Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 07:08
Abîme Nocturne – Yves Romel Toussaint
 
 
 
Je t’ai vu rectiligne
Maladroite à ma pensée
Ma tête hystérique
Prise aux tempêtes folles.
Je ne suis pas de ceux qui pensent
Que la terre a besoin d’être ronde
Mais de ceux qui croient que les femmes
Respirent dans l’eau de mes poèmes
 
La nuit répète inlassablement
Mes syllabes bossues
Quand je chevauche des rêves épuisés
Sourds et violents
Et là… je mâche rapidement des mots
Entre les dents
Comme pour signifier un cauchemar
De haute magnitude qui déracine mon lit
 
Je porte le malheur de Dieu
Dans la main gauche
Il récite par cœur
Le péché des hommes
nos rêves intimes
aux nombreuses tentacules
quelques choses d’inavouable
 
© Yves Romel Toussaint
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 07:12
Chaque larme végétale – Victor Varjac
 
 
 
Chaque larme végétale
de ses ailes perdues
brouille le visage
de l’heure fiévreuse
étourdie par la chute…
Enivrée de couleurs
les feuilles ouvrent la main
de l’arbre qui s’endort
et possèdent l’espace
aux lèvres éphémères
mais le vide tragique
ne promet que la Mort !...
Le vent préfère ignorer
le voyage sans retour
la lumière blessée
et le froid sans amour…
Bientôt la neige
effacera le paysage
en lui fermant les yeux…

© Victor Varjac
Antibes, le 1er décembre 2012


Extrait du nouveau recueil de Victor Varjac « Les Fiançailles de l’Aube » aux Editions Chemins de Plume

 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Victor Varjac
commenter cet article
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 07:50
Fièvre – Béatrice Pailler
 
 
Dans l’essaim, ce blanc seing des ires
Le saint délire d’un sain désir.
Et sous sa haire de silice si dure,
Sur son blanc sein si lisse
Erre le cilice si pur.
 
© Béatrice Pailler




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 07:09
J’aurai vingt ans demain... – Alice de Chambrier
 
 
 
J’aurai vingt ans demain ! Faut-il pleurer ou rire ?
Saluer l’avenir, regretter le passé,
Et tourner le feuillet du livre qu’il faut lire,
Qu’il intéresse ou non, qu’on aime ou soit lassé ? 
 
Vingt ans, ce sont les fleurs toutes fraîches écloses,
Les lilas parfumés dans les feuillages verts,
Les marguerites d’or et les boutons de roses
Que le printemps qui fuit laisse tout entr’ouverts...
 
Mais c’est aussi parfois l’instant plein de tristesses
Où l’homme, regrettant les jours évanouis,
Au seuil de l’inconnu tout rempli de promesses
Sent des larmes au fond de ses yeux éblouis ! 
 
Pareil au jeune oiseau qui doute de son aile
Et n’ose s’élancer hors du nid suspendu,
Il hésite devant cette route nouvelle
Qui s’ouvre devant lui pleine d’inattendu. 
 
L’oeil a beau ne rien voir de triste sur la route ;
Malgré le gai soleil, les oiseaux et les fleurs,
Le coeur parfois frissonne et dans le calme écoute
Une lointaine voix qui parle de malheur. 
 
Alice de Chambrier
 
http://www.poesies.net/alicedechambrierpoesies.txt




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 07:17
Triste cire – Michel Duprez
 
 
Quand je tombe en panne,
la nuit met la main sur tout ce qui brille.
Afin de sortir de ce mauvais pas,
j'allume alors une bougie
et – hop ! -c'est reparti du bon pied.
Restant malgré tout assez méfiant
vis-à-vis de cette alliée aussi éphémère,
déguisée en tour de feu
mais ayant la fâcheuse habitude
de fondre en larmes,
je l'éteins aussitôt pour la ranger ensuite
au fond de mon tiroir magique,
juste à côté de ses congénères,
avant qu'elle ait le temps, elle aussi,
de me cirer les pompes
goutte à goutte.
 
Heureusement que ce genre de phénomène
ne se produit qu'une fois par an,
car, après inventaire,
j'en dénombre au final pas moins de 63 !
 
Il est vrai qu'à la longue, on s'habitue à ce petit jeu
qui ferait, paraît-il, partie de la vie.
 
Bien entendu, que ceci reste entre nous
jusqu'à mon dernier souffle,
sinon, dans le cas contraire,
même les yeux fermés,
je suis sûr que je reconnaîtrai
l'oiseau de malheur
qui a vendu la mèche.
 
© Michel DUPREZ





Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Michel Duprez
commenter cet article
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 06:59
Avant d’accéder aux terres noires – Michel Bénard
 
 
 
Avant d’accéder aux terres noires,
Nos pas se sont purifiés
Sur de longues et blanches
Etendues cotonneuses.
Nous avons traversé les océans,
Les silences du désert,
Nous avons reconstitué
Les mosaïques brunes et bleues
Des civilisations perdues.
Avant de pénétrer en terres noires,
Nos pas se sont arrêtés
Au pied du baobab de la tradition,
Nous avons déposé nos talismans,
Pour écouter le chant
Prophétique des griots.
 
© Michel Bénard  



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 06:59
Contre moi - Ode
 
 
Contre moi, serre-toi
ris, pleure, raconte
tes vols d'enfance
tes rêves d'homme…

 
Presse tes odeurs à mon corps
Que nos humeurs se mélangent
au rythme composite
de nos amours architecturales…
 
© Ode



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Ode
commenter cet article
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 07:04
Le quêteur d’amour – Jean Dornac
© Camille Claudel
 
 
Je t’attends, je t’espère
Ô femme !
L’esprit en errance
En mes nuits
De tourments…
 
L’amour est un combat
Sans cesse à renouveler
Il est la plus belle des conquêtes
Mais ô combien fragile
En nos vies troublées
 
Dix fois, j’ai combattu
Dix fois, j’ai perdu
Sauf l’honneur
Toujours éperdu de cœur
A la recherche de l’extase
 
Toujours,  je me relevai
Âme blessée
Mais toujours en espérance
Le sourire comme bouclier
La douceur comme épée
 
Il n’est d’autre quête
Qui vaille une telle lutte
Contre les vents contraires
D’autres tourments
Qui vaillent de telles chutes
 
Accroche-toi, mon cœur
A la petite margelle
Du puits des félicités
Dans l’attente qu’une belle
Saura te cueillir
 
Espère que du cœur à cœur
Jaillira le corps à corps
D’un amour flamboyant !
Tu rêves si fort
De ce voyage étincelant
 
Que le temps soit court
Ou sans fin
L’amour reste
Le plus beau destin
Le plus sublime festin !
 
Grappiller les tendres baisers
D’intenses caresses
De nos mains habiles
De nos bouches gourmandes
De nos corps qui se hèlent
 
J’erre d’amours en amours
Souvent trahi, parfois oublié
Souvent ignoré, parfois adoré
Ma quête reste d’aimer
Et d’être aimé…
 
© Jean Dornac
Paris, le 18 mars 2012



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Jean Dornac
commenter cet article
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 06:59
A une femme – Paul Verlaine
 
 
A vous ces vers, de par la grâce consolante
De vos grands yeux où rit et pleure un rêve doux,
De par votre âme pure et toute bonne, à vous
Ces vers du fond de ma détresse violente. 
 
C'est qu'hélas le hideux cauchemar qui me hante
N'a pas de trêve et va furieux, fou, jaloux,
Se multipliant comme un cortège de loups
Et se pendant après mon sort qu'il ensanglante ! 
 
Oh! je souffre, je souffre affreusement, si bien
Que le gémissement premier du premier homme
Chassé d'Eden n'est qu'une églogue au prix du mien ! 
 
Et les soucis que vous pouvez avoir sont comme
Des hirondelles sur un ciel d'après-midi,
-Chère,- par un beau jour de septembre attiédi.
 
Paul Verlaine
Extrait des Poèmes Saturniens
 
Repost 0
Published by jdor - dans Paul Verlaine
commenter cet article
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 07:02
MEMOIRE D'IVOIRE – Pierfetz
 
 
 
 
La Parole peut être d'argent,
Mais s'oxyde avec le temps.
Quand l'automne tue le printemps
On oublie vite les chauds instants.
 
Avec son blanc manteau d'hiver,
La neige recouvre tout dehors,
Silence momifie la vie d'hier,
Et avec lui l'Amour s'endort.
 
On oublie parfois ses malheurs,
Mais ils restent enfouis à jamais.
Au lieu de tuer le bonheur,
L'écrit rappelle que tu aimais !
 
Ainsi l'écriture est d'ivoire.
Elle ne fond pas comme la neige,
Mais perpétue toute une histoire
Et du temps passé nous protège.
 
Bien loin des yeux, bien loin du cœur,
L'Espoir, comme bouteille en mer,
Navigue en nous durant des heures ;
La vie nous paraît moins amère.
 
Un vol de papillon,
Un écrit de mémoire,
Une feuille de saison,
Un souvenir d'Ivoire.
 
Pierfetz - © 
 
http://arciel88.fr/bibpoesiespierrot/V%20-14Memoire%20dIvoire.htm



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Pierfetz
commenter cet article

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche