Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mai 2022 6 28 /05 /mai /2022 06:51

 

 

Il faisait déjà nuit
Prostrés devant la mer
Qu'ils venaient de quitter
Ils avaient fait un feu
Avec du bois flotté
Sur du papier froissé
Et quelques herbes sèches...

 

Ils n'étaient plus que deux
Elle et lui bien serrés,
Pieds nus, poches vidées
La braise les chauffait
Et sentait le fourneau
De la mère et du père
Là-bas où l'on grillait
Des poivrons, de l'agneau...

 

Mais ils n'avaient pas faim
Ni de pain, ni de rien
Juste de liberté
Leur vie était dehors...

 

Les flammes dans la nuit
Éclairaient leurs guenilles
D'étranges franges d'or...

 

© Jeanne CHAMPEL GRENIER
 ( Extrait du recueil : Terre adolescente-2015)
                         
 
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

 

Partager cet article
Repost0
27 mai 2022 5 27 /05 /mai /2022 06:47


 

 

Quand vient le mois de mai nous grimpons aux platanes ;
Leurs branches terrifiées ouvrent leurs larges mains,
Laissent tomber des hannetons sur le chemin :
Nous les prenons pour faire des aéroplanes.

Retenu par un fil, le prisonnier s’envole,
Trop heureux de sentir sous ses ailes le vent,
Mais dans ses liens, hélas, s’empêtre bien souvent
Et pique droit à terre en perdant la boussole.

Et notre âme d’enfant continue le voyage,
Aux élans du captif naturel contrepoint ;
Quand il reprend l’essor nous sommes déjà loin,
Du rêve notre esprit à tourné bien des pages.

Nous avons chevauché les vagues et les dunes,
Aux sorcières chipé la clé de leur trésor,
Au jardin, nous avons cueilli les pommes d’or
Et dans notre panier nous contemplons la lune.

©Louis Delorme  

Extrait du recueil « La Criée – Les Vagissements » de 1974.
Recueil imprimé et gravé par l’Auteur sur sa presse artisanale.
                   
 
 
   

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
26 mai 2022 4 26 /05 /mai /2022 06:36


 

 


Au premier souffle
de ma vie
l’âme de ton image
était en moi…
Dans l’ombre de mon corps
tu pressentais déjà
la splendeur des jours
qui marchait vers nos coeurs
ivres d’un commencement…
Sous le regard du sablier
ta patience liait
les fibres de lumière
tandis que je glissais
orgueilleux de ma course
sur la peau de ce monde…
J’apprenais l’ignorance
et fier de mon savoir
je découvrais la chute
car l’abîme jalouse
d’une étreinte mirage
efface l’altitude…
Mais toi tu tressaillais
dans l’arbre de mes veines
et préparais le feu
qui ronge mes entrailles…
Lorsque l’existence
éventra tous mes rêves
je sentis l’arbre
de ma vie
doucement se craqueler…
J’avais perdu le jour
qui ne m’appartenait pas
et dus affronter
le dragon de poussière
pour ensevelir
la ténèbres
et le cri de malchance…

 

© Victor Varjac


 
Antibes, le 27 mai 2001


 
Extrait du recueil « Le Dragon de Poussière » aux éditions MELIS                        
 
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
25 mai 2022 3 25 /05 /mai /2022 06:48
Photo Jean Dornac©


                J’ai le grand plaisir d’accueillir ce nouveau poète que m’a recommandé Michel Bénard ! Bienvenue Hafid Gafaïti ! Chers lecteurs et chères lectrices, j’espère que vous lui réserverez un bon accueil !

 


Au sud du sud

 

dans le désert
le temps est un luxe
seuls ronces et cactus
à chaque rayon se libèrent

 

j’ai dormi chez l’étrangère
celle qui habillée de musc et d’ambre
refuse la lumière de sa bougie
           le parfum de sa peau

 

depuis la mort de la ville il est une règle
à laquelle même les rebelles se plient
point de mensonges chez la femme
qui emprisonne le sable en sa demeure

 

©Hafid Gafaïti
 
 

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
24 mai 2022 2 24 /05 /mai /2022 06:41


 

 


Tant d’images ne cessent d’envahir nos yeux,
tant de paroles résonnent en permanence
à la porte de notre conscience,
tant de nouvelles connaissances viennent chaque seconde
s’ajouter à cette monstrueuse bibliothèque
qu’est notre cerveau.
Avons-nous vraiment la capacité innée
de conserver toutes ces informations inexploitées ?
L’âge et les maladies neurologiques
sont-elles vraiment les seules limites
à la puissance de notre mémoire?
Et si l’effervescence continuelle de nos sociétés
y était pour quelque chose.
Ne sommes-nous pas de ces îles précieuses mais fragiles
que submergent le tsunami et les marées noires
de l’information quotidienne.
Et si l’esprit épuisé, au bord du burn out
laissait l’inconscient faire le tri dans cet amoncellement.
Alors Alzheimer ne serait plus une cruelle maladie
mais la manifestation d’un besoin impérieux,
un désir inavoué
de se protéger du trop-plein,
de l’insoutenable et ravageuse invasion de l’inutile.

 

©Kathleen HYDEN-DAVID  
Extrait de « Les mots du regard » Éditions Paroles & poésie – Collection de l’Eglantier            
 
 
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
23 mai 2022 1 23 /05 /mai /2022 06:49


 

 

Lorsque vos mains se referment sur mes déchirures et que les anémones s’inclinent
suis-je feu de brousse dans le glissement des ombres
débris flammés enveloppés de bure
braise pour nid cendré
onde mendiante venues de contrées lointaines
je ne sais plus.

Lorsqu’indifférente à mon désarroi
la lune bâille tenaillée par le vent
et que les étoiles tremblent contre la galaxie des rêves en ébauche
suis-je fileuse dans les rets de l’enfer
harmonie sans partition
lèvres en gémir à la douane des chimères
je ne sais plus.

Lorsque les mots s’effilochent aux berges du vertige
et qu’une plume calligraphie une ciel déchiré de regrets
je suis un oiseau sans ailes
au bord d’une source de silence.


©Nicole Hardouin        
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
22 mai 2022 7 22 /05 /mai /2022 06:35

 

de notre ambassadeur Gérard Gautier France
                  votre indulgence pour les traductions merci !

 

 

 

 

Maman, tu m’as dit…

Maman, tu m’as dit souvent
Sois sage, petit, et tu gouteras
A la beauté des paysages
A la blondeur des sables,
A la magie des senteurs,
Du jasmin, des roses, des orangers,
De l’odeur épicée du vent.


Maman, tu m’as dit souvent
Sois sage et tu aimeras
La poésie changeante de la nature,
La beauté des oasis hospitalières,
Le regard des Hommes bleus, libres.


Dis-moi, Maman, pourquoi
Je ne vois que la nuit,
Ne sens rien que l’odeur acre
De la terre, de la poudre,
Dis-moi, Maman, pourquoi
Je ne sens plus l’odeur du cèdre,
Des pistachiers, des amandiers…


Dis M’man,
M’man qu’as-tu?
Dis M’man
Pourquoi tu sanglotes?
Dis M’man
Pourquoi t’es à genoux?
Dis M’man
Pourquoi tu ne m’entends pas?
M’man…
Reste M’man…
Reste…
M’an… M’an…
C’est quoi la Paix…?


Mom, you told me ...

Mom, you told me often
Be wise, little one, and you will taste
To the beauty of the landscapes
In the blondness of the sands,
With the magic of scents,
Jasmine, roses, orange trees,
The spicy smell of the wind.

 

Mom, you told me often
Be wise and you will love
The changing poetry of nature,
The beauty of hospitable oases,
The gaze of blue men, free.
Tell me, mom, why
I only see at night,
Smell nothing but the acrid smell
Earth, powder,
Tell me, mom, why
I no longer smell the cedar,
Pistachio trees, almond trees ...

 

Say Mom,
Mom what do you have?
Say mum
Why are you sobbing?
Say mum
Why are you on your knees?
Say mum
Why can't you hear me?
Mom ...
Stay Mom ...
Stay…
M'an ... M'an ...
What is Peace ...?

 

Mamá, me dijiste ...

Mamá, me lo dijiste a menudo
Sé sabio, pequeña, y saborearás
A la belleza de los paisajes
En el rubio de las arenas,
Con la magia de los aromas
Jazmín, rosas, naranjos,
El olor picante del viento.

 

Mamá, me lo dijiste a menudo
Sé sabio y amarás
La cambiante poesía de la naturaleza,
La belleza de los oasis hospitalarios,
La mirada de los hombres azules, libre.

 

Dime mamá por qué
Solo veo de noche
No huele nada más que el olor acre
Tierra, polvo,
Dime mamá por qué
Ya no huelo el cedro,
Pistachos, almendros ...

 

Di mamá,
Mamá, ¿qué tienes?
Di mamá
¿Por qué lloras?
Di mamá
¿Por qué estás de rodillas?
Di mamá
¿Por qué no me escuchas?
Mamá ...
Quédate mamá ...
Permanecer…
M'an ... M'an ...
¿Qué es la paz ...?

 

Mamma, mi hai detto...

Mamma, me l'hai detto spesso
Sii saggio, piccolino, e gusterai
Alla bellezza dei paesaggi
Nel biondo delle sabbie,
Con la magia dei profumi,
gelsomino, rose, aranci,
L'odore speziato del vento.

 

Mamma, me l'hai detto spesso
Sii saggio e amerai
La poesia mutevole della natura,
La bellezza delle oasi ospitali,
Lo sguardo degli uomini blu, libero.

 

Dimmi, mamma, perché
vedo solo di notte,
Odore nient'altro che l'odore acre
terra, polvere,
Dimmi, mamma, perché
non sento più il cedro,
Pistacchi, mandorli...

 

dimmi mamma,
Mamma cosa hai?
dì mamma
Perché stai singhiozzando?
dì mamma
Perché sei in ginocchio?
dì mamma
Perché non mi senti?
Mamma ...
resta mamma...
Restare…
M'an... M'an...
Che cos'è la pace...?

 

Mãe, você me disse ...

Mãe, você me disse muitas vezes
Seja sábio, pequenino, e você vai provar
Para a beleza das paisagens
Na loireza das areias,
Com a magia dos aromas,
Jasmim, rosas, laranjeiras,
O cheiro picante do vento.

 

Mãe, você me disse muitas vezes
Seja sábio e você vai adorar
A mudança da poesia da natureza,
A beleza de oásis hospitaleiros,
O olhar dos homens azuis, livre.

 

Me fala mãe porque
Eu só vejo à noite,
Não sinta nada além do cheiro acre
Terra, pó,
Me fala mãe porque
Eu não sinto mais o cheiro do cedro,
Árvores de pistache, amendoeiras ...

 

Diz mãe,
Mãe o que você tem?
Fala mãe
Por que você está chorando?
Fala mãe
Por que você está de joelhos?
Fala mãe
Por que você não pode me ouvir?
Mãe ...
Fica mãe ...
Ficar…
M'an ... M'an ...
O que é paz ...?

 

Мама, ты мне сказал ...

Мама, ты мне часто говорила
Будь мудрым, малышка, и ты попробуешь
К красоте пейзажей
В сиянии песков,
С волшебством ароматов,
Жасмин, розы, апельсиновые деревья,
Пряный запах ветра.

 

Мама, ты мне часто говорила
Будь мудрым, и ты полюбишь
Меняющаяся поэзия природы,
Красота гостеприимных оазисов,
Взгляд синих человечков, свободный.

 

Скажи мне, мама, почему
Я вижу только ночью,
Ничего не пахнет, кроме едкого запаха
Земля, порошок,
Скажи мне, мама, почему
Я больше не чувствую запаха кедра,
Фисташки, миндальные деревья ...

 

Скажи, мама,
Мама, что у тебя есть?
Скажи маме
Почему ты рыдаешь?
Скажи маме
Почему ты стоишь на коленях?
Скажи маме
Почему ты меня не слышишь?
Мама ...
Оставайся мамой ...
Оставаться…
M'an ... M'an ...
Что такое мир ...?

 

©Gérard GAUTIER
 


 

Ambassadeur de la Paix
 Honoré par cette distinction pour le poème «Avenirs décimés» et l’ensemble de ses actions en faveur de la Paix


     

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
21 mai 2022 6 21 /05 /mai /2022 06:25

 

Question :
... et si, tout à coup, les mots, les phrases,
n’avaient plus aucun sens ???
 
Réponse :
... Alors, je serais l’humble plume qui vole, légère, brisant délicatement le silence...
...et tu seras le son mélodieux que font les lettres et les symboles en se liant les uns aux autres...
 
Voilà l’infime subtilité du double-sens, une néosémie incroyablement vivante...
 
©Lydia Montigny

  Extrait du recueil « Exquis Salmigondis » aux Editions BoD-Books on Demand - Paris          
 
 

 
 
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
20 mai 2022 5 20 /05 /mai /2022 06:27


 


Se souviendra-t-on longtemps de nos excellents présentateurs de l’actualité littéraire qui, en radio comme en TV, nous sont connus depuis, pratiquement, la naissance du petit écran ?

On applaudissait à raison un Bernard Pivot pour Apostrophes, Lecture pour tous et même sa redoutable dictée, avant qu’il ne rejoigne le jury du Goncourt ; coups de cœur aussi pour Jacques Chancel avec Radioscopie (France Inter) et Le Grand Echiquier ; sur nos ondes radio, on se rappellera l’inimitable Armand Bachelier pour ses chroniques parisiennes. On fait désormais la fête à François Busnel pour La Grande Libraire, mais on est tout aussi réceptif à l’émission radio d’Emmanuel Khérad pour La Librairie francophone qui réunit les voix d’auteurs et de libraires français, canadiens, suisses, africains francophones et … belges !

Est-ce à dire que ces animateurs du meilleur cru garderont fort longtemps leur présente ou ancienne notoriété, on peut en douter en constatant le relatif oubli où s’enlisent certains noms de qualité, et l’on pense forcément à Max-Pol Fouchet qui cumulait les profils – tous remarquables – d’auteur, de présentateur TV en son âge héroïque, d’ethnologue et surtout d’humaniste et de résistant pour la liberté.

Ce palmarès flatteur n’autorise-t-il pas d’en évoquer le détenteur, alors que sa disparition remonte maintenant à quarante années, et que ses attitudes politiques – qui n’apparurent que dans ses pamphlets à pointe à peine émoussée, jamais dans un mandat – appellent à un salut rétrospectif sans demi-mesure ?

Un père qui fut un saint laïc

Max-Pol était le fils d’un incroyant, Paul-Hubert Fouchet, qui avait foi dans la fraternité des hommes et le prouva  du côté de Verdun durant la grande guerre, pour sauver nuitamment des compatriotes blessés en première ligne des combats, mais aussi en retournant, sans l’approbation de ses chefs, porter secours à des combattants allemands qui agonisent. « Afin de mieux voir en conduisant (son ambulance) et d’aller plus vite, il ôte son masque à gaz. A son retour, il a les poumons gravement brûlés » (1).

Ancien armateur à Saint-Vaast, dans le Cotentin, il avait baptisé ses trois voiliers Liberté, Egalité, Fraternité et ses deux chalutiers Karl Marx et Jean Jaurès, lesquels sont tous promis à la casse à son retour du front. Ruiné, il sera co-fondateur d’un comptoir de mode à Bruxelles, avant d’émigrer en Algérie, qu’on lui conseille pour rétablir sa santé et d’y relocaliser ses activités.

En 1929, Paul-Hubert vit ses derniers jours : « Devant ses longues souffrances, Max-Pol fait le serment de le venger et d’abattre des Allemands. Son père l’appelle près de son lit et lui fait jurer « de tendre ses mains à l’Allemagne, par-dessus sa tombe, pour la paix des peuples ». Quelques heures après, Paul-Hubert meurt. On l’enterre au cimetière de Saint-Eugène, face à la mer, comme il l’avait demandé » (2).
 
©Pierre Guérande            
 
 
 

 
 
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
19 mai 2022 4 19 /05 /mai /2022 06:50


 


Cette main qui voit et se noie dans le mutisme
Ces doigts qui regardent et se terrent dans le plan fixe
Ces gestes qui se perdent dans l’arrêt sur image
Ces bras qui ne soufflent mots de leur violence contenue
Je les tiens en les paroles qui me montent aux yeux
Je les serre entre mes paupières tertiaires
Je les accompagne dans la pause du bruit
Je les étreins dans le choc des désirs fluorescents

 

©Gérard Leyzieux      
Extraits du recueil « Gestuaire », Editions Stellamaris
                
 
   
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche