Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mai 2024 4 02 /05 /mai /2024 06:47
Feuilles d’automne - Ode


    Octobre, les feuilles rougissent, jaunissent
    Magnifique spectacle !
    Le vent les emporte au gré de sa force
    Ballet des plus féeriques !
 
    Et, je me souviens...
 
    Je me souviens des odeurs
    Des parcelles de feuilles accrochées à mes vêtements
    De toutes ces couleurs
    Où je me vautrais allègrement
 
    Un lit de feuilles d'automne
    Lit de princesse pour petite fille
    Je rêvais et riais tellement
    Qu'il faisait bon d'être une enfant !
 
    Amas de feuilles
    Que les adultes brûlaient
    Après que les enfants y aient joué
    Parfums que jamais je n'oublierai !
 
    Je ferme les yeux
    Et je revois ce doux temps
    Jeux simples, amusants, insouciants
    Temps heureux !
 
    Je rentrais épuisée à la maison
    Affamée
    Maman me servait des tartines de mélasse
    Et du lait dans un grand verre
    Y ajoutait du soufre
    « Pour préparer l'hiver »
 
    Restaient les devoirs à faire
    Les jeux en famille
    Le repas du soir
    Un bon bain chaud et dodo
 
    Le lendemain, après la classe, la magie reprenait
    Ainsi, mes fins de journée se déroulaient
    En ces temps heureux d'automnes passés !
 
    Et depuis ce temps,
    Que de feuilles rouges et jaunes tombées !
 
   
Ode©
    2000
 

 
 
  

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
1 mai 2024 3 01 /05 /mai /2024 06:40


                                                                                                                       pour Barnabé Laye
 
 
 
 
 
il est parti sur les lèvres du printemps
discret dans ses mots vif dans sa douleur
digne tel une belle solitude
lui qui jamais ne fut seul
 
il est parti les yeux ouverts sur l’Orient
caressant les galets
semant des traces de lumière de silence d’aubes veuves
chantant encore Le soleil est chaque jour nouveau
 
et je traîne chaque verre à l’ombre de sa sagesse
chaque larme sur le dos de son sourire
maintenant que d’un arbre d’une montagne d’une étoile d’une rue
nous continuons le chemin partagé


©Hafid Gafaïti

 

 

* * *

 
            Barnabé Laye, la voix d’un poète qui ne s’éteindra pas. -  Michel Bénard

 

 

Une belle et haute voix de la poésie universelle, le Poète franco-béninois Barnabé Laye vient de tirer sa révérence, nous laissant une œuvre capitale, une parole de feu brulant au grand soleil. L’éminent Poète et professeur Hafid Gafaïti, voyait en lui un Poète essentiel, un ascète de la liberté et de l’amour global, un Griot au sens littéral , un esprit épousant l’énergie du monde, dont la voix nous demeure comme un baume salutaire. Comme les « Trois mousquetaires » Barnabé Laye, Hafid Gafaïti et moi étions très liés, dans nos utopies nous repartions à la conquête d’un monde en délitement avec pour mirage celui de remettre l’église au milieu du village. Avec lui, nous cultivions le partage et la fraternité, l’espérance et la vérité. Il « nous invite à aller au-delà de l’indicible. L’Un avec l’Autre en parfaite Union. » Lorsqu’un Poète disparait, ce sont les pans d’une bibliothèque qui s’effondrent, mais déjà, libre et insoumis il se remet à l’ouvrage et fait des nuages son plus beau carnet de voyage. « Au rendez-vous des bons copains / Il n’y avait pas souvent de lapins / Quand l’un d’entre eux / Manquait à bord / C’est qu’il était mort / Oui, mais jamais au grand jamais / Son trou dans l’eau n’se refermait / Cent ans après, / Coquin de sort / Il manquait encore. »   Georges Brassens.

©Michel Bénard. 

 

                                    
Michel Bénard a été honoré de la distinction d’Ambassadeur de la Paix.  

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
29 avril 2024 1 29 /04 /avril /2024 07:49

Absent demain, donc pas de poème... retour mercredi !!

 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2024 1 29 /04 /avril /2024 06:50



Je marche contre le vent
Je marche contre le temps
Je marche avec la vie
même sans envie

marcher sur le bois
des coeurs infidèles
entendre craquer
leurs vérités irréelles…

dormir sur la mousse
des coeurs tendres
ceux qui aiment
en sachant tout rendre

chanter avec les enfants
de tous les pays
toutes les couleurs
et leur dire qu’ils sont nôtres

partager avec tous les humains
quelles que soient leur couleur
puisqu’ils sont nos frères
au-delà de toutes croyances

souffrir et mourir
à cause de la dureté
de l’âme des tyrans
de trop d’orgueil éméchés

mais aimer la beauté
et la fragilité des fleurs
écouter les sons de la nature
là est notre futur

nous n’avons nul besoin
de violence et d’orgueil
laissons cela aux fous
qui n’ont jamais rien compris…

 
©Jean Dornac

Lannion, le 28 avril 2024

 

       
Jean Dornac a été honoré de la distinction d’Ambassadeur de la Paix.  

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
28 avril 2024 7 28 /04 /avril /2024 06:33

Dessin de Louis Delorme

 

On « brûle » le cochon
Derrière la maison
Et sa queue calcinée
Dans notre cheminée
En guise d’oraison
Crie l’ultime pensée
De cette destinée :
Un long tire-bouchon
De fumée !

©Louis Delorme  

Extrait du recueil « La Criée – Les Vagissements » de 1974. Recueil imprimé et gravé par l’Auteur sur sa presse artisanale.                                    
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
26 avril 2024 5 26 /04 /avril /2024 14:45

« Silence à haute voix »-Jeannine Dion-Guérin- Ed.éditinter-Poésie

 

Voici un titre qui en dit long sur ce qui ne sera pas dit ! On pourrait parfois parler de ''Silence étourdissant'' ce qui donne aux paroles un écho bien plus profond d'autant que l'auteur cite Paul Chaulot : ''Je ne cherche pas où brillent les feux extrêmes du langage''. Le sens profond nous importe, non les bavardages.

Sobres donc seront les textes d'autant que le temps se fait court et que la vie n'a apparemment pas, chez Jeannine Dion-Guérin, l'intention d'amorcer une retraite.

Beaucoup ont analysé et de belle façon, ce recueil que l'auteur présente comme le ''dernier'' . Personnellement, je dirais que l'apologie de Jeannine Dion-Guérin n'est plus à faire ; on connaît d'elle une vingtaine de livres( et en particulier « Vincent, de la toile au poème » superbe livre d'art sur Van Gogh), livres qui lui ont valu la sincère reconnaissance de personnalités importantes, telles que des chefs d'états et des poètes célèbres comme Léopold Sédar Senghor.

Entre autres passions, soulignons aussi que Jeannine Dion-Guérin fut, durant dix huit ans, productrice, animatrice de l'émission « En vers et avec tous » sur « Radio Idfm 98 Enghien »

Toute une vie consacrée à donner de la voix sur des sujets variés mais aussi sur celui, primordial en littérature comme ailleurs, de la liberté de la femme et de son épanouissement à tout âge, et sur tous les plans.

Voilà pourquoi plutôt que d'analyser ce recueil pas à pas, ce recueil dont je retiens la sobriété avant tout, mais aussi et surtout le sens de l'humour comme en cette ''Déclaration à la sauce zinzin'' qui n'a rien à envier à notre Henri Michaux, je citerai 2 textes qui me paraissent illustrer l'idéal à atteindre pour un poète à la vie bien remplie et qui se retourne sur le chemin accompli, sans pour cela tirer sa révérence car, nous dit-elle, il s'agit de ne pas se fabriquer des regrets :

 ''Je porte en mon bois des bribes d'étincelles

dont la flamme de désir ravive les envies''(30)

 

Sagesse de l'arbre ( 26)

 

En bout de sentier

L'Arbre centenaire

tente de se remémorer

les années perdues

à scruter son aubier.

 

Y cheminent encore

feuillée haute, sève lovée

et niché, le secret gracile

du bouquet des mots

 

et celui-ci :

En finir avec ( 80)

 

En finir avec les éclats

de voix, de haine

des échanges mortifères

Que l'humain se réfugie

dans le soupir amoureux

ou la prière à d'incunables

dieux que nous importe

pourvu qu'il séduise

plutôt que braver,

ou répandre ses guerres

sous le fallacieux prétexte

de terres vierges à ensemencer.

En deux mots : « Faites l'amour pas la guerre » Quel plus beau Silence à haute voix pourrait-on proposer à ce monde étourdissant de bêtise ?

                                                                                             
© Jeanne CHAMPEL GRENIER  
   
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
26 avril 2024 5 26 /04 /avril /2024 05:48


 

 


J'ai faim de ton visage
et du galop de ta vie...
Les secondes
ne sont que des mirages
si mes doigts gourmands
n'attachent pas ton coeur
au rêve de ma chair...

Qu'importe alors
la marche folle
de ces jours impridents
que la planète précipite
dans le gouffre de l'espace...

Qu'importe l'immense
canevas d'étoiles
où s'étourdissent les mondes
comme d'énormes bêtes
puissantes et fidèles
attachées au piquet
magique de la nuit...

Le sable fin de l'heure
couvrira mon visage
lorsque la floraison
et le chant de tes yeux
n'oseront plus ouvrir
la porte secrète
et disperser la horde
silencieuse des pierres...

Elles viendront soudain
effacer une à une
la course de mon sang
sous le poids de leur corps...

Redoutable tombeau
minérale demeure
vaisseau glacé du monde
sais-tu que mon amante
d'une seule parole
peut ébranler ton seuil
et fendre ton logis
à la triste figure ?

Tes yeux ô mon amour
me permettront de voir
mes heures inachevées
que tes pas courageux
poseront sur ma mort !...
 

Antibes, le 24 mars 2001

Extrait du recueil « L’homme imaginaire » aux éditions Mélis

Sources : http://victorvarjac.wifeo.com/


©Victor Varjac                    
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
25 avril 2024 4 25 /04 /avril /2024 06:37


Poèmes Lauréats Concours Jeunesse SPF 2023

 


J'étais innocente et vous m'avez corrompue
J'étais bienveillante et vous m'avez battue
Mon nom signifie vie
Vous m'avez écrasée, insultée,
J'ai pleuré
J'ai eu le cœur plein et les joues creuses
Vous m'avez vidée de toute ma confiance
Vous m'avez jeté à la figure vos offenses
Mon nom, ma couleur, mon corps
Vous avez tout souillé sans remords
Mon nom signifie vie
Mais comme le soleil se lève après la nuit
Je me suis redressée, lentement, sans bruit
Dans mon sang coule l'endurance et l'espoir
Ce don je l'ai car je suis noire
J'ai regardé la vie, droit dans les yeux
A mes côtés, auprès de ces deux
Qui de vous ou de moi gagnera ?
Lequel parmi nous restera ?
Seul l'avenir nous le dira
Mais pour ma part, j'en parle déjà au passé.

Zoé NEGRIT – BTS
13940 MOLLEGES
Prix Aimé Césaire jeunesse 2023       
                                                                                       
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
23 avril 2024 2 23 /04 /avril /2024 13:35

 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2024 2 23 /04 /avril /2024 06:52


 


Dans l’aura de la lune pleine
Monte la ferveur des chants exacerbés
Et les battements  des tambours
Dont le tumulte arrive jusqu’à moi

Pourquoi as-tu quitté
Ce monde pour un autre
Me laissant dans la déliquescence
De l’absence

Appelé par les Dieux tu quittes ton corps
Dans un vertige d’azur
Emporte-moi !

Ici plus rien n’existe
Que le miroir d’eau
Où se reflètent nos visages
En quête de transparences.

© Denise Bernhardt

 

Extrait du recueil « La face double du rêve » écrit à deux plumes par Denise Bernhardt et Yves Romel Toussaint. Aux éditions Le Vert-Galant.                                                                
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche