditions JEBCA, collection l’Immortel.

 







 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2019 5 04 /01 /janvier /2019 07:32
Auguste Rodin - La cathédrale

 

 

 

Toi, mon cœur,

Le tendre piège, la force mesurée

Qui étreint sans contraindre.

Moi qui blottis ma main

Comme une aile blessée

Dans le nid de tes mains.

 

Toi, ma vie,

Ma promesse de douceur,

Mon rêve d’harmonie ;

Moi, qui te donne

Mes nuits désemparées

Pour un matin de lumière.

 

Toi et moi

Dont les doigts se fiancent

Dans une flamme d’azur.  

 

©Denise Bernhardt



 

Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « Le chant des Nébuleuses », aux éditions JEBCA, collection l’Immortel.

 







 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2018 3 05 /12 /décembre /2018 07:40

 

 

 

 

 

 

Dessinez mes mains

La joie en arabesques

Dans la fluidité de l'espace,

Car la vie vire-volte

Tout au bout de mes doigts,

Là où naît la danse

Dans les ondes fugitives de l'air.

Libérez de mon coeur,

Les chants de lumières,

Les désirs solaires

M'emportant au-delà

De toutes les pesanteurs,

Quand s'épanouit

La respiration du jour

Aux ruisseaux bleus

De mes veines.  

 

©Denise Bernhardt



 

Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « Le chant des Nébuleuses », aux éditions JEBCA, collection l’Immortel.

 







 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2018 3 21 /11 /novembre /2018 07:28
Le Caravage

 

 

 

 

Chaque jour, explosent en gerbe

Les désespoirs,

Et la terre se recouvre

De roses blanches,

Tandis que s’élève

Un terrible silence.

De toute part le monde

Enfante des martyrs

Qui n’ont plus que la mort

Pour défendre la vie.

Ô nuit ! Laisse venir à toi

Le regard d’une femme

Pour pleurer, pour aimer,

Retrouver un visage

La forme d’une main

L’empreinte d’une âme…  

 

©Denise Bernhardt



 

Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « Le chant des Nébuleuses », aux éditions JEBCA, collection l’Immortel.

 







 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2018 3 07 /11 /novembre /2018 08:08
 
 
 
 
Il est terrible le regard
Devant lequel se referment
Les portes de la nuit.
Ils sont terribles les mots
Qui meurent sur les lèvres
Avec l’ultime espoir.
Car dans notre République
Dont ils ont plein la bouche
On traite mieux les chiens
Qu’un homme qui a fui
La guerre et l’étau de la peur.
On lui donne chez nous,
Une miche de pain
Lancée à la volée,
Un fromage tombé
Sur la terre souillée
Des cartons de poubelle
Un terrier de ciment,
Un lit d’indifférence
Pour engloutir la honte.  
 
©Denise Bernhardt


 
Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « Le chant des Nébuleuses », aux éditions JEBCA, collection l’Immortel.
 





 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche