Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 07:22

 

mains_rodin.jpg

© Les mains - Rodin



Il suffit d’une main
qui marche dans le noir
une main à peine ébauchée
tel un rêve perdu
qui s’effiloche
et passe devant nos yeux
comme un espoir
qui se referme…
Une main tissée
par un visage distrait
tel un frémissement
à la recherche
d’un sourire insaisissable…
Il suffit d’une main
qui se lève
comme la première étoile
et qui porte la trace
de toutes nos tempêtes…
Une main envoûtée
par la lumière sulfureuse
d’un péril ancestral…
Une main
invisible et hautaine
qui provoque l’adieu
sur le seuil du passé…
Une main tendue
tel un échange
ou un signe ébauché
qu’un glaive d’ombre efface…
Il suffit d’une main
pour franchir
le Grand Passage
où disparaissent
toutes les créatures
à la faiblesse des heures…
Il suffit d’une main
une main innocente
à la chair de lune
désignant l’orgueil
de notre ridicule chemin
pour jeter notre existence
dans la gueule ouverte
de la chute éternelle !...

© Victor Varjac
Antibes, le 6 juillet 2001


Extrait du recueil « Le Dragon de Poussière » aux éditions MELIS



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Victor Varjac
commenter cet article
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 07:26

 

musique-feu.jpg

http://club.ados.fr/priss29



L' Amour est ma musique intérieure

Qui remplit l'espace sonore de mon âme;

C'est aussi la sève de mon corps.

Elle me vient d'un souffle divin.

* * *

Dormirais-je volontiers

vant de mes amours,

Miroirs enfouis d'hier,

Façonnés pour toujours. 

Solitude de mon coeur,

Lassitude du temps.

Si,la musique en choeurs

Domine mes instants,

chauffe mon bonheur,

Miracle d'oiseaux-notes,

Fantaisies sur papier,

Solo, concert, gavottes.



La musique est première,

Si chérie dans mon coeur,

Dominante poésie de la Vie.

* * *

Do Mi Si La Do Ré

La musique apporte à l'artiste
tout pour écrire peindre et dessiner...
Il en est ainsi pour un Pierrot rêveur
et ses amis.

© Pierfetz

http://arciel88.fr/bibpoesiespierrot/VI-7Musiqueinterieure.htm



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Pierfetz
commenter cet article
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 07:35

 

plume.jpg

http://maniacgeek.wordpress.com/2010/04



Coup de foudre.

Dans la lumière aveugle
Où je n’avais d’yeux
Que pour cet éclair éblouissant
Chargé d’annoncer sa venue,
Je l’ai vu passer tel un météore
Entraînant dans son sillage
Mille tourbillons de feu.

À l’entendre, pourtant,
Il n’était rien d’autre qu’un passant
Soi-disant inaperçu
Venu mendier quelques idées
Sans rien promettre en échange,
Un trompe-l’oreille au regard louche
Refusant d’être sans avoir,
De savoir sans connaître,
Pourvu qu’il vive et qu’on le laisse grandir,
Pourvu,
Ou dépourvu,
De cet état de grâce accordant l’air inspiré,
Un simple passant, naturalisé poème.

Poème…
Ça y est, maintenant je me rappelle :
Le jour se lève
Et j’ai encore oublié
De mourir.

© Michel Duprez



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Michel Duprez
commenter cet article
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 07:32

 

c-Thueyts---2009-09-06---14343_GF.jpg

http://www.lechodesbartas.fr



D’une flambée à l’autre,
Que de pénombre habitée
Entre les incendies de vie…

D’une lisière à l’autre,
Combien de forêts d’accueil
Loin du vertige des orées…

D’un être humain à l’autre,
Les refuges du silence
Devant l’énigme irrésolue…

D’une tristesse à l’autre,
Tous les abris explorés
Pour retrouver la joie perdue…

Et d’une mort à l’autre,
Tant de chemins de survie
Pour dépasser l’inexorable…

© Luce Péclard
14.12.09



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Luce Péclard
commenter cet article
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 07:46

 

vieprofil.jpg

© Liliane Caumont – Vie (profil)



C’est dans la matière
Qu’il recherche sa lumière,
Qu’il éveille la courbe d’une hanche,
Le galbe d’un sein,
Qu’il ravive les empreintes
De ses souvenirs d’amour.
De la pierre il fait naître des anges
Qu’il place sur l’échelle de Jacob,
De son ciseau il trouve les mots
Qu’en secret ses doigts
Prononcent dans le silence
Des veines de la pierre
A la coulée du bronze.
Il met en résonnance
Le rythme des patines
Qui révélera le verbe
Pour un hymne dédié à la beauté.

© Michel Bénard.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 08:10

 

oeuvres-contemporaines-0010.jpg

© Isabella Poulenard



À l'arc du désir, au cœur de l'amour

Mes ciels sont porteurs d'espérance

La brume du matin tombe sur le sourire de mes lèvres

La tendresse de l'oiseau s'étale dans la fraîcheur de la caresse


 Je hume les odeurs du matin vert

Qui me rappellent à mon enfance

Qu'il est long le chemin parcouru...


Au chevet de l'été, les jours se feront fleuves

Le goéland m'apportera une fleur, un roseau

Et j'écrirai tant de mots, tant d'amour

À l'encre de mes désirs d'éternité


Dans cet écrin des mots diaphanes

J'y mettrai mes encens les plus purs

Une rose rouge aux fortes odeurs

Des longues heures de sa présence désirée




© Ode

Extrait du recueil « Le Fleuve donne naissance aux Enfants des Etoiles » aux éditions Les Poètes Français – Paris


Prix Alain Lefeuvre 2010



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Ode
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 07:33

 

musique.jpg

http://canada2010.centerblog.net/rub-notes-de-musique-.html



La musique qui marche au pas
Quoi de plus triste et ennuyeux ?
Bonne pour les esprits rigides
Ou les militaristes aveugles…

Inutile est la musique
Qui n’élève pas d’un seul trait
L’âme vers les sommets
De l’émotion jusqu’aux larmes

Ô que trop souvent
Manque la mélodie
Qui nous emporte
Au paradis des mélomanes

Où sont passés
Les magiciens des notes
Les bijoutiers des airs envoûtants
Les maîtres du langage universel ?

Que sont devenus
Les poètes des arpèges
Tous ces Merlins Enchanteurs
Au cœur de tous les amoureux ?

A quoi bon remplacer
Les harmonies par un infernal bruit
Qui ne fait bouillir que le sang
Mais jamais n’élève l’humain ?

N’est-ce donc que cela
Que mérite notre époque ?
Le bruit disharmonieux
Ou les fanfares militaires ?

Aimons-nous si peu la vie
Que nous ne soyons plus capables
De la décrire en partitions célestes
Qui consolent les âmes sensibles ?

© Jean Dornac
Paris, le 19 juillet 2011



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Jean Dornac
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 08:12

 

les-mots.jpg




L’existence est une étreinte
une oeuvre de faussaire
une illusion qui sans relâche
dévore l’apprentissage de nos pas
et prépare notre chute…
Intraduisible passage…
…. machiavélique tragédie…
… mais les mots… les mots
portent notre mémoire
au dessus de ce cadran
incontournable et fou…
Mots de notre aventure
compagnons de voyages
boussoles inutiles
de l’impénétrable secret
je rêve de vous écrire
plus grands que le jour
plus forts que la souffrance…
Mots admirables
devant lesquels
la Vieille Edentée
à la Faux menaçante
s’agenouille en silence
posant ses mains poreuses
sur l’abîme de ses yeux…

Je rêve de mots
aux ailes de prière
à la voix d’espérance
car les mots
apaisent mes blessures
s’infiltrent dans ma chair
creusent en moi
le hasard et l’éphémère
roulent sur mes livres
jaillissent de ma plume
et métamorphosent
ces traces dérisoires
en appels sublimes
lorsque l’encrier
verse dans le soir
l’arc en ciel de mon sang…

© Victor Varjac
Antibes, le 2 juin 2001

Extrait du recueil « Le Dragon de Poussière » aux éditions MELIS



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Victor Varjac
commenter cet article
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 07:26

 

mairie-port-au-prince.jpg

© Photo prise par le maire, Jean-Yves Jason.
http://www.lexpress.fr/actualite



                                                   A Shadrac Laforêt


Dans la rue
Nous redressons nos chemins
Comme pour cracher sur la ville
Port-au-Prince
Cette ville qui part
A la conquête d’un cadavre
Arpente nos sens
Ici la ville est couchée sur nous
Ici nous couchons avec la ville
Œil pour œil
Dent pour dent
Ville pour vie

Nous arc-boutons le vide
Mais les mots frappent à nos tympans
Comme l’eau pénètre l’asphalte

Ici
Il n’est jamais trop tard
Pour se trouver mort
Dans les yeux des passants

© Wébert Charles



Notice biographique

Wébert Charles est né à Port-au-Prince (Haïti) le 24 octobre 1988. Etudiant en Economie, Poète, Nouvelliste, il vient de signer aux éditions bas de page un recueil de poèmes Pour que la terre s'en souvienne (2010) avec la participation de Jean Watson Charles. Ses articles et poèmes sont parus dans le quotidien Lenouvelliste et l’Anthologie des jeunes poètes d’Haïti (2008). Il vit à Delmas ou il prépare son premier récit et un recueil de poèmes en créole.





Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 07:19

 

Le-Titien.jpg

© Le concert champêtre – Le Titien



Si tu m’aimais encore,

Tu serais ma musique.
Je t’embrasserais là, sur les yeux, façon polka Chopin,
Je te caresserais aux sons appuyés et suaves de Schumann,
Je chanterais mon amour, ma joie de te sentir en moi, façon symphonies Beethoven,
Je t’aimerais dans tout tes accès d’impatience et de colère, Wagner,
Je te chuchoterais les mots Bach, tempérés, mélodiques,
mais aussi amoureux, tendres et romantiques,
De ceux qui se disent et surtout qu’on écoute,
Je t’envelopperais de la douceur Haendel pour t’envoûter Purcell,
Je t’adorerais, élégance Ravel.

Je te ferais découvrir la musique à mes sens qui découvre cet aveu,

Tu serais ma révolution, mon Internationale.
Tu m’emporterais dans mille tourbillons de java,
les yeux dans les yeux, corps contre corps.

Nous glisserions sur les arpèges Paganini,
Nous grimperions les marches de la volupté,
Toucher sensuel d’un bois de violon.
Fous de virtuosités,
De fougue déferlant en vagues puissantes,
Mer déchaînée, amour vertigineux,
Nous nous laisserions emporter par les notes.

Pause,

Dis, quand reviendras-tu ?
Mélancolie Barbara,
Spleen des saisons qui se succèdent dans la morosité.
Paname lumière reste pourtant merveilleuse par tous les temps.
Le sais-tu seulement ?

Je n’entends plus que Carmen,
Jalousie et séduction brisée,
Pourquoi Schubert a-t-il composé La jeune fille et la mort ?
Cet air glacial de perfection qui ne cesse de sonner à mes oreilles,
Valse mortelle de Gounod pour Roméo et Juliette.
L’Elégie de Fauré, lancinante, écorche mon amour déçu.

Ton silence tue ma musique.
J’en meurs.

© Dominique Dupuy



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche