Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2020 5 17 /01 /janvier /2020 07:27
jcdurbant.wordpress.com

 

 

 

 

Le cri écoute  encore

l’horizon qui s’éloigne

 

Les griffures du brouillard gomment doucement

la Marelle que nous avions tracée.

 

Il nous reste la trace intérieure.  

 

©Nicole Hardouin

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2020 4 16 /01 /janvier /2020 07:47
©œuvre d’Eliane Hurtado
 
 
 
Je voudrai comprendre
Tout ce que je ne sais être
Quatre vents sur un passé
Mes rêves révoltés ou envolés.
 
Par le pouvoir d’un mot,
Je poursuis ma vie
Suspendue aux nuages de l’infini
Comme un souffle de zéphyr
Aux embruns des océans,
Parfum venu de loin qui nous enveloppe
D’un cocon de soie
Edifiant une œuvre mystique
A la mémoire onirique. 
 
 
©Eliane Hurtado
 
 
 
 
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
15 janvier 2020 3 15 /01 /janvier /2020 07:39
b.poupouil.over-blog.org

 

 

 

 

 

Il suffit qu’un oiseau traverse le ciel

Pour que s’éploient les couleurs sur l’éventail

Vert palpitant à la ramille d’un peuplier

Rouge chaleur maternelle sur la lèvre d’un coquelicot

Bleue l’aile du geai à la cupule d’un chêne

Jaune au vent ondoyant des moissons

Orange au premier sourire d’une chanterelle

Pourpre la digitale habillée de patience

Au chant nacré d’un liseron de perle

Revient l’oiseau

Et se replie l’éventail

 

Que l’année nouvelle déploie son éventail

avec un arc-en-ciel où chantonne la brise  

 

©Roland Souchon


www.rolandsouchon.com  

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2020 2 14 /01 /janvier /2020 07:39
magdalenafernande.m.a.pic.centerblog.net

 

 

 

 

 

Ce matin j’en reviens

A l’embrasement d’automne,

Aux multiples nuances

Qui dessinent dans le ciel

Le prologue de notre poème.

Une fois encore je n’hésite pas

A poser mon doigt

Sur votre beauté troublante,

Avec cette peur que notre secret

Soit un jour défloré, voire dévoilé.

Ce matin tout me redevient

Blanches transparences,

Pareilles à ces neiges

Recouvrant de silence le paysage

De ce voyage d’enfance.

En rêve, je dépose

Sur cette virginale fragilité,

Le bijou turquoise de l’intime

Entre l’écrin de vos rives.

Ce matin je m’éblouis

De l’embellie de la vie.  

 

©Michel Bénard.
 

 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2020 1 13 /01 /janvier /2020 05:47

 

 


Nous aimer à la lampe de la lune
fanal lumineux
qui éclaire nos nuits
et installe les jours

Sentir monter la marée
à bout de ciel
à bout de souffle
à goût de ciel


La nuit est de braise
le jour est de cendres

Rêvons de la renaissance
de notre source d’enfance

~*~

Amarci al lume di luna
fanale luminoso
che rischiara le nostre notti
e installa i giorni

Sentir salire la marea
sino ai confini del cielo
all’ultimo respiro
dal sapore salmastro

La notte sa di brace
il giorno sa di cenere

Sogniamo la rinascita
della nostra sorgente d’infanzia

~*~~*~

Ode©

Extrait du nouveau recueil de ODE : Médaillons Poétiques, français et italien – Traduction de Mario Selvaggio
 
 

 

 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2020 7 12 /01 /janvier /2020 07:43
Photo J.Dornac©

 

 

Il est un pays
Pas celui de mes ancêtres
Qui m’a accueilli
Bras ouverts…
Mais comment comprendre
cette route tortueuse
qui m’a mené d’Alsace en Bretagne ?

J’ai connu tant d’autres coins
de ma généreuse France…
Comment expliquer
qu’il m’a fallu
tant de décennies
pour enfin avoir le sentiment
d’être revenu chez moi ?…

Assis sur un bloc de granit rose
je contemple la Manche,
j’écoute sa mélodie
que l’on croirait parfois
accordée au vol des mouettes…
A plein poumons
je respire le vent du large
porteur des embruns
et d’un solide parfum d’aventures !

Bernaches, mouettes et goélands
Dansent autour de moi
Et semblent m’inviter
Dans leur joyeuse ronde
Aussi désordonnée que rapide.
Le temps d’un souffle
Et déjà ils partent au loin !
O joie, un rouge-gorge
Se pose près de moi
Sans peur ni timidité
Il me regarde
Nous nous contemplons…

Après la contemplation de la mer
J’ai marché dans les landes de fougères
Admiré les jaunes fleurs d’ajoncs
Imaginé un bouquet de boules d’hortensia
Rêvé de la Dame au camélia
Sous le regard d’une de ces fleurs rouges
J’ai même aperçu un joli mimosa
Avant de croiser un bouquet de rhododendrons

Au gré de mes déplacements
Le plus souvent à pied
Je m’arrête face aux nombreux calvaires
Qui disent la foi des gens du pays
Et je suis tombé amoureux
De tant d’églises aux formes généreuses
Rondes ou pointues
Cloches battant à tous les vents
De l’histoire des hommes et du temps !

Et que dire des légendes toujours présentes
Dans les châteaux et manoirs
Et par les sculptures des hommes
Mais encore celles de la nature !
Comment ne pas célébrer
La beauté de ce pays bénit des dieux
Qui a reçu en héritage
Tant de richesses, tant de charmes
Que j’en suis tombé amoureux…  

©Jean Dornac
Lannion, le 6 janvier 2020

 
 

 
 
 Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2020 6 11 /01 /janvier /2020 07:11
ça aussi, c’est l’Europe, celle qui détourne les yeux…

 

 

 

 

 

Premier janvier ! Quoi de neuf sur cette planète ?

Trouverons-nous autre chose que des arêtes ?

Ont-ils fait place nette les ''canards'' de l'été 

Pas d'horreurs, pas de guerres, plus rien à raconter ?

 

Un reste de rôti ? On invite un voisin ?

Pas celui qu'on fréquente car il a du bon vin

Mais celui qui, là-bas, loge dans un carton

Si las de bourlinguer qu'il aval' des cach'tons

On redresse la pente, on est sur la bonn' voie...

 

Et les vieux entassés tout près de colapser

Voilà qu'ils ont trouvé une famille à aimer ?

Ça va les étonner, le pays a changé

On arrête le béton tout autour des maisons

Et voilà qu'on jardine : salut les potirons !

 

Cent fois moins de voitures mais des bus silencieux

Pour aller voir la mer, ah ! vraiment c'est le clou 

De l'eau pure à gogo et des bancs de mérous !

C'en est trop ! C'est trop beau ! Je me frotte les yeux ...

 

 

Zut alors! J'ouvre l'œil, je suis dans les nougats

Quelle cuite hier soir, c'était la Saint Sylvestre !

Un ''pingouin'' m'a piqué mon duvet et ma veste

Oh dis donc... les poubell'... les rats...sacrés dégâts !

 

Qui sait si la Croix Rouge va passer ce matin

Nous apporter un truc, une infusion de thym ?

L'an dernier on a eu un sandwich, un' cannette

Et moi, j'étais pas seul, j'étais avec Mariette...

 

Premier janvier ! On se gèle sur c'te planète !  

 

© Jeanne CHAMPEL GRENIER

  

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2020 5 10 /01 /janvier /2020 07:25
photoshop edit - photo de thuie – Notre avenir et celui de nos enfants ?
 

 

 

 

Faute d’avoir analysé ce que nous sommes...

 

Nous allons voir le saut de la température

De deux, de trois, de quatre et même cinq degrés ;

Dans dix, quinze, vingt ans, nous serons effarés

Devant les changements subis par la nature;

 

Le pôle Nord sera lieu de villégiature,

D’un peu partout viendront chez nous les émigrés

Et par millions les corps devront être enterrés

A défaut d’avoir pris d’importantes mesures.

 

La croissance, il aurait fallu la contenir

Au lieu de la forcer, mieux la circonvenir…

Nous sommes une espèce au sein d’autres espèces !

 

Et nous nous inscrivons dans le milieu vivant.

Il nous aura manqué ce soupçon de sagesse

Qui permettait de croître et d’aller de l’avant.  

 

©Louis Delorme   

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2020 4 09 /01 /janvier /2020 07:24
Le chat de Philippe Geluck©

 

 

 

    Les traductions en occitan limousin et en italien sont de Béatrice Gaudy

 

 

La liberté d’expression ne peut être

seule liberté de réciter

ce qui est agréable aux oreilles du pouvoir

La liberté d’expression ne peut être

seulement partiellement libre

La liberté d’expression est ou n’est pas

mais ne peut pas n’être qu’à demi

 

                      * * * *

 

Lo liberta d’espressioun ne po pa eitre

soulo liberta de recita

ço qu’è agradable à la aurelha dau poudei

Lo liberta d’espressioun ne po pa eitre

soulamen parcialamen libre

Lo liberta d’espressioun ei o. n’ei pa

ma ne po pas eitre soulamen a demiè

 

                      * * * *

 

La libertà di espressione non puo essere

sola libertà di recitare

quello che è gradevole agli orecchi del potere

La libertà di espresione non puo essere

soltanto parzialmente libera

La libertà di espressione è o non è

ma non puo essere soltanto a metà 

 

©Béatrice GAUDY 

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2020 3 08 /01 /janvier /2020 07:56
herault34.canalblog.com

 

Deux petits poèmes aux fleurs de basilic (français et anglais) - Athanase Vantchev de Thracy

 

 

I.

 

Le bouquet d’immortelles

Dans le vase de cristal bleu.

 

Quelques fleurs de basilic

Sur la vieille table en chêne massif.

 

Sur la commode, à côté de l’horloge,

Suavement ronronne le majestueux chat,

Maître cérémonieux de la maison.

 

Debout, devant les icônes et la veilleuse,

Une coiffe d’un blanc immaculé,

Mère prie à haute voix la Vierge

Tombe à genoux

Et fait plusieurs signes de croix !

 

Une calme indicible envahit tout !

 

II.

 

La brume violette du matin,

Je viens à toi avec le cierge de cire de Pâques

Et deux œillets écarlates.

 

Ah, comme j’aime

Les petites rues étroites

Qui mènent à ta maison,

Les petites rues étroites, mon ange,

Qui sentent si bon les tilleuls

Et la paix descendue

Du vaste ciel de diamant !    

 

©Athanase Vantchev de Thracy

Paris, le 4 janvier 2020

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

 

 

ENGLISH :

 

 

 

Two Short Poems with Basil Flowers

 

1.

The bouquet of everlasting flowers

in the vase of blue crystal.

 

A few basil flowers

on the old solid oak table.

 

On the dresser, beside the clock,

the lordly cat is sweetly snoring,

the house’s master of ceremonies.

 

Standing before the icons and the night light,

in a headdress of immaculate white,

Mother prays aloud to the Virgin,

then falls to her knees

and makes several signs of the cross!

 

An ineffable calm pervades everything!

 

2.

 

Violet mist of morning,

I come to you with the Easter wax candle

and two scarlet carnations.

 

Ah, how I love

the little narrow streets

leading to your house,

the little narrow streets, my angel,

so strongly redolent of lime trees

and the peace descended

from the vast diamond sky!

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche