Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 06:28
Les fruits de l'automne, d'Armand Niquille, tempéra sur panneau, 113 x 100 cm, 1944

 
 

        

Dans le crépuscule feutré de rousseur, les anges et les démons, vigies de la tentation, jouent une marche triomphale. Les couleurs crépitent, festoient entre soie et feu. Des saveurs s’échappent : élixirs secrets.

 

Ébauche d’une brûlante possession.

 

En cette subtile andante, prémisse d’un orage à venir, j’entends déjà le brame sauvage de vos festins s’étirer jusqu’à la moiteur du désir.

 

Nue, mes doigts se  crispent sur les fruits dérobés. Mon déluge est intérieur. Mais, en cette fin de jour enturbanné de poussière d’or, tu m’as dit : viens !

 

Sous tes mains aussi possessives que les nuées les plus ardentes, aussi veloutées qu’un miel de Provence, mon corps caressé de gourmandises ondule de soupirs et nos peaux se confessent de caresses.

 

Jouissance.

 

Dans la dérive flamboyante de cette fin d’été où le soleil hésite à conduire cette liturgie païenne,  je t’ai vu brûler.

 

De toi,  j’ai tout pris, les grands vents, les croyant protecteurs, les mirages anthropophages, le jus sucré de l’asile, prélude à l’exil.

 

J’ai pensé pouvoir t’apprivoiser, tu ne m’en as pas laissé le temps. Pourtant mon cœur faseye encore au gibet du soleil couchant, ma bouche s’égare dans les fruits à mordre.

 

Cruel imaginaire.

 

Etourdi de fantasmes, un ange dérive la tête  à l’envers,  l’Eden, s’est lézardé ; à perte de corps, la nuit sera sans frontière. Personne ne joue plus, sauf toi, ailleurs.

 

Deux paons esquissent encore un dernier baiser, est-ce l’heure de la pénitence ?

 

Je porte la crue rebelle de mes illusions.

 

©Nicole Hardouin

 
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
6 août 2017 7 06 /08 /août /2017 06:28
Les collages poétiques surréalistes de Jacques Prévert

 

 

 

Je suis le sang de ton visage

les feuilles de ta chair

le coquillage sonore

où tressaillent tes pas…

 

La tendresse de la dentelle

où ton geste fluide

engendre une mousse

de voiles et de fleurs…

 

Le tendre message

de la rose des vents

qui grave tes paroles

sur le front des nuages

 

L’enfant derrière tes mains

qui chemine vers l’amour…

La joue d’une caresse

et le rire du ciel…

 

Je suis celui que tu attends

dans l’espérance d’une étoile

dont les yeux seraient ta voix

et le cœur ton paysage !...


© Victor Varjac

Antibes, le 21 avril 2001


Extrait du recueil « l’Homme Imaginaire » aux éditions MELIS





Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Victor Varjac
commenter cet article
5 août 2017 6 05 /08 /août /2017 06:28
Lucie Delarue-Mardus - début des années 1940

 

 

 

 
Comme un courant d'eau douce à travers l'âcre mer,
Nos secrètes amours, tendrement enlacées,
Passent parmi ce siècle impie, à la pensée
Dure, et qui n'a pas mis son âme dans sa chair. 
 
Nous avons le sourire des blanches noces
Qui mêlent nos contours émouvants et lactés,
Et dans nos yeux survit la dernière beauté
Du monde, et dans nos coeurs le dernier sacerdoce. 
 
Nous conduisons parmi les baumes et les fleurs
La lenteur de nos pas rythmés comme des strophes,
Portant seules le faix souverain des étoffes,
Les pierres et les fards, et l'orgueil des couleurs. 
 
Nous sommes le miroir de nous-mêmes, l'aurore
Qui se répète au fond du lac silencieux,
Et notre passion est un vin précieux
Qui brûle, contenu dans une double amphore. 
 
Mais parfois la lueur fauve de nos regards
Epouvante ceux-là qui nous nomment damnées,
Et l'horreur vit en nous ainsi qu'en nos aînées
Qui lamentaient les nuits dans leurs cheveux épars.
 
©Lucie Delarue-Mardus
 
 
 
Repost 0
4 août 2017 5 04 /08 /août /2017 06:35
mamzellemirabelle.blogspot.fr/2010/09/ca-se-dispute

 

 

 
Pas toujours facile
d’aiguiser un trait tout en pesant ses mots,
d’exclure une pensée a priori sympathique
mais laissant malgré tout planer un doute
autour d’elle.
 
Pas toujours aussi simple
de gommer tous ces petits travers,
ces milliers de vers imparfaits
fréquemment présents aux mauvais endroits,
de considérer ces quelques vagues réminiscences,
finalement balancées par-dessus bord,
comme autant de coups d’épée dans l’eau.
 
Pas toujours évident
de tomber par hasard  sur une subtilité
impossible à décoder sans l’oreille musicale
associée aux yeux du cœur
ou de devoir trancher entre deux formules
après avoir achevé d’éplucher l’ensemble,
écarté toute explication un peu trop prévisible.
 
Et pourtant…
Pourtant, la voix silencieuse
n’est pas encore prête à rendre l’âme.
Oh non, point de suspension, que du contraire :
la voix, fût-elle aussi fragile qu’un murmure,
aussitôt évadée hors de nous,
en vous déjà se réincarne
et continue à témoigner,
l’ivresse de vivre au coin des lèvres.
 
©Michel Duprez




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits...
Repost 0
Published by jdor - dans Michel Duprez
commenter cet article
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 06:28
Passé, présent, avenir : « la gare de Perpignan » par Dali

 

 


La vie nous enseigne que l’on grandit tous les jours,
que l’apprentissage est un voyage sans retour.
Aimer est un poids beaucoup trop lourd,
mépriser est encore pire que l’amour.
Mentir est une moitié de vérité,
la vérité ? C’est une histoire partiellement raconté.
De la vie, on apprend que quand on ne peut obtenir,
on doit se satisfaire de ce qu’on a réussi à acquérir.
Remercier Dieu de ce qu’il a donné,
ne jamais exiger, ne jamais blâmer !

Ne jamais convoiter ce qui est au dessus de soi,
mais regarder plus bas quand  ça ne va pas.
La vie nous montre que le passé n’est qu’une illusion,
que l’avenir est une terrifiante obligation.
Le présent ? Le présent !!! Ce n’est qu’une transition.
L’entre deux…
Le face à face miroitant l’amour, le mépris, les enseignements de la vie, les réussites et les échecs.
L’avenir et les souvenirs en même temps.
 
©Djida Cherfi
 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits...
Repost 0
Published by jdor - dans Djida Cherfi
commenter cet article
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 06:46
pxhere.com/th/photo/1282949
 
 
 
Par un matin d’hiver
Sur mon chemin de hasard,
J’ai trouvé un diamant de glace
Au centre de la place
Entre deux pavés descellés.
Il me parut bien fragile
Autant que le fil de vie,
Alors qu’un premier
Rayon de soleil,
Le parant de beauté
Le mettait déjà en péril.
 
©Michel Bénard




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits...
Repost 0
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 06:30
Photo: Trois-Pistoles, Québec. Ode©

 

 

 
 
Ils chevauchent dans la plaine
Sous un soleil de plomb
Heureux, libres
Amoureux

 
Ils se promènent en silence main dans la main
Dans les sentiers touffus du frais boisé
Dans les yeux, un avenir certain
Ce soir ils vont s'aimer

 
Ensemble ils enrubannent les heures
D'un sourire, d'un baiser, d'une fleur
Nudité et splendeur des amours tendres
Que rien jamais ne viendra surprendre

 
Ils sont Un dans l'âme
À fleur de cœur

Affinités électives
À fleur de peau

Ils se sont reconnus
À fleur d'antique mémoire

Ils s'aiment
À fleur de corps


Ils s'allongent
À fleur d'étoiles

Ils s'abreuvent
À fleur de source

 
Les amoureux venus de la plaine
 
Ode©
21 juin de l'An Deux

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Ode
commenter cet article
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 06:30
avecgildef.forumpro.fr/t95-la-belle-passante

 

 

 
Toi que j’ai créée
A chaque seconde
Des rêves troublants
De mes nuits
Trop chaudes
Ou trop froides
 
Toi, je t’aurais aimée
Jusqu’au bout des temps
Sans nuances
Sans retenue
Même au bord de la folie
Cœur brûlé par la passion
 
Tu m’es apparue
Comme l’essence de la femme
Comme un rêve
Un mirage
Une Femme de toujours
Une Femme pour toujours…
 
Toi, tu étais la vie
La lumière, la joie
La certitude du bonheur
Tes yeux tenaient
Du brillant des étoiles
Et du mystère des nuits
 
Ton sourire éclatant
Etait une cascade
De lumière
Qui donne la vie
Qui donne l’envie
Qui crée l’amour
 
Toi, tu m’aurais délivré
Si tu n’étais pas passée
Sans me voir
Sans que tes yeux
Ne me touchent…
Sans te retourner…
 
©Jean Dornac
Lyon, le 30 juillet 2017




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits...
Repost 0
Published by jdor - dans Jean Dornac
commenter cet article
30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 06:31
http://capturesdinstants.blogspot.fr/2010/04/joli-pont-de-pierre.html
 
 
 
 
 
On ne reverra plus le petit pont de pierre,
ne serait-ce qu’un temps, on n’y reviendra pas,
Saurait-il partager les pleurs de nos faux-pas,
être consolateur à l’ombre de son lierre !
 
Sage recoin de paix, penché sur la rivière,
quand nous venions pêcher ou chercher des appâts :
on était seul au monde et mon cœur sans compas
aime encor tes yeux bleus sous ta frange si fière…
 
Ni ton nez, ni ton front, n’étaient plus beaux pour moi :
aimer c’est avant tout, vibrer dans son émoi,
quand chaque jeu se mêle aux rires d’un enfant…
 
On a grandi depuis, ton tablier bouffant
Est devenu serré sur ta douce poitrine…
Sage instant d'autrefois couché dans la feutrine.
 
©Robert Bonnefoy
 
"On ne saurait être sage quand on aime, ni aimer quand on est sage"
(Publilius Syrus).
 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

 

Repost 0
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 06:36
©Francis Fritsch, huile sur toile, 63 x 50 cm

 
Traduire les craies
qui échappent des doigts
teignant nos épidermes
de poussières astrales
 
Traduire l'encre
qui coagule ce bec d'acier
liant et déliant
mes plus blondes pensées

 
Traduire une page blanche
qui crie sa virginité
se rebellant à mes lignes
pour d'ardentes fiançailles
 
Traduire les ombres
qui déclinent leurs stances
refoulant les trilles
d'un soleil nouveau-né

 
Traduire la toile
qui saigne ma fibre
luttant en désespoir
comme Jacob et l'ange
 
Traduire la pâte et l'huile
qui se font clairs-obscurs
refusant à ma palette
les lueurs de l'aimer
 
©Claude Luezior  
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche