Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 08:37

 

670x510_5986_vignette_Antipolis032.jpg

http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/



Sans toi je ne suis
Qu’une amphore vide
De miel, de vin, et de parfums,
Et je descends doucement
Vers les sables livides
Où dorment les noyés
Sur le sein bleu des mers.
Je quitte le soleil
Qui me donnait la vie…
La lumière diffracte l’azur
Aux mirages des eaux.
Et tes baisers me suivent
Comme des fleurs marines
Qui sèment sur mon corps
Leurs corolles de pourpre.

© Denise Bernhardt


Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « La mangrove du désir », aux éditions Le chasseur abstrait.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 08:21

 

poisson-v1.jpg

http://jipp.forumgratuit.org/t1293-bon-dimanche



Prendre exemple sur l’exocet
Aux nageoires en forme d’ailes !

Poisson volant sur l’air qui passe,
Il ne cesse de s’élever
De rêve en rêve, et en mirage,
Au-dessus de la mer inquiète.

Il échappe à sa condition
Dans l’élan de ses sauts planés.

Il glisse au droit-fil des reflets
Qui s’enchaînent à l’infini,
Navette inlassable et filante,
Etoile au long désir de ciel.

Soudain libre, enfin affranchi
De la pesanteur océane,
Des bas-fonds, des gouffres obscurs,
Et de l’abysse des angoisses.

© Luce Péclard


Extrait du nouveau recueil de Luce Péclard, « Pars si tu peux » aux éditions du Madrier



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 08:48

 

8_5lh3k.jpg

http://www.quizz.biz/quizz-222347.html



Dans le jardin,
Le baiser fou du vent
a plié l’échine des iris blancs.

Dans le ciel,
le souffle mou du vent
a poussé les stries des nuages blancs.

Dans le lit,
les gestes doux de l’amant
ont levé mon corps vers le pays blanc.

© Claire Prendkis



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 08:45

 

Vent.jpg

© Alain Percy



Le vent s’éparpille
poussant ici et là
les arbres endormis…

Les âmes vagabondes
s'appuient contre les vitres
des rêves aux pieds nus…

La lune courbe les ombres
et ensorcelle un espace
qui tourne dans nos yeux…

L’heure marche doucement
au milieu des odeurs…

Rien ne manque au silence
et l’on voit peu à peu
l’aube diaphane
encore ivre de ténèbres
parée des mille perles
de la brume naissante
qui bégayant
sur ses jambes trop frêles
déchire sa chrysalide
et apprend à marcher !...

© Victor Varjac
Antibes, le 7 juillet 2000


Extrait du recueil « l’Homme Imaginaire » aux éditions MELIS



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 08:41

 

b_dieu_est_humour1.jpg

© Ali Dilem



Dieu le Père s’impatiente, grognon.
De nouveau, il pose la terrible question.

Pressons, qui d’entre vous a joué au chimiste ?
Timidement, une voix s’élève, c’est moi dit le Christ.
Penaud, il baisse la tête, regarde ses pieds.
Dieu le Père hausse les épaules, découragé.

Comment, c’est toi mon fils, le fils de Dieu,
A ton âge toujours à faire le facétieux.
Inconscient, j’ai un nouveau Big Bang sur les bras.
Ce n’est pas toi, bien sûr, qui va démêler ce fatras.

En plus, comme d’habitude, il va falloir gérer la vie.
Qui va s’en donner à cœur joie, pleine de fantaisie.
Tu vas voir qu’elle nous pondra un nouvel homme,
Un gourmand, un croqueur de pomme.

Je sais que cela pourrait être pire,
Et que l’homme n’est pas un aussi triste sire.
Je m’inquiète pour ce gamin,
Qui malgré tout sait tendre la main.

Il est querelleur et batailleur,
Mais je crois que vaste est son cœur.
Tête folle, il reste libre de ses choix.
Finalement, elle n’est pas si lourde notre croix.
« Finalement, cela vaut bien une croix »

Allez, advienne que pourra, laissons le agir.
Quand à toi, files chez ta mère te repentir.

© Beatrice Pailler



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 09:08

 

Igor-9.jpg

© Igor Toguzati



Sois, et surtout ne suis pas.
En amour, en poésie,
Sois toujours seul dans la vie
Que tu réinventeras.

Dis-leur avec frénésie
Ce que tu penses tout bas
Sans donner ta langue au chat
Qui t’attend à la sortie.

Que les secrets que tu livres
Dégoulinent de mystère
Quand on braque la lumière
Sur la vitre de tes livres.

Sois l’amour, la poésie,
Mais ne te retourne pas,
Surtout pas, car c’est ta vie
Qui renaît à chaque pas.

© Michel Duprez



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 08:25

 

J-C-Bemben-14-juillet.jpg

© Jean-Claude Bemben



Quels sont ces heurts, ces cris
Dévorants, par le monde,
Ces fantasmes, ces bris,
A l’humeur inféconde ?
Les aubes ont frémi,
Aux vains fracas des Aigles,
Et chacune parmi
Les derniers champs de seigles,
Annonce nos déserts,
De sangs jamais exsangues,
Ni de slogans diserts…
Eh ! Planète : « tu tangues » ?



© Claude Gauthier
15 février 08





Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 08:19

 

capture-004.jpg

http://jack35.wordpress.com/2013/01/



Pour l’homme, sur ce fil tendu
Au-dessus des abîmes du monde
L’équilibre est instable.
C’est l’absence du temps,
Face à l’espace incertain.
C’est le dialogue avec les étoiles,
C’est l’archipel de la mémoire,
Seul passage possible
Vers l’ile aux morts.
Au seuil de ce temple sidéral,
Avancer vers la connaissance,
Redécouvrir le signe,
Recomposer la lettre.
Au cœur de ce cénotaphe
L’homme a-t-il encore sa place ?
Le monde s’échoue profané
Aux pieds du poète consterné
Qui consulte les lames de l’oracle.
Il se perd dans ses livres
Et en oublie la signification de la parole.
Mais il se donne encore le temps
De respirer le parfum des fleurs,
Et de préserver une main
Pour esquisser le galbe d’un sein
Et la courbe d’une hanche.

© Michel Bénard.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 08:19

 

aimer.jpg

© Auguste Rodin



Tant de lunes ont éclairé mes nuits
Tant de lunes sont venues attiser
Les braises de mon ventre blanc
Mon ventre chaud à faire fondre
Toutes les neiges de mes ans

Je t'appelle dans le rayon qui filtre
Mon corps te réclame
À ta source même
La flamme bleue de tes yeux
Allume l'éternité et fait refleurir
Nos incertaines étreintes

J'appelle les plaisirs de l'amour
Pour la seule joie d'aimer
S'allonge la nuit sur le rouge
De mon ventre de feu
Mon cœur ne chôme pas

Je suis l'amoureuse de l'Amour
Et je brûle sous les braises ravivées
Réveillée par le rêve que je fais de toi
Entends-tu monter en toi le désir
Entends-tu monter la musique de mon âme

Et j'arrive à la hauteur de ta flamme
Continuer le rêve
Achever le poème de chair et de sang
Jusqu'aux berges
De son interminable blancheur

Ode©
Joliette, ce 4 mars 2010



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 08:35

 

infini.jpg

http://alien-d.blogspot.com/



Plus l’orgueil des princes et des rois
Des présidents et ministres
Déborde au-delà de l’être
Plus ceux-là sont insignifiants.

Tel est pitoyable qui s’imagine géant
Tel est infiniment grand
Qui prend la mesure de l’Univers
Et sait admettre sa vraie place

Il n’est pas de gloire
Pour celui qui écrase
Un frère ou un peuple
Parce qu’il est différent

N’importe quel âne
Peut devenir un tyran
Il suffit qu’il brait
Plus fort que les autres

Maudire, juger
Exclure, chasser
Est œuvre de sot
Qui à la vie, n’a rien compris

Rien d’autre n’est grand
Au sein de l’infini
Que l’amour d’une mère
Pour son tout petit

Rien n’est plus admirable
Qu’une main tendue
Vers ceux que l’on dit misérables
Avec au sourire le baiser du cœur

Dans l’immensité de l’Univers
Tout se lit à l’envers
Celui qui se veut grand n’est que petit
Celui qu’on dit petit est sans limites…

A l’ombre des rois, princes et présidents
Il n’est que fiel et poison
Viens sous les ailes de l’Univers
Humble face au mystère, tu seras grand.

© Jean Dornac
Paris, le 24 août 2010



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche