Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2022 4 31 /03 /mars /2022 06:36

Photo Gérard Leyzieux

 


Après je suis allé voir le grand magasin, « Goum », qui fait face au tombeau de Lénine et, derrière lui, au Kremlin. Profusion de richesses, déferlement de produits manufacturés principalement importés ; les grandes marques internationales sont là avec leurs vitrines alléchantes et aucun prix affiché. Qui aurait le culot de demander le prix ici ? Quel provincial médocain irait acheter quelque chose dans ces magasins de luxe. Richesse, luxe et pouvoir : face à cette immense accumulation de richesses vestimentaires, le pouvoir veille, le pouvoir surveille. Pas de vague, pas de remous, « Là, tout n’est qu’ordre et beauté, / luxe, calme et volupté » ! Les mots de Baudelaire ont toujours résonné en moi depuis l’école mais ici « l’ordre » c’est celui du KGB (1), de l’ordre pour permettre à la beauté des richesses de proliférer.

Ce n’est pas pour moi cet ordre qui privilégie les riches, qui bannit les pauvres, qui espionne continuellement et tue ses opposants. Que faire avec un Poutine qui n’a appris qu’à se défendre et attaquer ? Petit espion judoka devenu grand chef de clan grâce aux passe-droits et ententes en tous genres. Main de fer dans un gant de fer même pas recouvert d’un peu de velours. Décisions à appliquer sans délai, révocations pour insoumission, prisons pleines de prisonniers d’opinions, disparitions inexpliquées, meurtres en tous genres et en tous lieux : du centre de Moscou (2) à la Grande-Bretagne (3) ! Partout ! Pour tous ceux qui n’écoutent pas, qui ne l’écoutent pas !

Le Tsar règne sur son peuple qui se soigne à la vodka ou au « samogon » ! Le concierge de mon hôtel, qui parlait étrangement bien le français, m’a expliqué que les russes distillent eux-mêmes leur alcool ; c’est ce que veut dire « samogon » : « bouilli par soi-même ». Alors, il m’a dit : « Souvent ça marche et parfois tu t’en relèves pas ! » Et pendant ce temps le dernier Petit Père des Peuples en date règne ; contre tout ennemi il règne ; il décide et fait exécuter…, pendre…, noyer…, empoisonner… Et le grand peuple obéit ; il obéit car c’est le chef, il a le pouvoir, il doit être respecté. Un jour, sans doute, on le tuera comme la famille royale, en 1918, comme les opposants communistes, comme ceux qui ne sentent pas le vent tourner, comme Raspoutine et autres Trotski, anarchistes ou mencheviks.

Je pars ! J’ai visité un peu la ville aussi. C’est lourd, c’est grand, c’est m’as-tu-vu, c’est, comme à Paris, les riches au milieu les pauvres ailleurs, c’est absolument pas pour moi. C’est une ville tout en muscles avec des flics visibles ou virtuels à chaque coin de rue. Fuir ! Mais avant ça, j’ai des cartes postales à envoyer ; le collectionneur que je suis ne peut s’en empêcher. Pour la petite histoire, j’ai trouvé une carte de Basile le Bienheureux enneigé. C’est fabuleux ! C’est tout blanc et comme le ciel est à la neige, il est blanchâtre lui aussi ; reste le bas des bulbes dont la couleur ressort sous un dôme recouvert de neige. Seuls quelques rares arbres sans feuille au bas de l’église et la barrière du trottoir apportent une couleur noire à ce paysage hivernal. Fuir ! Quoi qu’il en soit fuir ! Partir et ne plus revenir.

(1) Le KGB, soit « Comité pour la Sécurité de l’État », est le service soviétique de surveillance extérieure et intérieure. Redouté de tout citoyen russe, le KGB est l’artisan de toutes les opérations de police politique. Vladimir Poutine a été agent du KGB. En 1991, ce service a été remplacé, au sein de la Fédération de Russie, par le FSB, « Service Fédéral de Sécurité ».

(2) Boris Efimovitch Nemtsov, homme politique et opposant notoire à Vladimir Poutine, est assassiné de quatre balles tirées d’une voiture, dans la nuit du 27 au 28 février 2015 en plein centre de Moscou, à quelques pas du Kremlin, alors qu'il se promenait avec sa compagne.

(3) Sergeï Viktorovitch Skripal, ancien agent double russe, et sa fille Yulia ont été la cible d’un empoisonnement chimique à Salisbury en Grande-Bretagne, en mars 2018, après que des agents russes ont enduit de Novichok, produit chimique mortel, la poignée de leur porte d’entrée.


Extrait du roman « Basile n’est pas heureux » (écrit début 2021) à paraître aux éditions Stellamaris.

©Gérard Leyzieux      
 
 


 
 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
30 mars 2022 3 30 /03 /mars /2022 06:59


 

 

 
Sur le disque dansait La Manon de Massenet, un amour de la peinture et de la volupté.
 
Tout autour des hanches de La Danseuse indienne de van Dongen, les couleurs tournaient, tournaient : Sublime patine fauve qui garde le chef-d’œuvre de vieillir.
 
Le soir descendait, vermeil comme un ciel étrusque.
 
Il me semblait entendre sa voix aux accents incandescents.
 
Tandis que l’heure mystérieuse se drapait d’une tunique pourpre, elle apparut dans un vêtement de soie écarlate, ajouré aux vingt-deux endroits du corps où la chair est vulnérable.
 
Au miroir de la lune, elle s’offrait telle la page fleurie d’un conte d’Orient.
 
                                                                                       

©Roland Souchon  
 février 2022

www.rolandsouchon.com
 
 
 

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
29 mars 2022 2 29 /03 /mars /2022 06:39

 

 


Je cache sous ma chair des forêts calcinées
que de grands feux d’amour ont incendiées
 
Faîte enfumé, du tronc se sont noircis
mésanges refusent d’en rebâtir le nid
 
La musique des vents éprise de nouveaux thèmes
s’en va offrir ailleurs sa tendre mélodie
 
laissant en cœur de sève, des brandons et braises
qui n’en finissent pas d’illuminer les nuits
 
Je porte dans mon bois des bribes d’étincelles
dont rêves et leurres ravivent les envies
 
de verdir et renaître aux démons de minuit.
Serait-ce main d’un traître rallumant l’incendie ?
 
Se cachent en ma terre des racines meurtries
dont les rejets d’amour atteindront l’infini

 
©Jeannine DION-GUERIN          
 

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
28 mars 2022 1 28 /03 /mars /2022 06:40


 

 


Attentive au murmure de la nature,
J’arpente la voie des signes
En cueillant sous l’olivier
Les fruits de la paix sacrifiée,
Là où croît la vigne sauvage.
L’oiseau de poésie guide mes pas
Vers le chœur de ma cathédrale
Qui confie ses vertes ramures
À la roue solaire naissante.
Sous la voûte de la croisée ombrée
Je rassemble les feuilles sacrées
Des mots sources
Posées sur la margelle
D’une fontaine abandonnée.
Les libellules apaisées
Effleurent par myriades
Les timides colombines,
Cortège de mon amie l’hirondelle
Qui salue la clarté embrasant
Les symboles arborescents
De l’alphabet céleste.
Une force nouvelle
Pénètre en mon âme,
Me faisant oublier
Le lent exode des abeilles,
Et croire encore
Aux promesses d’aubes fraternelles.

 

©Nicole Portay  
 

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
27 mars 2022 7 27 /03 /mars /2022 07:02
L’Em-Brasement - Sculpture d’Etienne Fatras©


 

 

Œillade furtive
Sensation invasive
Au-delà du regard
C'est déjà trop tard.

 

La foudre est tombée
Le cœur est touché
Déjà l'émotion
Submerge la raison.

 

Vint les frôlements,
Les attouchements.
Vint l'échange des serments,
Les embrassements.

 

C'est maintenant l'union,
La confusion
Des amants
L’em-brasement.

 

Par cette fusion ils assument
Leurs descendances communes,
C'est le schéma de la vie
Qui s'accomplit ici.

 

©Etienne Fatras    
Sculpture et poésie
 
 
 
 
                         

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
26 mars 2022 6 26 /03 /mars /2022 08:29
Photo J.Dornac©


 


Un pigeon n’est pas seulement un oiseau
qui roucoule sur le toit des maisons
ou sur le bord d’un mur,
c’est aussi un gracieux messager
qui voyage entre deux volières
pour délivrer un courrier souvent essentiel
ou devenir lauréat d’un championnat
tout en essayant d’éviter les miroirs aux alouettes
parfois dressés sur son parcours.
Il n’a guère le loisir de bayer aux corneilles.
Pareil pour l’hirondelle
qui, en jouant son rôle habituel,
dépasse largement son statut
en annonçant le printemps.
Sans parler de la légendaire cigogne
à qui l’on attribuerait la livraison
de bébés à domicile.
Le monde entier est peut-être entouré de vautours,
par contre un nombre important d’autres volatiles
a toujours été présent à nos côtés
et fait le nécessaire
pour le rendre plus chouette !


 ©Michel Duprez                
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
25 mars 2022 5 25 /03 /mars /2022 07:53
Musée des Augustins


 

 

Je suis assise sur une pierre
comme un ermite entre les mondes,

pierre d’autel adouci
par le souffle de la lumière,

un rayon caresse mon visage d’ascète
jusqu’aux tréfonds de mon océan

où  s’éclaircissent mes horizons.

©Sonia Elvireanu                 
 

Poème extrait du nouveau recueil édité en Italie :
 
https://www.ladolfieditore.it/index.php/it/catalogo/zaffiro/sonia-elvireanu-ensoleillements-au-coeur-du-silence-scintillii-nel-cuore-del-silenzio.html
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
24 mars 2022 4 24 /03 /mars /2022 07:48
L’obéissance jusqu’à la nausée…

 

L’humain
s’il était sage
l’humain
serait rebelle
et dirait aux chefs
qui ne sont tels
que parce qu’il le veut bien
« Allez tout seuls
faire les guerres
qui vous tentent
Avec votre corps
avec votre vie
avec votre mort »
Et il n’y aurait plus de guerre
que tout au plus quelques duels

 

Mais l’humain se soumet
aux chefs qui ne sont tels
que parce qu’il le veut bien
Et depuis des millénaires
la dictature et la guerre
perdurent de par le monde

 


    * * * * * * * *

 


 traductions de Béatrice Gaudy

 

L’uman
se fugues sage
l’uman
sirio recel
e dirait aû capa
que ne soun tau
qui percé o fou vous be
« Ana tou sou
fa la guerra
que vous tenten
Em votre cors
em votro vido
em votro mort »
soulamen quauquei duel

 

Ma l’uman se soumet
aû capa que ne soun tau
que percé o fou fou be
E dempuei dan milenâri
le ditaturo e lo guerre
perduren per lou mounde

 

©Béatrice GAUDY                  
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
23 mars 2022 3 23 /03 /mars /2022 07:42


 

 


Depuis l’ère des brumes ténébreuses,
La lumière créatrice est venue.

 

Des continents surgis des Abysses,
Dans l’âme et le cœur des hommes,
On a chanté les dieux, la nature
Créé le beau
Partagé des langages
Interrogé les consciences
Pensé avoir vaincu la misère,
Appris la solidarité, le partage
Honoré les beautés nouvelles de la vie
Vomi sur les horreurs de la guerre
Honni l’intolérance
Glorifié la connaissance

 

Depuis l’ère des brumes ténébreuses,
La lumière créatrice est venue.

 

On a réinventé les sciences
Pensé faire tomber les murs de l’indifférence
Eloigné l’heure du repos éternel,
Mais la folie des hommes est toujours là,
Vigilante, venin des cœurs,
L’intégrisme prospère
Soif d’Avoir, recherchée plus que d’Être.
Le Veau d’Or, toujours debout
Chasse la sérénité, l’espoir,
Fait de nouveaux esclaves
De nouveaux ravages

 

Depuis l’ère des brumes ténébreuses,
La lumière créatrice était venue,

 

Tout a été dit, ciselé,
Mis en couleurs, en musiques
Doit-on laisser l’archet, la plume,
La gouge, le ciseau, le pinceau ? Que reste-t-il à inventer,
A dessiner, à mettre sur portée,
Connaissances pour l’Autre
Richesses de la diversité,
Pour voir se lever l’Astre de Paix?
Orgueil, vanité que
Questions se poser ?
Résister, debout, est promesse d’avenir.

 

Arrive, rampant, le retour aux limbes


 
©Gérard GAUTIER
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
22 mars 2022 2 22 /03 /mars /2022 07:49


 


poème proposé par Jeannine Dion-Guérin

Jean-Marie Sourgens est journaliste, écrivain et poète


Il suffit

Qu’un visage inconnu s’entrouvre dans la rue
qu’un regard inconnu se jette dans mes yeux
qu’une bouche inconnue s’aiguise d’un sourire
qu’une voix inconnue se vête d’amitié
qu’une main inconnue serre ma main très fort
qu’un soleil inconnu darde sur moi ses dents
qu’une vague inconnue se risque sur mes plages
qu’une chair inconnue se prenne dans mes rêts
        j’oublie ma solitude et ses portes murées
        j’oublie que mon destin n’a pas d’identité
Je ne suis qu’un bourgeon sous la langue des sèves
gonflé d’azur et futur de sa fleur
qu’un cocon déchiré par un battement d’ailes.

        Les cloisons de mon corps abattent en chantant
        mon coeur fait le plongeon de la mort à la vie.

                

Jean-Marie Sourgens
(in revue « Europe » )

Poème extrait de la belle anthologie de Pierre Seghers : « Le livre d’or de la poésie française contemporaine de H à Z (2e tome)
                                             
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche