Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 février 2020 2 11 /02 /février /2020 07:28
www.pinterest.de

 

 

 

 

Au lieu de faire un foin de tous les diables

à propos de mon soi-disant côté obscur,

puisque ça vous botte, allez-y :

jetez donc un coup d’œil par le trou de la serrure.

Il se peut que l’on m’aperçoive,

mais nul ne verra pour autant mon visage,

car on l’a recouvert de mystère,

étant donné que tout poème

est comparable à un secret,

un secret si bien gardé

que son auteur lui-même

a parfois un mal fou

à expliquer sa propre raison d’être

ou comment sa présence,

à elle seule,

aura suffi pour que vous vous sentiez

également tous concernés,

et pas qu’un peu !

En tout cas beaucoup plus

que vous n’auriez pu l’imaginer.

Libre à vous de choisir

mon visage ou le vôtre,

un reflet si furtif dans la vitre avant

d’une arrière-pensée volée en éclats

après que la poésie,

montée encore une fois en épingle,

ait enfilé ses talons aiguilles.

 

Et c’est alors que tout défile

et qu’à la fin je me pique.  

 

©Michel Duprez

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
10 février 2020 1 10 /02 /février /2020 07:19
www.magicmaman.com


 

 


Pour qu’on ne prenne plus l’enfant pour une chose,
Une proie innocente, un objet convoité,
L’objectif d’un touriste en mal d’obscénité,
Ou l’indécent jouet d’un jeu qu’on lui propose,

 

Pour qu’il ne risque plus de trouver porte close,
Enfermé dans les rets de la captivité,
Qu’il n’ait plus à subir avec passivité
L’attouchement pervers d’une main qui s’impose,

 

Pour qu’en battant les champs on ne redoute plus
De retrouver son corps, souillé, près d’un talus,
Je m’adresse à celui qui garde le silence :

 

« Que le témoin muet, qui ne sait plus très bien,
Ou le juge appelé à rendre la sentence,
Imagine, qu’un jour, on recherche le sien ! »  
 

©Gérard Cazé
 
 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
9 février 2020 7 09 /02 /février /2020 08:12
Konstantin Razymov

 

 

 

Elle est assise

chez elle

ou à la terrasse

d’un café

 

elle est seule

sans désir

de parole

 

elle ne fait rien

elle est bien

elle s’offre

une pause

                       

Elle a dans les yeux

un coin de paysage

avec des chemins

qui se perdent

 

au loin

où la mer

se mêle

au ciel

 

Dans l’air

des vibrations

des parfums

des éclats

 de lumière

la traversent

pareils

à des étincelles

 

un souffle

effleure

son visage

caresse sa peau

à l’échancrure

du corsage 

 

elle écoute

et absorbe

ce peu de choses

qui fait aimer

la vie

 

à l’abri

 

des tumultes

 

du temps.  

 

©Yannick Resch  

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
8 février 2020 6 08 /02 /février /2020 07:16
www.magicmaman.com


 

 

 


" S'il te plaît, dessine-moi une joie, dit une petite fille. "
L'homme prit ses crayons et se mit à l'ouvrage.
Quand il eut fini, il lui tendit son dessin.
" Mais c'est moi, remarqua l'enfant étonnée. "
" Tu as raison, c'est bien toi. Tu es si belle avec tes pommettes-églantines, tes yeux d'améthystes et ton sourire-arc-en-ciel.
Tu es la joie, tu es ma joie, une joie-papillon, une joie-hirondelle qui s'envole et se pose sur un chêne vert. "
L'enfant regarda, émerveillée, lança un merci tissé de soleil et se mit à rire et à danser.
L'hiver devint alors printemps et le rire, un chant...    

 

©Michèle Freud

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
7 février 2020 5 07 /02 /février /2020 07:42
www.psy-paris-sengler.fr

 

 

 

 

Si son regard  ne te fait pas honneur

Cherche ton reflet dans le regard de ceux qui te respectent

Cela pourrait t'apporter du bonheur

En dépit de ce que tu ne veux  pas laisser paraître

Regarde-toi dans les yeux de ceux qui voient ta valeur

Ne la cherche pas dans les yeux de celui qui fait ton malheur.

Bien qu'il te dévalorise,

Sache qu'il est conscient de la force qu'il amoindri par son emprise

Et tu te retrouves paralysé, entre l'amour et le danger

Enlève ton cœur de son regard

C'est ta première échappatoire

Écoute ce conseil qui remplace une seule paire d'yeux par son pluriel

... tu pourrais aussi regarder en toi et décider de qui te voit  

 

©Djida Cherfi

03/01/2020.  

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
6 février 2020 4 06 /02 /février /2020 07:24
Edward Lamson Henry :The Great Clock on the Stairs -1868

 

 

 

Sur le parquet en sycomore

la comtoise cherche les heures perdues

celles piquées dans le délire

de la vieille machine à coudre

les secondes  sont dégrafées

les pluies sont surfilées

les minutes se cachent dans le balancier

qui distribue des loukoums au jardinier

il promène sa brouette sur une trotteuse à aubes

plante ses réveils dans un carré de nuit

ensemencé d’aiguilles de pins et d’épices

à côté  dans la cour basse

canettes et biches à pied

se mêlent, s’emmêlent les canevas

la comtoise en jupons s’en balance

elle pousse du col les pois, les papillons, les pervenches

les songes ont des airs de cousettes

ils cachent leur bobine sous la pédale en folie

midi sonne

les clés sortent

les affaires rentrent

sur le parquet en sycomore

le temps s’étonne.  

 

©Nicole Hardouin

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
5 février 2020 3 05 /02 /février /2020 07:38
©œuvre d’Eliane Hurtado

 

J’aime ce flot de lumière qui descend vers les abîmes,
Cette roue du temps qui tourne imperturbable en course effrénée,
Ces quelques lueurs colorées qui flottent dans l’espace
Et celles qui se rassemblent pour allumer un feu,
Chaudes perles flamboyantes.

 

J’aime ce nuage d’opaline berceau de l’ange protecteur
Veillant sur la sérénité de cet instant unique
Entre le ciel bleu acier et le rouge doré d’un soleil d’été.

 

J’aime cette ambiance feutrée où tout n’est que beauté.   
 

©Eliane Hurtado
 
 
 
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
4 février 2020 2 04 /02 /février /2020 07:29

 

 

 

Un froissement d’ailes embaume l’azur

 

Et emporte le bruit ample et clair

qui surplombe la promenade.

 

Sur le sillon odorant de la Terrasse des Feuillants,

j’ai reconnu ton pas,

 

Celui qui efface le hasard d’un geste,

sans briser le mystère des ombres agitées.

 

Quand le reflet bleu des pierres fait danser la lumière,

ton silence murmure l’inouï

 

Et je perçois le tumulte béant

qui me porte bien au-delà des choses.

Là où s’enfuit la beauté.

 

Muse fidèle de la première clarté,

tu recouds mes pages oubliées.

 

Morpho, accompagné d’un battement d’ailes  

 

©Roland Souchon


www.rolandsouchon.com  

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
3 février 2020 1 03 /02 /février /2020 07:27
www.pinterest.fr

 

 

 

 

Nous traversons les jeunes frondaisons,

Puis l’immensité des champs

Aux vagues de blés blonds,

Où les ailes d’anges

S’embrasent au feu céleste,

Lorsque soudain apparaît

Un visage de douceur vénitienne,

Dans le mystère d’un silence

S’étirant sur les brumes de chaleur.

Nous traversons les jeunes frondaisons,

Sous les baisers du soleil

Où le bleu du ciel soudain

S’est rempli d’hirondelles.   

 

©Michel Bénard.
 

 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
2 février 2020 7 02 /02 /février /2020 07:14
Portrait les yeux bandés, Jean Cocteau

 

 

 

 

Ferme les yeux

Mon adoré

Ferme les yeux

Revis en pensée

Nos passions

Nos cœurs tendres

Nos corps en action

Ferme les yeux

Aimons-nous

À distance

 

L’amour est la réjouissance

de la chair

habitée par l’absence

 

 

~*~

 

Chiudi gli occhi

Mio adorato

Chiudi gli occhi

Rivivi con il pensiero

Le nostre passioni

I nostri teneri cuori

I nostri corpi in azione

Chiudi gli occhi

Amiamoci

A distanza

 

L’amore è il tripudio

della carne

abitata dall’assenza

~*~~*~

Ode©

Extrait du nouveau recueil de ODE : Médaillons Poétiques, français et italien – Traduction de Mario Selvaggio
 
 

 

 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche