Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 décembre 2021 7 19 /12 /décembre /2021 07:53


 


Oui, le poète a soif, soif de souffle, soif de transcendance.
 Il hésite dans les éboulements de ses délires, de ses émotions.
Aux aguets dans les échos de sa glaise primitive, il écrit sur le sable mouvant de sa vie avec pour escorte un phare lointain qui l’écorche, le vivifie, le fascine.
Le poète est fou génial.
Grand veneur, lâchez vos chiens.  
La meute hurlante sonne l’hallali, ce n’est, peut- être, que l’explosion réussie d’une mise à mort de l’énigme créatrice.
Grand veneur, lâchez vos chiens. Je vous attends.
Passez ronces et épines, trouvez la trouée, nous possédons la foudre et les éclairs, filets à la reliure des cicatrices
Nous sommes à la fois marbre et sculpteur, vin et eau, éclairs au bleu des veines.
Obscure ivresse.


©Nicole Hardouin
 
 
 
 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2021 6 18 /12 /décembre /2021 07:31

 


Voler vraiment de ses propres ailes
Pas seulement en un rêve éblouissant
Embrasser l’univers d’un seul regard
Posséder le don divin d’ubiquité
Franchir les frontières du corps
Flotter en apesanteur autour de la terre
S’ébattre en un paradis de plafond d’église
Sans le cortège des saints et des chérubins
Aux seuls ronronnements des jets et des satellites
Ne plus être le lilliputien mais le géant
Autant dire Dieu tel que l’homme le conçoit
Rien qu’une fois juste une fois pour voir
Pour voir au-delà de notre horizon de fourmi
S’unir la beauté et la laideur du monde
Un rêve bien sûr, rien qu’un rêve, et pourtant…
 

©Kathleen HYDEN-DAVID  
Extrait de « Les mots du regard » Éditions Paroles & poésie – Collection de l’Eglantier
 
 
 
 
 
 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2021 5 17 /12 /décembre /2021 07:38


 

 

Sur le grand tableau noir
De l'école du passé
Je conjugue l'espoir
Au plus que parfait.
 
J'additionne les jours
Du bonheur au carré
Et refais la dictée
De l'Ecume des jours.
 
L'histoire et la géo
Ne sont pas révisées ?
Qu'importe la météo,
Je préfère y aller !
 
Je compte sur mes doigts
Et cet anneau de bois...
Déjà du grand tableau
Disparaissent les mots
Dès que la cloche sonne...
Sonne... sonne... résonne...
 
©Lydia Montigny  
 
Extrait du recueil « Exquis Salmigondis » aux Editions BoD-Books on Demand - Paris      
 
 
 
 
     
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
16 décembre 2021 4 16 /12 /décembre /2021 09:18
Xavier Grall


 

 


Pierre Jakéz Helias est né à Pouldreuzic (Finistère) en 1914 d’un père qui est à la guerre : élevé en breton, l’enfant deviendra un élève du Lycée de Quimper et finira par enseigner méritoirement le français en divers coins de l’Hexagone. En 1945, il est rédac’chef de « Vent d’Ouest » du Mouvement de libération nationale, anime des émissions en breton sur radio Quimerc’h et devient président d’Ar Falz qui incarne la culture bretonne des enseignants laïques. Il collabore aussi aux Fêtes de Cornouaille.

 

Tous ces titres de gloire rencontreront cependant, par la parution de son livre, une farouche mobilisation de la part de militants bretons dont le plus mordant sera donc Xavier Grall, fraîchement rentré de la capitale et lassé d’y être apostrophé pour sa « gueule de breton ». Sa conscience militante ne s’en trouve-t-elle pas suraiguisée au point de lui faire déverser sa bile, quelquefois sans nuance, sur le « folklorisme fossilisant » de l’auteur désormais « à succès » : Helias. L’épisode a immanquablement marqué les esprits ! C’est que la réponse cinglante de Grall donnera lieu, nous le disions, à un livre-réponse sous le titre « Le Cheval couché » qui a valeur d’un blâme à l’égard du côté rétrograde et carpetteux de son désormais célèbre confrère : sauf que son plaidoyer revêt tous les attributs du dépit amoureux face à l’irrésistible ascension de ce Jackez l’ancien, comme il se plaît à le qualifier irrévérencieusement. Et, pour le lecteur du temps présent et étranger à la géopolitique de cette querelle, le portrait-charge finit par lasser, suscitant comme un malaise face à la disproportion entre le reproche et le corps du délit, si délit il y eut jamais.


Précisons néanmoins que Xavier Grall, à qui nous devons de belles évocations de destins exceptionnels (James Dean, François Mauriac, Arthur Rimbaud et, sans doute Le plus beau : Lamennais), avouera tardivement regretter tout bonnement ce livre.


Il ne nous revient nullement, comme observateur extérieur, de juger du bien-fondé quasi politique de ces réactions dont nous ne partageons – et moins encore ne partagions – pas le contexte. Simplement, il peut sembler légitime de reprendre quelques critiques adressées à l’auteur-cible comme de relever, ensuite, les illogismes dont le temps paraît avoir constellé la diatribe. Les mots sont forts de la part de Grall quant à ses reproches dont certains sont quelque peu décoiffants, comme celui d’en vouloir à Helias d’avoir enseigné le français et de participer à l’extinction de la langue bretonne !  

 

©Pierre Guérande            
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2021 3 15 /12 /décembre /2021 07:42


 

nous sommes assis dans l’herbe
des océans entre nous
là-bas, nos rêves et désirs serpentent, paresseux

de quelque part arrive un air raréfié
tel un souvenir, jusqu’ici
et se dépose sur nos yeux
sa brume fait vaciller la lumière

nous ne sommes pas seuls
bien qu’un monde nous sépare

nous portons sur nos dos et nos bras
dans nos yeux et dans nos corps
nos êtres antérieurs
que nous envoyons, à nos places
dans notre lutte éternelle
tels les spectres beaux et blancs
des flèches les transpercent comme si ne serait-ce que l’air
ils ronflent telle la flamme ou telle la mort

fatigués, nous restons dans l’herbe
avec tout ce que nous appartient
l’air nous remplit les narines et les yeux
coule sur nos corps tel un fluide opalescent

doucement, ces spectres beaux et blancs commencent
à se couvrir de chair et de sang, de peau et de poil
dans une épreuve tendre et nouvelle

nous sommes assis dans l’herbe
rien entre nous
seul le goût différent de nos larmes
qui coulent doucement sur nos visages,
comme autrefois
l’huile sur la barbe d’Aaron.

 © Elina Adam
                              
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2021 2 14 /12 /décembre /2021 08:24
Gabriel Cornelius Ritter von Max - G.v.Max lisant le singe

J’ai d’abord pensé au mot fauve
Puis à grincheux puis je suis revenu
Au mot fauve

À d’autres mots j’avais cru
Que le mot fauve
À d’autres mots qui se sont perdus
À d’autres mots guimauves
 
Puis j’ai su
Par lui je débuterai, le mot fauve
 
© David Chomier
 
 Extrait du recueil « Soyons Bref » aux éditions Stellamaris
 

 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2021 1 13 /12 /décembre /2021 07:43


 

 

Dans la mémoire évasive du temps,
Elle nous attend
Notre chambre idéale
Dont les paupières de lin blanc
S’ouvrent sur le lac
Où glisse une yole
Etirant deux blessures jumelles.
C’est l’heure méridienne
Où naissent les métamorphoses,
Les mains qui se frôlent
Les corps qui se cherchent
Et qui osent
Des corolles de baisers
D’où s’échappent des soupirs
Quand viennent mourir
A l’aube devinée
Les vagues soyeuses du plaisir.
 

©Denise Bernhardt  

Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « La mangrove du désir », aux éditions Le chasseur abstrait.                              
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2021 7 12 /12 /décembre /2021 08:03

Editions Les Poètes Français

 

''Caillou de lumière sur le sentier de la nuit''nous confie Hafid Gafaïti dans la belle préface de ce livre d'Art ; et je dirais très vite et de façon convaincue, que cette pépite encore brûlante vaut son pesant d'or, mesurée à l'aune de tout ce qui se publie sur cette planète.

La personnalité d'Eliane Hurtado marque aussitôt d'un sceau indélébile l'imagination de celui qui se trouve confronté à l'une de ses oeuvres ; on se situe à l'instant de création, mais à l'instant positif où la poésie élève la vision. Un chemin de lumière tel un serpent de feu ou de sang traverse parfois en diagonale le tableau, lui donnant une élégante pulsion ascendante. Il n'est jusqu'aux fleurs couleur rouge feu sur fond noir qui ne soient créations quasi volcaniques ; fleurs divines qui demeurent en la mémoire longtemps après le jaillissement initial.

Les mots de Michel Bénard, (grand peintre voyageur, poète lauréat de l'Académie Française entre autres cent titres de reconnaissance) sont comme une sereine et fidèle voix qui accompagne ce créatif chemin de beauté. Venus en écho d'émotion depuis les falaises et abimes lancés et colorés par la main inspirée du peintre Hurtado, ces mots nous accompagnent, ce sont les mots d'un habitué de ces lieux rares, un éclairé qui nous dit comment recevoir ce qui se présente à nous : un ami, poète et peintre de très grande qualité lui-même, qui nous guide sans effet de manches :

 

''Au cœur de la douceur/ D'un cloître ocre-rose / Le regard en exil / J'ai découvert votre visage/ Rayonnant en toute tendresse/ Dans le cristal d'une perle de rosée...''( p.14 et tableau''Alternance'' p.15)

 

''Dans l'onirisme imprévu/ D'une parenthèse de vie...S'imaginer pouvoir un jour/De la partition déchiffrer l'éternel''(p.28 et tableau : ''Errance fractionnée'')

 

Un livre sublime, riche de 160 pages où toutes les œuvres sont en couleur, ce qui hélas n'est pas toujours le cas dans les livres traitant d'Art et Poésie. Un livre exceptionnel où la parole sereine de Michel Bénard nous accompagne d'oeuvre en œuvre, ces planètes secrètes bien connues en tout point de lui seul, afin de ous inviter à

''Danser avec les galaxies / Sur les pouponnières d'étoiles / Jusqu'à la naissance sublime/ De la ronde des mondes/ Pour l'insolite de l'amour ( p.38)

Comment ne pas se laisser tenter par un tel voyage dont on ne peut revenir qu'augmenté ?

Plus de 70 textes poétiques de Michel Bénard face à autant d'oeuvres en couleur d'Eliane Hurtado, un ouvrage dont la couverture cartonnée format 32/32, présente une très belle et riche oeuvre en couleur sur fond noir, signée Michel Bénard !

Rêve de vitrail - Eliane Hurtado

 

Jeanne CHAMPEL GRENIER

 

Adresses :

Madame Eliane Hurtado - 74 rue Championnet -75018 - PARIS

Monsieur Michel Bénard -124 rue de Vesle - 51100 - REIMS

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2021 6 11 /12 /décembre /2021 07:42
Un coquecigrue


 

 


8 mars
Dans sa course la plume ignore les écueils.
Elle écrit les climats, rédige les ambiances.
En sondant l’alphabet elle emplit des recueils,
Sa vaillance éludant toutes les obédiences.


9 mars
Le cran et la vaillance, en suis-je assez dotée
Pour affronter le sort à chacun réservé ?
Comme le meilleur pont, ai-je bien ma butée,
Contrefort préservant du péril aggravé ?


10 mars
Mais le péril nous guette à chaque coin de rue,
Masqué sous le soleil, embusqué dans le noir.
Il prend souvent l’aspect d’une coquecigrue
Qui, dans notre théâtre, hante le promenoir.

A suivre…    


© Luce Péclard Extrait du recueil de Luce Péclard, « LE GUÉ DES JOURS » aux éditions du Madrier                            
 

 

 

 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2021 5 10 /12 /décembre /2021 07:42
photo © Michèle Laurent

 

Chapitre : II

                  
Tu m'as dit Pourquoi mourir ?
J'ai pris alors ton masque et
L'ai jeté à la nuit :
Ton sourire illumina la porte
Et nous avons pris possession
De nouvelles clefs.

 

©MILOUD KEDDAR  
Extrait(s) de CHEMINS DE SOI de MILOUD KEDDAR aux Éditions « Flammes Vives »
 
 
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche