Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2022 7 28 /08 /août /2022 07:04
Portrait peint par Louis Delorme


 


Il a vécu tout simplement
comme il est né
où il est né.
Il n’a point fait d’études ;
il aurait pu
mais l’école était bien trop loin.

Fils de berger,
le voilà berger à son tour
mais sa pensée n’est pas si fruste
qu’on le croirait de prime abord.

Il est ouvert au monde des étoiles
quand vient le soir
et que s’allument dans le noir
la féerie du ciel et de l’immensité.

Les yeux de ses brebis
qui contemplent la lune,
serrées ensemble
pour garder la chaleur
engrangée sour le calorifère du soleil,
l’interrogent sans doute.
Il se voit petit dans l’espace
mais seul pensant peut-être au milieu des rochers.

©Louis Delorme  
 
Extrait du recueil « Alternances » de 2020. Editions Thierry Sajet                    
 
 

 

 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
27 août 2022 6 27 /08 /août /2022 06:47


 

 


Ô voix sans visage
tel un esprit
qui tourne dans l’air
et que seul mon coeur
parvient à percevoir
que me veux-tu ?

Mystère de la nuit
qui brille sous le soleil
comme une douce folie
qui tient le miroir
de mon âme
où m’emmènes-tu ?

Ainsi
peut-être sans le vouloir
je marche
sur le fil invisible
entre l’âme et la chair
où pousse l’opium
des heures immortelles !…

Ô voix sans visage
essaim bourdonnant
au dessus de ma table
qui plonge dans mon encre
pour mieux hanter les mots…

Ô voix qui coule de mon sang
je te chasse sans cesse
et pourtant je t’espère…
Sur la soie de ton corps
je traverse la pulpe
des galaxies ténébreuses…


Mais est-ce raisonnable
de me prendre pour un dieu
quand le mortel que je suis
s’enivre de ton astre
comme un jeune papillon
qui se jette sur la flamme
d’une lanterne ouverte ?…

Alors dans la poussière
de mes cendres fraîches
j’imprime enfin
les ailes de ma voix
derrière ton visage…


© Victor Varjac
Antibes, 23 janvier 2001

Extrait du recueil « l’Homme Imaginaire » aux éditions MELIS

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
26 août 2022 5 26 /08 /août /2022 07:07
Photo Jean Dornac©



si les arbres sont discrets
ils s’étreignent en la terre

si les arbres sont timides
ils s’embrassent par le soleil

ainsi les branches et les feuilles
laissent passer le vent et les cimes

et en un baiser tragique et gracieux
s’enlacent les racines
 

©Hafid Gafaïti    
 
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
25 août 2022 4 25 /08 /août /2022 06:34
Monique Thomassettie "Les yeux dorés", huile, tableau de couverture de l'œuvre, 1993


 

 

Depuis ce rêve, il lui arrive en plein jour de penser :
Nom de déesse !
Parfois, elle varie : Non de déesse !
Ce non est résistance, défendant et protégeant une condition féminine.
En la voyant si sérieuse sur son jeu de cartes, les lèvres serrées et le front concentré, les habitué(e)s de la taverne seraient bien étonnés d’entendre les éclats de son âme !
C’est que son for(t) intérieur n’est pas triste.
Elle n’en a pas l’air. Mais ceux qui « savent » n’en ont jamais l’air, car ils ne s’en vantent pas.
De quel ordre, son savoir ?
D’un ordre onirique, le plus juste et le plus vrai.
Paul Valéry n’a-t-il pas dit : « Et le Songe est savoir ».
Elle a l’âme inductrice. À l’image de la Lune qui inspire. Inspirée par son âme, elle écrit en secret.
Ce dont elle ne se vante pas non plus, bien que sa plume reconnaisse ne pas savoir ! Moins elle sait, plus elle écrit !
N’est-ce pas une des raisons de l’écriture : s’interroger sans fin. Quand elle trouve des réponses, elle ne le proclame pas dans la mesure où elles ne sont jamais acquises.
Dès lors, ce recommencement a quelque chose du jeu, d’un autre jeu : avec soi-même. Et ce jeu prend parfois des formes paradoxalement… démonstrative ! Elle y démontre qu’elle ne sait pas !
Elle gagne rarement.
Dans le social jeu de cartes, c’est un peu pour cela, mais beaucoup pour la camaraderie (ne soyons pas négative), qu’on aime l’avoir pour partenaire.
En dépit – ou à cause ? – de ses échecs, elle joue rigoureusement et avec détachement.
Dans quelles dimensions joue-t-elle ? pourrait-on se demander.
Certes, la question pourrait se poser pour tous les joueurs.
Écrivant le jour, elle ne sait pas.
Rêvant la nuit, elle sait.
Depuis de longues années, sa plume cherche un lien entre ses pensées diurnes et ses visions nocturnes.*
 

©Monique Thomassettie

© Monique Thomassettie, extrait de son recueil de contes Nom de Déesse, paru aux éditions M o n é v e i L en janvier 2010. Titre du conte : 2004. Conte : 2008.http://www.pandesmuses.fr/no11/mt-nomdedeesse-extrait
 

         
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
24 août 2022 3 24 /08 /août /2022 06:41
Un batiment détruit à Marioupol, le 28 mars 2022. (ALEXANDER ERMOCHENKO / REUTERS)


 

 


Des guerriers sans visage
ont blessé la pierre de notre mémoire
et l’encre sombre de l’injure
a défiguré les façades.
Mais le sang des pierres
n’a jamais donné à boire aux assoiffés.
Quand la colère abandonne les mots
et que la force du geste
ne connaît plus de limite,
la souffrance étend son territoire
et la désolation s’installe.
Qui croyait trouver ressources dans la destruction
ne trouvera que terres asséchées, sources taries.
Soulager la souffrance par la violence
est un vieux mythe dont l’Histoire
n’a cessé de montrer les limites.
Quand brûlent les richesses,
le pauvre reste pauvre.
Alors que peut-on espérer
si ce n’est que raison et humanité
inspirent ceux que nous choisissons pour guides.

 

©Kathleen HYDEN-DAVID  

Extrait de « Les mots du regard » Éditions Paroles & poésie – Collection de l’Eglantier                      
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
23 août 2022 2 23 /08 /août /2022 04:02
Sainte-Anne, Mémorial du Nèg Mawon, oeuvre de Jocelyne Pezeron


 
Poèmes Lauréats Concours Jeunesse SPF 2022  
 

 

 

Toudoum Toudoum
Le son de mon cœur qui bat
Résonne encore dans ma tête
Tap Tap
Le tempo de mes pas
Sur ce sol qui m’est inconnu
Ffue Ffue
La saccade de mon souffle
Qui s’essouffle dans ma course
Ploc Ploc
Les clapotis de ma sueur
Coulant sur mes muscles endoloris
Grrrr Grrrr
Les grognements des chiens enragés
Dont je perçois l’haleine malodorante
Cours… ! Fuis… ! Vers le cours d’eau… ! Vite… !
Les cris de mes ancêtres
Qui me talonnent pour continuer le combat
Shh Shh
Le bruit du torrent
La rivière m’attend
Mais… Qui es-tu ? Qui es-tu ?
La sempiternelle question…
JE SUIS UN NEG MAWON !


Maëllie DURO--CARDONNET

– 4ème - 97170, PETIT-BOURG, GUADELOUPE
PRIX CESAIRE JEUNESSE 2022Toudoum  
             
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
22 août 2022 1 22 /08 /août /2022 06:48


 

 


Fibres clandestines effleurées, fleurs d’eau
prêtes à éclore, fruits à mordre en lents creusements.

    Calligraphie de la tentation.

    Les fortifications se lézardent. Je vous observe,
vous butine. Ma chair cueille vos étamines. Mes lèvres
s’égarent à l’équinoxe de vos nacres.

    Fournaise.

©Nicole Hardouin.
In Fontaines Carnivores, éditions L.G.R, Paris
 
 
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
21 août 2022 7 21 /08 /août /2022 06:46


 

Il suffit de dire... « SABLE »
... pour imaginer le désert,
Et de dire « DESERT » pour penser à
... « personne »
Ici, le psychanalyste demandera :
_ « QUI ? »...
Alors que le sage méditera sur
... « PERSONNE »...
 

©Lydia Montigny
 
 
 

 

 

 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
20 août 2022 6 20 /08 /août /2022 06:45


 

                            au R.P. Luc Moës

                     L’espacement parfait de deux tours accordées
                                          la gothique élégance d’un cri lancéolé
                                          une ascèse penchée sur les splendeurs florales
                                          une muraille grise en contre-chant des braises
                      forgées de vitrail mauve et de ciel absolu

 

                                          Les regards éperdus dès le portail franchi
                                          font une haie d’honneur aux gisants gaéliques
                                          sous la prude insolence des orgues insoumises
                                          comme ce sang breton contrarié des rias
                      et du bourdon sonnant l’angélus de la mer


                                          
                                          De peu s’en faut qu’à l’aube on s’éternise
                                          pour ne plus quitter l’or de ces quartiers bénis
                                          tant le soleil y tient son rang d’envahisseur
                                          applaudi des jambages de l’Odet fleuri
                     comme aucun autre arpent dont Dieu fasse mystère

 

©Pierre Guérande            

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
19 août 2022 5 19 /08 /août /2022 09:02



En mémoire de Jacques Roche, poète, journaliste assassiné le 13 juillet 2005 à Port-au-Prince

 

Ce soir ne m’écris pas
Ils ont tué le poète
Ils ont liés ses mains
Porteuses de lumière
Ils ont brisé son chant,
Ignorant que sa voix
Ne mourra jamais.

Ce soir mon âme
Ne trempe pas ta plume
Dans le sang,
La lampe s’est éteinte
Qui éclairait la nuit,
Et les dunes, derrière les mots
Ensableraient le coeur.

Mais à la lueur des torches
Nous veillerons, égrenant le silence
Le poète qui dort
La face vers le ciel
Dans la repentance des étoiles.

 

©Denise Bernhardt    

Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « La mangrove du désir », aux éditions Le chasseur abstrait.                                                        
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche