Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 09:38

 

La-moisson-1943-Rene-Magritte-Musee-Magritte.jpg

© René Magritte



Mélancolie prévisible du dormeur
Que piègent les caprices de ses souvenirs d’antan
Plongé dans les îlots abandonnés des terres interdites
Le poète règle les césures des rimes gorgées de volupté
Dans le bégaiement de l’aurore
La femme insoumise revit l’amplitude
Du voyage des doubles retrouvés
La fantaisie danse sur les cils du dormeur
Le présent a trouvé le passé

Outrance couleurs, les yeux dessinent les vallons des corps oubliés
Variance frissons, les mains redécouvrent les courbes de l’antre solitaire
Stridence passions, la longue caresse repeint la fulgurance de l’inconditionnelle jouissance
Aphorisme, insolent accord libération, le passé valse autour du péristyle des énergies cosmiques
Tout parle de transcendance, d’harmonisation, de double et d’appartenance
Mais pleure le regard du rêveur revenu d’ailleurs
Est-il de l’occident ou du pays d’ici
Sa larme a coulé sur l’âme du frère oublié
Pleure le regard du rêveur éveillé

© Marie Alice Théard



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 08:31

 

doubleje.jpg

" P H E N I X " Josy Léonard -©



Sur notre belle planète bleue,
La VIE n'a jamais cessé d'être,
Emportée par l'eau et le feu,
Mais toujours là, prête à renaître.

Chaque jour de nouveaux Phénix
Prennent une autre forme de VIE,
Venue d'un relais, d'un point fixe,
Braise d'un bûcher, endormie.

Sur cette terre où je vis "deux",
Limon d'argile, essence divine,
Nous jouons tous un double jeu,
Là où le hasard nous destine.

Phénix était là, avant nous.
Le mythe continue sa route.
Monde de sages, monde de fous,
Mais la VIE ne fait aucun doute.

A mon arrivée printanière,
L'oiseau de VIE a pris ma forme.
Aujourd'hui, demain comme hier,
Sans cesse la VIE me transforme.

Et chaque jour, à mon réveil,
Limité dans l'espace et le temps,
Je goûte ce don de VIE vermeil
Qui m'habite si fort un moment.

Passerai le relais un jour,
Ce double "je" qui me passionne.
De mes cendres renaîtra l'Amour,
La VIE est plus qu'une personne.

Pierfetz ©


http://arciel88.fr/bibpoesiespierrot/I-1doubleje.htm



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 09:14

 

oeuvres-contemporaines-0082.jpg

© Franco Cossutta



                                                                             pour mon ami Boudjemaa Mohamed


Gardes et souviens-toi
De l’autre côté de l’étang
La faim usait les mois
Sous la force des vents.

Tu as un cœur, le mien
Est à mille lieux du tien
J’aime ce qui m’entoure
Le soleil instruit mes jours.

Tu as un cœur, le mien
N’a que de beaux liens
Sa voie, un long chemin
Comme toi, il a les siens.

Tu as un corps, une tête
Mieux que toi j’ai un dieu
Créateur des deux sept
Des océans et des cayeux.

Tu expires, respires, je crois
Mieux, je regarde, j’ausculte
Ni virgule, ni point ni croix
Je hais, les rennes occultes.

Tu as une chaise, un tapis
Mieux que toi j’ai un livre
Aux mots tels de doux fruits
Que je peux, aimer et suivre.

Tu as une page, un stylo
J’ai une feuille, une plume
Tout à côté un verre d’eau
Traditions et coutumes.

© Mouloudi Mustapha
Alger le 09/12/2013



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 10:47

 

viens.jpg

Infographie © Thierry Deschamps



Le vent qui souffle dans la nuit
Entraîne mon esprit avec lui.
Vers Toi mes pensées tourbillonnent,
Et dans tes bras je m'abandonne.
Je livre mon coeur à tes pieds,
Je suis dans un rêve enchanté.
Le temps a passé son chemin
Tu es là, devant moi, ce matin
Un doux baiser pour s'accueillir
Et des regards qui s'invitent.
Il y a si peu de choses à dire
Et tant de bonheur à s'offrir.

Viens, Viens mon Amour

Viens dans mes bras...

Le vent qui souffle dans la nuit
Entraine le temps avec lui.
Demain me semble encore si loin,
De Ta présence j'ai tant besoin.
Sentir tes lèvres m'accueillir,
Et à de doux baisers s'offrir.
Sentir ton corps frissonner
Et au plaisir s'abandonner.
Le vent qui souffle dans la nuit
Et je ne sais plus où je suis...
Ta douce pensée vit en moi
Je suis chaque instant avec Toi.

Viens, Viens mon Amour

Viens dans mes bras...

~~*~~

©Thierry Deschamps


http://www.desir.le-spleen-de-zarathoustra.fr/viens.html



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 09:30

 

pomme_amour.jpg

http://www.oserchanger.com/amour.php



Viens mon cœur,
Pose ta tête sur mon ventre,
Ferme les yeux,
Laisse-moi caresser tes cheveux
Et sois paisible,
Le temps est comme une eau dormante.
Le monde loin de nous,
S’échappe, et son tourment.
Laisse mes doigts
Effleurer tes lèvres,
Le temps s’est posé comme une aile.
Je sens ton souffle
Près de la source,
Tel une écume de mer.
Viens mon cœur,
Pose tes mains sur moi
Car le désir en un instant
M’emporte dans tes bras.

© Denise Bernhardt


Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « La mangrove du désir », aux éditions Le chasseur abstrait.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 08:55

 

C.-CARRETTA-Promeneur-solitaire-51X40.jpg

© Claude Carretta



Laissez-moi suivre mon rythme,
Pas le même que le vôtre.
Vous avez vos priorités,
Des options et de grandes lignes.

Pour moi, c’est l’ordre dispersé
Qui retient mon regard ailleurs.
Je disparais dans la cohue
Des menus détails essentiels.

On me retrouve à contempler
Le mouvement multicolore
Des saisons qui vont et reviennent,
Des grèves d’herbe du printemps
Au chant estival des tonnelles,
De l’automne en mélancolie
A l’hiver givré d’étincelles,
Jusqu’au retour du renouveau
Avec ses bouquets triomphants
Et ses neiges mourantes
Au revers des collines.

© Luce Péclard


Extrait du nouveau recueil de Luce Péclard, « Pars si tu peux » aux éditions du Madrier



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 08:09

 

rain-room.jpg

http://www.presse-citron.net/nouveau-a-londres-la-pluie-ne-mouille-plus



La terre ne se désole plus.
Les nuages se dispersent.
Je danse sous la pluie.
Je suis le commandant en chef des nuages.
Le lendemain matin,
je contemple le soleil qui célèbre la messe
de l’eau.

L’eau n’a plus de seigneur.

© Ricarson Dorce



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 08:54

 

flamme.jpg

© Franco



Quelle est cette flamme
qui vibre à l’oreille
de mon cœur
et m’ouvre à la lumière
de ce moi si lointain
dans l’espace et le temps ?
Dis-moi livre obscur
aux pages d’argile
vais-je enfin
en touchant
l’habit de mon âme
me reconnaître
et me nommer ?...

L’ange créateur
serait-il
l’unique vérité
du chemin de nos corps
et la quête impossible
de l’homme
ou l’acte imaginaire
de son devenir ?...

Quel fou cherche l’infini
au-delà de lui-même ?...

© Victor Varjac
Antibes, le 21 avril 2000


Extrait du recueil « l’Homme Imaginaire » aux éditions MELIS



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 08:58

 

danse-macabre.jpg

© Hans Holbein le jeune



Ténébreuses et troublantes épousailles
La mort joyeuse enlace et cisaille.
Voici la noce ancestrale où le corps se cabre,
La gigue infernale d’une danse macabre.

Les lames rouges saintement ferraillent.
Le choc des boucliers scande la bataille,
Arme nos bras pour que tinte et tonne le chaos
D’une épopée de chair, d’os, rougeoyante et sans repos.

Je me souviens que sous les étendards de velours cramoisis
S’émeuvent les cœurs, s’échauffent les corps aguerris.
L’impatience était grande, en liesse aux sons du tambour, nous sommes partis.
Fiers nous allions avides de conquêtes guerroyer vers la lointaine Asie.

Sur la plaine, dressé au seuil de ma nuit, je me souviens du début.
L’orient s’offrait à nous, éblouissant dans sa lumière crue.
L’or, l’argent, les étoffes précieuses, les corps nus.
La beauté des femmes, la force des hommes, nous voulions l’inconnu.

Voici notre butin corbeaux et corneilles à la noirceur d’émail,
Qui sur la terre desséchée, sable et rocaille,
Tournoient, s’assemblent, viennent affamés
Se nourrir à la source fertile de nos corps mutilés.

Caresses funèbres pour de radieuses funérailles,
Verrons-nous l’aube nouvelle ce tendre corail ?
Et l’onde guerrière d’acier rutilant
Sème la mort dans son sillage sanglant.

© Béatrice Pailler



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 08:03

 

Katia-Gobeaut-Hors-du-temps.jpg

© Katia Gobeaut



Livre-toi,
Délivre-moi,
Laisse-les vivre,
Enivre-nous.

Que le sang du silence
Abreuve les blessures.
Que les cris de douleur
Eux aussi soient ivres de joie.

Quand les éclats de voix
Terrassés par le givre
Ne seront plus que murmures

Et que le chant, pour survivre,
Poursuivra seul
Son chemin dans les chairs.

Délivre-nous des livres.

© Michel Duprez



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche