Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 04:42
 
 
C’est une nuit où brasillent les liturgies païennes, une nuit à tire d’ailes pour hiboux égarés, une nuit sans foi ni loi où l’oiseau de Minerve, fatigue la sagesse, réveille la déraison.
 
En maraude sur les gouttières de la nuit, les chats sont tous là.
Photos de Nicole Hardouin©
Les errants à la croisée  des songes,  ils émergent de mondes mystérieux et fugaces, poils hérissés,  compagnons des gitanes qui, en meutes déguenillées, se déhanchent sous leur futaine effilochée ; elles dansent, virevoltent au rythme endiablé de leur pied nerveux.
 
Les hiératiques, ceux des pharaons et déesses,  sortis des tombeaux de l’éternité. Hautains, ils s’engloutissent dans le délire des ombres. Eros et Thanatos rôdent autour des racines du ciel.

 

Photos de Nicole Hardouin©
 
 
Les fugueurs  faméliques, en équilibre sur le faîte des toits, oreilles droites, impertinents, frondeurs, jongleurs de lune, vagabonds, prêts à griffer les mythes dans des soupirs d’étoiles.
 
 
 
Les compagnons des sorcières, diablesses au corps d’ébène, aux reins cambrés,  venimeux de beauté. Ce sont les amis des devins et des nymphes aux chairs lisses qui jonglent avec les roues du silence : démente cohorte pour chambre de légendes. C’est là que Bosch tient conclave.
Photos de Nicole Hardouin©

 

Les silencieux des cimetières. Dans les sangles du vent ils sont à l’affût des secrets enfouis. Pupilles dilatées, ils se tiennent à la lisière de l’imperceptible, entre angoisse et extase. Ils écoutent un gémir d’âme en recherche de corps.
 
 
Les débonnaires, bien tapis dans les confessionnaux et les secrets des couvents, ils dorment parmi surplis et péchés, encens et absolution.

 

Photos de Nicole Hardouin©

 

Ceux des notaires et des poètes, bâillant entre testaments et pages blanches, chats aux regards sibyllins partageant les mystères des étoiles, des pluies, de l’Infini.
 
 
 
 
Nous sommes au-delà du rêve, cette nuit féline n’est qu’un gémir où s’étirent les illusions. Le jour hésite encore, peut-être suffit-il juste de le nommer, c’est ainsi que le monde émergea : par la Parole.
 
©Nicole Hardouin




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor
commenter cet article
20 août 2017 7 20 /08 /août /2017 06:28
Pierre-Auguste Renoir - Jeune fille coiffant ses cheveux

 

 

 
Sa chevelure franchit
l’ivresse du parfum
et telle une menace
embrasa ma poitrine
d’une large blessure…
 
Les mots… les mots séchèrent
sur ma bouche frappée
d’un vertige inconnu
qui me rongeait le cœur !...

© Victor Varjac
Antibes, le 7 juin 2001

Extrait du recueil « l’Homme Imaginaire » aux éditions MELIS




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Victor Varjac
commenter cet article
19 août 2017 6 19 /08 /août /2017 06:42
Anonyme, Portrait d’homme avec une licorne


 

 

Jeu de la vie,
Jeu de l'Amour,
Gueuse de mes nuits,
Punch de mes jours.
 
Aigre douce, aigre forte,
Elixir d'herbes folles,
Espoir fou à ma porte,
A mon bras comme étole. 
Dame de pic, Dame de coeur,
Tu m'apportes, tu reprends,
Vie malheur, Vie bonheur,
Suis un être en suspens.
 
Jeu de la vie,
Jeu de l'Amour,
Gueuse de mes nuits,
Punch de mes jours !
 
Qui donc refuserait ce jeu
Passion d'un coeur de bohémien,
Guitare du coeur en bandoulière...
On se bat pour toi, pour les siens,
Du levant au couchant comme hier,
La vie est un superbe enjeu 
Qui n'accepterait de jouer
La pièce entière et tous ses actes
Les disséquer , les recouper,
Et mieux goûter tous ses entractes ?
 
Jeu de la vie,
Jeu de l'amour,
Gueuse de mes nuits,
Punch de mes jours !
 
Pygmalion eut une aphrodite,
Moi je n'ai eu qu'une licorne,
Ma vie d'errance en fut séduite,
A la musique d'une corne !
 
Jeu de la vie,
Jeu de l'Amour,
Gueuse de mes nuits,
Punch de mes jours !
 
©Pierfetz
 

 
 


 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Pierfetz
commenter cet article
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 06:34
La Pensée qui voit – René Magritte

 

 

 
Chapeau ! Ah oui, alors là, chapeau bas ! Celui qui portait un melon et pointait son feutre vers moi vous a tous coiffé au poteau !
Vous l’aviez mal jugé, dans l’ombre où il poireautait depuis si longtemps  que tout le monde l’avait pris au départ pour un légume.
Voilà ce que c’est que d’avoir une double casquette, celle d’un homme et celle d’un poète. On ne se méfie pas de quelqu’un soupçonné d’avoir élu domicile dans un quartier de lune, qui plus est un beau quartier.
L’homme au melon n’a pourtant jamais été le fruit de mon imagination. Il existe, c’est même une forte tête. La preuve : demandez-lui n’importe quoi sur n’importe quel sujet, il démarre au quart de tour sur des chapeaux de roue et si, par hasard, il entend crier au complot, il ne pourra s’empêcher d’annoncer, le cou monté sous son faux col blanc: « Je prends la tête du mouvement ! ». Mais, rassurez-vous, comme il a toujours eu l’esprit de corps, il s’empressera aussitôt de déclarer, bon prince : « Evidemment, le reste est à vous ! ».
L’heure est venue aujourd’hui d’en finir une bonne fois pour toutes avec ce secret de Polichinelle.
Celui qui se prenait pour moi est bien réel, puisque chacune de ses apparitions donne matière à réflexion.
Maintenant que mes yeux se sont ouverts à la lumière, il est de mon devoir de regarder les choses en face et de remettre les pendules à l’heure : je suis, j’ai toujours été ce sombre héros.
 
©Michel Duprez




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Michel Duprez
commenter cet article
17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 06:29
blog.interflora.fr - fleurs d'été

 

 
Qu’est ce que le respect ?
Un sourire négligé mais calculé.
Une parole innocente mais mesurée.
Un geste simple mais bien soigné,
des petits écarts sans excès.
On peut rigoler en sachant s’arrêter,
Plaisanter sans se moquer.
On peut se permettre sans trop oser,
 ou… « oser » sans exagérer.
Le respect c’est aimer sans s’approprier,
se méfier sans détester.
Mettre des limites sans offenser,
des barrières pour ne pas être blessé.
Le respect c’est de la gentillesse déguisée,
de la méchanceté maquillée.
Malveillance et amabilité.
 
©Djida Cherfi
(Ceci n’est pas un poème, c’est juste la vérité)




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Djida Cherfi
commenter cet article
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 06:33
©Christine Mourgues - Création
 
 
 
 
 
 
En ce point sensible
De votre corps en appel,
D’un simple délié
Je pose mon doigt,
Et vous dessine toute la beauté
D’une femme au ventre
Offert et généreux,
Enceinte des musiques du vent,
Et des couleurs d’arc en ciel.
En ce point capiteux
De votre corps en désir
Je pose mon doigt,
Il entonne alors
Son plus beau
Chant d’amour.
 
©Michel Bénard.  




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 06:48
 
 
 
 
L'oiseau en ce jour renflamme l'espérance
Pour adoucir le temps des partances
L'oiseau bleu demain fera une pause

Sur les fruitages des saisons belles et chaudes
 
C'est la promesse sacrée
 
Geste à la hanche charnelle du temps
Mes yeux comme grands puits s'y posent
 
Entracte
 
Âme, ma sœur Âme

Que s'achève l'exil

Un grand cri contenu m'étouffe

Je pense dans le désert

Seule mon âme entend
 
Silence

Solitude
 
Oui si seule, debout dans la difficile inquiétude
Soumise aux racines de mon essence
 
Entracte
 
Ah ! Qu'arrivent les tendres verts de mai

Les odeurs des lilas et des muguets

Que mes esprits se rapaillent enfin

Comme mes forêts d'épinettes et de sapins
 
Que je quitte retrouver mon île
Mon Isle aux Fées et ses grands pins
Et mon grand dôme étoilé
Et la nuit qui chavire dans sa lune
Au liséré de satin d'ors et de blancs
 
Mon île aux nuits douces et blanches
Terre des mystères enfouis
Terre de mes secrets blottis
Sous la dormance du temps
 
Je suis la rivière qui chante
Et le petit lac tranquille
 
Entracte
 
Et j'arrime mes amours en mes lieux
Dans la douceur blanche de juin
À la chaleur du feu de camp
Et du feu de mes passions
 
Je me sens bien avec toi
Tu m'as redonné l'étoile et l'espérance
C'est pour cela que je t'aime,
Amour
 
Ode©


7 avril de l'An Deux
 
 
 
 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor
commenter cet article
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 06:36
Les quatre saisons – Alphonse Mucha

 

 

 

 
 
 
Au printemps, je me suis réveillé
Rêvant d’amour et de ses beautés
Corps débordant de sève
Comment ne pas désirer Eve ?
 
Toutes les femmes portent ce nom
Qui signifie tout, dans le fond…
L’amour, la sensualité, la folie à obtenir
Pour les plus beaux ravages du plaisir…
 
Lorsque sont venues les chaleurs
Des brûlants étés à toute heure
Nous avons tout consommé
Autant la pudeur que la chasteté…
 
Sous le soleil des amours
Nous avons brûlé nos esprits
Sacrifiant peut-être pour toujours
Les dieux et leurs fameux Paradis…
 
Corps dévorés de plaisirs
L’un dans l’autre assoupis
N’ayant plus la notion d’avenir
L’été engourdi est devenu automne…
 
Mais tu restais toujours la plus belle
En dépit des rides en forme de ruelles
Je perdais un peu trop vite ma folle toison
Et tu étais plus triste que de raison…
 
Trop fragiles et trop courbés
Nous nous sommes encore aimés
Réalisant qu’arrivait déjà l’hiver
Et que jamais plus nous ne serions verts…
 
Dans nos yeux se dessinait la nostalgie
De la jeunesse superbe de plénitude
Mais nous suivons encore avec notre reste d’énergie
Les chemins de notre amour baignés de gratitude…
 
©Jean Dornac
Lyon, le 8 août 2017




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Jean Dornac
commenter cet article
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 06:33
Fleur des champs – Louis Janmot –Musée des Beaux Arts de Lyon / Photo J.Dornac©
 
 
 
 
 
J’aime l’oiseau parce qu’il sait ton nom.
           J’aime le ciel parce qu’il est dans tes yeux.      Pierre Perret
 
J’AIME sentir le vent passer dans tes cheveux.
 
L’OISEAU roucoule en paix près de sa tourterelle,
PARCE QU’il l’aime fort en clamant ses aveux.
IL chante son amour, car son instinct fidèle
SAIT qu’à chaque moment, ils partagent leurs vœux.

TON prénom est divin, toi que mon esprit veut :

NOM combien beau pour moi, car tu es la plus belle !
 
J’AIME sentir le vent passer dans tes cheveux.
 
LE souffle passe et fond dans l’azur qu’il modèle,

CIEL toujours dégagé, sans ombre ou désaveu.

PARCE QU’il est léger, je sais qu’il m’interpelle,
IL décoiffe ta nuque, et ma main trop charnelle,
EST dans tes longs cheveux pour nous rendre nerveux…

DANS ton âme, je lis, des mots bien trop verveux.

TES regards sont troublants dans mon cœur qui chancelle :

YEUX tendres et profonds quand ton amour m’appelle !
 
©Robert Bonnefoy




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 06:52
www.cnews.fr/content/upload/redactor/images/54b4212102e742051_haiti3_650x370.jpg

 

 

 

Le matin et le soir
Vivaient au même endroit
La nourriture était à l’ordre du jour
En compagnie de deux sacs de riz
Et d’une mitrailleuse à ma face
Qui me pressurait.
 
Ce jour-là
Je t’ai aimée à la limite
Du possible
Avec le soleil sous les bras
Et ce mal du pays dans le cœur
D’un soir dénaturé.
 
Des mots sanglants de pleurs
Moitié cauchemar
Moitié folie
Mais qui es-tu pour que
Je ne t’embrasse pas
Dans ce vide solitaire ?
 
Je te donne mon amour
Et ma vie en sac de voyage.
 
Ce jour-là
J’ai regardé le temps
Fuir avec une vie frivole
Par-dessus bord.
J’ai apporté des débris
Dans l’antre de mon monde
Ma ville est dans mon rêve
Et dans les habits poussiéreux
Que portent des enfants
Plantés comme des cactus
Autour de Port au Prince
Avec l’angoisse d’une misère cambriolée
A l’espace de mes ennuis.
 
Ce jour-là
Le matin avait la main libre
Et la vie était vide.
 
© Yves Romel Toussaint
Poète - Hinche HaitiPoème

Poème extrait du recueil « Tremblements de cœur » écrit à deux plumes par Denise Bernhardt et Yves Romel Toussaint. Éditeur : Le Vert-Galant. Ce recueil est né à la suite du tremblement de terre du 12 janvier 2010.




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche