Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 07:50
Zyklon – Thierry Deschamps
" Au pays noir " CONSTANTIN MEUNIER
 
 


Zona de la planète, industries de pollueurs,

Yakuzas de l'économie, qui pillent la société,

Kapos qui règnent en maîtres par la force de la peur.

Lobotomie télévisée, gavage de publicité.

Où est la place de l'Homme, où est la force du cœur ?

N'abusez pas trop de ce monde, il va finir par exploser !


~~*~~
 
 ©Thierry Deschamps 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
18 mars 2016 5 18 /03 /mars /2016 07:43
Le terroriste – Kacem Issad
 
 
Il est sans foi,
Sa bouche sans voix,
Ses yeux sans lueur,
Son cœur plein de rancœur.
Son âme s’est évadée,
Sa conscience évaporée.
Sa couleur,               
Le noir de la douleur.
Et la magie des vers
A désertée son univers.
Si vous le reconnaissez ? Dites le moi
A mi-voix, ou en le criant sur tous les toits.
 
©Kacem Issad




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Kacem Issad
commenter cet article
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 07:48
Couleurs d’automne – Michèle Freud
Photo J.Dornac©
 
 
 
Avant la chute des feuilles, la nature se revêt de pourpre, d’or et d’argent : c’est la féerie de l’automne avec toute sa symphonie de couleurs chatoyantes dont les nuances riches et variées nous ravissent et nous enchantent.
 
Près des bastides, les tilleuls, les platanes et les mûriers, dans leur costume jaune soleil, illuminent le paysage ; çà et là, dans la forêt, des feuilles dorées se marient avec le vert des pins et le bleu du ciel. Les buissons d’églantine se parent de rubis tandis que les arbres fruitiers enfilent leur habit chamarré. Dans les jardins, les courges, les citrouilles et les coloquintes nous en mettent plein la vue avec leurs teintes vives et leurs formes curieuses. Les champignons, ces étranges fleurs d’automne, égayent les sous-bois de leurs couleurs exubérantes : en voici des oranges, des violets et ceux-là, avec leur chapeau écarlate, ne ressemblent-ils pas à de joyeux lutins ?
 
Plus haut, en altitude, les sorbiers, les érables et les sumacs s’habillent de pourpre. « Qui donc a embrassé la montagne et laissé sur ses pentes le rouge de ses lèvres ? »
 
Je connais un endroit magique dans la montagne : là, les mélèzes sont si dorés qu’on les croirait  peints avec des gouttes de soleil…  C’est un spectacle unique, enchanteur. Pour quelle noce, la nature a-t-elle mis cette parure somptueuse ?
 
Dans ce décor féerique, je vais de beautés en beautés, tandis que près de moi, sur des aiguilles d’or, l’oiseau bleu du bonheur picore la lumière et là haut, dans le ciel, deux petites feuilles rouges dansent joyeusement en se tenant la main…
 
©Michèle Freud




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 07:41
Le Don – Denise Bernhardt
 
 
 
 
J’emplirai ton cœur
Des mots que tu cherchais,
Et tu délaisseras ta quête éperdue.
Car je te dirai
La vanité de l’espérance,
Et que le plaisir tout entier
Réside au seuil de l’âme.
Je viendrai vers toi,
Nue de mes peines anciennes
Et d’anciennes blessures.
J’ouvrirai mes doigts
Sous tes baisers,
Pour nous aimer
Sans faire appel, jamais
Au jeu de l’écriture.
Parce que tu es pur
Comme une lame,
Quand la nuit s’accomplit
Dans les rites sacrés de l’amour.

© Denise Bernhardt

Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « La mangrove du désir », aux éditions Le chasseur abstrait.




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 07:40
UNE Espagne – Luce Péclard
 
 
 
 
A perte de vue :
            Les sierras qui accourent
            A l’appel du soleil levé
            Sur l’eau incendiée.
 
A perte d’ouïe :
            Le ressac millénaire,
            Les récifs crépitant d’écume,
            Les points d’orgue des îles.
 
A perte de goût :
            Tortillas, paëllas,
            Bancs de friture et fruits de mer,
            Sucs miellés des oranges.
 
A perte d’odeur :
            Les effluves du port,
            L’air épanoui de fragrances,
            Les effusions des fleurs.
 
A perte de tact :
            Les sables veloutés,
            L’ovale parfait du gommier,
            Les marbres sous les palmes.  
 
© Luce Péclard

Extrait du recueil de Luce Péclard, « Pars si tu peux » aux éditions du Madrier

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Luce Péclard
commenter cet article
14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 07:48
Première Soirée – Arthur Rimbaud
Henri de Toulouse-Lautrec
 
 
 
Elle était fort déshabillée
Et de grands arbres indiscrets
Aux vitres jetaient leur feuillée
Malinement, tout près, tout près. 
 
Assise sur ma grande chaise,
Mi-nue, elle joignait les mains.
Sur le plancher frissonnaient d'aise
Ses petits pieds si fins, si fins. 
 
Je regardai, couleur de cire
Un petit rayon buissonnier
Papillonner dans son sourire
Et sur son sein, mouche ou rosier. 
 
Je baisai ses fines chevilles.
Elle eut un doux rire brutal
Qui s'égrenait en claires trilles,
Un joli rire de cristal. 
 
Les petits pieds sous la chemise
Se sauvèrent: "Veux-tu en finir!"
La première audace permise,
Le rire feignait de punir! 
 
Pauvrets palpitants sous ma lèvre,
Je baisai doucement ses yeux:
Elle jeta sa tête mièvre
En arrière: "Oh! c'est encor mieux!. 
 
Monsieur, j'ai deux mots à te dire."
Je lui jetai le reste au sein
Dans un baiser, qui la fit rire
D'un bon rire qui voulait bien. 
 
Elle était fort déshabillée
Et de grands arbres indiscrets
Aux vitres jetaient leur feuillée
Malinement, tout près, tout près. 
 
Arthur Rimbaud
Mars 1870.
 
Repost 0
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 07:39
Chevauchées par l’automne – Victor Varjac
Vincent Van Gogh
 
 
 
Chevauchées par l’automne
les tombes suivent le pas
des promeneurs distraits
sous le regard austère
des grands arbres sans voix… 
 
Une à une les feuilles
ont drapé de couleurs
les pierres alignées
comme une caravane
prête pour le voyage…
 
Le chant de l’existence
enfourche la lumière
l’espace d’un instant
puis se fond dans la nuit
sans la moindre parole…
 
La dernière demeure
ne porte plus la trace
des secrets de la chair
la mémoire du sang
n’habite plus le cœur…
 
L’étoile de la joie
anime l’espérance
mais nous marchons sans but
au milieu de ce temps
qui reflète l’oubli
sur le front des tombeaux…

©Victor Varjac
Arles, décembre 1998 (Visite aux Alyscamps)

Extrait de « LE CHEMIN DES RÊVES » aux éditions Chemins de Plume




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Victor Varjac
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 07:53
Enfermement – Béatrice Pailler
 
 
 
 
 
Voici la fin d’une histoire sans faim.
Cruelle mon ange
Me tourne le dos
Et cru elle mange
Gros et petits tournedos.
Absurde fin d’une si belle faim.
Pour ce corps si beau
Filiforme
A l’œil noir corbeau
De fille informe
Se renouvelle sans fin l’obscure faim.
 
©Béatrice Pailler


 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 07:38
DE MEMOIRE D’OMBRES – Michel Duprez
 
 
 
Ceux qui connaissent leurs noms
ne savent presque rien de leurs visages.
Ceux qui se rappelleront d'eux
un de ces fameux lendemains qui chantent
auront aussi bien du mal à souligner leur présence
sans le poids de tous ces livres égarés
dans les brumes passagères de la mémoire.
Nos yeux, surtout,
leur seront nécessaires pour survivre.
Nos voix,
qu'elles soient plus claires que des ondes transparentes
ou plus silencieuses que les vérités énoncées en nous-mêmes,
sont loin d'avoir dit leur dernier mot.
Le dernier mot,
celui qui s'était fait passer pour un autre,
qu'un fin limier avait pourtant réussi à débusquer
et même cru pouvoir vider de son sang comme de son âme,
mais qui revient sans fin sous un aspect différent,
toujours né trop tôt,
toujours à jour au jour le jour
jusqu'au jour J.
Le dernier mot,
sorti une fois de plus de son sommeil profond,
surpris lui-même
par le renversement de situation si voluptueusement expressif
que ce nouvel éveil des sens aura provoqué.
 
©Michel Duprez


 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Michel Duprez
commenter cet article
10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 07:32
Ode sur mon chemin – Djida Cherfi
 
 
 
 
Au milieu de métaphores
Sur le chemin des mots,
Entre des vers et des strophes,
J’ai rencontré une Ode.
 
Elle était belle dans son fond
Elle m’a parlé d’un Ange
Elle à touché mon cœur
Pris dans son tourbillon.
 
Nous avons parlé d’elle
Nous avons parlé d’ode
Nous avons parlé de moi
Et puis, reparlé d’ode.
 
Je me suis sentie proche
Malgré la distance
Elle a su m’attirer vers elle
Avec grande élégance!
 
Elle m’a montré la poésie
Comme je ne la connaissais pas
Ode s’est simplement présentée à moi.
 
Subjuguée par son monde,
J’en ai oublié le mien
Mais elle a su me le rendre
Pour que je m’y sente bien!
 
Elle a su me parler en caressant mon âme
Elle a su me parler comme une femme parle à une femme.
 
Moi qui n’ai jamais apprécié trop de féminité
Son Ange m’a rappelé notre belle sensibilité.
 
J’ai rencontré une Ode sur le chemin des mots…
Elle a défait les liens de mon esprit captif
Afin que mon ode soit la peinture  de mes sentiments 
Non le cadre des sons et des saisissements furtifs.
 
C’est mon monde, il m’appartient
J’en explorerai le moindre petit recoin !
Et sur mon tapis de codes
Je composerai mon cœur
Sans jamais oublier
La très délicate Ode !
 
©Djida Cherfi
12/02/16


 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Djida Cherfi
commenter cet article

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche