Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 09:11

 

Turner.jpg

© William Turner



Dès le dernier blanc muguet cueilli
S'offre la pivoine à la robe rose
Elles font tourner le monde
Sous l'aile de l'archer
Et embaument les amants

Très loin, ton visage se rapproche
Dans l'océan de mon été
O toi visage de mon âme
Où je retrouve mes vœux d'enfance
Là, au fond même de tes rêves

Que me réservent tes détours, oiseau fou
Emporté par les ailes du vent
Tu es là, comme chêne géant
Tu donnes naissance à l'éternité
Portant dans tes mains le Jour

Ta musique est un baume
À l'épuisement des jours
Ta voix est merveille, joie pure
Au sel de mes larmes
Tu es, amour !

Tu laboures mon champ de tes dits
Au mélodieux chant d'un doux désir
Sous le ferment de la claire lune
Qui transfigure le vitrail du grand dôme
Où nous sommes les seuls hôtes

Incandescence des nuits chaudes
Incendie des luminaires célestes
C'est nous, ces feux fous de passion,
Réunis dans les entrailles de l'été
Pur et vaste espace des amours de cette race

O vaisseau d'or de la renaissance
En partance vers le plus beau voyage
Sous la patine des soleils de feu
Vogue sur le rayon de miel irisé
Jusqu'au port des saisons nouvelles !

Entre muguet et pivoine !

Ode©
15 juin de l'An Deux



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 08:53

 

coeur-bris1.jpg

http://sinope.eklablog.com/poesie-c852615/4



La fin d’une histoire de cœur
Même si elle ne fut pas consommée
Est toujours une violente douleur
Qu’il faut tenter d’oublier

Qu’elle fut intense ou légère
L’un contre l’autre ou à distance
Avec une fée ou une mégère
Cela laisse une mauvaise fragrance

Hissons, les amis, le triste pavillon
Redouté par tous les moussaillons
De l’amour encore une fois échoué
Sur les rocs des mers trop agitées

Il s’en va dès la première tempête
Ou par une lune trop maussade
Il oublie combien le cœur fut en fête
Au cours des sublimes balades…

Se trouve-t-il, là-bas, loin de ce rivage
Un cœur à prendre prêt à s’offrir
Au naufragé perdu dans de sombres nuages
Qui ne rêve plus que de mourir ?…

Existe-t-il encore un espoir
De goûter au fruit défendu
Un beau matin ou un sombre soir
Ou faut-il terminer par le cou pendu ?

Je voudrais vivre encore les ritournelles
Voir ses robes flotter au goût des vents
Être de son cœur encore la sentinelle
Et toujours son fidèle amant…

Las, le soir a porté le désespoir
La vie et la nuit ne sont plus que noirceurs
Il s’est envolé le fol amour
Il m’a enfermé dans une sombre tour…

© Jean Dornac
Lyon, le 3 février 2014



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 09:14

 

douce-caresse.jpg

© Ray Veri http://www.fotocommunity.fr/pc/pc/display/21943868



Je sais quand il faut plier l’invisible
et l’empocher
avant d’embrasser une femme.
Un vide doux me délivre
avec l’âme d’une caresse
qui me rappelle encore
cette envie d’hier
qui n’en finit pas.
Je suis naissant à chaque regard
et je me cogne la tête
pour savoir si le sourire du président
vient avec la peur de l’autre,
ou s’il ne s’était pas lavé
avec cette eau nue.

Mon pays respire à l’ombre d’une falaise
et j’ai la chance d’être vierge,
qu’une femme le soit,
d’une nuit d’amour endiablée.

Mais moi j’ai l’envie folle
d’une femme
qui meurt d’un poète soif.

© Yves Romel Toussaint


Extrait du recueil « La face double du rêve » écrit à deux plumes par Denise Bernhardt et Yves Romel Toussaint. Aux éditions Le Vert-Galant.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 09:13

 

femme-3.jpg

Sans Titre - Sylviane Pelletier ©



Sur son balcon, je l'ai perçue
Un bel après-midi d'été,
Et le seul fait qu'elle soit nue
Ne m'a pas déstabilisé.

Remontant le cours des années,
J'ai gardé le beau souvenir
De celle qui passait ses journées
A peindre, à nous en faire jouir.

Les manques d'amour et les tempêtes
Ont anéanti son bonheur.
Ella a, bien tôt, perdu la tête,
Privée de tendresse et chaleur.

S'est laissée doucement descendre,
Droguée pour stopper son chagrin.
Quand, après la tête, la main tremble,
L'artiste titube sur son chemin.

A présent quand je la regarde,
Je l'aime pour ses tableaux d'antan.
Je voudrais enlever l'écharde,
mais je ne suis plus un Titan.

Blanc manteau d'hiver est tombé.
Je l'ai retrouvée sur son banc,
Marbre, endormie, un peu courbée,
Sur sa toile un néant tout blanc.

Pierfetz©
  2003


http://arciel88.fr/bibpoesiespierrot/III-10Feeneant.htm



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 08:46

 

pauvrete.jpg

http://www.reflecritiques.com/2012/02/tout-quitter-pour-la-philosophie.html



Si la nuit n’était pas cette nuit que nous connaissons et le jour était autre qu’une question de lumière…
Si le monde était autre qu’un ensemble de pays avec des frontières de chaque côté…
Si le calme n’était pas l’absence de bruit qui invite à l’attention et le bruit n’était autre que ces doux battements du cœur…
Si vous étiez plus que vous et moi… n’était autre que vous vous…
Si et si et si… mais… Alors j’écris et j’écrirai…


(pour mes amis Bentouderte et Nachida)


Venu pour la plume
J’écris et j’écrirai
Que le boa s’enrhume
Ma page, je la finirai.

J’écris sur ta douleur
Ils t’envoient vers le chaos
En organisant la peur
Ils passent maîtres du prao.

J’écris sur ton passé
Jadis tout avait un nom
Plus loin je dois effacer
Et reprendre les amonts.

J’écris sur ton présent
À l’ombre du désespoir
N’est-il pas si amusant
Sous son paletot noir ?

J’écris pour demain
Que l’histoire aille loin
À chacune ses bains
À chacun ses besoins.

J’écris, je dénonce
Que s’ouvrent les yeux
Cette fausse balance
Fait bien de malheureux.

© Mouloudi Mustapha
Alger le 16/01/2014



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 08:27

 

me-perdre.jpg

Infographie © Thierry Deschamps



Me perdre,
Me perdre dans tes yeux.
Y rencontrer l'Étoile qui brille de tous ses feux
Y rencontrer ton âme.
Flamme.

Planer,
Planer en ton sourire.
Pour enfin découvrir le plus beau des désirs,
Découvrir le plaisir,
Jouir.

Goûter,
Goûter tes lèvres.
Te laisser m'abreuve d'un élixir de rêve,
M'abreuver de ta sève
Fièvre.

~~*~~

©Thierry Deschamps


http://www.desir.le-spleen-de-zarathoustra.fr/me-perdre.html



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 08:38

 

1685281.jpg

© Franz von Stuck



Déjà la nuit s’avance
Les bras chargés de roses noires,
Dont elle vient essaimer
Nos amours de lin et de cendre.
Le silence suprême
Eut raison de nos larmes.
Ne crains pas mon amour
Nous sommes au-delà
Des rivages obscurs,
Laissant à la vie inhumaine
Le fardeau de nos peines.
Nos yeux se sont ouverts,
Et nos souffles se mêlent
Aux parfums irisés de l’astral.
Nos corps transfigurés renaissent
A la beauté des heures primordiales,
Tandis que nos âmes
Deviennent flammes,
Dans la splendeur
Des mondes annoncés.

© Denise Bernhardt


Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « La mangrove du désir », aux éditions Le chasseur abstrait.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 09:03

 

plume-et-encrier.jpg

http://jackinou26.over-blog.com/article-la-plume-et-l-encrier-114920123.html



La plume accourt vers l’encre vive,
Elle s’y plonge et désaltère
Dans un bouillonnement d’idées !

L’encre vive étanche la plume.
Jamais elle ne tarira
Tant que la soif sera pressante.

Les doigts se joignent sur la plume
Pour une étape de prière,
Un mariage de ferveur.

Rien ne peut jamais séparer
Ce que le divin a uni !

© Luce Péclard


Extrait du nouveau recueil de Luce Péclard, « Pars si tu peux » aux éditions du Madrier



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 08:30

 

antillaise_thumb-1-.jpg

© Marie Guillemine Benoist



J´aime la géométrie de ton corps
et le crayon artistique qui l´a tracé

ton corps…
corps luisant
agrémenté de pierres qui luisent

ton corps…
c´est l´île des Hyperboréens
rêvée par les naufragés perdus
sur les brisants de mer
et moi
dans ma quête de bien-être
dans ma quête de folie et de luxure
j´y demeure
sempiternellement
comme seul temple
salutaire
depuis les pieds déposés sur la lune

ohé !!!
pour les œufs d´arc-en-ciel que tu m´apportes
aux portes écloses des désirs fous

ma vie tranchée en deux
je t´offre la plus belle tranche
comme pour avoir porté dans ton corps
l’immense pays de Cocagne des étonnants voyageurs

© Raynaldo PIERRE LOUIS



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 08:54

 

la-page-dc3a9chirc3a9e-lenfant-au-chien.jpg

© Manuel Robbe



La mort
ne se devine pas
pourtant
elle est là
avec sa triste figure
en alphabet de signes
en contrastes appuyés
sur le tranchant
de lumière…
La mort
ne lâchera pas
ce souffle
aux visages d’aventures…
Le Grand Sablier
avare et mesquin
compte
et recompte
à la seconde près
la durée
qui nous sépare
de la chute suprême…
… Mais qui osera
serrer
encore et encore
la gorge du Temps
jusqu’à l’arrêt
de notre déchéance ?
La Mort
égare nos souvenirs
efface nos rêves
déchire une à une
les pages tant aimées…
La Mort
n’écrit pas
elle emporte l’image
de ce qui fut…
laissant
un grand trou noir
à la place de l’âme…
La Mort
cherche à être
elle qui n’est rien
rein qu’une illusion
sur le doigt
d’un mirage !...

© Victor Varjac
Antibes, le 6 juillet 2009


Extrait du nouveau recueil de Victor Varjac « Les Fiançailles de l’Aube » aux Editions Chemins de Plume



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche