Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 09:17

 

sensation_91.jpg

© Sensation - Jacques-François Dussottier



Par des soleils féconds
Je m’épuise en survivance
Dans un chant de lumière.

Cimes de l’instant
Vers le feu des libres horizons
Dans la dérive de l’espace.

Cueillir les traces
Épuiser les signes
Dire, crier, murmurer.

Dans le vide épiant l’inutile
Je sème des regards
Dans la mémoire du temps.

© JACQUES-FRANÇOIS DUSSOTTIER



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 08:53

 

fond-ecran-crepuscule.jpg

http://www.memoclic.com



Le corps sous perfusion
Le cœur tâtait son congé
L’esprit sans illusion
Je ne voulais pas déranger.

L’un écrit puis on efface
L’autre dénature la vérité
Tout se dit, tout passe
Sauf respect et sincérité.

Ecrire quelques mots
Sur un lit d’hôpital
Nul vers n’est de trop
Pour décrire le mal.

Ecrire ses vers si courts
Pour saluer les docteurs
Je ne fais pas de détours
J’avais froid, j’avais peur.

Ecrire, c’est reconnaître,
Vers ou encore phrases
Sauvé je dois l’admettre
L’amitié était bien la base.

A chacun sa lecture
Blanc, tel un suaire
Le lit sans couverture
Tous dans la même galère.

Seuls les yeux, visitent
Le souffle bien lourd
Assis, couché, hésite
Le malade est au four.

Comment suis-je entré
A vous de me le dire
Sorti, debout je le sais
Enfants, le même sourire.

Comment suis-je entré
Cerner pour mieux voir
Sorti, je vais me recentrer
Madame, mon histoire.

Comment suis-je entré
A vous de chercher
Sur moi vous concentrer
Je sais, j’ai trébuché.

Que dieu garde mes amis
Jean dornac et Adeline
Athanase, Joël et Jessye
Ils m’ont fait bien de signes.

© Mouloudi Mustapha
Le 27/11/2011



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 08:47

 

0615-le-gout-de-la-vie.jpg

Infographie © Thierry Deschamps



Que la vie est absurde, quand on a oublié,
Que le monde devient rude, si l'on ne sait aimer.
Que la vie est bien triste, quand on y a banni
La folie de l'artiste, pour plus de profit.

Que la vie devient sombre, si l'on ne sait donner,
Si l'autre n'est plus qu'une ombre qu'on ne veut écouter.
Que la vie est amère, quand tels des zombies,
On est que "tas de chair" dont les rêves sont partis.

Que la vie est stupide, si l'on a plus d'espoir,
Si le futur est vide car on ne peut y croire.
Que la vie est cruelle, quand elle est sans amour,
Et que nulle étincelle, ne réchauffe les jours.

Que la vie serait belle, si tels des enfants,
Nous restions naturels et aimions sincèrement.
Que la vie serait douce, si tels des amants,
Nous n'avions plus la frousse, de voir passer le temps.

©Thierry Deschamps


http://www.le-spleen-de-zarathoustra.fr/0100-sommaire.html



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 08:53

 

oeuvres-contemporaines-0019.jpg

© Salvatore Gucciardo



                                                   A l’ami et au peintre Salvatore Gucciardo


C’est le temps du passage,
L’instant frémissant de l’astre flamboyant
Où les ténèbres amorcent l’irisation
Des fragmentations du ciel.
Les yeux de lumière veillent,
Sur le sommeil de cendre fertile,
Dans le bleu de l’éther.
Le mystère originel se charge de silence,
C’est la communion naissante de l’aube
Où la destinée de l’homme émerge
Sur les fulgurances de l’attente fœtale,
C’est l’éclat d’une fusion en gésine,
Juste avant que ne sonne l’heure
De l’intemporel devoir de mémoire.

© Michel Bénard.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 09:07

 

rodin_faure_fantome.jpg

© Auguste Rodin



Que la lumière de ton visage
Vienne éclairer la nuit de mon âme

Que le feu de tes yeux
Enflamme la pierre de mon regard

Humer toute l'odeur de ton cœur
Aux frontières de l'abandon

Passer sur l'autre rive
Que survive l'amour de la mort
Apprivoisant les silences
Jusqu'à l'aube de nos corps



Mon amour, mon île
Tant de solitude psalmodiée
Dans le sang chaud des groseilles
Chant de fruits mûrs
Remarquables noces des soleils

Tu verras sur ton chemin tant de fleurs
Tant d'espace et tant de verdure
Tant de soleil et tant de mer
Ce sont là les plages de ton destin

Tes lèvres à l'ombre des misères
Engrosseront d'amour tes paroles
Rempliront le secret de mes désirs
J'attendrai jusque dans le soir nuptial

Et jusqu'aux heures tardives du réveil
Sur les berges des attentes océanes
Aux odeurs d'herbes folles et de miel d'or
Là où l'oiseau chante pour nous le bonheur

Et l'espoir...

© Ode


Extrait du recueil « Le Fleuve donne naissance aux Enfants des Etoiles » aux éditions Les Poètes Français – Paris


Prix Alain Lefeuvre 2010



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 07:56

 

fresque.jpg

© Joelle MILLET
http://photos.linternaute.com/photo/1080186/1073459886/1560/arc-de-triomphe



Sombre nuit
Qui étouffe
De ses bras tentaculaires
Le peuple pris de peur
Tragique victoire
Des grands fortunés
Sur les pauvres, les chômeurs
Les malades qui se meurent

La volonté d’un pouvoir indigne
Ecrase le courage et la beauté
De l’humain blessé
Trahi et trompé…
Sombre destinée
Des peuples alanguis
Qui n’osent plus résister
A force de consommer

Elles ont sonné
Les trompettes de la décadence
Les avez-vous entendues
Lors de vos orgies ?
Qui donc se lèvera
Pour trancher la tête
De l’horrible Méduse
L’amante des spéculateurs
Qui d’un regard
Paralyse politiciens et décideurs ?

Qui donc, d’un coup d’épée
Fera rouler sa tête
Dans la fange de l’ignominie
Cet excrément du dieu Argent ?
Qui chassera de leurs trônes
Les élus menteurs
Les beaux parleurs
Aux langues de vipères ?

Qui osera prendre la défense
Du faible, de la femme et son enfant
Que d’ignobles puissants
S’amusent à affamer
Pour leur « bon plaisir »
Et celui de leurs maîtres ?

De la terre asséchée
Par les voraces prédateurs
S’élève le cri glaçant
Des agonisants…
Mais viendra, un jour
Le hurlement terrifiant
Des vengeurs d’innocents
Qui renverseront le Veau d’Or
Pour peu de temps encore
Tout puissant…

© Jean Dornac
Paris, le 22 novembre 2011



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 09:04

 

salvatore-gucciardo.jpg

© Salvatore Gucciardo



L’ombre sommeille
tandis que le vent
caché derrière le soleil
entrera tout à l’heure
par la bouche de l’espace
et les pierres craqueront
sous leur masque ancestral
et l’orage tournera
dans l’angoisse de nos mains
comme le mensonge dressé
dans le cœur des hommes
bien avant leur naissance…
Inconnus à nous-mêmes
nous errons sur le tranchant
de l’arme effrayante
que brandit le destin…
… et si notre sang
portait une couronne
et si nous étions roi
d’un univers si proche
que nous pourrions toucher
le mystère de ses mondes
sans parvenir à les voir…
O Légende trahie
par les mots trop fragiles
je devine ta présence
au delà du voyage
comme un livre fermé
contient dans la ténèbre
le murmure des lettres
serré entre ses pages…

© Victor Varjac
Antibes, le 2 août 2003


Extrait du recueil « Le Dragon de Poussière » aux éditions MELIS



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 09:25

 

color_01a-copie.jpg

© Jacques-François Dussottier



Je suis le sablier
Je suis le temps

J’ai un voilier à l’âme
Qui vogue sur le pollen des étoiles

Rêves de songes bleus
Dans l’incertitude des matins

La vague ramène de l’horizon
Toute l’écume de mes mots

Je reste ce baladin
Voyageant sur la coque du poème

Berger du goéland
Et de l’amour qui s’efface.

© JACQUES-FRANÇOIS DUSSOTTIER


* * *


Jacques-François Dussottier

* poète, traduit en 8 langues
* a créé plusieurs clubs de poésie et quelques revues de poésie
* a occupé de nombreuses responsabilités dans divers conseils d’administration de Sociétés de poésie et littéraires
* organisateur de nombreux Prix de poésie nationaux et internationaux francophones

* Président du Cercle européen de poésie francophone Poêsias
* Président du Cénacle européen de Poésie, Arts et Lettres (qui représente les Prix de Poésie, Arts et Lettres Léopold Sédar Senghor européen)
* Président du Mouvement des Poètes sensualistes francophones
* ancien Président de la Société des Poètes Français et Président d’Honneur (actuellement vice-président de la SPF)

travaille dans la poésie francophone européenne et internationale avec 6 pays d’Europe photographe (expositions)
parallèlement, il est graphiste abstrait et participe à des expositions picturales

* * *


HELIANTHE nous offre un ensemble d’œuvres virtuelles, d’œuvres informelles, d’œuvres dites numériques. Cette nouvelle conception de l’art se rattache directement aux techniques informatiques rejoint une vision proche de l’universel pouvant évoluer du microcosme au macrocosme. Cette facette de l’art est une nouvelle ouverture où tout devient possible, où tout est permis sur les fréquences de l’imaginaire sous assistance technologique permettant de caresser l’infini du bout des doigts.

Nous nous trouvons confronté à l’anti-matière, tout repose ici sur des combinaisons informatiques à partir de divers logiciels spécialisés qui ouvrent des plans sur l’infini à partir d’un mixage de données numériques.

Art virtuel, fractionné, éphémère, artificiel et parfois mouvant, ce nouveau moyen de communication est une ouverture sur le monde où toutes les frontières sont abolies grâce à l’implantation dans le monde entier de galeries virtuelles ou chacun peut exposer ses œuvres.

Cependant l’intérêt particulier chez HELIANTHE, réside dans le fait qu’il est initialement poète, ce qui lui donne dans ses investigations créatives une sensibilité différente, une touche émotionnelle plus vibrante.

C’est un art majeur au niveau des échanges et des rapprochements humains en termes planétaires, sorte de métissage culturel universel par principe virtuel.

Ce moyen informatique offre au moins cet avantage de pouvoir survoler toutes les frontières, de pouvoir graviter vers l’infini, de pouvoir également, tout simplement rêver aux couleurs de l’éphémère, aux rythmes de la poésie destructurée et d’avancer sur un fil imaginaire qui peut nous nous conduire : « jusqu’au délire laiteux des étoiles... », par ce chaos fractal, nous évoluons ici au cœur même de la dématérialisation.

MICHEL BÉNARD


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 09:16

 

poesie-et-musique.jpg

http://natureculture.org/wiki



Poète couve ta tristesse,
Poétesse, fidèle, dessine
Tanger dans son ivresse
Syrte sur une lame fine.

Poète couve ta tristesse
Poétesse, ouvre-lui la voie
Dans la jungle tout blesse
Ton pinceau signe de foi.

Poète, de l’autre monde
Ton regard est perçant
Parle-nous des rotondes
Du Rif et de ses versants.

Poète, toute une histoire
Dans ton prénom, j’ose lire
Comme dans un miroir
Le plus beau est à venir.

Poète, sur Al-Hoceima
Ville de rêve et d’avenir
Imzouren a chanté papa
Loin des poupées de cire.

Sur Melilla et Nador
En souvenir du passé
Accroche-toi à ce port
Si fier pour rêvasser.

Poétesse, à ne pas oublier
Ces murs, bleu d’azur
Sauvages sans tablier
Ses plages défiant l’usure.

Plus loin j’irai encore
Mais, une autrefois
Ma plume pleine de cors
Se détourne de moi.

© Mouloudi Mustapha
Alger le 07/11/2011



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 08:34

 

oeuvres-contemporaines-0137.jpg

© Alain Percy



J’ai fini par comprendre
Que ton coeur qui saigne
N’est que ce lambeau de terre
Livré à la mer
Et depuis j’ai jeté mon regard
Comme en écho
Sur la mer que tu adorais tant
et qui fut la dérive
De nos peuples
De toutes nos souffrances
Car ce grand soleil
Que tu portes en toi
Est la brèche de nos souvenirs
Et de nos errements

© Jean Watson CHARLES



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche