Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 08:01
Pour toi… – Claire Prendkis
 
 
 
Pour toi qui passes devant cette plaque sombre, collégien râleur,
balançant ton sac, léger, en route vers le café du coin
n'oublie pas et ce c'est pas si loin
qu'un jeune comme toi courait, portant ses livres, rieurs
 
Un jour, ils sont venus, bruits de bottes et chiens
il n'a pas compris, il n'a pas crié, il ne le pouvait,
ils l'ont pris, ils l'ont fait avancer, son livre est tombé
Ils l'ont emmené, là-bas, fracassant tous ses liens.
 
Ils l'ont traîné là-bas loin, dans un camp enneigé et sombre
que sur la carte, il n'aurait su même pas trouver
que le prof de géo n'osait même nommer
un pays froid, un pays d'hiver où il devient une ombre.
 
Il attendit à Drancy dans la stupeur puis les cris
les chiens hurlaient, sa maman priait son dieu
son père ne criait plus, il avait compris, le vieux
l'accueil en France, c'était bien fini.
 
Quand tu passes léger, rieur et sifflotant
n'oublie pas qu'il n'y a pas si longtemps
un garçon comme toi un certain Jonathan
a quitté pour toujours ce trottoir en pleurant
 
© Claire Prendkis



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 07:29
Sous ce froid pour décor – Mouloudi Mustapha
Sous ce froid pour décor – Mouloudi Mustapha
 
Que peut-on attendre de celui qui met l'avenir derrière lui et le passé devant lui ? Encore et encore …
 
 
 
                                                                       (dédié à mes grands frères et amis
                                                              Athanase Vantchev de Thracy et Jean Dornac)
 
 
Sous ce froid pour décor
           Le jour se décolore           
Encore, encore et encore
Il y aura d’autres encore.
 
A chaque seau son sceau
La lumière n’a qu’un prix
A chaque vache son veau
Pharaon n’a rien pris.
 
Plus rien dans la tête
On roule bien les ans
Il maîtrise la tempête
Que souffle le vent.
 
Plus rien dans le cœur
On aligne bien les mots
Demain fait déjà peur
Le ciel garde son eau.
 
La caisse est vide
Vite, il faut la remplir
Eviter, absents et rides
Le reste peut souffrir.
 
Gommer s’il le faut
Pourquoi s’attarder
Le jus est à base d’eau
Sur le khôl bavarder.
 
Cerner, plier, introduire
A chaque note un temps
Reviendra qui peut revenir
En hiver ou au printemps.
 
© Mouloudi Mustapha
Alger le 17/04/2014 
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 07:58
Arc en ciel – Thierry Deschamps
Arc en ciel – Thierry Deschamps
Infographie © Thierry Deschamps
 
 
 
Il y a le bleu dans mon arc-en-ciel,
Le bleu des gyrophares qui s'avancent dans la nuit,
Qu'ils arrivent tôt ou tard, ils annoncent des ennuis.
Il y aussi le rouge, qui a l'odeur du sang,
Des bastons déchaînées, des voitures de pompiers,
C'est celui des comptoirs où finissent les espoirs,
C 'est le soleil couchant, les flammes de l'enfer,
Le téléphone maudit qui annonce la guerre,
Cette lave qui s'échappe, c'est le sang de la terre.
 
Il y a le jaune dans mon arc-en-ciel,
Le jaune des cocus et des briseurs de grèves,
On risque la cirrhose quand on perd tous ses rêves.
Il y a aussi le noir qui sent un peu la mort,
La venue des vautours ou bien des C.R.S.,
C 'est monseigneur Lefêvre qui vient dire la messe,
Déguisé en corbeau il nous jette des sorts,
Les restes calcinés des forêts en été
L'horizon de la vie caché par la fumée.
 
Il y a l'orange dans mon arc-en-ciel,
L'orange des incendies qui réchauffent l'ennui
uand les mômes s'emmerdent, ils allument chez Leclerc.
Il y a aussi la blanche déesse de la misère,
Allez hop ! A cheval, allez hop ! On décolle
Gaffe à l'atterrissage quand on retrouve le sol,
Si on chope le Sida, on l'aura dans le prose
Mais vive la roulette russe et vogue la galère,
Avec un peu de chance, on fait une overdose.
 
Il y a le vert dans mon arc-en-ciel,
C 'est la couleur du pus, la couleur de l'armée
C 'est le vert de la peur qui nous pousse à filer.
Il y a aussi le gris qui ressemble à la vie,
Le teint gris des pékins du métro le matin
La couleur de la ville est celle du chagrin
La grisaille du ciel, nous cache le soleil
Les murs des prisons, comme la gueule des cons,
Restent dans le brouillard comme une pute sans son fard.
 
~~*~~
 
© Thierry Deschamps
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 07:53
Errance – Denise Bernhardt
Errance – Denise Bernhardt

http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9ographie_des_%C3%89tats-Unis

 
 
 
Viens, le jour décroît
Sur la forêt,
Et l’ombre monte des fougères lancéolées.
Au-dessus des taillis
Les troncs grainés de lierre,
S’élèvent comme des cierges de jade
Dans l’or des temples.
Viens, célébrons les noces automnales…
Épouse mes langueurs,
Et les mains glissées dans mes cheveux,
Prends un dernier baiser,
Pendant que le temps
Au monde nous dérobe,
Pour nous laisser l’un à l’autre
Abandonnés.

© Denise Bernhardt


Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « La mangrove du désir », aux éditions Le chasseur abstrait.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
 
Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 07:20
LUTTE FERTILE – Luce Péclard
LUTTE FERTILE – Luce Péclard

http://www.blog-tijardin.com/post/2010/03/10/Le-Sud-retrouve-le-soleil,-la-neige-fond

 

 

Aujourd’hui, l’on a sous les yeux
Un paysage rapiécé,
Ocellé comme un léopard.
L’herbe et la neige, en taches rondes,
Se disputent le champ vital.
Le tableau change d’heure en heure
Sous la pluie à l’onction tenace.

L’affrontement s’intensifie,
Combat rampant, sans rémission,
Le blanc devant se transformer,
Et le vert gagner du terrain
Pour fleurir au printemps prochain.

Malgré l’âpreté de la lutte,
Forcés de rester solidaires,
L’un fertilise et régénère,
L’autre doit accepter le don.  

© Luce Péclard


Extrait du nouveau recueil de Luce Péclard, « Pars si tu peux » aux éditions du Madrier



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 08:23
Sans royaume – Carmen
 
 
Il avait belle prestance
Et joli minois
Malgré son air patibulaire
 
Sans être de sang bleu

Il était pourtant, bel et bien, un véridique potentat
 
Son désir de puissance

Et d'arbitraire

Promettant gloire, fortune, et leurs noms inscrits au Panthéon
Attira vers sa personne

Une multitude de jeunes hommes

Dont il se proclama leur Roi

Incontesté
Et incontestable !
 
D'ailleurs, peu lui importait l'opinion de ces mignons
Ni qu'ils soient bons

Ou grognons
 
Seul, comptait pour lui

Une grande souplesse lors des révérences
Langue agile à flatter sa vanité

De mille et mille louanges
Et, à ses pieds

Qu'ils proclament leur allégeance

Tout en lui tressant des couronnes de lauriers
 
N'acceptant en parfait et véritable tyran
Ni critique, ni blâme
Paradoxalement

Il recherchait parmi eux son alter ego
Allant parfois, jusqu'à s'amouracher
Et s'acoquiner, au plus aguichant
Mais certes, pas le plus brillant
 
De par un tel régime, sa cour déclina
Périclita

Sombra...
Ne resta bientôt de celle-ci

Et de ses ambitions

Que sa voix criant dans le désert :
A l'infamie !
J'ai été trahi !
 
© Carmen 2013 – (Tout droits réservés)
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 07:45
Tenir sa main – Victor Varjac

http://www.sculpture-minguet.com/mains-tendresses/

 

 

Tenir sa main…

sa main suspendue

encore un instant…

un instant

au-dessus du vide…

Mesurer l’espace

qui prépare l’infini

où tout est possible…

Mesurer l’espace

avant que le réel

ne décide le concret

et confine le cœur

dans l’étroite matière…

Quitter ce « probable »

pour enfin « devenir »

tandis que la main

immobile et sereine

symbolise toujours

cet inachevé

au départ imminent…

Incarner

la jeunesse de l’espoir

loin des habitudes…

quitter l’imaginaire

pour surprendre

l’architecture du corps

où tout commencement

s’achève…

Vivre !...

vivre serait-ce conquérir

sur cette piste incertaine

l’indépendance de l’étoile

et atteindre l’immortalité

de ce qui n’est plus ?...

 

© Victor Varjac

Antibes, solstice d’été 2009


Extrait du nouveau recueil de Victor Varjac « Les Fiançailles de l’Aube » aux Editions Chemins de Plume

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 08:12
Au Jardin de Circé – Béatrice Pailler
Au Jardin de Circé – Béatrice Pailler

http://pvtistes.net/japon/les-jardins-fantastiques-de-kitakyushu/

 

 

 

Dans la moiteur irisée des mangroves et des marais

Fleurissent aux pieds des fougères arborées

D’étranges inflorescences bigarrées

Aux mauves bleuis

Verts jaunes tiédis

Bleus meurtris

Et partout la souveraine sentence

Des rouges monstrueux lourds de sens.

Flotte dans l’air de fortes essences

Douloureux pièges charnels

De senteurs sexuées mâles femelles

De sang de sève doucereux et mortels.

Gonflées de parfums infamants

Corolles déployées sur les pistils luisants

Etamines suintantes sous les pétales chatoyants

A profusion dans la pénombre

La chaude intimité des ombres

Elles éclosent vénéneuses et sombres.

Reines au jardin de la déraison

Dans les odeurs sucrées de leurs poisons

Elles se pâment sous les lunaisons

Altières ondulant avec mollesse

Voici que dans la lumière moribonde se dressent

     Ces perfides et inquiétantes Déesses.

 

© Béatrice Pailler

05-06/06/2013



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 07:47
CETTE AUTRE VIE –Michel Duprez
CETTE AUTRE VIE –Michel Duprez
 
L'homme qui est en moi souffre d'un mal étrange.
Mal dans sa peau, où il a peur d'être à l'étroit,
il voyage de nuit sur les ailes d'un ange.
Quand il s'endort ici, il se réveille ailleurs
pour vivre, l'âme à vif, le front tout en sueur,
enivré par le fol récit de ses exploits,
cette autre vie auprès d'un corps devenu fleur
avant d'avoir le temps de compter jusqu'à trois.
 
© Michel Duprez



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 07:06
Face à la mer - Jean Frantz PHILIPPE
Face à la mer - Jean Frantz PHILIPPE

http://www.gentside.com/photographie_pic123784.html

 

 

Face à la mer

Mes pensées devancent mes pas

Ma vue

Mon train de survie

Dans les douces vagues bleues

De mon île bafouée

Dansant son rythme syncopé chronique

 

Face à la mer

Dos à ma ville

Je réinvente mon espace

Transcender ces merdes existentielles

Qui rabougrissent

Et tuent

 

Face à la mer

Dos à ma ville

Je brise les chaînes de mon esprit

Méprise les pilleurs de ma terre

Voguer à la surface de l’eau

Partir dans le souffle du vent

 

Face à la mer

Dos à ma ville

Mes joies planent au-dessus de tout

Mes privations

Ma vie

Ces odeurs puantes qui m’entourent

 

Grâce à la mer et à son odeur

J’échappe à mon mal-être

 

© Jean Frantz PHILIPPE

Tiré de « Errances et Espérances », inédit.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche