Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juillet 2020 2 21 /07 /juillet /2020 06:40

 

 

 

Présentation par Jeanne Champel Grenier : Peintures de 2015 à 2019

                                                                   

                                                      

 

 

                 La peinture de Miloud KEDDAR est puissante, sobre à la fois ; c'est celle du geste qui imprime avec force une idée, un sentiment, une douleur. L'artiste est dans l'urgence d'expression, sur une trajectoire terrestre qu'il sait fugace ; il ne s'embarrasse pas de plaire mais de dire, il exprime et imprime un ressenti indélébile, les codes choisis sont simples : tout comme l'enfant qui ne ''représente'' pas mais ''se dit'' tout entier dans le geste.

 

                 Il ne s'agit pas ici d'une invitation à la promenade de sérénité :''Venez admirer le coucher de soleil'' Non ! Il s'agit de traces laissées comme les Primitifs sur la roche, afin de marquer un lieu comme sacré, un lieu de mémoire, et pour dire, dans l'urgence l'intériorité de l'homme qui passe, pour marquer cet endroit de façon indélébile. Peindre n'est pas un divertissement, c'est un acte de foi ou de non foi, une quête de sens. Les œuvres de Miloud KEDDAR sont des œuvres symboliques explicites qui indiquent un champ ( parfois un chant) de réflexion profond, un univers de questionnement, mais un univers lié à l'humanité, avec sa douleur, sa cruauté, mais aussi ses ancrages d'amour. C'est un chant de solitude et de silence avec parfois une comète d'espoir qui traverse son univers.

 

                 Il est question aussi de ressusciter certaines traditions véhiculées par la religion. Quelqu'un qui cherche l'Absolu se doit de questionner la passé. Certaines croyances ne sont pas inutiles à reconsidérer. Tel est le but que se propose Miloud KEDDAR dans l'oeuvre intitulée « ICON CRISIS VERA » qui signifie icône authentique ( en Grec). Un visage d'homme avec une barbe , un profil stylisé couché à l'horizontale, visage que l'on confond avec des montagnes enneigées et de la végétation, ce profil regarde le ciel immobile avec son soleil fixe, chauffé à blanc, rond, cerclé de noir, le tout sur un fond or, de celui qu'on utilisait pour les icônes ; l'ensemble, très simple, pur, immobile incite à la pose, à la réflexion ; noir qui définit la ligne d'horizon est en fait la continuité du visage, le cou ou bien la tunique.

 

                Ce tableau est vertigineux de silence. Le sujet est né de la tradition de Sainte Véronique pleureuse des Juifs qui aurait par compassion passé un linge blanc sur le visage, couvert de sang et de sueur, du Christ montant au Golgotha. C'est ce geste de piété initié par une femme qui a inspiré Miloud KEDDAR. Ce linceul dit ''de Turin'', controversé, pose des questions : tradition ou geste divin ? Quoi qu'il en soit, l'idée est belle et le peintre reconnaît ici les gestes de courage et de compassion d'une femme ; par le choix de ce sujet, l'artiste met la femme à la place d'honneur que beaucoup lui refusent.

 

                C'est ainsi que l'oeuvre : «  ICON CRISIS VERA » aux antipodes de la '' Sainte Véronique'' de Hans Memling ( National Gallery of Washington), provoque notre attention par sa modernité d'inspiration et d'exécution. Il y a de la pureté dans cette composition sobre, équilibrée, et une sorte d'appel à la contemplation. Chaque œuvre de Miloud KEDDAR est à elle seule tout un monde de profondeur qui pousse à la méditation.

 

© Jeanne CHAMPEL GRENIER

  

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2020 1 20 /07 /juillet /2020 06:30
Photo J.Dornac©

 

 

 

 

                                                                      (des canots par milliers)

 

Comme neige au soleil, le sel ici flamboie ;

et plus loin c'est la mer d' ''il était une fois'' ...

 

On a atteint le bout de la terre connue,

là-bas gémit l'appel, au-delà des paluds

symphonie ruisselante, musique lente et froide

la vague multiplie ses lèvres frémissantes

elle pleure, elle écume et devient transparente

c'est comme du vaudou précédant cette transe

des algues possédées, agitées, gémissantes

qui vont donner naissance à des coraux en fleur...

Des  fleurs pour qui ? pour quoi ? et pour qui cette danse ?

Tant d'oubli, de silence, de visages qui hantent...

Voyages éternels noyés dans la douleur

 

Entends la voix du sable qui change de couleur

il semble que le jour s'en revienne au début

Les souvenirs se noient, là, à perte de vue

tout est neuf et pourtant tout a déjà vécu...

Et voilà que le ciel s'empare du moment

des envols de mouettes viennent battre des ailes

alors la paix ricoche sur le grand océan

qui se gonfle de joie et fleurit de plus belle

Ils dansent nuit et jour dans les passes du vent

ensemble, goélands, mouettes et flamants

et ils furent heureux, eurent beaucoup d'enfants

 

Comme neige au soleil, le sel ici flamboie

et plus loin c'est la mer d' ''il était mille fois''...

 

© Jeanne CHAMPEL GRENIER

 31 mars 2020

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2020 7 19 /07 /juillet /2020 06:38


 

 


Sous la lune conquérante
Les occupants ayant,
En ces périodes vacancières,
Quitté demeure,
Dame Hérisson, esprit vagabond,
Toutes  épines dehors
De sa futaie verdoyante sortit,
Aventurière.

Rencontra sur son chemin,
Surpris autant qu’elle
Les chats de la maison,
Dont, nuit venue, à leur insu,
Elle partageait,
Goûteuses croquettes.

Les matous regardèrent l’intruse
Sans velléité, avec tolérance,
Ayant pourtant tenté,
Mettre pattes griffues
Sur la boule piquante,
Gagnée par le sommeil.

Maintenant, sous le chaud soleil
Toujours endormie,
Entourée de sa cour féline,
Elle créa grande surprise
A la dame nourricière.
A qui elle offrit
Un beau tableau
De la Nature réconciliée.

©Gérard GAUTIER   
Saint-Brieuc 16 juillet 2020
 
 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2020 6 18 /07 /juillet /2020 07:56
Site de Franck Nicolas

 

 

 

A Ile Eniger

 

 

 

Le miroir est une âme

qui se cherche un visage…

… une attente paisible…

… un délicat pinceau…

suspendu dans les airs…

… un espace intérieur

transparent et fluide

où pleure l’invisible

ce grand livre fermé

à la marche des hommes…

Oserais-je l’image

qui ne m’appartient pas

silhouette lointaine

fière et silencieuse…

Seul… face à la glace

je devine l’empreinte

inégale des pas

qui s’enfonce déjà

dans l’eau profonde

et douce

de l’univers paisible

qui dessine en secret

mon visage inversé

se découvrant une âme

pour traverser sa Vie…

 

© Victor Varjac

Antibes, 25 août 2012

 

Extrait du recueil « Les fiançailles de l’aube » aux éditions Chemins de Plume

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
17 juillet 2020 5 17 /07 /juillet /2020 03:43
Plume de poète

 

 

 

Je vous avais offert une clairière aux yeux de biche, un vitrail et tous

ses anges musiciens, des fruits défendus dans un jardin secret.

Aujourd’hui je cueille des épines noires sur un sol glacé.

Nous avons fait ripaille dans les cernes du mirage.

Des orties poussent au bout de mes ongles.

L’hiver sort du miroir.

Cendre blanche, braises noires.

A perte d’âme et de corps, les ténèbres.

Mantille pour un désespoir.

 

©Nicole Hardouin

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2020 4 16 /07 /juillet /2020 06:22
Source photo : Université de paix (cliquer sur la photo pour aller sur son site)

 

 

 

Le néant dans l’aberrance

La patience

La tolérance

La confidence

La puissance
La résistance

La défiance

L’impertinence

L’incompétence

La méfiance

La violence

L’indifférence

L’absence
La transparence

La conscience

L’intelligence

L’élégance

La confiance

L’existence...

... Je pense....

 

©Lydia Montigny

  

Extrait du recueil « Exquis Salmigondis » aux Editions BoD-Books on Demand - Paris

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2020 3 15 /07 /juillet /2020 06:27
L’école d’autrefois (cliquer sur la photo pour voir le site d'origine de cette image)

 

 

15 janvier

La goutte reflétait les cimes majuscules,

Les ancêtres penchés sur son frêle berceau

Capitonné de mousse, orné de campanules,

A l’attache éphémère au pied d’un arbrisseau.

 

16 janvier

L’attache relâchée, elle entrait dans l’errance.

Plus de doux chuchotis, plus d’arbre auquel tenir,

Mais le sourd grondement dans une gorge en transe,

Le vertige inconnu, la peur de l’avenir.

 

17 janvier

Le vertige encadrait son clair ruissellement,

L’obligeait à se joindre au flot de la cascade.

Elle apprenait le monde et son bouillonnement,

Sans repère et sans but dans l’âpre cavalcade.

 

18 janvier

Où donc était le but assigné par l’enfance :

L’école après les jeux, les rondes, le cerceau,

La marelle et se bonds, la franche insouciance,

Le cartable oublié dans un coin de préau ?

 

A suivre…   

 

© Luce Péclard
Extrait du recueil de Luce Péclard, « LE GUÉ DES JOURS » aux éditions du Madrier
 

 



 Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2020 2 14 /07 /juillet /2020 06:30

Proposé par la

SOCIETE DES POETES FRANCAIS
 
  Du 20 juin 2020 au 15 février 2021
                                                
 


Concours gratuit ouvert à tous les jeunes poètes francophones de la classe de CP à 25 ans révolus (scolarisés ou non).
Travaux collectifs acceptés.
 
Tous les modes d'écriture poétique - classique, néoclassique ou libérée, prose poétique, haïkus – sont acceptés, thème libre.
 
Voir les modalités sur règlement et affiche ci-joints.

Nicole Portay, Responsable du concours jeunesse
spfconcours.jeunes@gmail.com

 

 

---
Nicole Portay
Poétesse, Déléguée des Bouches-du-Rhône et
Responsable du concours international de poésie jeunesse de la
SOCIÉTÉ DES POÈTES FRANÇAIS

 

site: www.societedespoetesfrancais.eu
blog: www.societedespoetesfrancais.net
https://www.facebook.com/societe.lespoetesfrancais.7
You Tube N Portay - https://www.youtube.com/channel/UCirP_Re8FqYW19ttpePcpcQ

 

 

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2020 1 13 /07 /juillet /2020 06:03
Giovanni Strazza a sculpté la transparence dans le marbre. Résultat, 170 ans après avoir été sculptée, sa Vierge voilée reste fascinante.

 

 

 

 

Elle ne pouvait créer

que dans la respiration des étoiles

 

 

 

Heureuse celle

Qui a reçu ton chant

Où les mots ont tissé

La beauté en filigrane

Dans les soies de l’amour.

 

Heureuse la femme

Qui par toi, renaît

Voilée de transparences,

Irriguée des sèves oubliées

Et du sang resurgi.

 

Heureuse celle

Qui attend perdue,

Dans les neiges de l’absence

Un envol d’oiseaux blancs

Traversant le silence.

 

©Denise Bernhardt

 

Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « La mangrove du désir », aux éditions Le chasseur abstrait.

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2020 7 12 /07 /juillet /2020 06:25
Auguste Renoir, Femme à la lettre - Paris, musée de l'Orangerie

 

 

 

…Blondeur tiède du levant sur les chaumes,

Luminosités de terre et d’eau : translucides,

Émerillonnés, l’ocre et le rouille flambent…

Avec le jour la vie afflue. Des clartés de jaune léger nuancent les toits. Du figé des vitres, des reflets en pluie tombent sur le blanc des coiffes. Au dénuement du matin, dans sa genèse, l’homme à la fenêtre ferme les yeux. Le temps passe, une voix vient.

- Maître, j’ai gâté le pigment, il a tourné, je n’ai pas su.

L’homme, ses yeux clos sur la lumière, murmure.

- D’elle seule tu apprendras.

…Un soleil lent dore les toits…paille et blé, foin coupé…

 

Miroir, l’eau du canal.

Miroir, l’eau du ciel.

Au pli de l’œil, l’encre des mots,

Gris ciel au canal des eaux.

Reflets d’encre au miroir d’une lettre,

Reflets d’encre au ciel des fenêtres,

Au lit des lettres, l’encre des eaux.

Elle est debout à sa fenêtre.

Elle est debout près du miroir

Et, près du miroir, tient une lettre.

Une lettre lue au pas de la fenêtre

Une lettre au pas de sa mémoire.

 

 

Béatrice Pailler /Recueil SACRE

Éditions Racine & Icare 2019

http://www.editions-racine-icare.weonea.com/

Carine Roucan : 10 rue Jean Lemarcis 76610 Le Havre

Prix public 13€

 

©Béatrice Pailler 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche