Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 07:49
Tel un creux planétaire - Ode
Image en titre : « Abysses » infographie de Ode©


 
Tel un creux planétaire
L'éloignement le pousse
Au bord de l'abîme
Où il rejoint les abysses

Et voilà que surgit du fond du rêve
Le ciel pourpre
Qui s'éclate en émois
Et le consume

Ce vide que malgré les aimances
 Il a provoqué
Tel un creux planétaire

Elle était sa Planète
Ses Aires
Son Univers

Elle a foulé ses terres
Il a joué dans les siennes
Il a frôlé son sein gamma
Son corps nacré
Sa chevelure de soie

La folie s'empare de lui
Il mange les oranges bleues
En ce matin de brume
Il hume les roses bleues du rêve
Ainsi le vent qui apporte
Les odeurs de bleuets des forêts rasées

Sur le porche des luttes
Des sans-amour
Et des âmes abattues
Les blessures au coeur
Arrachent la peau de l'âme
Et se couchent les hommes
Écorchés

La vie est à peine à portée de bras
Il prend la rose, se pique
Et fuit

Il fuit le rêve
Pourtant il aime

Pour sauvegarder ce qui reste d'eux-mêmes
Que l'Amour jamais ne meurt
Pour en garder la plus belle part

L'Éternelle

Celle qui les a fait devenir
Flammes, torrents
Qui les a emportés vers les cimes
Au Pyramidion du Monde
Jusqu'à ce qu'ils se perdent
Dans le Grand Fleuve
Heureux, amoureux
Jusqu'à ce que l'horizon
Se marie avec le ciel et la mer
Là où ils s'y sont perdus à jamais
Ensemble
Au lieu où tout se confond
Elle, lui, le jour, la nuit
Dans ce no man's land des passions
Héritiers de la Divinité
De l'Éternité, du Rêve
Et
De la Vie

Elle

Son premier et dernier Sourire
Son premier et dernier Poème
Son premier et dernier Baiser
Son premier et dernier Émoi
Son premier et dernier Rêve

Elle

Ne reviendra pas
Se perdra
Dans le creux planétaire
Qu'il a creusé
Par pur Amour

Ode©

http://zodode.5.50megs.com/Dentelle/creux_planetaire.htm  
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Ode
commenter cet article
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 07:47
Les loups sont de retour dans Paris – Jean Dornac
Place Bellecour, hommage aux victimes – Photo J.Dornac©
 
 
 
Les loups sont de retour dans Paris
Qu’ils soient vêtus en vert-de-gris
Ou maquillés en djihadistes
Ce sont toujours les innocents qu’ils pistent…
 
Sanguinaires, cruels et fous
C’est la signature de ces nouveaux loups
Ne leur parlez pas d’amour
Ils ignorent ce que c’est, ces vautours…
 
Ces lâches grouillent dans nos égouts
Pour semer la mort et satisfaire leur goût
Ces rats, autrefois, étaient des humains
Peut-être même de charmants gamins…
 
La haine implantée dans leur cœur
A fait d’eux de monstrueux tueurs
Que seule la mort des innocents
Apaise quelques courts instants
 
Ils célèbrent leurs noces avec le néant
En lui offrant le cœur de tous les innocents
Ils implorent soi-disant leur dieu
Mais c’est le diable qu’ils adorent aux cieux…
 
Où est la victoire des assassins ?
Dans le flot d’une rivière de sang ?
Dans les larmes d’un immense chagrin ?
Dans la trahison des versets du Coran ?
 
Ce ne sont qu’illusions de criminels notoires
Nous resterons debout du jour jusqu’au soir
Ils n’obtiendront jamais la mort de Notre Liberté
Ni notre ralliement à leur funeste société !
 
Nous sommes l’Eternelle et Libre France
Nous sommes, tous ensemble, le Cœur de Paris !
Nous rejetterons toujours les idéologies rances
Nous danserons à jamais sous le ciel et nos lambris…
 
©Jean Dornac
Lyon, le 22 novembre 2015  
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Jean Dornac
commenter cet article
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 07:45
De Loin en Plus Loin - Gilles Lecoq

http://www.ca-se-passe-la-haut.fr/2014/11/a-quoi-ressemble-un-couple-de-trous.html

 

 

 

 

Coupable !!

Irresponsable, inconscient, immature, asocial,

De bon à rien et de mauvais en tout,

Puits,

Ivrogne, bien sur, forcément, et à coups de forceps,

Alcoolique, suivant la terminologie adéquat de votre intérieur sécurisé,

Malade de cette Vie, parfois,

Où la fuite n'est point permis,

A points sur vos sauf-conduits,

Mis à part dans les compartiments feutrés freudiens

De vos rouges canapés à accoudoirs de cuir,

Soliloque silencieux à versements mensuels,

Thérapie pour Thérapeutes

A leurs indicatifs ferroviaires se reporter

En cas de panne,

Ou encore dans ces Centres post-traumatiques,

Où nous nous débattions,

Affalés en de séances groupales

En intimes colloques

Afin,

Sur la fin,

Prière de trouver des chemins sans traverses.

 

Ces belles et rectilignes autoroutes de la bienséance

Où le correct est poli à coup de limes très fines

Pour ne pas par trop rayer et endommager le disque dur-mou,

Et les ravages et dommages collatéraux

Y sont tellement bien traités,

De seresta en temesta,

De ceci en cela,

De Charybde en Scylla,

De voici en voilà,

Et le tic-tac du Lapin

D'Alice « ronge son crâne végétal »,

Au Gainsbourg-Gainsbarre Van Goghisé,

L'oreille collée au casque,

Enfin, celle qui reste,

Pour que des Lolitas éphémères

Cessent de pleurer leur Mères

Et entament enfin leur juste parti-pris.

 

Vos angoisses et craintes d'antan,

De conversions en conversations de modérés

Monothéistes à vision étriqué,

Où la Parole déformée ne vous gênait point,

Parabole sans parachutes,

Et le Verbe fut érigé en apostat de diktat,

Puis en Dictateur des esprits,

Imposteur insolent des personnes égarées,

Où l’hostie remplace le Pain et le Blé nourricier,

Dans ces sombres édifices dressés sur des paillasses païennes,

Où le mensonge nuit à la Vérité,

Celle qui vous offense et vous offusque,

Celle qui tenterait de percer les Mystères,

De Carbone 14 en Sciences Avancées,

La Nuit est profonde mais si belle

Dans toutes les Voies Lactées,

Que, désormais, vous ne pouvez plus clore vos paupières

Car les Trous Noirs tourbillonnent bel et bien là-haut,

Et non plus seulement sous vos chapiteaux

Du Circus Papal Show et Prophètes Associés.

 

@Gilles Lecoq.

21/10/2015.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Gilles Lecoq
commenter cet article
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 07:46
Utopie – Thierry Deschamps
" La république universelle   FRÉDÉRIC SORRIEU
 


Une vie de bonheur, de partage et d'amour,
Tous les hommes riant, chantant au long des jours,
Œuvrant pour que chacun ait sa place en ce monde,
Pour qu'en l'humanité toutes les races se fondent,
Ignorent la jalousie, la haine ou bien l'envie
Et fassent de la terre une sorte de paradis.

~~*~~
 
©Thierry Deschamps
 
http://www.jets-de-mots.le-spleen-de-zarathoustra.fr/utopie.html



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 07:44
Le bonheur est dans le pré – Michèle Freud
 
 
 
La petite vieille, emmitouflée dans son épais châle de laine, les pieds à l’aise dans des chaussures montantes, marchait d’un bon pas à travers champs. Autour d’elle, flottait une délicieuse odeur de citron. Elle semblait joyeuse comme si elle allait rejoindre un être très cher pour savourer avec lui quelques gâteaux d’amour. Souvent, sur le petit sentier de terre, elle esquissait plusieurs pas de danse, en harmonie avec le rythme offert par un accordéon imaginaire. Sa joie de vivre, elle désirait la partager avec un petit, tout petit nuage, qui loin d’être prestigieux, avait le mérite de l’accompagner. Cependant, il était beau dans son vêtement de dentelle blanche et portait en son milieu un insolite bouton rose, semblable à une fleur sur le point d’ouvrir son cœur.
 
Soudain, comme par enchantement, surgit devant la petite vieille, un arc-en-ciel. Sans hésiter, elle grimpa sur le pont magique. Comme une gamine, elle se mit à sauter, à virevolter, à danser, à chanter. Elle se sentait jeune, légère, aérienne. Que c’était bon de vivre !
 
Un oiseau-lyre la vit disparaître entre le rouge et l’oranger. Il la prit pour Alice, pénétrant dans le Pays des Merveilles… Alors, le bel oiseau joua sur son instrument quelques notes cristallines pour lui souhaiter la bienvenue et il reprit son vol vers d’autres horizons…
 
©Michèle Freud
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 08:10
J’ai vu le temps – Kacem Issad
J.Dornac© - L’usure du temps
 
 
 
 
J’ai vu le temps
Me creuser le visage
Avec la lourdeur de l’âge.
J’ai vu le temps
Consumer ma joie
Et faire douter ma foi.
J’ai vu le temps
Changer mes couleurs
En les immergeant de pleurs.
J’ai vu le temps
Pousser au suicide l’espoir
Et ne plus rien nous faire croire.
J’ai vu le temps
Faire huer la vérité
Et le mensonge proclamer.
J’ai vu le temps
Exécuter l’amour
Et la haine aduler dans les cours.
J’ai vu le temps
Changer les fleurs en chardons
Et plus rien n’est ardent.
J’ai vu le temps
Encourager l’orage
A noircir mes pages.
J’ai vu le temps
Partant
En n’ayant plus le temps
De m’écouter,
De m’exaucer.
 
©Kacem Issad



 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Kacem Issad
commenter cet article
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 07:40
Vendredi 13 novembre 2015 – Michel Bénard
 
 
Texte écrit à Paris juste quelques heures avant les terrifiants attentats djihadistes de la nuit du Vendredi 13 Novembre 2015.
 
 
Les villes du désert
Sous des vents de sable incertains
Que profanent des nuées
Barbares en hordes inféodées
A un « dieu » diabolique,
Portent leurs deuils
Sous les bannières noires du désespoir.
Le monde se réveille
Au seuil du néant
Dans un bain de sang,
Seul un vol de corbeaux
Passe indifférent au dessus
Des ruines calcinées
Par l’aveugle folie
De ce mépris des allégeances  
 
©Michel Bénard.

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 07:41
La torche dans la grotte – Luce Péclard
 
 
 
Et si je m’avançais
Comme une torche dans la grotte,
Déchiffrant en plein jour
L’envers de la lumière ?
Ce qui reste caché
A notre marche aveugle
Et qui sans cesse échappe
A notre exploration ?
Ce qui nous mystifie
Dans les replis des heures
Et soudain nous égare
En circonvolutions ?
Et si je parvenais,
Avec ma flamme en main,
A dissoudre au passage
Les derniers clusters d’ombre ?  
 
© Luce Péclard

Extrait du recueil de Luce Péclard, « Pars si tu peux » aux éditions du Madrier


 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Luce Péclard
commenter cet article
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 07:45
IMAMOU - Nancy Turnier-Férère
 
 
 
 
Je m’achète un canevas
Des pinceaux
De la peinture à l’eau
J’installe mon chevalet
Je loge deux chaises
L’une en face de l’autre
Sur la plage ensoleillée
Une pour toi
L’autre pour moi
Derrière toi la mer houleuse
Je commence par calquer
Tes doux yeux d’abord
Qui me charment absolument
Tes longs cils noirs
Tes lèvres sensuelles au goût de sel
Au menton je prête attention
À ce trou de beauté
Qui se centre sous tes lèvres
J’observe autour de ton cou
Des coquillages perlés
Je peins ton torse nu et musclé
Je n’oublie pas tes bras robustes
Tes mains nerveuses et impatientes
Puis après sans me presser
Je peins tout le reste
Tu es ‘Agwetawoyo
Le dieu des mers et des océans
Je t’entoure d’un beau cadre
Tu m’offres des perles et des coraux
M’invites à partager ton berceau rêveur
Que tu baptises ‘Imamou
Ton foyer aux coloris marins
Je m’abandonne au roulis du merveilleux
Au fond de cet abysse vertigineux
Je m’oublie dans tes bras
Je me soûle
Enfin mes pieds nus ne sont plus
Sur le rivage à jamais perdu
 
©Nancy Turnier-Férère    



 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 08:12
Sur la tige si mince – Victor Varjac
 
 
 
Sur la tige si mince
où se tient l’équilibre
des astres et des hommes
l’invisible battement
de nos désirs s’enfonce
dans le fleuve interdit
livrant enfin nos êtres
à la danse des caresses…
Aucune durée  ne sait
apprendre l’éternité…
La terre brûle nos veines
bien au-delà des règles
tandis que le poète
évince « le hasard »
et brise les pierres tombales
qui masquent la pourriture
remplissant le vide
des souffles qui renoncent !...
Nourriture d’univers
l’artiste efface la Mort
au bras de son Hiver
car l’Amour est le monde
et le cœur sa lumière !...  
 
©Victor Varjac
Antibes, le 20 novembre 2012


Extrait du recueil de Victor Varjac « Les Fiançailles de l’Aube » aux Editions Chemins de Plume

 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Victor Varjac
commenter cet article

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche