Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 07:07

 

oeuvres-contemporaines-0118.jpg

© Michel Bénard



Le calligraphe.

Par le calame, la plume ou le pinceau,
Il défie l’invisible,
Il transcrit le poème de l’espace
Ne se faisant lisible
Qu’aux regards des anges.
Par d’informelles arabesques
Il joue avec le noir d’encre
Qui diffuse sa lumière,
Qui devient parole du sang,
Et frisonne au fil de l’âme.
Par la maitrise d’un simple trait
Il enlumine le monde,
Il compose de quatre lettres
Une symphonie cosmique,
Allumant une à une les étoiles
Dans l’inconnu de l’obscurité céleste.
Par le calame, la plume ou le pinceau,
Il nomme de sa pointe l’innomé,
Le temps d’une verticale
Il dialogue avec « dieu ».
Le temps d’une horizontale il devient
Homme parmi les hommes,
Afin de mieux pacifier le cœur.
Par la voix de la lettre
La couleur transporte ses parfums,
Mais pourtant, ce signe est si fragile,
C’est le Verbe qui s’efface dans le sable.

© Michel Bénard.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 06:50

 

Fleuve_21-juin-2010.jpg

© Le Saint Laurent - Photo Ode





 Au rendez-vous de mon enfance

À l'ombre du saule pleureur

Mon Fleuve Saint-Laurent m'est une main de chair

Tel une île, tu es là entre ses rives

Et court, court l'absence

Et marche, marche l'attente

Et flotte, flotte le silence

Vers les marées des ailleurs



Le temps et l'eau, suspendus à l'innocence

Chantent l'invisible sans se poser

Sur les quenouilles qui baignent

Heureuses, sans se douter de la caresse

De la joie et des peines

Des jours qui passent

Poussières des moissons de la vie



Une vie sans rimes

Pour dire les mots oubliés

Les mots d'amour, de haine

Que le vent du Fleuve a emportés

Les fleurs des champs, celles fanées

Résidus des vieilles histoires

De tristes amours condamnées
Il se fait tard à la mémoire du départ



© Ode



Extrait du recueil « Le Fleuve donne naissance aux Enfants des Etoiles » aux éditions Les Poètes Français – Paris



Prix Alain Lefeuvre 2010



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 07:33

 

sunpil10

http://www.lpde.fr/que-sont-ces-colonnes-de-lumieres-t3710.html

 

 

Au cours d’une nuit agitée
J’ai rêvé à l’assemblée des âmes
Je les découvrais désunies
Sans force ni conviction
Uniquement préoccupées
Par l’insignifiant pouvoir
Des fortunes amassées

La lumière qu’elles propageaient
N’était que vacillante
D’un monde ensoleillé
Elles n’avaient que faire
Vint une nuit épaisse
Glauque et angoissante
D’une vie sans aucun sens

Ensuite, j’eus la vision
De ce que pourrait être
L’union des âmes
L’Amour enfin reconnu
Et la disparition
De l’horrible violence
Sur toute l’étendue de la terre

J’ai vu, peu à peu
Des milliards de lumignons
S’assembler sous la lune
Et soudain, s’est formée
L’unique colonne de lumière
Eclairant le soleil lui-même
Remplissant le vide stellaire

Un monde différent
Se dessinait et prenait forme
Les âmes comprenaient
Qu’unies et aimantes
Chaque vie, même les plus sauvages
Prenaient d’autres couleurs
Faisant disparaître toutes les ténèbres

Ce n’était qu’un beau songe
Un instant d’illusion
Qui, peut-être, un jour
Sera notre réalité…

© Jean Dornac
Paris, le 24 janvier 2011



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 08:01

 

17-RUBENS-CAIN-SLAYING-ABEL.jpg

© Caïn & Abel – RUBENS



En ces jours qui s’échappent
et meurent à la flamme des lampes
je me sens peu à peu devenir
la première fois de ce monde
où tout semblait possible
mais la parole retentit
brisant le reflet
d’une matière trouble…

L’harmonie blessée
a perdu ses couleurs
et les hommes ont saisi
les mains de la violence…

L’illusion devient vérité
le mensonge trône
à la place du cœur…

L’univers n’est plus
qu'un peu de sable noir !...

© Victor Varjac
Antibes, le 6 novembre 1999

Extrait du recueil « l’Homme Imaginaire » aux éditions MELIS



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 07:08

 

enfant-noir-CRS.jpg

http://www.blogdemagog.com



Le ciel est clair
J’ai jeté tous mes livres
Colette, Giono, Gide, Kessel, Yourcenar
Hervé Bazin, Vipère au Poing
Marcel Pagnol, La Trilogie
Tant d’autres

Il fait beau
J’ai perdu le seul
Où je lisais à livre ouvert

Ces moments de plaisir
D’oubli délicieux, de voyages
Au cœur de la vie d’un autre
Ces heures de partage
Au fil des jours

Le ciel est clair
Il ne reviendra plus
La mer étale ses feuillets d’argent
Dans l’infini des mondes

Aujourd’hui on manifeste dans la Capitale
Et dans tout le pays
Ils ont fourbi leurs casques
Leurs boucliers de plexiglas
Enfants ne traînez pas dans les rues
« Il faut tenter de vivre »

© Denise Bernhardt

Extrait du recueil « L’amour du Monde », Poèmes à deux plumes, éditions « Le Vert Galant »



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 06:32

 

assiette-anglaise.jpg

 http://a-la-louche.typepad.fr/a_la_louche/2007/09/assiette-anglai.html



Les nouveaux morts sont peut-être riches,
Ils ne font jamais de vieux os.
Ils traversent la vie à si grande vitesse
Que leur mémoire se fend bien avant l’impact,
Quand le regard faussement vif
Qu’ils laissaient traîner sur les choses
Se retourne contre eux et les aveugle,
Tout avides qu’ils furent
De sacrés boniments.
Les nouveaux morts qui avaient tout
Sans jamais profiter de rien
Parfois nous quittent
Au volant d’une assiette anglaise,
Étouffés
Par un noyau, une arête ou que sais-je,
Alors qu’ils voulaient simplement calmer leur faim.

© Michel Duprez



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 06:49

 

2716576473_ce6b018455.jpg

http://www.flickr.com/photos/laverite/page2



Il y a
des regards
très regardants
qui regardent beaucoup,
perçants.
Certains vous ôtent le visage
restent les stigmates.
D'autres - très puissants -
peuvent vous extirper
un bout de l'âme :
il faudra plusieurs jours pour vous reconstituer.

© Djalila Dechache



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 07:01

 

Ange élégant© Marc Dalle




En angle de stalle désertée,
Sous des soies de toile d’araignée
Tissée de déchirures en fils lumineux,
Tout n’est que longues complaintes,
Infinies et sacramentelles psalmodies
Sur le bois d’un calvaire patiné.
Dans de vagues rumeurs amplifiées
Aux murs des fresques décrépies,
Un écho de mémoire nous revient.
Pérégrinons jusqu’aux portes célestes,
Pour y voir les anges
Lisser leurs plumes
Et calligraphier en lettres d’argent
Sur la grande icône à la sphère brisée,
Les signes de création des galaxies disparues.

© Michel Bénard.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 07:14

 

plume.jpg

 

Dans mon jardin secret
Je t'ai vu mille fois
À la peine des jours
Ton front penché, soucieux
Je n'ai pu voir tes yeux
J'ai vu aussi le chrysanthème
Au chagrin du vent qui court
Aux nostalgiques champs des regrets

Je t'ai vu aussi tenant ton calame
Parlant des saisons qui s'entassent
Inventant de fluides présences
Et des promesses qui ne seront jamais tenues
Je t'ai vu assis sur le mont du Fleuve
Géant et seul
Sur les rives de l'Euphrate
Le silence s'est mis à te parler

Tes yeux, amour
Sont-ils des diamants ?
Et ton regard, amour
Est-il l'étoile qui attend la nuit ?
Ton sourire met-il de la lumière
Sur tes lèvres asséchées ?
De ton jardin secret
Entends-tu ma déchirure crier ton nom ?

© Ode

Extrait du recueil « Le Fleuve donne naissance aux Enfants des Etoiles » aux éditions Les Poètes Français – Paris

Prix Alain Lefeuvre 2010

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 07:04

 

hiroshima.jpeg

Hiroshima - http://www.moscowtopnews.com/?area=postView&id=1401



Une année se meurt, ce soir
Comme le lion, elle rugit encore
Une autre est prête à prendre le pouvoir
Et s’imposer sans vergogne
Bonne ou mauvaise
La décision ne lui appartient pas

Quelle trace laissera la moribonde ?
Quelles brûlures nous réserve la suivante ?
Tant que les hommes délireront
Et, d’égo, se massacreront
Les années peuvent mourir
Rien n’est à retenir

Ni les fanfaronnades des dirigeants
Ni la gloriole des puissants
Ni les illusions ténébreuses
De la force et de la violence
Ni les dieux que nous invoquons

Rien n’est semblable à une année brutale
Qu’une nouvelle année dédiée à Mars
Toujours rien qu’un filet de bonheur
Vite englouti dans les coulées de larmes
Au goût d’amertume et de mort

Rien de neuf sur la planète, tant que l’homme
Rejettera l’Unique et sublime Amour !
Rien de neuf tant que démocratie
Rimera avec prison, propagande
Ou élus de l’argent !

Rien de neuf tant que le mensonge
Régnera en maître dans le cercle opaque
Des fous du pouvoir !
Rien de neuf, tant que des enfants
Seront esclaves de la production !

Rien de neuf tant que des hommes
Violeront des femmes, corps et âme !
Rien de neuf tant que les peuples
Se laisseront conduire par la peur
L’appât des biens, l’échine toujours courbée !

Si l’homme ne change pas
Nous ne connaîtrons
Que des particules de bonheur
Et des illusions de grandeur

Et tourne la roue des folies…

© Jean Dornac
Paris, le 31 décembre 2009



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche