Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 06:36

 

1849-caricature.jpg

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bonnet_d'Âne



Depuis toujours, je cherche la Clef
Qui expliquerait nos jours et nos attentes…

Quel est le sens du travail
Tel que me l’ont enseigné
Parents, maîtres et curés
Au temps où j’étais écolier ?

Au fil des ans, avec toujours plus d’acuité
Je voyais poindre l’absurdité
Quant aux valeurs apprises
Aux importances admises
À surtout ne jamais contredire

Donner ses heures à un patron
Prit la couleur de la démence
Car je l’enrichissais, là où lui
Ne me faisait que l’aumône
Juste de quoi ne pas déguerpir…

J’ai usé ma santé, gaspillé ma vie
Pour les avantages d’un nanti
Qui n’avait pour moi que mépris
Travailler pour le capital
N’est pas mon essence

On ne peut que se taire
Obéir à une pléiade de petits chefs
Trop souvent méprisants
Ne connaissant rien de l’homme
Ne le prisant pas plus qu’une machine

Vivre, c’est créer à chaque souffle
Et jamais tolérer d’être exploité
C’est donner le meilleur qui nous est inspiré
Sans penser à s’enrichir
Les biens de l’âme étant supérieurs
À cette poussière qu’est l’argent amassé

Vivre, c’est écrire, peindre
Composer de la musique, sculpter
Inventer et aimer avec ce qui nous est donné
Ou passer du temps à plonger dans la nature
Regarder exploser la vie, humer les parfums
S’abîmer dans les formes et les couleurs

Vivre, c’est prendre le temps d’adorer la création
De sentir combien nous sommes petits
Combien nous sommes chanceux
D’avoir des yeux et des oreilles
Pour entendre les bruissements du vivant

Vivre ce n’est pas suer sang et eau
Pour remplir des comptes d’égoïstes
Qui ne sont jamais que des morts-vivants
Qui se prennent pour des dieux
Là où ils ne sont que vermine

Vivre, c’est se laisser éblouir
À tout instant par les merveilles
Toujours gratuites, du génie inventeur
Qui agit dans tout l’Univers…

Vivre, c’est écouter nos voix intérieures
Qui disent la beauté et l’Amour
Et la valeur de nos jours…

© Jean Dornac
le 28 mai 2010



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 06:44

 

rose-sol.jpg

http://aquablue03.skyrock.com



Je déposerai sur ta tombe un poème et une rose
Je signerai les rimes en paraphe bucolique
Sur les pétales duvetés j’écrirai en prose
Dans un suintement de pensées actiniques
Je choisirai la rose parmi les fleurs numides
Cueillie dans les verdures des paysages sans bornes
En chauffant de mon cœur les bosquets humides
Pour que la rose éclate entre l’obier et les viornes
Le reflet de mes yeux sur ta tombe toute blanche
Transporte goulûment ton parfum apaisé
Dans l’anonymat d’une généreuse branche
Je lirai de mes mains la rose et la rosée
Je te caresserai, mère, de neuves mélodies
Les chants de mon pays achwiq et le hawzi
Je serai tout de feu tel l’oiseau du paradis
Je chanterai incessant en souffle d’aphasie
Sur ta tombe nulle couronne nul encens
Seuls les oiseaux joueraient sur les arbres
Je te dirai en vers mes souvenirs d’enfance
Je déposerai mon poème et la rose sur le marbre
J’ajouterai une larme dans un coin quelque part
J’iriserai de couleurs les rimes de ma prose
Sur la toile de mes rêves j’imaginerai le soir
Sur ta tombe posés mon poème et la rose

© Abderrahmane Zakad



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 07:01

 

Sans-titre-copie-2.jpg

http://www.teva.fr/photos

 


        Amour
Toujours
           Je t’aime
Tu m’aimes
          Serment
Amant
         Amante
Aimante
            Embrasse
Embrase
         Passion
Passons
         Etreinte
Ereinte
       Baiser
Biaiser
          Serment
Mentir
       Trahir
Haïr
           Absence
Silence
        Larme
Désarme
         Amour
Mourir
           Je t’aime
plus

© Annie Mullenbach-Nigay



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 06:28

 

desert03.jpg

http://blog.seya-art.com/wp-content/uploads/2010/01/Transhumance_Quest/Interactive/arrivee_desert.html



Hier, revenu de loin
Aujourd’hui, à bord
Tu brûles, épis et foin
Dis-le moi si j’ai tort.

Hier, courant, le plus
Pour arriver à l’heure
Après le train, le bus
Du gérant tu avais peur.

Hier, comme lui, moi
L’épicier se souvient
A chacun son petit soi
En toi il y avait du bien.

Hier, comme lui, moi
La file pour un billet
Avant la fin du mois
Le jus se faisait prier.

Hier, usé par le froid
Le vent faisait le reste
Frêle, à côté de toi,
Tu n’avais qu’une veste.

Hier, tout était ailleurs
Nous aimions la bonté
Aujourd’hui, couleurs,
Des sbires sans compter.

Hier, tu étais poids coq
Un sandwich te suffisait
L’éclat remplace la cloque
Que de foyer tu as brisé.

Entre hier et aujourd’hui
Nos chemins se séparent
J’ose, j’écris, je décris
A chacun son code barre.

Que dieu rende la raison
A toi qui l’a perdu
Il y a bien quatre saisons
Que faire contre l’imprévu ?

© Mouloudi Mustapha
Alger le 21/05/2012



Que dieu me préserve des excès, de la modestie je m’en charge. C’est quoi une vie si ce n’est pas une page sur laquelle, malgré nous, nous comptabilisons nos faits et nos dires. Seulement elle n’est pas éternelle et à un moment ou à un autre elle sera pleine et là, juste là, en une fraction de seconde l’âme rejoint son créateur et là, juste là, il va falloir solder les comptes…
Quand le droit piétine le devoir, on peut parler de tout sauf de liberté, de démocratie et de religion.
Même si nous reconnaissons que l’érosion peut avoir raison, des collines, des montagnes et même des blocs de fer, elle est impuissante pour venir à bout de l’espoir lorsque son porteur cultive la foi. L’humain qu’il soit ce qu’il soit pour peu qu’il oubli sa raison d’être peut tout détruire, tout arrêter, tout transférer, tout confisquer…Mais que peut-il contre le temps ?
Ai-je tort ? (dédié à mon ami Khodja Mustapha de Draria Alger) (Mouloudi Mustapha)

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 06:33

 

image002-copie-4.jpg

" Courtisans " BERNARD CHARDON



Comme des paons pavanant, ils aiment se montrer,
Organisent soirées et autres mondanités,
Usent aussi bien du charme que des plus gros mensonges,
Rusent pour satisfaire l'appétit qui les ronge…
Tutoyer la " jet-set ", ignorer le " commun ",
Inviter à sa table " quelque " politicien…
Sans honte ni fausse pudeur, lécher les " beaux derrières "
À quoi bon la fierté, si elle gêne les affaires !
Naviguer dans la haute est bien plus important,
Si l'on veut s'élever et paraître puissant…

~~*~~

© Thierry Deschamps

Son site : www.le-spleen-de-zarathoustra.fr/index.htm




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 06:39

 image002-copie-3.jpg



Tu me demandes les mots
De mon cœur désolé
Quand la tristesse se brise
Sur les grèves
De ton île rebelle.
Des mots de cristal
Quand ils dorment enfouis
Dans les champs de l’espace.
Donne-moi l’étreinte de tes mains
Les saveurs bleutées de ton corps,
Pour pouvoir franchir
Le ciel plombé de l’absence,
Pour que nos couleurs se fondent
Dans les soies irisées de l’aurore,
Et que nos âmes redessinent
La courbe inégale du temps,
Les marées opposées de nos jours
Pour une césure d’amour
Un diamant dérobé
Aux laves incandescentes du destin

© Denise Bernhardt



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 06:35

 

glaneuses.jpg

© Les glaneuses - Jean-François Millet



Chacun de nos plus petits francs
Vaut mieux que tous leurs milliards creux !
Il pèse lourd dans notre main,
Echangé contre pain et vin.
Nous vivons la proximité
Et, comme Candide assagi,
Nous cultivons notre jardin
Qui nous le redonne au centuple.
Jamais ne nous viendrait en tête
D’aller piller, aux antipodes,
Les petits sous d’un frère humain !
Il tire aussi sa subsistance
De son sol et de son labeur.
Il sait troquer et marchander
Pour que chacun trouve son compte.
Ni lui, ni nous, assurément,
Ne réclamons meilleur octroi
Que celui d’œuvrer sans effroi.

© Luce Péclard
9 mai 2010



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 06:38

 

smoke.jpg

http://www.numerama.com/magazine/14578-apple-fumer-tue-votre-garantie-informatique.html



Blonde ou brune, grésillante,
fumante et enfumante
tu nous tiens par ton poison
Et mets à mal notre raison.

Ceux qui la défendent voient des terroristes partout
Ceux qui la haïssent

Ceux qui s’en défendent voient des terroristes partout
Ceux qui en jouissent

Ah Sainte Nicotine

Que d’aucuns adorent, que d’aucuns abhorent

Dans tes instables volutes bleues
Les longs lamentos de Co2
S’élèvent en serpentine

© Claire Prendkis



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 07:26

 

140984.jpg

© Les vieilles – Goya



Fripées jusqu'à la trame
comme d'anciennes momies
si près de la mort
elles affichent une mine
étrange et grotesque
malgré l'artifice
d'un maquillage de scène…
Le parchemin craquelé
de leurs vieilles carcasses
tente une nouvelle saison…
Leurs bouches déformées
par un rouge « fluo »
ressemblent à une rose
mordillée par le gel…
Leurs pommettes affaissées
cachent une angoisse triste
sous une poudre d'aube…
Beauté qui embrase
les folles chimères
elles capturent le regard
d'un sourire effrayant
qui déglutit les mots
entre un palais de résine
et un bridge malsain…
Malgré le temps moqueur
qui déforme leurs silhouettes
elles bravent l'avenir
de leurs masques étonnants…
L’or… le diamant… le rubis
ne pourront jamais prétendre
au statut de magicien
face à la décrépitude…
Spectacle avilissant
que ces marionnettes bourgeoises
dont les jours inutiles
se dérobent sous leurs pas…
Aucune tricherie
aucun subterfuge
n'assouvira l'appétit
de ce mal individuel
collectif et solitaire
qu'on appelle : vieillesse…
Pourtant les rides au front
les cheveux qui blanchissent
sont souvent les majuscules
où s'enroulent doucement
la noblesse de l'âge…
Mais chez les vieilles rentières
et les amants serviles
la fourrure arrachée
à la vie innocente
d’animaux majestueux
n’est qu'une cruauté
qu’engendre la richesse…
Je perçois les hurlements
de cette sauvagerie
que le commerce encourage
et le profit légalise…
Heureusement la mort
les mites et les vers
dévoreront bientôt
ces cauchemars humains
où se lovent les serpents
et pousseront ces oripeaux
d'égoïsme et d'horreur
sur le pal affamé
amoureux du néant !

© Victor Varjac
Antibes, le 19 janvier 2003



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 07:11

 

amitie.jpg

http://lewebpedagogique.com/vanina1/tag/lamitie
 

 

A l'aurore, au réveil
Le soleil éblouit,
Chasse les brumes du ciel,
Après la nuit qui fuit !
Amie, tu m'émerveilles !

Au plus profond de moi,
Il descend et s'engouffre.
Je ne vois plus que toi,
Et même si j'en souffre,
Je reste près de toi.

L'extase du midi.
L'eau fraîche qui coule en moi,
Entraînant mes ennuis,
Me baignant de sa joie.
L'Amitié me grandit.

Le soir au crépuscule,
Le temps a fait pousser
La moisson d'amitié.
Jamais aucun recul
Ne fera l'oublier

Pierfetz©

http://arciel88.fr/bibpoesiespierrot/I-8tempsamiour.htm



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche