Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 08:01
Comme un parfum de néant… - Jean Dornac
 
 
 
Je dédie ce poème à toutes les victimes des déments du pouvoir et des fous de dieu, tous ces êtres indignes du beau nom d’humain…
 
 
- Qui es-tu, toi que je ne vois pas ?
- Je ne suis rien, je ne suis qu’éternel vide !...
Me répondit, en écho, Maître Néant
Qui déjà semblait vouloir happer ma vie…
 
Aux quatre saisons de la souffrance
Dès les premiers instants de ma naissance
Une bien méchante fée
Promptement m’a abonné…
Trop vite, j’ai senti l’haleine fétide
De celui qui nous happera tous
Et nous gardera en éternité insipide
Dans ses mortelles housses…
 
Je me suis raccroché à l’espérance
Qu’un Dieu amical devait exister
Mais je n’ai vu que les mares de sang
Dans lesquelles se vautraient
De cruels égorgeurs à l’horrible rictus
Qui dansaient sur les corps désarticulés des femmes et des enfants !
Seul le vide, alors, me paraissait acceptable
Seul ce vide pouvait devenir désirable…
 
Je voudrais oublier ce monde de fous
Qui n’a jamais aimé la vie !
Car je connais le désespoir
De l’âme qui ne rencontre plus l’amour
De l’âme qui, au fil des jours, se dessèche
De l’âme qui cherche une maîtresse
Mais ne croise plus que la mort
Si loin de toute lumière de vie…
 
Oui, je voulais espérer et m’accrocher encore
Mais à quoi bon entretenir
Les plus belles illusions
Lorsqu’elles servent juste à se mentir
A oublier qu’existent des monstres
A refuser de regarder la vérité dans mes propres yeux
Devenus glauques à force de pieux mensonges
Et finir par se retrouver en totale perdition ?
 
© Jean Dornac
Lyon, le 16 novembre 2014

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Jean Dornac
commenter cet article
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 08:11
LE SAMOVAR – Pierfetz



Servir le thé est plus qu'un art,
Une invitation entre amis.
On le déguste tôt ou tard,
Source des mille et une nuits.

Mandarin assis sur sofa
Ebloui par le pas de danse
De l'hotesse soutenant les anses
D'un samovar de Califat.

L'eau a commencé par chanter.
Elle s'est en est allée jusqu'à bruire
La voici prête pour le thé,
Et tout est là pour nous séduire.

Le filet glisse dans la tasse
Et roucoule comme une source
Son arôme envahit l'espace
Et termine doucement sa course.

Accompagné par la musique
Lancinante de nos amours,
Le Samovar le plus rustique
Nous fait rêver les plus beaux jours!

© Pierfetz

http://arciel88.fr/bibpoesiespierrot/VII%20-%206%20-%20Le%20Samovar.htm
 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Pierfetz
commenter cet article
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 08:49
A ma fille Adèle – Victor Hugo
Victor Hugo par Louis-Ernest Barrias
Musée des Beaux-Arts de Lyon – © Photo J.Dornac
 
 
 
Tout enfant, tu dormais près de moi, rose et fraîche,
Comme un petit Jésus assoupi dans sa crèche ;
Ton pur sommeil était si calme et si charmant
Que tu n'entendais pas l'oiseau chanter dans l'ombre ;
Moi, pensif, j'aspirais toute la douceur sombre
Du mystérieux firmament.

Et j'écoutais voler sur ta tête les anges ;
Et je te regardais dormir ; et sur tes langes
J'effeuillais des jasmins et des oeillets sans bruit ;
Et je priais, veillant sur tes paupières closes ;
Et mes yeux se mouillaient de pleurs, songeant aux choses
Qui nous attendent dans la nuit.

Un jour mon tour viendra de dormir ; et ma couche,
Faite d'ombre, sera si morne et si farouche
Que je n'entendrai pas non plus chanter l'oiseau ;
Et la nuit sera noire ; alors, ô ma colombe,
Larmes, prière et fleurs, tu rendras à ma tombe
Ce que j'ai fait pour ton berceau.
 
Victor Hugo
 
Repost 0
Published by jdor - dans Victor Hugo
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 08:32
Amours illégitimes… - Jean Dornac
© Jules Romain
 
 
Les esprits prisonniers des morales éculées
Crient au scandale et aux amours illégitimes !
N’ont-ils jamais su ce que veut dire « aimer »
Et offert leur cœur à l’amour jusqu’à l’ultime ?
 
Qui sont les auteurs de ces cruelles lois ?
Des religieux et quelques autres, tous des mâles ?
N’ont-ils pas juste cherché des excuses de bon aloi
Pour garder leurs femmes par jalousie de crotale ?
 
Pour ceux qui connaissent la puissance de l’amour
Il n’existe aucun « toujours » qui serait illégitime
Les lois humaines ont menti depuis toujours
Les amants de tous les siècles en sont victimes !
 
Le comble de la sauvagerie et du ridicule
C’est de persuader ces cœurs qui s’aiment
Qu’ils sont en faute et que de peur, ils reculent
Renonçant par remords au plus beau diadème…
 
Combien d’amours et d’âmes détruites
Au seul nom des prétendues fidélités ?
Combien de vies gâchées par suite
De toutes ces abominables cruautés ?
 
Le poète se doit de pleurer les amours mortes
Et ces âmes que l’on conduit à l’échafaud
Elles sont emmenées sous bonne escorte
Sous les railleries de stupides badauds…
 
On ne pleurera jamais assez
Ces cœurs martyrisés
Victimes des âmes trop sèches
Et de leurs abominables flèches…
 
On les conduit dans les ténèbres
Eux qui n’aimaient que la lumière
C’est une horrible marche funèbre
Vers d’atroces cimetières…
 
© Jean Dornac
Lyon, le 23 juin 2013



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Jean Dornac
commenter cet article
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 08:00
1984 – Thierry Deschamps
Infographie © Thierry Deschamps
 


Il y a bien longtemps, j'avais douze ans à peine
Mais déjà j'étais pris au piège de la lecture.
Et je passais des heures pleines d'enchantement
À la bibliothèque, en quête d'aventures.

Alexandre Dumas, Jules Verne et autres Dieux,
M'offraient là tant de mondes où je pouvais rêver.
Les lignes qui lentement s'imprimaient en mes yeux,
Tout en m'ouvrant l'esprit, m'emmenaient promener.

Un jour, je pris un livre d'un certain Georges Orwell
Il était trop ardu et je ne pus le suivre.
Pourtant dès le début l'histoire me semblait belle
C'est quelque peu déçu que je laissai ce livre.

Je n'y renonçai point, je me dis simplement,
Attends d'être plus grand pour retrouver ces pages
Car ce livre est sans doute des plus intéressant
Mais pour bien le comprendre tu n'as pas encore l'âge.

Quelques années passèrent et je le retrouvai
Me replongeai dedans, me trouvai fasciné.
Big Brother, le Novlang, tout cela me troublait.
Par chance, ce ne pouvait être réalité !

Et le temps continua son lent cheminement,
D'autres livres occupèrent mon esprit et mon cœur
Et quand quatre-vingt-quatre arriva finalement,
Je pensai à Orwell, à son monde plein d'horreurs.

Comment imaginer un monde si déprimant ?
Où la police surveille le moindre de vos gestes,
Où la presse contrôlée par le gouvernement,
Donne des nouvelles truquées de façon manifeste.

Comment imaginer un monde abêtissant ?
Où la littérature apparaît comme outrage
Dangereuse rébellion aux yeux de dirigeants
Qui craignent que le peuple ne devienne trop Sage.

Comment imaginer que l'on puisse torturer,
Maintenir prisonnier sans même un jugement ?
Comment imaginer que l'on puisse affamer,
Laisser croupir le peuple dans le pire dénuement ?

Comment l'imaginer ?
Quelle folie n'est-ce pas ?

Et qui pourtant progresse,
Lentement, pas à pas…

Je marche dans la rue sous l'œil des caméras,
Je suis localisé grâce à mon téléphone,
La langue s'appauvrit en langage sms,
La star académie est devenue grand-messe.

Les prisons se remplissent chaque jour un peu plus,
Et combien de familles connaissent la pauvreté !
Le racisme ce développe plus vite que tout virus,
Et la police règne au cœur de la cité.

Une moitié du monde est en guerre contre l'autre
Et la démocratie vire en pantalonnade
Car du règne de l'argent les élus sont apôtres
Dés qu'ils ont le pouvoir le peuple reste en rade.

Comment l'imaginer ?
Quelle folie n'est-ce pas ?

Qu'importe, de toute façon,
Deux plus deux égal quatre !
Je garde ma raison
Je n'ai pas peur des rats.

~~*~~
 
©Thierry Deschamps
 
http://www.societe.le-spleen-de-zarathoustra.fr/1984.html



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 08:34
Mémoire – Denise Bernhardt
© Karen Blaha/Flickr
 
 
 
Peut-être il ne suffira pas
De dire le monde, de médire
Il ne suffira pas…
Il faudra le vivre et survivre.
 
Laisser reposer les écrans usés
D’ordinateur
Et se refermer les pages des textes
Maltraitées.
 
Dans ce monde à venir
Il restera la gloire
Des mots portés en oriflammes
Jusqu’au frisson de l’âme.
 
Demeurera le souvenir des grèves légendaires
De la part des pays
Qui forçaient le respect.
 
On retiendra les longues foules en marche
Respirant d’un même souffle, d’un même cri
Sève et sang
Dans les veines du monde
 
Et nous voguerons
Au plus près de nos songes.  
 
© Denise Bernhardt
  
Extrait du recueil « L’amour du monde » écrit à deux plumes par Denise Bernhardt et Duccha. Editeur : Le Vert-Galant



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 08:06
POINT D’ORGUE – Luce Péclard
 
 
Avec l’hiver privé de feuilles,
Les nids du merle et de la pie
Ont apparu dans les branchages,
Posés comme deux notes noires
Au sommet du bouleau
Et plus bas dans la haie.
 
C’est la fin de la mélodie
Qui grisa l’année écoulée.
 
Où sont les oiseaux de naguère ?
Reviendront-ils à leur bercail ?
Le nouveau printemps se prépare,
Et les nids vont s’en retourner
A l’anonymat du feuillage.  
 
 © Luce Péclard

Extrait du nouveau recueil de Luce Péclard, « Pars si tu peux » aux éditions du Madrier




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Luce Péclard
commenter cet article
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 08:04
L'étoile – Claire Prendkis
 
 
D'où peut bien provenir cette étoile ?
Elle explose, insolente sous la voûte
la toile d'araignée de l'univers lui fraye sa route
bolide pressé, elle bouscule le cosmos, pirouette et meurt
puis offre ses myriades de débris lointains
ses lueurs, ses étincelles sur les astres voisins
à l'homme solitaire du télescope rivé à la noirceur.
 
© Claire Prendkis
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 08:10
Les mots et les images – Victor Varjac
 
 
                                               à ce qui n’a pas de nom
 
 
Les mots et les images
fées et lutins du langage
ont le pouvoir admirable
de faire naître la Vie
la Vie hors du Temps
de ce Temps qui radote
et regarde sans cesse
si le cadran des cieux
met ses pas dans les miens…
Ô Temps
ne vante pas ta course
sans halte ni repos
tu maltraites mon apparence
en ajoutant des rides
sillons de la vieillesse
qui feront de ma peau
un parchemin grotesque…
Tu déformes et ratures
le dessin de mon être
mais ni mon cœur
ni mon rêve
ne peuvent t’appartenir…
Ils sont nés d’un secret
celui de la jeunesse
qui ne sait pas vieillir…
Enfouis le couteau
de tes jours
dans ma chaire fragile…
Ironise mon corps
labouré de blessures…
Pousse-moi vers la chute
où m’attend le silence…
Comme tu es risible
dans ton rôle d’aveugle
qui cherche à me prendre
sans y parvenir
car au pays magique
ma chair est une image
et les mots mon destin
je ne suis pas humain
je ne suis que langage
et toi… tu n’en sais rien !...

© Victor Varjac
Antibes, le 16 août 2011


Extrait du nouveau recueil de Victor Varjac « Les Fiançailles de l’Aube » aux Editions Chemins de Plume

 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Victor Varjac
commenter cet article
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 08:35
Calligraphie – Béatrice Pailler
 
 
 
 
Un envol, un arrêt,
Une course,
Le calame lance sa ligne.
 
*
 
Le moineau m’épie, s’envole
Et ma plume distraite souffle.
À son bec ma ligne de jais.
 
*
 
Le silence est venu.
Le calame se pose
Et la page se gonfle d’un voile de mots.
 
*
 
Ruisselets et rubans
Apprivoisent l’hivernale soie,
Où goute à goute s’épuise le pinceau.
 
© Béatrice Pailler
2014
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche