Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 février 2020 3 19 /02 /février /2020 07:34
www.telerama.fr

 

 

Ce n’est pas forcément le

« trop plein »

qui nous comble et sature notre vie,

Mais plutôt le

« trop vide »

qui nous anéantit ...  

 

©Lydia Montigny

  

Extrait du recueil « Exquis Salmigondis » aux Editions BoD-Books on Demand - Paris

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
18 février 2020 2 18 /02 /février /2020 07:21
mediter-pour-etre-heureux.com

 

 

 

 

J’ai mis beaucoup de temps

A cesser de m’en faire,

Ne plus prendre sur moi

Tous les malheurs du monde,

Ne plus ouvrir les bras

Aux douleurs indicibles

Ni porter les fardeaux

D’un poids indivisible.

 

J’ai mis beaucoup de temps

A rassembler mon être

Et à me protéger

Des excès d’empathie,

A regagner le centre

D’où sourd, continûment,

Réserve de secours,

La force inextinguible.  

 

© Luce Péclard


Extrait du recueil de Luce Péclard, « Pars si tu peux » aux éditions du Madrier


 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
17 février 2020 1 17 /02 /février /2020 07:30
madeinperpignan.com

 

 

 

Féminicides.

Jour après jour

Dire les voix éteintes

Dans le silence hurlant

Sa sordide violence,

Dénoncer l’écho acide

Des cris de peur saignant

Leur désespérance.

Féminicides.

Jour après jour,

Triste refrain,

Brocarder la guerre perfide

De poings souverains,

Anéantir cette force avide

Qui se veut virile,

Haranguer les consciences

Siégeant au sommet de la pyramide.

Chaque jour,

Révéler désigner

Ce que j’ose nommer, génocide !

Invectiver requérir inculper,

Pour rêver un jour

A la rime féminine

Fluide et lucide

Émanant de pensées chrysalides

Qui seraient semées

Par un envol de sylphides.  

 

©Nicole Portay

 

Nicole Portay - Poétesse
Déléguée BDR de la Société des Poètes Français
Responsable Nationale du concours de poésie jeunesse SPF

site: www.societedespoetesfrancais.eu    
blog:
www.societedespoetesfrancais.net    


 

 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
16 février 2020 7 16 /02 /février /2020 07:33
Photo J.Dornac©

 

 

 

Il était nu, le voici

Jaune, l’eau du soleil qui égratigne la verdeur :

Éclats aux tains des rivières.

Verte, l’eau des feuillages

Et, jaillissante de l’ombre,

Elle plonge au puits de l’onde.

 

L’eau pâle des averses niche dans le vent

Où l’opale des souvenirs verse dans la pluie.

 

 

De blanc et de gris, la lumière en brindille raye les pierres. Sur les flaques survit un tain d’ombre pareille à la nuit où des grains flavescents s’estompent tel le souvenir d’averses et de soleils épousés.

Sur le printemps aux clartés mouillées, éclatent le jaune et le vert.   

 

©Béatrice Pailler  

 

Revue Traversées n°89

Automne 2018  

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
15 février 2020 6 15 /02 /février /2020 07:34
comarketing-news.fr

 

 

 

Depuis l'aube des temps, l'homme, dominateur,

Explore l'univers dans toute sa palette
Sans un élémentaire esprit d'ordinateur.

 

En fait, obnubilé, il court à l'aveuglette
Ne voyant que l'appeau, cristal fascinateur

Comme l'éclat faussé d'un miroir qui reflète !

 

Hautain comme toujours, l'humain divinateur

Exulte ses succès de la simple roulette,
Vis, variation, hélice, alternateur,

 

Et jusqu'à l'inconnu de l'ion qui volette...

Tout est complexité, calcul d'ordonnateur,

Rayonnement subtil, atome, gouttelette...

 

En quête d'absolu, l'être exterminateur

Mijote son erreur dans son bain d'ondelette :

En inventant la poudre et le détonateur
Nul ne savait qu'un jour pour faire l'omelette

Tout serait dans l'icône en bouton pronateur !

 

©Robert Bonnefoy

Acrostiche ''Désenchantement'' –  

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
14 février 2020 5 14 /02 /février /2020 10:28
les amoureux de peynet

 

 

 

 

Tu as reçu tous mes élans

Mes émois, mes désirs

Tu as bu à la source de mon âme.

Tu m’as donné les baisers

Des lacs aux rives devinées

Et j’y retrouvais

La respiration de l’aube.

Pour toi j’ai voulu

Dans le silence bleu des nuits

Magnifier l’écriture,

Ciseler des offrandes aux Muses

Dans le cristal de la pensée.

Car mon cœur exalté

Était rempli de toi.

Mais vois-tu je tremblais

De m’éloigner un jour

Des cercles de lumière

Accompagnant ta vie.

Alors j’ai voulu te garder.

Avec mes armes fragiles :

La voix, mes mots,

L’attente d’un regard.

J’ai combattu si longtemps, mon. Ame,

Que ce soir, j’ai seulement

Envie que tu m’aimes

Et que reposent les poèmes. 

 

©Denise Bernhardt

 

Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « La mangrove du désir », aux éditions Le chasseur abstrait.

 

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
13 février 2020 4 13 /02 /février /2020 07:35
Frontispice, Barbey d'Aurevilly - Le bonheur dans le crime - Gravures de Louis Monziès d'après les dessins de F. Regamey - Edité par la Société Normande du livre illustré, 1897

 

 

 

Vous teniez dans vos mains finement potelées

“Les Diaboliques” de Barbey d'Aurevilly

Votre lecture semblait fluide, sans étourderie

Et tout en lisant, vous vous déshabilliez

Comme possédée par ce fol écrit

 

...

 

Je n'avais jamais lu Barbey d'Aurevilly

Mais à vous voir ainsi, toute dépoitraillée

Il me tardait de le lire aussi

 

...

 

Espérant sur moi le même effet  

 

© David Chomier

 

 Extrait du recueil « Soyons Bref » aux éditions Stellamaris

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
12 février 2020 3 12 /02 /février /2020 08:19
L'Argent par François Kupka.

 

 

(Pamphlet !)

 

 

 

Nos dirigeants maîtres-chanteurs

Agissent en toute sécurité.

Maîtres à penser ou bons Pasteurs

Nous imposent leurs vérités.

 

Le premier qui s'en affranchit

Se retrouve vite prisonnier

Traité parfois comme un maudit,

Un malade d'urgence à soigner.

 

Les Institutions au pouvoir

Privatisent tous les profits

L'ÊTRE n'a plus barre sur l'Avoir

On socialise les déficits !

 

On parle beaucoup des "Droits de l'homme",

On n'empêche pas l'inhumain

Tout un système bancal en somme

Qui ne saurait aller bien loin

 

Quel Carnaval des Animaux

La Vérité est bien ailleurs.

Pour les humains un bien grand mot.

L'AMOUR seul rend le monde meilleur.

 

VERITE est un divin prisme

Dont nous ne sommes que les facettes...

Il me semble que plus d'humanisme

Changerait le monde en guinguettes !!!

 

Je crois au pouvoir de l'Amour

Je suspecte l'amour du pouvoir.  

 

Pierfetz©

 

Ce poème a obtenu le prix « Insurrection Poétique » organisé par l’Union des Ecrivains Vosgiens et de l’Est en 2015. Accessible sur le site de l’auteur- http ://arciel88.fr – Recueil numérique gratuit à charger aussi « La Clef des Songes ».

 

Sources : http://plumarlequin.over-blog.com/  

 

 

 

 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
11 février 2020 2 11 /02 /février /2020 07:28
www.pinterest.de

 

 

 

 

Au lieu de faire un foin de tous les diables

à propos de mon soi-disant côté obscur,

puisque ça vous botte, allez-y :

jetez donc un coup d’œil par le trou de la serrure.

Il se peut que l’on m’aperçoive,

mais nul ne verra pour autant mon visage,

car on l’a recouvert de mystère,

étant donné que tout poème

est comparable à un secret,

un secret si bien gardé

que son auteur lui-même

a parfois un mal fou

à expliquer sa propre raison d’être

ou comment sa présence,

à elle seule,

aura suffi pour que vous vous sentiez

également tous concernés,

et pas qu’un peu !

En tout cas beaucoup plus

que vous n’auriez pu l’imaginer.

Libre à vous de choisir

mon visage ou le vôtre,

un reflet si furtif dans la vitre avant

d’une arrière-pensée volée en éclats

après que la poésie,

montée encore une fois en épingle,

ait enfilé ses talons aiguilles.

 

Et c’est alors que tout défile

et qu’à la fin je me pique.  

 

©Michel Duprez

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0
10 février 2020 1 10 /02 /février /2020 07:19
www.magicmaman.com


 

 


Pour qu’on ne prenne plus l’enfant pour une chose,
Une proie innocente, un objet convoité,
L’objectif d’un touriste en mal d’obscénité,
Ou l’indécent jouet d’un jeu qu’on lui propose,

 

Pour qu’il ne risque plus de trouver porte close,
Enfermé dans les rets de la captivité,
Qu’il n’ait plus à subir avec passivité
L’attouchement pervers d’une main qui s’impose,

 

Pour qu’en battant les champs on ne redoute plus
De retrouver son corps, souillé, près d’un talus,
Je m’adresse à celui qui garde le silence :

 

« Que le témoin muet, qui ne sait plus très bien,
Ou le juge appelé à rendre la sentence,
Imagine, qu’un jour, on recherche le sien ! »  
 

©Gérard Cazé
 
 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche