Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 août 2021 4 26 /08 /août /2021 06:33

Bonjour ! J’ai le plaisir de relayer l’appel de Nicole Portay, responsable du concours de poésie jeunesse au sein de la Société des Poètes Français ! Faites suivre autant que vous le pouvez !!

 


AMIES, AMIS DE LA POÉSIE,

Voici l’édition 2021-2022 de notre concours dont la dernière session fut encore une fois une belle réussite ! (Qualité, valeurs humanistes, émotion furent au rendez-vous). Je compte sur vous pour nous aider à pérenniser nos joutes poétiques.

N’hésitez pas à en parler autour de vous !

Poétiquement vôtre,
Nicole Portay, Responsable SPF du Concours International de Poésie Jeunesse Francophone

 

 

Partager cet article
Repost0
25 août 2021 3 25 /08 /août /2021 06:32
L’usure


 

 


26 février
L’usure quotidienne au ras de l’existence
N’arrivera jamais à me prendre au filet !
Toujours rebondissant, j’étrécis la distance
Qui sépare mon chant de son prochain couplet.

 

27 février
Couplet d’une chanson unie à son refrain,
De l’univers surgie, y repartant sans cesse.
La ronde tourne en boucle avec le même entrain,
Eternel mouvement, symbole de jeunesse.

 

28 février
Le mouvement sans trêve est mon gage de vie,
Continuel échange entre esprit, âme et corps.
De ce choix dévolu, jamais je ne dévie,
Jusque dans le sommeil il me trouve en accord.

 

29 février
Le sommeil m’est permis juste tous les quatre ans,
Seulement dans le creux de l’an dit bissextile !
Hors du calendrier, il rentre dans le rang,
Un besoin pour d’aucuns, pour moi heure inutile.

 

A suivre…    
 

© Luce Péclard
Extrait du recueil de Luce Péclard, « LE GUÉ DES JOURS » aux éditions du Madrier        
 
 
 
 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
24 août 2021 2 24 /08 /août /2021 07:25


 

 

"Qu'attendre, le temps travaille pour nous, ma chère ! Sur notre chemin, avec nos mains tendues, une mésange, une tourterelle, une lune ; elles disent la durée inconsidérée de notre union, parfois du froid mais toujours des retours à nos corps défendant et à l'amour revenant, le partage du printemps, de ce qui sauve mais de quoi ?  Avec la lune pleine qui éclaire nos corps enlacés, et la mésange et la tourterelle qui prédisent le temps à partager ; Amour à tenir sauvegardé, Amour du peu de nous deux, de tout le trop de nous deux… le nôtre nous-mêmes ?"


©MILOUD KEDDAR  

Extrait de "Ma compagne"
Ed.Paroles et Poésie
Collection de l’Eglantier


 
 
 
 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
23 août 2021 1 23 /08 /août /2021 06:43
Par Dellex — Own work (Computergrafik), Domaine public


 

Poèmes Lauréats Concours Jeunesse SPF 2021

 

 


Je laboure un sillon d’étoiles emplumées
d’une foi félonne
pour le vol millénaire vers un bout d’espoir

 

Le soleil déploie ses ailes lumineuses
sur des matinées criblées d’infections nocturnes

 

Il m’appartient de façonner mes pas lagunaires
empourprés de poussière liquéfiée
de tailler les ombres ankylosées
qui picorent la lumière du chemin
d’ériger sur chaque rêve le cri venteux
qui dépoussière le ciel

 

Il m’appartient d’aplanir les plis de la mer
froissée par des vagues de débauche
et « d’insouvenance »
dire cette terre écumeuse
débroussée de toutes mémoires

 

Il m’appartient de recoudre la veinule fraternelle
lacérée par des vautours maliens
où la blancheur des dents se déguise en rougeur de sang

 

Et ma Côte d’Ivoire,
Côte d’avarice et d’amours varioleuses
où le temps s’alite sur les feuilles de manioc
et cette Biélorussie variqueuse
dont le destin du peuple baigne dans la pataugeoire

 

Je vous prête mon chant, vous astres qui voletez
dans la volière noire fumante du ciel

 

Je suis liminaire d’une nuit falote
qui pourchasse le jour au plus loin
des horizons laiteux
ma foi est plus aigre qu’une comète venimeuse

 

J’endure le déluge des viols constitutionnels
et je recouche ma douleur
comme un soleil dans le nid de la mer.

 

Délice MANKOU

– TERMINALE – PRIX DU TAPUSCRIT DES LYCEES 2020-2021

 
 
 
 

 


 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
22 août 2021 7 22 /08 /août /2021 06:43
photo Serge Lascar©


 

 

Un baiser sur tes lèvres ouvertes rouges et or
Caresses prodiguées par mille sur ton corps
Cela fait, si je compte
Mille et une pensées réunies en un conte
Avouées sans un mot en marques de tendresse
Brodées or sur kaftan, mille et une promesses.

 

©Serge Lascar
 
 
 
   

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
21 août 2021 6 21 /08 /août /2021 06:49

 

 

Il a plu,
Comme l’on pleure à regret
Sans violence, sans arrêt.
L’eau s’épanche sur la margelle des yeux.
Le feuillage verse à flot.
Aux rives de peau, le sel.
Il a plu,
Comme l’on pleure soulager
Dans l’abondance, sans regret.


Il est un silence
Plus émouvant qu’un silence d’homme.
Un silence
Où la brise emplit le vide,
Cueille l’aiguille d’un ciel-pin,
Où la brise trouble le vide,
Cueille l’œil au coin du matin.

 

©Béatrice Pailler
 
 

Béatrice Pailler /Recueil SACRE
Éditions Racine & Icare 2019
http://www.editions-racine-icare.weonea.com/
Carine Roucan : 10 rue Jean Lemarcis 76610 Le Havre
Prix public 13€

 
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
20 août 2021 5 20 /08 /août /2021 06:42

 

 

    Au revers de la mémoire, ces tranches de vie
défilant sur écran : la mienne, la leur, comme s’il y
avait vraiment différence.
    
    Vendanges inachevées ou pérégrinent
quelques finitudes.

 

    N’y a-t-il enfin d’histoire commune à tous ces
êtres ?

 

    Quand nous faisons partie d’un même miroir.


©Claude Luezior
 

in : Jusqu'à la cendre, Ed. Librairie-Galerie Racine, Paris, 2018

https://editions-lgr.fr/claude-luezior/          

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
19 août 2021 4 19 /08 /août /2021 06:30
www.astrosurf.com


 

Mon histoire est fantastique, elle n’a ni début ni fin, elle se perd dans la nuit des temps. Il faut pourtant bien commencer quelque part. Il y a quelques milliards d’années, j’habitais un astéroïde de glace et de poussière voyageant à travers le cosmos silencieux. Je passais mon temps à méditer, rêver et me perdre dans la contemplation des étoiles. Depuis l’espace, elles ressemblent à de magnifiques joyaux. Je suis une goutte d’eau, c’est pour cette raison que mes amies m’appellent « Gotita ». Inutile de préciser qu’à cette époque, j’étais une gouttelette tout à fait congelée.


Un jour, l’astéroïde percuta la terre, quel choc! La planète qui bouscula ma vie était très différente de celle que l’on connait aujourd’hui. Ils ne lui avaient pas encore donné de nom : rien qu’une sphère envahie de volcans et de lave. Quant à l’eau, on en trouvait bien peu. La collision fut si forte, que toute la glace de l’astéroïde se transforma instantanément en une vapeur légère. Ils appellent ça vaporisation. Ce n’est qu’un mot, et... Il n’y a pas de mot pour décrire ce moment prodigieux.


Ainsi, ma vie de terrienne débuta dans les nuages. De temps à autre, je m’efforçais d’atteindre le sol, mais pas moyen ! Cette planète était un véritable enfer. Impossible de poser un pied sur sa surface. La chaleur était plus forte, elle me renvoyait toujours vers les nuages.


Mais la planète refroidissait, et j’appris un nouveau jeu : accrochant mon petit corps de vapeur à un grain de poussière, je réussis à me transformer en une véritable goutte d’eau. Ils appellent ça condensation. Ce n’est qu’un mot, et aucun mot ne peut décrire cette sensation extraordinaire.


C’est depuis cette époque qu’on me surnomme Gotita. Être plus lourde est un avantage lorsqu’on on veut chuter jusqu’au sol. Ils appellent ce phénomène précipitation. Ce n’est qu’un mot, et moi, ce qui me plait avant tout, c’est la pluie.
 

© Leafar Izen
 
Le site de Leafar Izen et son site de vente par correspondance
http://www.leafar-izen.com
http://www.leslibraires.fr/

 
 
 
 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
18 août 2021 3 18 /08 /août /2021 06:34
Madagascar - Photo Ellen Fernex©


 


Ellen Fernex a parcouru le monde durant tant d’années qu’elle sait parfaitement de quoi elle parle, et son humanisme fait énormément de bien !


Tant de regards au monde
comme des ondes profondes…
Tant et tant de regards
qui viennent de toute part !

D’Europe ou bien d’Afrique,
d’Asie ou d’Amérique.

Des villes et des campagnes,
des vallées et montagnes,
des déserts et forêts,
des savanes et marais,
des deltas et plateaux,
des banlieue et hameaux.

Regards :
ces miroirs ambivalents
du dehors et du dedans ;
du dehors, l’environnement
et les événements ;
du dedans, les bouillonnements
et leurs jaillissements.

Ces regards
qui s’infiltrent et pénètrent
tout au fond de notre être,

qui pleurent ou bien qui rient
qui se taisent ou qui crient ;
qui s’ouvrent ou qui se ferment,
qui haïssent ou qui aiment ;
qui chantent ou qui supplient,
qui gémissent ou sourient
qui doutent ou qui appellent,

tous, ils nous interpellent.

Ces regards sur la terre
comme autant de lumières
qui vivent et scintillent,
qui s’éteignent ou qui brillent,
dans les nuits, dans les jours,
hier, aujourd’hui, toujours,

Regards
de soie ou de métal,
d’eau trouble ou de cristal,
de soleil ou de brume,
d’étoile ou bien de lune.

Regards
énigmes où l’on se perd,
déserts où chacun erre ;
bourbiers où l’on s’enlise,
alcools où l’on s’enivre ;
jardins où l’on fleurit,
étés où l’on jouit ;
flammes où l’on se brûle,
abîmes d’où l’on recule ;
cendres qui nous consument,
aurores que l’on hume.

Regards
épées qui transpercent
ou brises qui caressent ;
poisons qui démolissent,
coups de poing qui meurtrissent ;
sources qui désaltèrent,
ou murs qui désespèrent ;
printemps qui réconfortent
ou fleurent qui emportent.

Tous ces regards du monde,
c’est la vie de ce monde ;
ses interrogations
et ses fascinations.
Le monde en gestation
dont nous sommes un maillon.

Ces regards sont tous frères ;
par-dessus les frontières,
les langues et les coutumes,
les peaux blanches ou brunes,
ou noires, ou cuivrées,
fraîches ou bien ridées ;
par-dessus religions,
croyances et pulsions,
toutes les diversités,
toutes les disparités.

Ces regards sont tous frères,
car tous d’une même terre.

©Ellen Fernex        
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
17 août 2021 2 17 /08 /août /2021 06:33

 

Recueil de Kathleen Hyden David

   
                                    
Préface de Claude Luezior
                                  Éditions France Libris, juin 2021

 

                             Ceux qui rêvent éveillés ont connaissance
                             de mille  choses qui échappent à ceux qui ne rêvent
                             qu’endormis. Edgar Allan Poe

 

Depuis l’origine du monde, l’arbre est le fidèle compagnon de la vie de l’homme. N’est-ce point sous un arbre, au jardin d’Eden, qu'Adam et Ève échangèrent leurs premières caresses? Du berceau au cercueil, l’arbre est présent. Trace conservée au plus profond de l’être, taillée dans notre histoire / et qui résonne au cœur de la  nef végétale.


C’est pourquoi souvent, les images de la vie et du rêve se confondent. Tout comme Gounod, inspiré par Goethe dans la nuit des Walpurgis, l’auteure fascinée par les arbres perçoit, dans leur écorce tourmentée, les reclus du temps qui l’attirent, l’inquiètent. D’où cette trentaine de photos pour en garder la trace.


Hésitation des souvenances, jaillissement et métamorphoses du regard.


Les cernes du mirage brisent les barrières du visible pour retrouver le dialogue perdu avec tous ces êtres qui apparaissent devant Kathleen Hyden-David.


Étonnant ailleurs, inquiétants visages aux regards immobiles qui, impassibles, observent, épient dans leur tronc d’arbre pour seul refuge (page 20). Veulent-ils renaître, ou entraîner une proie ? Mais aller à l'envers du miroir est toujours dangereux car le dragon veille et les fantômes, resurgissant dans l’hésitation du devenir, transforment celui qui les voit : ils me rendent étrangères.


Leur écorce est le canevas de quelques âmes errantes, vouivre ou gorgone, c’est une chambre de mémoire qui fascine la poétesse.


Écorce, titre du livre, interroge. Le lecteur peut se demander pourquoi le singulier au lieu du pluriel : chacun aura sa réponse.


Lorsque les alvéoles des branches s’égouttent sur les ombres, l’auteure écoute, en conjurant les puissances d'un au-delà pour en retrouver les racines. Souvent, selon Cesbron, un arbre humanise mieux un paysage que ne le ferait l’homme ;  il faut alors la justesse du regard et la précision du mot pour le démontrer, ce que fait très bien Hyden David.


Les photos sont toutes plus surprenantes les uns que les autres, accompagnées par des textes qui suggèrent le rêve : illusion de rétine / ou rêve secrété / du fond des siècles / troll ou fou du roi, raconte-t-il ses ancêtres ou quelque farces grotesques? L’esprit laisse faire le rêve et quelque dieu généreux / aurait-il mélangé à la sève / quelque gouttes / de génie ?


L’auteure, en créant une image, oriente l’imaginaire du lecteur. Comme le souligne Bachelard : créer une image, c’est vraiment donner à voir.


La forêt manifeste la permanence de la vie. En s'identifiant au monde végétal l’auteure nous fait échapper à notre condition matérielle, à notre individualité périssable. Mais la  vie se nourrit d’interrogations sans réponses. Peut-être en trouverons-nous dans ce recueil ?


Dans cette forêt vit tout un peuple d'ombres, mais rien n'est vain aux racines du ciel. Hyden-David, en ouvrant la forêt au regard, a su retrouver quelques genèses sculptées.


Sur les routes forestières se blottit une vie entre deux mondes. Malgré la rouille des lichens, la sève est toujours jeune : c’est ce que le lecteur ressent en s’imprégnant des photos et en lisant les textes qui les accompagnent. Nous avons ici un dialogue entrent l’énergie cachée des éléments, entre la chair du végétal et la chair de l’homme.


Nous ne saurions terminer cette recension sans souligner l’élégante préface de Claude Luezior qui se glisse dans les failles du soir. Par un flux de l’esprit et une grande sensibilité, ses mots captent les rumeurs de la forêt et soulignent la richesse de ce recueil.

 

Nicole Hardouin
                  
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche