Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 06:38
Voyez c’est l’arche – Michel Bénard
 
 
 
 
Voyez c’est l’arche de passage
Où je retrouve la position fœtale,
Le sang de la terre et la sève de l’univers.
Je voyage au cœur des pierres dressées
Au pays des elfes et des légendes de Brocéliande,
Céleste parure de jade et de turquoise.
L’instant se voulant hors du temps,
Devient transfiguration.
Un rayon vert descend du ciel
Sur l’officiant du temple.
Les voix célestes des femmes se fondent
Aux volutes des fumées d’encens,
La nef s’est inversée
Pour le grand voyage initiatique.
Voyez c’est l’arche de passage
Où je retrouve la position fœtale,
Le miel de ciel et les poussières d’étoiles.
 
©Michel Bénard

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 06:31
Ma Terre – Ode
Photo : « Notre-Dame-du-Portage en fin août » de Ode2005©
 
 
 
 
Si loin des grandes villes
Si loin des gratte-ciel
Se cache mon petit coin de paradis

Si loin de la rumeur
Si loin de l'amour qui meurt
Il me prend dans ses bras, mon paradis

Assise sur la plage je contemple mon fleuve
Je regarde dans le silence ses eaux voyager
Et moi, je voyage dans ma tête


***

 
Ma chaude et belle Terre du Québec
Nourrie d'un million de lacs et d'autant de rivières
Qui se déversent dans ton Saint-Laurent
Terre aux couleurs de mes étés
Terre aux couleurs de mes enfants
Terre aux odeurs de mes amours
Terre d'oiseaux aux rêves des jours

D'Ouest en Est
De l'Abitibi jusqu'en Gaspésie
Du Nord au Sud
Du Lac Saint-Jean à Saint-Jean-Port-Joli
Je t'ai marché, ô ma Terre-Mère


De tes montagnes et tes plaines
De tes vallons et tes vallées
Je t'ai regardé en face, fière
Je t'ai vu flotter
Mon Fleur de lysée

Ma Terre de géants
De légendes et de rigodons
Ma Terre de survie
Malgré l'abandon
« Je me souviens »* c'était écrit


Ma Terre rousse d'octobre
Terre des longs labours
Et des abondantes récoltes
Ma Terre blanche de janvier
Qui se repose pour préparer la saison
Et les sucres d'érables
Ma Terre de la renaissance de mai
Aux senteurs de lilas, de muguets, de pommiers
Ma Terre verte d'été
Terre d'avoine et de blé
De champs fleuris et de soleil de plomb

 
Terre bleue et dorée à perte d'horizon
Je t'aime

 
Je t'aime parce que tu m'as donné la Vie
Ainsi la Beauté, le Fleuve et mes Amours
Et... mon petit coin de paradis


Ode©
5 décembre 2003
 
* « Je me souviens » est la devise du Québec

Création Ode©
 
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droit
Repost 0
Published by jdor - dans Ode
commenter cet article
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 06:38
Pendant que tombe la pluie – Jean Dornac
 
 
 
 
Pendant que tombe la pluie
Et qu’en politique la vérité s’enfuit…
 
Je te contemple, corps et âme
Dans ta sublime nudité de femme
Toi, l’amour de ma vie
Toi sans qui, je n’ai point de survie !
 
Toi qui est l’amour que je bois
Et l’existence qui me nourrit…
Toi qui es mon meilleur choix
Et mon plus tendre abri…
 
Pendant que tombe la pluie
et qu’en politique l’honnêteté s’ennuie…
 
Un seul de tes sourires
Suffit à mes poumons
Pour qu’ils puissent rire
Loin de tous les sermons !
 
Tes douces paroles
Sont presque d’Evangile
Ta voix est ma seule boussole
Et me fait malléable comme l’argile…
 
Pendant que tombe la pluie
Et que la politique est ridicule…
 
En toi, je crois pour toujours
Nul besoin de vains discours
Tu es mon amour et mon choix
Car ton cœur est toujours droit !
 
À quoi bon choisir un politicien
Malandrin certifié coquin
Ou puceau jamais élu
Ou raciste farfelue ?
 
Moi, pendant que tombe la pluie
Je décrète que toi seule es mon élue !
 
Je n’ai nul besoin d’un Président
Qui ne pactise qu’avec les puissants !
Je n’ai nul besoin d’un quelconque chef
Qui tournera, comme toujours, sa veste derechef !
 
Pour que ma vie reste digne
Je n’ai besoin que d’amour
Nulle compromission grave ou bénigne
Ni malhonnêtes pratiques de cour !
 
Pendant que la pluie tombera
Tu seras mon unique isoloir…
 
©Jean Dornac
Lyon, le 25 mars 2017


 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Jean Dornac
commenter cet article
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 15:21
Demain matin – Robert Bonnefoy
 
 
 
 
DEMAIN matin très tôt, au coeur de la froidure,
DES que le clair obscur se teintera de blanc,
L'AUBE me fera voir son gel sur la verdure...
 
À l’instant mon destin sera sans faux-semblant :
L'HEURE m’enlacera dans l'épreuve trop dure
OU je m’avancerai heureux et non tremblant.
 
BLANCHI par un soleil à l’âme sans bordure,
LA brume moulera l’horizon accablant :
CAMPAGNE hors du temps au cadran qui perdure…
 
JE me sens tout petit, élève et redoublant,
PARTIRAI - je serein, léger, sans procédure ?
VOIS - tu j’ai soif de Toi, de Ton Amour troublant,
TU m’attends pour calmer tout ce mal que j’endure…
 
Sonnet en acrostiche Robert Bonnefoy©
D’après Victor Hugo... (A sa fille...)
 




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 07:59
Carte Postale – Yves Romel Toussaint
 
 
 
 
Suis-je la carte postale de ma vie ?
Je viens de loin
d’un long trajet,
et je suis fou d’écrire
mes vieux mots rassis,
poète est mon nom
ma rage identitaire.
 
Je suis venu crier
mon mal être
 
J’habite une ville vide
pas une rue
pas une maison où grincent
des sourires d’enfance
avec pour seul habitat
un cimetière à l’entrée de ma chambre
où dansent des fantômes.
 
Moi je rêve de sang
je rêve de mo(r)ts
avec un pas dans le vide
qui fait peur à l’autre.
 
Je ferme la porte
il y a trop de sang
dans mes visions
 
Ma carte postale
est vide d’adresse.
 
©Yves Romel Toussaint
 
Poème extrait du recueil « La Face Double du Rêve » écrit à deux plumes avec Denise Bernhardt. Edité par Le Vert-Galant.




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 07:28
Que la vérité jaillisse – Issad Kacem
 
 
 
Le mensonge et l’indifférence, plus que les chaînes
Me laissent des marques
On enterre mon nom dans la nuit obscure
Loin des yeux témoins
On creuse plus profond qu’un abîme sans fond
Pour que le soleil ne ravive pas ma mémoire
Mais une main finement se glisse
Et me tend un message
Où était écrit le nom de mes aïeux
Les fleuves alors se déchirèrent,
Les arbres hurlèrent, dans la langue de ce ventre qui m’a porté,
L’injustice qui m’a cousu la bouche
Et la terre, ce sol qui porte sur son dos les mausolées de l’histoire
Et ce sang qu’on veut éponger
Me libéra de ses entrailles
Pour que je puisse graver pour toujours
Sa vérité sur les murs de l’immortalité.
 
©Issad Kacem




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Kacem Issad
commenter cet article
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 07:41
Les galéjades de Fernand – Michèle Freud
 
 
 
 
 
 
« Fernand, tu es complètement azimuté, tu as les méninges qui déménagent car tu nous prends vraiment pour des attardés du bulbe. On sait que tu es fier d’avoir une imagination beaucoup plus fertile qu’une poêle à frire. N’empêche que tu n’as pas inventé le cachou rond… De toute façon, il ne faut jamais pousser mémère dans les orties. Cette fois-ci, tu dépasses largement les bornes. Entre ce que tu nous racontes et la réalité, il y a un gouffre, que dis-je, un océan et tu le franchis allègrement avec ton enthousiasme débordant de tous tes replis grassouillets. Tu crois nous épater, nous appâter, nous happer avec tes vantardises, tes ruses si grosses qu’elles nous cachent le soleil. Mais tu as tout faux, Fernand, tu te mets le doigt dans l’œil jusqu’à l’épaule, car ce que tu nous jettes en pleine tronche, on s’en tamponne le péroné, on s’en vaseline le coccyx et même, on s’en bassine la malle arrière ! Mais nous ne voulons plus être pris pour des gobeurs de grenouilles. Il est grand temps de changer de microsillon, le tien doit dater de Vercingétorix.
 
En tout cas, pour l’heure, ferme ta gloutonne et fais le mort car avec tes mots criards qui se bousculent au portillon, tu nous calcites les portugaises, tu nous brindilles le carafon. Tu peux être sûr que si tu avalais ta langue ou que tu allais te faire cuire des tortillas chez les indiens, on goûterait au nirvana.
 
Comme il serait divinement chouette alors, le silence, à siroter, à suçoter lentement avec gourmandise ! Sais-tu qu’il est devenu une denrée rare ? Bâfrer du silence, quel luxe ! Il faut dire qu’il en a ras la timbale d’être piétiné, houspillé, mutilé, chassé à coups de fusil, de tronçonneuse, de motos, de quad, de débroussailleuse, de bulldozer, d’hélicoptère, de transistors. Il en a tellement pris sur la patate, son cœur bat si fort à gros bouillons, qu’il n’en peut plus, le pauvre ! C’est la galère de toujours décamper. Mais il tient à bichonner son rêve, un rêve aussi beau qu’une jonquille au printemps : découvrir un petit coin de paradis, où sortiraient de terre, comme des fleurs, des pancartes avec ces mots : « Touche pas à mon silence ! »
 
Mais toi, le Fernand, on dirait qu’il te fait peur, te terrorise. Tu te goures dans les grandes largeurs, le silence n’est pas un monstre, au contraire. Avec lui, tu respires un bon coup, tu ouvres tes ailerons, ton imagination fait des galipettes. C’est pourquoi, il faut le défendre le silence, il faut le protéger comme un trésor, tu entends, Fernand, il faut le protéger comme un trésor…
 
©Michèle Freud



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 07:59
Quand peu à peu – Denise Bernhardt
 
 
 
 
 
Quand peu à peu
Se taisent les tambours
Et que les corps s’immobilisent
Au-delà du plaisir
Dans la profusion des semences lactées,
Les paupières se ferment au monde
redouté.
A l’heure où se dénouent
Les doux entrelacs de l’amour,
Les doigts s’entrouvrent
Comme des fleurs vivantes
Le sang s’apaise dans ses deltas bleutés
Et le cœur dans sa cage pourpre,
Tandis que l’âme au bord de l’abîme
Cherche déjà
La lumière d’une autre âme.
 
© Denise Bernhardt

Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « Le chant des Nébuleuses », aux éditions JEBCA, collection l’Immortel.




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 07:30
Le réveil intérieur – Luce Péclard
 
 
 
 
Son cadran brille en pleine nuit,
Phosphorescent.
Le grand angle entre ses aiguilles
Ouvre un arc d’énergie.
 
Loin du sommeil,
La conscience explore
Un monde négligé de jour,
Emergé des tréfonds.
 
Je me risque à la découverte
Aux abords du prodige,
Et voici délivré
Mon élan déchaîné !

© Luce Péclard
 
Extrait du recueil de Luce Péclard, « LA FORCE DE L'ELAN » aux éditions du Madrier
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Luce Péclard
commenter cet article
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 08:07
Hédi Bouraoui, collection Transpoétiquement vôtre – Recueil
J’ai la grande joie de vous présenter un nouveau livre de la collection des poètes intuitistes dirigée par Giovanni Dotoli et Mario Selvaggio. Je le fais avec grand plaisir sachant la grande qualité de leur travail.
 
Transpoétiquement vôtre, l’Anthologie, est écrite en français et traduite en italien par Mario Selvaggio
Hédi Bouraoui, collection Transpoétiquement vôtre – Recueil
Tout comme l’Anthologie « Entre ciel et terre – L’Olivier en vers », « Transpoétiquement vôtre » est publiée par les Editions Universitaires Romaines
Hédi Bouraoui, collection Transpoétiquement vôtre – Recueil
N’hésitez pas, amoureux de la poésie et des beaux mots, à commander ce livre, vous ne serez pas déçu !
Hédi Bouraoui, collection Transpoétiquement vôtre – Recueil
Repost 0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche