Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 07:09

 

Sans-titre-copie-6.jpg

© Meule de foin au crépuscule – Claude Monet



Si nous étions tous les deux,
Face à face
Dans la fragilité des choses
Que resterait-il de nos chimères.
Un homme hier encore un enfant
Une femme alanguie
Dans la lumière arasée du couchant.
Il est vrai que l’eau et le feu
Parfois se confondent
Dans un embrasement
De fin du monde,
Et que le ciel n’est jamais plus beau
Que vers la fin du jour.
Ainsi nous serons
Refuge et berceau
Douceur et passion
L’un pour l’autre,
Dans la désespérance inhérente
Aux amours singulières.

© Denise Bernhardt

extrait de La vie en Marelle écrit avec DUCCHA



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 07:21

 

Sans-titre-copie-2.jpg

© John William Waterhouse



Ne te hâte pas de m’aimer
Songe à la lenteur
Du crépuscule en son apothéose.
Je crains l’ultime musique
Des vagues qui se brisent
J’ai l’angoisse des étiages,
Quand toute vie se meurt
Dans l’oued asséché.
Ne hâte pas l’abîme d’un baiser,
Ni les errances de tes mains
Dans la coulée de mes cheveux.
Prends le temps de parcourir
Tous les méandres du plaisir.
Viendront alors les fulgurances,
Les insondables douceurs
Des souffles se mêlant,
Pour s’anéantir enfin
Dans le cri
D’une renaissance.

© Denise Bernhardt

extrait de la Vie en Marelle, recueil  écrit  avec DUCCHA



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 07:35

 

Sans-titre-copie-1.jpg

© Mer agitée à Etretat - Claude Monet



Des rivages d’Europe
A ceux de ton île rêvée
Une vague ne cesse
De mourir de renaître
Et de mourir encore,
Nous berçant dans l’écume
De sa respiration.
Elle connaît l’instant
D’un cillement d’étoile
Où le jour s’efface
Rendant grâce à la nuit,
Qui sanctifie la genèse
De nos balbutiements.
Quand nos gestes conjuguent
La clarté et les ombres,
Et que nos cœurs se fondent
Dans la lueur sélène
Des origines.

© Denise Bernhardt



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 06:36

 

Sans-titre-copie-4.jpg

http://fr.123rf.com/photo_7320690_fleur-croissante-des-terres-arides.html



Je l’ai encore dans la tête
La musique de ton poème
Si claire
Comme un drap blanc
Taché de sang

Elle murmure cet hôtel sous les palmes
Son jardin calme
Un moment de bonheur
Echappé aux délires de la ville

Je ne sais à quelle hauteur
Palpitait le soleil
Quand tu le vis dans la piscine,
Mais la mort flottait, rouge,
Entre deux eaux.

Depuis les pleurs de tes nuits
Viennent empourprer mes jours.

© Denise Bernhardt

Extrait du recueil « La face double du rêve », avec Yves Romel Toussaint,
aux éditions « Le Vert-Galant »



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits.

Partager cet article
Repost0
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 06:39

 image002-copie-3.jpg



Tu me demandes les mots
De mon cœur désolé
Quand la tristesse se brise
Sur les grèves
De ton île rebelle.
Des mots de cristal
Quand ils dorment enfouis
Dans les champs de l’espace.
Donne-moi l’étreinte de tes mains
Les saveurs bleutées de ton corps,
Pour pouvoir franchir
Le ciel plombé de l’absence,
Pour que nos couleurs se fondent
Dans les soies irisées de l’aurore,
Et que nos âmes redessinent
La courbe inégale du temps,
Les marées opposées de nos jours
Pour une césure d’amour
Un diamant dérobé
Aux laves incandescentes du destin

© Denise Bernhardt



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 07:04

 

Drivier.jpg

© Léon-Ernest Drivier



En ces temps de fin du monde
Bouillonnent à la surface
Des magmas de paroles
Des laves de mots
Alors que des fleuves de sang
Circulent sous le manteau.
L’homme n’est que fétu de paille
Dérivant au hasard des courants.
Un cadavre enfoui parmi des milliers
Sous les mausolées de l’horreur

Non, personne ne voulait
Etre inscrit dans l’histoire :
« Porté Disparu »
Sous l’épaisse poussière
Précédant le silence.
Non, personne, ne voulait
Avoir le premier rôle
Dans la dramaturgie du siècle.

Mais la terre en avait décidé autrement
Et depuis jour et nuit se mêle
La complainte des morts
Aux pleurs déchirants des vivants.

© Denise Bernhardt
2 Mars 2010

« Tremblements de Cœurs » avec YR Toussaint
Poème 12



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 06:31

 

Dali-copie-1.jpg

© Rose méditative - Salvador Dali



Je prendrai tes mots
Dans la matrice ardente
De la création
D’où ils jailliront
Comme la flamme qui brûle
Sans morsure

Je prendrai tes mots
Comme des perles de mercure
Dans la paume de ma main,
Pour qu’ils se subliment
Au souffle de l’athanor.

Tu auras donné
La pureté du verbe
Des lèvres de l’Enfant Roi

© Denise Bernhardt
extrait du recueil " La vie en Marelle" en collaboration avec Duccha



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits.

Partager cet article
Repost0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 06:56

 

Rose-froissee.jpg



Tu m’écris les mots
Que l’on dit à vingt ans
Avec les parfums violines
Des premières amours.
Tu m’offres les prémices de l’aube
Baignées d’embruns salés
Et de clameurs.
Je n’ai que mes années
Lourdes de pleurs
Et d’amours indécises,
Que les roses froissées
De mes jardins
Pour nous couler
Dans le poème de la mer
Tout ruisselant d’étoiles.

© Denise Bernhardt



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits.

Partager cet article
Repost0
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 07:47

 

amour-dualite-sculpture-01-z.jpg

© Aurélie Moreau
http://www.amoreau.com/sculpture-commandes.aspx



Je n’ai pas dit ton corps
Déroulant des nuits
Vétiver et jasmins
Tout au long de son corps.
Je n’ai pas dit tes reins serpentaires
Qui pénètrent, fauves,
L’antre de l’ultime douceur.
Ni ta bouche quémandeuse
Qui prend et déprend
En prodiguant sans fin
Les flammes du plaisir,
Dans le secret des anses offertes,
Ni tes mains effilant la soie grège des matins
En modelant l’argile rousse
De ses seins,
Tes mains emplies de jouissances
Quand s’inverse l’amour
Pour sublimer l’espace
D’un même embrasement.

© Denise Bernhardt
31 Décembre 2006



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits.

Partager cet article
Repost0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 08:05

 

magrittechateau.jpg

© René Magritte



Il faudrait inventer des commencements
Faisant jaillir des étoiles
De la baguette aux sortilèges.
Il faudrait inventer une ville debout
Qui mange la lumière
Et qui respire
Plus haut que les branches
Des arbres clairs.
Il y aurait des maisons calmes
Où battent les horloges,
Quand le temps n’est plus que le souffle
Des enfants dormant.
Il faudrait inventer des forêts
Pour féconder la terre,
Des champs et des vergers
Pour que vivent les hommes
Sur une île ouverte
Posée , comme une verte
Sur la mer.

© Denise Bernhardt
30 Avril 2007



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche