Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 janvier 2022 7 02 /01 /janvier /2022 07:40
oeuvre de ChristianSchloe

 

 

 

 

Cernée par la haine     
J’ai déroulé la parole.
Le langage emperlé
De métaphores mélodieuses
Dévoile lettres
Et syllabes lustrales.
C’est le chant profond de la poésie,
La vision oraculaire
D’une chaine solidaire
Que scellent
Les essences bleues de l’amour
Instillées au cœur de ma terre
Par le rêve des voix sentinelles.
Sentinelles,
Signes pèlerins
Qui psalmodient l’incantation
De matins clairs
En un ciel de soie lucide
Tissé de fraternité.

 

©Nicole Portay                
 
 
 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 08:05
Vue d’artiste d’une lune, d’une exoplanète et de son système tristellaire (trois étoiles). ©Wikipedi CC


 

 

Je ne suis qu’un oiseau de passage
survolant un paysage éphémère.
J’écoute le silence de l’écume
d’un pays mutilé
par les tourbillons du temps.
Parfois les montagnes dévoilent
une chute d’eau,
un torrent argenté.
des fleurs multicolores parfument l’espace
ensorcelantes fragrances .

 

où sont les hommes ?

 

Ils ont quitté la terre martyrisée
pareils à des animaux
quittant le navire avant le naufrage
ils sont partis vers d’autres sphères.

 

Que vont-ils devenir ?

 

©Eliane Hurtado                          
 
 
 

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2021 5 31 /12 /décembre /2021 07:34

Etienne m'a envoyé cette magnifique carte de voeux pour l'année à venir ! Il m'a autorisé de la publier pour que toutes et tous vous puissiez en profiter !

De tout mon coeur, je le remercie pour sa générosité !

Jean Dornac

 

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2021 4 30 /12 /décembre /2021 07:39
René Magritte


 

 

Toi, le sujet de mes pensées,
la part visible de moi-même,
seule à pouvoir être filmée
alors que se crée un poème
écrit, comme à l’accoutumée,
par le gérant de ton système
et reproduit sous sa dictée
en ton nom, suite à un dilemme
dont tu sortis vainqueur d’emblée,
t’attribuant tout ce que j’aime
sans en avoir la moindre idée.
 

©Michel Duprez          
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 07:49
Pawel Kuczynski


 

 

je marche parfois sur tes traces,
je marche avec crainte sur le sentier de tes pas,
aux senteurs d’herbes en été,
son effleurement est si doux,
mes pieds frôlent la soie
où frémit une étrange lumière

 

de très loin,
au-delà du silence
qui appuie ton âme brûlée,

 

elle ombrage mes cils
du frisson
de ses larmes,

 

je marche sur tes traces,
sur le sentier de tes mots,
des herbes de l’été,

 

le frémissement de tes mots,
une épée à deux tranchants,
me transperce ou me caresse,

 

la lumière du crépuscule,
la magie d’un mot
frissonnent en moi.    

     

©Sonia Elvireanu      
 11.09.2020
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2021 2 28 /12 /décembre /2021 07:32

 

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2021 1 27 /12 /décembre /2021 07:32


 

 

                                                   À l’Ami

 

Ces retrouvailles prévues
Depuis l’aurore des Temps
Cette rencontre de nous deux
Dans la brume des jours
À la Source même
Où nous nous sommes abreuvés
Jusqu’au cœur de l’âme…

 

Cette joie, ce bonheur de se re-connaître
Âmes sœurs à la face même de l’Univers
Enfants des Étoiles
Dans la flamboyance des Lunes
Et des Soleils
Incendie d’émerveille à la frontière de l’aube

 

Cet étonnement à la re-découverte
Signe que nous ne sommes plus seuls
À être, penser, agir, créer
Émergence hors de la solitude intime
Pour se retrouver, ensemble
Aux puits de la création

 

L’Arbre millénaire est enraciné à la peau de l’âme
Et la Poésie de l’Oiseau
Est comme la voix de l’Enfance
Comme le bleu de l’Azur
Clairière vive sur les Fleurs d’éternité
Mémoire des Temps millénaires

 

C’est le ballet des Étoiles sur le lit de la mer
C’est la danse planétaire
Où les gestes trouvent dans le silence
Les lignes archaïques des Signes
Symbolique hermétique
Dont nous cherchons la clef

 

Et se mirent les quatre saisons de l’âme
Dans la divine Géométrie de l’Art
Là où se cachent le Secret, le Mystère, la Magie
Ainsi la Rose des Vents
Où la Pierre antique naît à la Parole
Comme le Prunier initiateur s'offre en fleurs…

 

Ode©

 

sources : https://www.facebook.com/

 


       
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2021 7 26 /12 /décembre /2021 07:38


 

 

 

un coeur s’est perdu ici
un autre s’est pendu
là-bas dans le plat pays de Jacques Brel
il s’est perdu quelque part
entre ici et là-bas !
je cherche le propriétaire
à qui, sans doute, il manque !

 

peut-on vivre sans coeur
si l’on n’est pas un tyran ?
j’ai un coeur à partager
le mien à vous donner
mais qui le voudra
même gratuitement ?
à votre bon coeur Mesdames !

 

si un tyran le désire
et se l’approprie
la greffe échouera
mon coeur n’aime
que la douceur et l’amour
jamais la haine et la violence
qui le tueraient !

 

il aime la poésie
franche et directe
en-dehors des clous
plantés par les normes
des temps et âmes pincées
d’un classicisme surrané
qui en dessèche l’âme

 

ce coeur déclame les vers
et l’ensemble des douceurs
avec toujours
et en premier
toute la beauté
conjuguée au verbe aimer
car l’amour est premier !

 

à qui appartient
le coeur trouvé
dans un triste caniveau
où circulent hélas
les miasmes des âmes lasses
d’une vie de violence
baignée de haine ?…

 

que de remords inavoués
laisse échapper ce coeur
vert de tristesse
vrai, il s’est perdu
mais surtout
son amour de toujours
n’a pas supporté l’infidélité…

 

©Jean Dornac
Lannion, le 26 décembre 2021
               
 
 
 
 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2021 6 25 /12 /décembre /2021 07:40
CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux - https://sms.hypotheses.org/5417

 

 

 

 

C'était une très longue nuit
une nuit pauvre en divinité
et qui fuyait, priait de toute part
Ils passaient, repassaient, trépassaient...
la frontière de nulle part,
la frontière de l'inhumanité
 
On entendait rire au loin
la hyène aux salves de joie
celle dont l'haleine de pure race
brûle toujours d'éteindre la foi
 
Une nuit de sanglante ronde
dans la frontalière neige
plantée de grilles acérées
et de pièges immondes..
 
Pas de crêche, pas de feu
et pas de Noël en ce hors-monde
semé de trahisons et de pièges !
Et pas de vaccin contre l'égoïsme !
 
Aux printemps prochains
on trouvera quelques jouets perdus
ici ou là, des doudous usés
souvenirs exsangues, sur le fil,
perdus par les enfants de l'exil...
 
Joyeux Noël pour les souvenirs
avec les chants des enfants, leurs babils
et cet esprit de partage si volatil !
 
 
©Jeanne CHAMPEL GRENIER
       
 
 
 
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
24 décembre 2021 5 24 /12 /décembre /2021 08:31
Photo JDornac©



Les traductions en occitan limousin et en italien sont de Béatrice Gaudy

 

Les brumes bêlent dans les prés
les nuages moutonnent dans le ciel
C’est la grande transhumance des nuances
en laquelle s’estompe
la séparation de l’éther et de la terre
Tenu encore à distance
par le flamboiement des arbres
inexorablement se rapproche pourtant
le berger au souffle de glace
dont les paroles sont des halos
qui s’élèvent vers les étoiles
comme en un chant d’enfant


    * * * * * * * *


A l’ouraio de nouvèmbre


La bruma belen din l’oû par
loû nuagei moutounen din lou ciau
Qu’ei lo grando transumancio de la nuança
en lo qualo s’estoumpo
lo separaci de l’etèr e de lo terro
Tengu denguèro à distancio
pèr lo flambour daû aubrei
ineisourablamen se raprocho pertant
lou bargie au soufle de glaço
dount la paroula soun daû alo
que s’eileven ver la etiala
coumo en un chant d’efant


    * * * * * * * *


Sull’orlo di novembre


Le foschie belano nei prati
pecore sono le nuvole nel cielo
E la grande transumanza delle sfumature
Bella quale si attenua
la separazione dell’etere e della terra
Tenuto ancora a distanza
dal fiammeggiare degli alberi
inesorabilmente si avvicina tuttavia
il pastore dal fiato di ghiaccio
le oui parole sono degli aloni
che si innalzano verso le stelle
come in un canto di bambino

 

©Béatrice GAUDY                  
 
 
 

 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche