Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 08:26

 

arbre-voyageur-26800715.jpg

http://apadrefeijooonparlefrancais.blogspot.fr/2013_04_01_archive.html



Sous l’arbre du voyageur
Bruissent des eaux pacifiées
Où s’éveillent des ondes de lumière.
Dans l’instant tout n’est plus
Que fluides évanescences,
Frissonnantes transparences,
Ne suggérant discrètement
Que le chemin de l’essentiel,
Serti de silence et d’émotion,
Avec pour simple ornement
Une voix cristalline,
Peut-être descendue du ciel.

© Michel Bénard.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 08:39

 

love.jpg

Infographie de Ode©



L’amour chante les lunes du printemps
Au retour des oiseaux migrateurs
Cueillette de bonheurs, fleurs de nuit
Dans le vase des passions

Les amours sont fragiles
Jaillissant des mystères de la nuit
Dans les sueurs de la rosée
Aux promesses de fêtes

Là-haut, les marées se font grosses
Appellent le passeur de l’été
Ainsi les roseaux de sables
Épuisés sur des roses sauvages

Et chanteront sur les pierres délavés
Que le sillon du temps traverse
Écho entendu jusqu’aux horizons
Des civilisations perdues

Viens donc à ma fontaine, te laisse aller et bois
Il n’est d’autre séjour pour retrouver la paix

Attendre demain où dans l’aurore
Danseront des lapins
Sous l’œil charmé de biches

Quand le reste on s’en fiche…

~*~

Je laisse aller l'eau du fleuve
m'y trempe et fais peau neuve...

Et dans le doux mélange
Des brumes d'un baiser
J'entends rire cet ange
Qui vient m'apaiser

~*~

Ode©



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 08:28

 

gazon.jpg

Photo © Labyrinthus, vue aérienne de Y.Arthus-Bertrand



Enfant d’hommes
Esprit encore vierge
Innocence parfaite
Tu n’as que faire des chemins
Qu’envisagent pour toi
Tes chers parents

Tu n’as besoin que d’amour
C’est la seule route
Qui te permette de grandir
Qui t’offre un avenir
Et un sens à ta vie
Loin, encore, des ambitions

Bientôt, tu iras à l’école
Tu apprendras les dogmes
Des cruelles sociétés
Après les sentes parentales
Enseignées de forces
Avec sourire ou larmes

Avec le temps
Tu perdras ton innocence
Et surtout, ta liberté
Et tu te révolteras
Fils ou fille
Pour ne pas étouffer

Alors, tu feras
L’apprentissage de la vie
Tu parcourras mille chemins
Parfois, tu verras l’impasse
Ou, après bien des efforts
Tu verras la lumière

Qu’il est dur
De trouver son chemin
La route des intérêts
Est semée d’embûches
Tu ne seras libre
Que si tu aimes

Tu ne seras homme ou femme
Que par l’Amour
Loin des ego dominants
Loin de thésauriser
Loin des idéologies
Qui aveuglent l’âme

Cherche ton chemin
Loin des routes conventionnelles
Cherche-les dans chaque recoin
De ton âme tourmentée
Tu ne le trouveras
Que sur les pentes escarpées…

© Jean Dornac
Paris, le 29 mars 2010



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 08:36

 

Photos-2-7510.jpg

http://breizhshot.blogspot.fr/2012/11/la-valse-des-ocres-et-des-pourpres.html



Les paroles salvatrices lovées dans les limbes des non-dits
irisent l'arc-en-ciel des mémoires infidèles.

Malgré les contraintes et les exigences du temps
elles chantent les amours illusoires et les noces de printemps
vivifiant la rime et fécondant l'imaginaire.

Il fait toujours beau dans le petit matin
quand les fous sont porteurs de raison
et chantent l'apothéose des valses d'impudeurs ou de luxure de la nouvelle saison.

Fréquentant le fil de la frontière ténue entre réalité et inconnaissable,
le poète trouve alors sa semence
et atteint á la plénitude tressant la longue pratique des rêves serpentant le fil de sa mémoire.

Et les amours "bluesent" sur les notes de nos sens repus
pourtant nostalgiques de tous nos suspensifs...

© Marie Alice Théard



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 08:47

 

fleur1saura.jpg

A fleur de Plante - AFT ©



Pour bien assurer sa relève,
Elle s'était transformée en fleur.
Le temps pressait, la vie est brève,
Elle ne devait pas perdre une heure.

De l'enveloppe protectrice,
Couleurs et parfum de corolle,
Le pistil jaillit du calice,
Et du bourdon attend le vol.

Posé sur ce jardin d'Eden,
Il donne avec délicatesse,
Son plein d'amour et de pollen,
A cette fleur de la tendresse.

Pierfetz ©


http://arciel88.fr/bibpoesiespierrot/I-6Printemps.htm



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 08:51

 

picabia-francis-01.jpg

© Francis PICABIA



De la fenêtre de ma chambre
Je vois tomber les feuilles des arbres
C’est l’automne, la saison de leur mort
De couleurs variées, jaune, marron, rouge
Ocre et vert, elles jonchent le sol
Formant quand même un beau tapis
Acte glorieux de madame nature

À Contempler ce triste spectacle
Une douce langueur m’envahit
Me reviennent clairs et précis
Des souvenirs du temps jadis
De cet amour au destin malheureux
Temps encore précieux pour nous deux
Alors mon cœur s’attriste et pleure

© Marlene Racine-Toussaint (Maratou)



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 08:02

 

attente.jpg

Infographie © Thierry Deschamps



Un merveilleux soleil s'est levé ce matin,
Et, à travers la brume d'un sommeil envolé
L'amour nous a montré quel était le chemin,
Et nos âmes et nos cœurs, ont alors fusionné.

Dans une douce étreinte nos corps se sont soudés
Et rien dans l'univers n'avait plus d'importance,
Que nos corps enflammés, avides de se donner
Et d'exploser ensemble d'une divine jouissance.

Le vent de la passion nous a pris par la main,
Nous nous sommes envolés au pays du plaisir
Celui des doux baisers et des tendres câlins,
Le pays de l'amour, du partage, du désir.

Mais la réalité a fini par me prendre
J'étais seul dans mon lit avec mes pensées.
Las, aujourd'hui encore il me fallait t'attendre,
Et seule ta pensée réchauffe mon cœur blessé.

~~*~~

©Thierry Deschamps


http://www.desir.le-spleen-de-zarathoustra.fr/attente.html



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 08:12

 

PC_cbna_2003_redim.jpg

http://www.fcbn.fr/cbn/cbn-alpin



Est-il besoin d’aimer
Pour que dure la beauté
Des hautes transparences.
L’azur exaltant la lumière,
Les monts qui juxtaposent
Leurs pétales de brumes,
Et les chemins d’étoiles
Sur les eaux gravides
Des profondeurs.
Car l’amour est cruel,
La nature innocente.
Que s’estompent en mon cœur
Les vaines blessures,
Pour que vienne la paix
En mon âme éblouie.

© Denise Bernhardt
(Au bord du lac d’Annecy)


Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « La mangrove du désir », aux éditions Le chasseur abstrait.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 08:25

 

img_8609_medium.jpg

http://www.ms-ebenisterie.com/en/node/35



Je bavarde avec toi
Sur le fil de la plume,
Ce peu d’encre exploré
Dans ses moindres filets !

Tu me réponds dans la foulée.
Il nous arrive de construire
Une dentelle exubérante,
Une floraison de paroles
Qui occupe toute la place
Dans l’espace délimité.

Parfois notre dialogue accueille
Des points de suspension subtile…

Chacun garde son clos secret,
Sa zone de pénombre douce,
Son maquis à explorer seul :
La forêt du dernier ancrage
Où peut-être il s’immergera.

© Luce Péclard


Extrait du nouveau recueil de Luce Péclard, « Pars si tu peux » aux éditions du Madrier



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 08:54

 

fleur-fanee.jpg

http://www.kill-tilt.fr/le-blog-de-guimath/2013/09/30/bilan-septembre/



Je me souviens très bien de cette nuit-là
le soir indifférent glissait sans bruit
une lune amère inondait notre lit
ton ombre grise immense a lâché mes bras.

Satin froissé, oreillers blessés
sur notre couche ton corps puissant
a imprimé sa vie sur mes draps blancs
ces ruines ont hurlé l'adieu à l'aimé.

A six heures trente, l'horloge épuisée
martèle et cliquette ton départ
un rai de lumière tangue dans mon brouillard
mais il faut repartir et mon corps lever.

Grains de poussière qui dansent
rais de lumière qui tanguent
sur les oreillers consternés
l'amertume d'une larme séchée

© Claire Prendkis



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche