Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 08:42

 

800px-Pieter_Bruegel_I-Fall_of_rebel_Angels_IMG_1444.jpg

© La chute des anges – Pieter Bruegel l’Ancien



Il est au fond de mon cœur
Une morsure qui ne s’efface pas
Je voudrais honorer la vie
Mais ils sont si nombreux
Ceux qui la piétinent…

Ces gens que l’on achète
Qui vendent leur âme
Pour une poignée de deniers
Qui ont de leur cœur
Oublié l’essence

Ces êtres de pouvoir
Qui font de leur orgueil
Le pain quotidien
Aussi rassis au-dehors
Que mou au-dedans

Ces religieux méchants
Qui annoncent l’amour
Tout en plantant
Leurs flèches empoisonnées
Dans les cœurs innocents

Ces militaires si fiers
Qui tuent et torturent
Le père et l’enfant
Violent mères et filles
Avant, têtes hautes, de défiler

Ces braves gens
Qui jugent sans savoir
Qui condamnent
Sans réfléchir
Leurs frères différents

Et tous ces citoyens qui savent
Les crimes des puissants
Qui se taisent ou applaudissent
Et ne font rien
Pour soulager le monde

Oui, je voudrais
Chanter la vie
Mais qu’est un poète
Sinon une âme qui souffre
Et crie dans le désert ?

© Jean Dornac
Paris, le 18 décembre 2011



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Jean Dornac
commenter cet article
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 07:55

Bon passage à la nouvelle année, même si nous savons que 2012 risque d’être très dur à vivre…

-       N’oublions pas, durant les fêtes, bien au chaud chez nous, ceux qui agonisent, jour après jour, dans la rue ;

-       toutes celles et ceux qui sont seuls, oubliés, parfois, par leurs propres familles ;

-       tous ceux, désormais trop pauvres dans cette France pourtant encore très riche, pour festoyer…

-       Bonnes fêtes également à tous les étrangers qui vivent si difficilement dans notre pays, notre malheureux pays dont la mentalité des autorités et de certains politiciens se racorni toujours plus.

-       N’oublions pas tous ces exclus de notre société, exclus sans raison autre que la bêtise humaine…

-       N’oublions pas non plus cette foule de jeunes, cette espérance du pays, que les pouvoirs jettent dans la pauvreté ou la misère de même que dans l’exploitation.

-       Enfin, n’oublions jamais que la Liberté est un combat de tout instant !

 Le-pauvre-Lazare-et-lhomme-riche.jpg

http://viecontemplative.saintefamille.fr/2010/09/26/un-homme-riche-un-homme-pauvre

 

A toutes et à tous, rendez-vous à partir du 2 janvier 2012

 

Jean Dornac

 

Repost 0
Published by jdor
commenter cet article
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 08:37

 

gabriel-faure.jpg

http://tetramorphe.blogspot.com/2010/05/le-requiem-de-gabriel-faure.html



GABRIEL FAURÉ


Fleurissent les deux pommiers de mon petit jardin,
Mon cœur aimant revit avec le printemps.
J’écoute Fauré, lui qui a su charger sa musique
De moments du monde.

Fenouils, coquelicots, sauges et prêles
Toutes les plantes
Chaleureuses,
Confiantes,
Lucides
Tendent leurs âmes champêtres vers
Les notes de ces mélodies tissées de délicatesse.

Ô matin dilué dans la sonore clarté
De la musique ! Quelle grâce légère,
Quelle éblouissante subtilité.
Perles remplies de soleil et d’eau amoureuse !

Et toi, Mère de Dieu,
Oratrix pacis,
Qui veille sur le cœur des êtres pudiques !

Jour d’ambre,
Jour fait des larmes
Que versèrent les filles du soleil
Changées en peupliers !

Ô harmonie, entre les élégantes collines s’épure
Un paysage d’une tendre clarté !

© Athanase Vantchev de Thracy
Paris, le 4 décembre 2011

Glose :

Gabriel Fauré (1845-1924) : pianiste, organiste et compositeur français.

Élève de Saint-Saëns et Gustave Lefèvre à l’Ecole Niedermeyer de Paris, il est d’abord organiste à l’église de la Madeleine à Paris. Il est ensuite professeur de composition au Conservatoire de Paris, puis directeur de l'établissement de 1905-1920.

Avec Debussy, Ravel, Satie et Saint-Saëns, il est l'un des grands musiciens français de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

Oratrix pacis : expression latine qui signifie « celle qui demande la paix ».

Ambre (n.m.) : mythologie grecque : les Héliades, filles d’Hélios et de l’Océanide Clyméné sont les sœurs de Phaéton. Lorsque leur frère fut foudroyé par Zeus et tomba dans le fleuve Eridan, les Héliades le pleurèrent tant qu’elles furent transformées en peupliers. Leurs larmes donnèrent naissance aux gouttes d’ambre.




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 08:24

 

Degas.jpg

© Edgar Degas



L’amitié danse, légère,
Au fil des affinités.
Un pas en avant, en arrière.
Suspendue à son balancier,
Elle vit d’équilibre
Et se rit du vertige.

Posséder n’est pas son dessein,
Mais lâcher, relâcher du lest,
Nier jusqu’à son propre poids
Pour être plus vacante encore.

© Luce Péclard
4 décembre 2009



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Luce Péclard
commenter cet article
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 08:25

 

les_ch12.jpg

http://groupepergaudpontarlier.fr/chants2010.htm



                                                                Amical hommage à Manolita.


Elle n’est que silence,
Douces lignes colorées,
Nuances musicales.
Sur son visage
Le miracle opère,
Par la transparence
De son regard,
Clarifié d’eau lustrale.
Tel est simplement
Le miroir de son âme,
Reflétant ce que son cœur
Contient d’éclats de pureté.

© Michel Bénard.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 08:31

 

figees-glace-901364.jpg

http://www.linternaute.com/voyage/amerique-du-nord/instants-poetiques-sur-le-saint-laurent/figees-dans-la-glace.shtml



Je cherche des morceaux d’âme

Sur un bateau de neige

Pris dans la glace

Sur les rives du fleuve

Je cherche des morceaux de ciel

Étouffé derrière l’avalanche de nuages

Dans la saison lumineuse

Aux écritures anciennes


Je cherche des morceaux d’enfance

Camouflés dans les courtines du Temps

Dans la blancheur des bancs de neige

Où glissent les traînes sauvages


Je cherche des morceaux de fleuve

Perdu sous des monceaux de glaces

Dans l’attente de l’hirondelle

Même si elle ne fait pas le printemps


Je cherche des morceaux de toi

Égaré dans mes tempêtes, mes poudreries 

À la dérive de mon regard

Telles, des anges, les amours de nuit


Je cherche des morceaux de moi

Sur les ailes des Oiseaux de froidure

Qui volent au-dessus 

Du vitrail blanc des hivers


Je cherche des morceaux de nous

Oubliés dans les Archives des Ans

Par delà les sables et les glaciers fondants

Avec la peur au ventre, de les retrouver...



Et je cherche...

© Ode


Extrait du recueil « Le Fleuve donne naissance aux Enfants des Etoiles » aux éditions Les Poètes Français – Paris


Prix Alain Lefeuvre 2010



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Ode
commenter cet article
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 08:27

 

temps.jpg

http://meme.yahoo.com/amore1/p/3K8LWyW



Quand vient l’âge des souvenirs
Coule dans le calice
Un breuvage doux-amer
La tendresse
La nostalgie
Parfois la tristesse
Et ce dur sentiment
De s’étre trop souvent
Egaré au son du vent

Heures sombres et lumineuses
Se fondent et se confondent
Délivrant comme un fumet de pavot
Formant un tableau surréaliste
Ou un « Guernica »
Sans maître ni pinceaux

Je rêvais d’être bâtisseur
Mais ne fus, plus souvent
Qu’un ingénu démolisseur
Je croyais aimer
Je voulais aimer
Mais ce livre lumineux
Etait bien trop vaste
Pour que j’en parcourus le tout

La réalité se fond dans l’onirique
Perdant le fil de ce qui est véridique…

Je me voulais libre
Oh charmante illusion
Qui rejoignit le chaos
Lorsque je compris
Que je n’étais que le jouet
D’un monde conçu
Pour plaire aux puissants

J’avais foi en un Dieu d’amour
Qui, trop vite, s’abîmât
Dans le fracas des canons
Des dogmes et rentes
Puis renaissait
Monstre exigeant
La vie et le sang
Des pauvres et des niais

Je croyais, sans doute ni question
Ce que mes yeux lisaient
Jusqu’au jour où je compris
Que tout n’est qu’apparence
Pouvoir et jalousie
Convoitise et folie

Tu m’avais dit : « pour toujours »
Et tu partis au bout
De sept ans et quelques jours
Détruisant mes rêves
Mes espérances
Volant à jamais
Mes forces
Et mon innocence

Et pourtant, lorsque
La flamme qui m’anime
Sera soufflée
Et que sa fumée
S’envolera au loin
Dans l’inconnu
D’un futur incertain
Je te regretterai
Toi, la vie
Que j’ai tant aimée que vomie

© Jean Dornac
23 août 2009



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Jean Dornac
commenter cet article
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 08:42

 

oeuvres-contemporaines-0038.jpg

© Lydie Godbillon



                                                                      A Christiane Marre
                                                           In Mémoriam


Entre les berges des paupières
le rêve traduit
le passage des anges…
Je replie un à un
les doigts de la mémoire
pour retenir plus sûrement
l’écho tout entier
de cette rencontre…
Ainsi j’emporte
au pays de la chair
le secret d’un regard
né d’une aube inconnue
où poussent les ailes !...

© Victor Varjac
Antibes, le 12 avril 2002


Extrait du recueil « Le Dragon de Poussière » aux éditions MELIS



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Victor Varjac
commenter cet article
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 08:11

 

Sensation_283.jpg

© Jacques-François Dussottier



Le jour bruit
Dans le chant du silence,
Le matin se tisse
Dans un baiser diapré.
Eau vibrée
Jonchée de rêves.
Le mauve des ombres
Inventent l’innocence
Dans l’aube saveur de rosée.
Pétales d’étoiles
En la nuit voyagée.
Fasciné de lumière
Par la dérive de l’espace
Mon ombre s’ensoleille
Dans l’envol fou des mots.

© Jacques-François Dussottier



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 08:25

 

terre-craquelee.jpg

http://jeandler.blog.lemonde.fr/category/les-etangs



Mon prochain il sera lové
En des bulles opaques
Quand la lumière ne pourra plus franchir
Les strates polluantes

Mon prochain il sera limité à des visages
Collés contre des grilles
A des clés pendues aux mains des geôliers.
Et les roses périront dans les jardins.

Les hommes peineront
Sur les tapis roulant de l’existence,
De la naissance à la mort
Hautement programmés.

Il n’y aura jamais de crise pour les armes
Pour les larmes pas de trêves

Quelle ambition, quelle place à prendre,
Une mesure de blé pour un bol de riz,
Une galette de mil pour un pain de sésame
Et toujours le manque
Sur la terre assoiffée.

Les hommes en errance chercheront l’eau
Un rayon de soleil, un filet d’air
Avant d’agoniser
Comme ces poissons haletants
Jetés sur les pontons.

© Denise Bernhardt


Extrait du recueil « L’amour du Monde », Poèmes à deux plumes, éditions « Le Vert Galant »
Ecrit par Denise Bernhardt & Duckens CHARITABLE



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche