Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 avril 2022 7 10 /04 /avril /2022 06:27


 

 

 

 

Tu étais aussi simple
Que le dos de la main
Que la pierre du lavoir
Ou qu’une laie de soleil
Sur le parquet de la chambre.
Si simple que tu ne laissais
Qu’un peu d’ombre sur mon âme.
Tu voulais donner si peu
Un mince filet d’eau
Chuchotant sous la palme,
Qui ne troubla point
Le ruisseau de ta vie…
Tu avais si peur d’être aimé
Et restais si loin
De ma faim, de ma soif
Que je m’en retournais
A mes moissons d’étoiles.

©Denise Bernhardt  
 
Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « La mangrove du désir », aux éditions Le chasseur abstrait.                                      
 

 

 

 

 

 


 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
9 avril 2022 6 09 /04 /avril /2022 07:01
Cabine d'Aiguillage de la Gare d’Hirson


 

 

18 mars
Quelle ardeur te propulse au coeur de ton semblable,
Recherchant un miroir en l’humeur du moment ?
Ne t’aventure par sur le sol malléable,
Reste ferme à ton poste et donne assidûment.

19 mars
Je regagne ma place au poste d’aiguillage
Pour surveiller de haut la juste direction.
En jaugeant d’un coup d’oeil l’effort d’appareillage,
Je ne laisse passer aucune inattention.

20 mars
Passer, laisser passer, offrir libre passage…
Toujours en mouvement, le mot lance des ponts.
D’une rive à une autre, il sert le bon usage,
Il tisse des liens, suscite des répons.

21 mars
Le choeur de la nature appelle nos répons,
Amplitude sonore au lent balancement.
Ce fragile équilibre, hélas, nous le rompons,
Sans cesse renvoyés au recommencement.

A suivre…  


© Luce Péclard

 

Extrait du recueil de Luce Péclard, « LE GUÉ DES JOURS » aux éditions du Madrier                                      
 
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
8 avril 2022 5 08 /04 /avril /2022 06:44
Photo Jean Dornac©


 

 

Vent lutteur, bilboquets des pluies, la saison joute. Des arbres, l’été mûr à fruit croule. Faînes et châtaignes gisent en poignées ; yeux sous la paupière des feuilles, mots sous la paupière du silence.


Vies pleines, cerfs et biches festoient,  rassasiés des fruits : temps du présent accompli.
Sobre silence des bogues ; vide aux jonchées de l’automne, lèvres aux jonchées du poème : heures pleines du temps accompli.

 

©Béatrice Pailler  

 


        Béatrice Pailler
Extraits d’HERBIER
Revue Traversées n°92
Été 2019
 

 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
7 avril 2022 4 07 /04 /avril /2022 06:57


 

Depuis très longtemps
L’Un à l’Autre, étions très attachés,
Petit à petit son amour, en moi, a grandi
Sa beauté aussi.
Pourtant, très complice,  
Parfois du mal m’a fait.
Quand, de rire, j’éclatais
Scintillante, Elle s’illuminait.
Elle aimait partager, déguster,
De la vie, toutes les saveurs.
Aujourd’hui, Elle est Partie
Pour un Autre ailleurs.
Frivole,

Ma dernière dent.

©Gérard GAUTIER
 

Saint-Brieuc 11 janvier 2022
 
     

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
6 avril 2022 3 06 /04 /avril /2022 06:42
© Rafal Oblinski


 

 

Dans les hauts jardins de l’imagination,
je te trouverai broyant la couleur
au revers du coquelicot éphémère,
accoudé au temps et à la butée des étoiles,
à fortifier la frêle charpente de la toile
que le couteau déjà entaille de son entière passion.
Je te trouverai absorbé dans l’intervalle
entre le geste et son intention,
entre la beauté et son interrogation,
au coeur d’une lumière différée,
à la torche ressaisie sur la cécité du jour
et dans le halo d’une certaine idée de l’amour.
 
 
Dans les hauts jardins de l’imagination,
tu me trouveras au dernier quartier lunaire,
sur la balançoire obstinée qui balaie le vulgaire,
à la strate du mot et à la nuque d’un bras de mer.
Tu me trouveras au sang bleu d’un théâtre mental,
à la mouette qui se cogne à la butée des étoiles.
Tu me trouveras dans l’étroit du mot,
dans l’écriture du ventre et son cachot,
entre le centre et le contour,
entre le dire et son silence,
au coeur d’une partition langagière,
à la torche ressaisie sur l’éphémère
et dans le halo d’une certaine idée de l’amour.


© Barbara Auzou.                            
 

Sources : https://lireditelle.wordpress.com/les-mots-peints-barbara-niala/
 
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
5 avril 2022 2 05 /04 /avril /2022 06:58


 

 

J’ai un rêve
 
Écrire
Brièvement
Simplement
La simplicité, c’est la puissance
 
Écrire
Telle l’exultation
Telle l’éjaculation
L’éjaculation, c’est la vie
 
T’as un rêve
 
Me lire
 

© David Chomier

Extrait du nouveau recueil de David Chomier : Vivons à Mort
 
   

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
4 avril 2022 1 04 /04 /avril /2022 07:02
https://www.parismatch.com/Actu/International/De-nouvelles-images-de-la-devastation-de-Marioupol-vue-du-ciel-1797524#

https://www.parismatch.com/Actu/International/De-nouvelles-images-de-la-devastation-de-Marioupol-vue-du-ciel-1797524#

Des appartements ravagés dans le district de Livoberezhnyi, à l'est de Marioupol, le 29 mars 2022. © Satellite image ©2022 Maxar Technologies

 


Je ne suis qu’un oiseau de passage
survolant un paysage éphémère.
J’écoute le silence de l’écume
d’un pays mutilé
par les tourbillons du temps.
Parfois les montagnes dévoilent
une chute d’eau,
un torrent argenté.
des fleurs multicolores parfument l’espace
ensorcelantes fragrances .

où sont les hommes ?

Ils ont quitté la terre martyrisée
pareils à des animaux
quittant le navire avant le naufrage
ils sont partis vers d’autres sphères.

Que vont-ils devenir ?


©Eliane Hurtado                                              
 
 

 

 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
3 avril 2022 7 03 /04 /avril /2022 06:35
MichelAnge - barthelemy


 


 
avec leurs rites
de la pensée
les souvenirs barbares
rugissent en moi
d'inépuisables courbes
telles des blessures
ne cessant leur agonie
 
me voilà confronté
au vivre qui s’épuise
à cet appel trépignant
ses impatiences
aux indicibles aveux
quand chuinte encore
le va-et-vient du tourment
 
pour avoir donné le feu
Prométhée souffre l’aigle
qui lacère son ventre
et savoure ses entrailles
pour avoir trop aimé
le voici proie
de l’implacable loi

être la plaie furieuse
qui enfle, machinale
au souvenir du temps
façonner le gouffre
s’y couler, s’y noyer
une nuit dernière
en résines d’éternité
 
l’épaisseur du noir
monte et m’envahit
suis-je encore homme
au parapet des vertiges
ou châle que l’on jette
quand s’inscrivent
d’autres passages ?

 
©Claude Luezior


 
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
2 avril 2022 6 02 /04 /avril /2022 06:37
La Guerre, d'Otto Dix, triptyque peint entre 1929 et 1932


 

 

Mais qui sont ces ignobles
Fossoyeurs des droits de l’homme,
A propos de qui, de quoi,
En fonction de quel droit,
Au nom de quelle loi
Brisent-ils l’écho de nos voix,
En raison de quel pouvoir osent-ils
Déclencher une tragédie mondialisée.
Mégalomanie démesurée,
Insoutenable paranoïa
Aveuglée des fumées de la vanité.
Mais qui sont ces hommes
Plus proches du Léviathan
Que de l’apparence humaine,
Nous rapprochant de l’immonde.
Aucune guerre, aucune violence,
N’ont de justes raisons
Sinon celle de l’aliénation.
Sur ce linceul silencieux ,
Seul perce le cri prédateur,
Le ricanement cynisme
Sidérant symbole du chaos.
Mais qui sont ces créatures
Profanant le sens même de la croix,
Mais qui sont ces hommes
Sans nulle compassion
Pour leurs frères de sang
Portant la mort au fond du regard.

©Michel Bénard.        
 
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
1 avril 2022 5 01 /04 /avril /2022 07:17


 


 
je te vois encore marcher légèrement
comme au-dessus de la terre,
tu arpentais l'air…
j’aurais voulu suivre,
exactement le même chemin que toi, la même trace,
mais je ne pouvais qu'à peine respirer en marchant
des enchantements dépouillés d’épouvantes…
je savais que tu allais venir,
comme si on sait que la sagesse de la terre allait passer,
et on se range de côté, le souffle coupé
pour ne pas bouger même pas de ta pensée
l’immobilité ou l’auréole de lumière,
mais je n’y pouvais rien,
j’ai voulu cueillir au moins une goutte de bleu au zénith,
des sons extatiques, limpides,
une lumière qui ruisselle sur tes paupières
tel un tremblement de rayons qui se heurtent l’un à l’autre
tels deux cœurs qui se confondent
ainsi m’as-tu envahi
et tu t’en es allé…
je te cherche encore parfois, balayant l’air,
en regardant, du coin de l’œil de mon cœur,
la lumière qui s’en va et des sons si limpides
dans mon cœur réverbèrent, dans un rythme sans fin…

 

© Elina Adam                                       
 
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche