Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 07:49
Pawel Kuczynski


 

 

je marche parfois sur tes traces,
je marche avec crainte sur le sentier de tes pas,
aux senteurs d’herbes en été,
son effleurement est si doux,
mes pieds frôlent la soie
où frémit une étrange lumière

 

de très loin,
au-delà du silence
qui appuie ton âme brûlée,

 

elle ombrage mes cils
du frisson
de ses larmes,

 

je marche sur tes traces,
sur le sentier de tes mots,
des herbes de l’été,

 

le frémissement de tes mots,
une épée à deux tranchants,
me transperce ou me caresse,

 

la lumière du crépuscule,
la magie d’un mot
frissonnent en moi.    

     

©Sonia Elvireanu      
 11.09.2020
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2021 2 28 /12 /décembre /2021 07:32

 

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2021 1 27 /12 /décembre /2021 07:32


 

 

                                                   À l’Ami

 

Ces retrouvailles prévues
Depuis l’aurore des Temps
Cette rencontre de nous deux
Dans la brume des jours
À la Source même
Où nous nous sommes abreuvés
Jusqu’au cœur de l’âme…

 

Cette joie, ce bonheur de se re-connaître
Âmes sœurs à la face même de l’Univers
Enfants des Étoiles
Dans la flamboyance des Lunes
Et des Soleils
Incendie d’émerveille à la frontière de l’aube

 

Cet étonnement à la re-découverte
Signe que nous ne sommes plus seuls
À être, penser, agir, créer
Émergence hors de la solitude intime
Pour se retrouver, ensemble
Aux puits de la création

 

L’Arbre millénaire est enraciné à la peau de l’âme
Et la Poésie de l’Oiseau
Est comme la voix de l’Enfance
Comme le bleu de l’Azur
Clairière vive sur les Fleurs d’éternité
Mémoire des Temps millénaires

 

C’est le ballet des Étoiles sur le lit de la mer
C’est la danse planétaire
Où les gestes trouvent dans le silence
Les lignes archaïques des Signes
Symbolique hermétique
Dont nous cherchons la clef

 

Et se mirent les quatre saisons de l’âme
Dans la divine Géométrie de l’Art
Là où se cachent le Secret, le Mystère, la Magie
Ainsi la Rose des Vents
Où la Pierre antique naît à la Parole
Comme le Prunier initiateur s'offre en fleurs…

 

Ode©

 

sources : https://www.facebook.com/

 


       
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2021 7 26 /12 /décembre /2021 07:38


 

 

 

un coeur s’est perdu ici
un autre s’est pendu
là-bas dans le plat pays de Jacques Brel
il s’est perdu quelque part
entre ici et là-bas !
je cherche le propriétaire
à qui, sans doute, il manque !

 

peut-on vivre sans coeur
si l’on n’est pas un tyran ?
j’ai un coeur à partager
le mien à vous donner
mais qui le voudra
même gratuitement ?
à votre bon coeur Mesdames !

 

si un tyran le désire
et se l’approprie
la greffe échouera
mon coeur n’aime
que la douceur et l’amour
jamais la haine et la violence
qui le tueraient !

 

il aime la poésie
franche et directe
en-dehors des clous
plantés par les normes
des temps et âmes pincées
d’un classicisme surrané
qui en dessèche l’âme

 

ce coeur déclame les vers
et l’ensemble des douceurs
avec toujours
et en premier
toute la beauté
conjuguée au verbe aimer
car l’amour est premier !

 

à qui appartient
le coeur trouvé
dans un triste caniveau
où circulent hélas
les miasmes des âmes lasses
d’une vie de violence
baignée de haine ?…

 

que de remords inavoués
laisse échapper ce coeur
vert de tristesse
vrai, il s’est perdu
mais surtout
son amour de toujours
n’a pas supporté l’infidélité…

 

©Jean Dornac
Lannion, le 26 décembre 2021
               
 
 
 
 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2021 6 25 /12 /décembre /2021 07:40
CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux - https://sms.hypotheses.org/5417

 

 

 

 

C'était une très longue nuit
une nuit pauvre en divinité
et qui fuyait, priait de toute part
Ils passaient, repassaient, trépassaient...
la frontière de nulle part,
la frontière de l'inhumanité
 
On entendait rire au loin
la hyène aux salves de joie
celle dont l'haleine de pure race
brûle toujours d'éteindre la foi
 
Une nuit de sanglante ronde
dans la frontalière neige
plantée de grilles acérées
et de pièges immondes..
 
Pas de crêche, pas de feu
et pas de Noël en ce hors-monde
semé de trahisons et de pièges !
Et pas de vaccin contre l'égoïsme !
 
Aux printemps prochains
on trouvera quelques jouets perdus
ici ou là, des doudous usés
souvenirs exsangues, sur le fil,
perdus par les enfants de l'exil...
 
Joyeux Noël pour les souvenirs
avec les chants des enfants, leurs babils
et cet esprit de partage si volatil !
 
 
©Jeanne CHAMPEL GRENIER
       
 
 
 
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
24 décembre 2021 5 24 /12 /décembre /2021 08:31
Photo JDornac©



Les traductions en occitan limousin et en italien sont de Béatrice Gaudy

 

Les brumes bêlent dans les prés
les nuages moutonnent dans le ciel
C’est la grande transhumance des nuances
en laquelle s’estompe
la séparation de l’éther et de la terre
Tenu encore à distance
par le flamboiement des arbres
inexorablement se rapproche pourtant
le berger au souffle de glace
dont les paroles sont des halos
qui s’élèvent vers les étoiles
comme en un chant d’enfant


    * * * * * * * *


A l’ouraio de nouvèmbre


La bruma belen din l’oû par
loû nuagei moutounen din lou ciau
Qu’ei lo grando transumancio de la nuança
en lo qualo s’estoumpo
lo separaci de l’etèr e de lo terro
Tengu denguèro à distancio
pèr lo flambour daû aubrei
ineisourablamen se raprocho pertant
lou bargie au soufle de glaço
dount la paroula soun daû alo
que s’eileven ver la etiala
coumo en un chant d’efant


    * * * * * * * *


Sull’orlo di novembre


Le foschie belano nei prati
pecore sono le nuvole nel cielo
E la grande transumanza delle sfumature
Bella quale si attenua
la separazione dell’etere e della terra
Tenuto ancora a distanza
dal fiammeggiare degli alberi
inesorabilmente si avvicina tuttavia
il pastore dal fiato di ghiaccio
le oui parole sono degli aloni
che si innalzano verso le stelle
come in un canto di bambino

 

©Béatrice GAUDY                  
 
 
 

 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2021 4 23 /12 /décembre /2021 07:30
Amoureux (crayons de couleurs) - Dessin de Louis Delorme©


 

 


Je deviens homosexuel
    quand on s’en prend à mon frère parce qu’il l’est.

 

Merveilleuse tolérance du formidable poète qu’était Louis Delorme. Tolérance qui se perd tragiquement chez certains politiciens que j’aurais tendance à nommer « politichiens » et encore, ce serait une insulte pour les chiens ! Je. ne suis pas homo, mais je respecte celles et ceux qui le sont car ils sont mes frères et mes soeurs en humanité ! (Jean Dornac)

 

La haine des homos tend à se propager :
C’est une ignominie à nulle autre pareille !
Sous l’insulte souvent la barbarie sommeille,
Nous tous que faisons-nous pour la décourager ?

 

L’homme est un animal qui devient enragé.
Ce vieux mal, la bêtise aveugle le réveille ;
Pour son obscure fin le navire appareille,
Si nous ne faisons rien nous allons « naufrager. »

 

Certaine religion, à  ce qu’on dit s’en mêle :
Elle n’évolue guère et laisse des séquelles
D’un temps où l’ignorance empêchait de bien voir.

 

Mais de nos jours aucune raison ne subsiste
De s’en prendre à celui qui par nature existe
Et qui d’être autrement n’a pas reçu pouvoir.

 

©Louis Delorme  

 

Extrait du recueil « Alternances » de 2020. Editions Thierry Sajet              
 
 
 
 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2021 3 22 /12 /décembre /2021 07:40


 

 

 

Je glisse… Je glisse
tel un murmure de sève…
Je glisse en silence
et jamais le présent
ne se pose sur la pierre…
Tous les cris
à peine éveillés
retournent dans la mer…
L’ombre aspire
nos voix trop frêles
qui s’éloignent
de nos gorges perdues…
Je glisse… Je glisse
sans fermer les paupières…
Le regard ne suffit pas
à retenir les paysages…
Comment jaillir
plus loin que notre marche
quand notre course aveugle
appartient à l’autre rive…
Ah ! si seulement
j’avais appris l’éternité
je ne glisserais plus
comme une larme
sur le visage anonyme
d’un univers imperturbable…
De quelle triste lumière
suis-je donc habité
pour n’être même pas
une chose qui passe
et qui s’offre indifférente
à l’ultime plénitude
de l’espace absolu ?…
Je glisse… je glisse
et ne vaut même pas
une simple prière
ni même le feu
d’une étoile infinie
qui tourne… tourne…
sa gloire d’étincelles
dans les bras de l’oubli…
Je glisse… je glisse
et ne sens même plus
la main ferme des jours
dans la forge du coeur !…

© Victor Varjac

Antibes, le 17 juin 2001


Extrait du recueil « Le Dragon de Poussière » aux éditions MELIS
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2021 2 21 /12 /décembre /2021 07:47
Euphorbia herba saumon



 

Dans les nuages bleus de tes SONGES,
j'entends s'ébattre les oiseaux.
La nature ignore les mensonges,
L'espérance vole ses drapeaux.

Remonter aux sources d'amour,
A contre-courant du grand fleuve,
Et y déposer aux beaux jours
La semence d'une vie neuve.

A la recherche de L'ESPOIR,
J'oublie le passé de mes chutes,
Mes orages, mes tempêtes, mes ciels noirs,
Mes vaines recherches et mes luttes.

Me retrouve enfin à la SOURCE
Du grand fleuve je monte le cours,
Et là je termine ma course
Pour y retrouver mes amours.

L'être ondoie à contre-courant,
Comme un saumon pour donner vie;
S'il se laisse aller un instant,
Il risque de noyer sa vie.

Le songe et l'espoir de L'ATTENTE,
Retrouvaille, sérénité, joie.
Le silence me permet l'entente
Des mots d'amour venus de toi !

Pierfetz©
Sources : http://arciel88.fr/bibpoesiespierrot/I-16Saumonee.htmmai 2004

 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2021 1 20 /12 /décembre /2021 07:47
Les 7 îles, Bretagne - Photo JDornac©


 

 

parfois un oiseau te frôlait de son aile
et je te parlais de soif
de ces cerfs qui scissionnent les plateaux
tranchant jaune le genêt
je te disais les saisons du visage
de l’anémone printanière à l’anémone soufrée
la terre nous ouvrait son flanc de blocs ardents
en plein ciel parait à la nudité sur le sein
de ton abîme
les soubresauts d’une montagne que l’on croyait
éteinte
montrait sa dimension sauvage
poumons de tonnerre sur l’herbe basse
que forçaient tes rayons
que forçaient tes étreintes
derrière les barrières de feu et ses travaux en cours
dormait ce rêve de nous que nous inventions de vivre
et je buvais la trame et l’épilogue dans ce bol arrondi
que tu levais dans le jour

© Barbara Auzou.
               
 
 
 
 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche