Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2022 1 19 /09 /septembre /2022 06:43

 

Poèmes Lauréats Concours Jeunesse SPF 2022

 


 


Pour toi ma sœur, je pense à toi chaque jour
Et même sous la danse mélancolique des flocons
Je viens déposer doucement une petite rose rouge
Sur ta tombe blême, remplie de notre amour à tous.

 

Je suis si triste, les souvenirs de toi m’envahissent
Toutes nos bêtises, nos éclats de rire, que du bonheur
Et vient le malheur, la douleur qui te tend la main
Puis viens la mort qui t’accueille dans ses bras.

 

©Rébecca DELESTRE
– 6ème – 13830 ROQIEFORT-la-BEDOULE
1er PRIX SECTION CM2 et 6ème

       
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2022 5 16 /09 /septembre /2022 06:42


 

 

Sur la toile de la nuit je perçois
Les notes d’une partition nouvelle
Que drape un voile de métaphores
Tissé de fils maillés d’or.
Entre deux rives le flot déferle
De la source en liberté à la cascatelle,
Trait d’union entre l’intime et l’univers.
Obole livrée par l’archet du vent
Née au coeur de la rondeur lunaire.
La petite fugue des grillons
Berce la lisière du chemin de la paix.
Sur la toile de ma vie je perçois
La magie du souffle,
C’est mon poème ailé
Prenant son envol.

 

 ©Nicole Portay
Extrait du recueil : Les racines du miel - Editions les Poètes français      
 
 
 
 
 
 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2022 4 15 /09 /septembre /2022 06:50
Photo prise par Ellen Renneboog

J’ai le grand plaisir de publier, pour la première fois dans les colonnes de Couleurs Poésies, Ellen Renneboog, poète et excellente photographe ! J’espère que vous saurez l’accueillir avec joie ! Jean Dornac

 


Je vis avec le cadavre de l'amour
Les arbres sont ma consolation

J'ai contemplé le monde des sommets
La montagne est ma patrie

J'ai puisé au plus profond de moi
La terre nourrit mon âme

Je ne sais pas où je vais
Je navigue au gré des étoiles

Rien n'a de l'importance
Je suis enfant du vent.

©Ellen Renneboog
Extrait du recueil « Poèmes pour P. » disponible chez Amazon.     


 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2022 3 14 /09 /septembre /2022 06:47


 

 

De la pâte de verre sensible
aux couleurs des braises

jusqu’à l’arc hardi
du cristal refroidi

toute matière se soumet
au changement d’état.


A notre tour subissons
l’épreuve du feu et de l’eau
pour qu’un instant

un court instant peut-être
nos flûtes se lèvent

©Jeannine DION-GUERIN
Extrait du recueil « Petite suite pour une convalescence » aux éditions « éditinter »
 
 
   
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2022 2 13 /09 /septembre /2022 06:49

 


Un oiseau s’est posé sur un fil barbelé.
Un oiseau alouette
Ou bien une fauvette
Une bergeronnette ?
Un oiseau funambule sur un filin d’acier.

Boule de plumes minuscule, perché en équilibre sur une pointe acérée
Il frappe à coups de bec les mailles du filet
Tendu par la faucheuse pour répandre l’enfer
Sur les yeux, dans les cœurs, le cortège des mères.

Un oiseau s’est posé sur un fil barbelé.
L’oiseau piaille à tue-tête le matin renouveau
Les larmes asséchées du printemps, de l’été
Reddition des corbeaux.

Un oiseau s’est posé sur un fil barbelé.
Il lance - Plus jamais ça ! à qui voudrait l’entendre
Mais qui ne l’entend pas
Qui ferme les persiennes sur les visages tendres
Des enfants oublieux accrochés à leurs pas.

Un oiseau s’est posé sur un fil barbelé.
En une ode à la vie, violée par les barbares
Son chant ferme les plaies
Stridule l’Hymne à la Joie.

Pénitences avares
Retenues à l’instant des rêves de tendresse
Les âmes se déploient
Les mémoires se noient dans le Livre Néant : Il était une fois
La sagesse abandonne la raison à l’ivresse
Des feux, bénédiction, éphémère liesse
Procès avant-coureurs des guerres aux indigents : Une dernière fois ?

L’oiseau s’est envolé dans le ciel barbelé.
Accablé, il s’efface lors s’agitent les poings
Et son chant à l’aveugle piaille : Plus jamais ça !

 
©Serge Lascar
 Nouveaux Cahiers de Poésie

 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2022 1 12 /09 /septembre /2022 06:36
Lac de la Triouzoune - côté Neuvic


Traductions de Béatrice Gaudy

 

 

En maillot de bain sous les étoiles
nous marchions dans la campagne limousine
entre brebis endormies et vers luisants
Il était minuit à l’horloge de la chaleur
et la Vieille se reposait de sa danse *

*Allusion à la très ancienne expression occitane « Lo Vièio danso » (La Vieille danse) qui signifie que l’air est tellement chaud qu’il donne l’impression que la nature (la vieille) tremble (danse).

 

* * *


Souvent de la Annada 70


En malhot de ban
sous la etiala
nous permenavan din lo campagno lemousino
entre feda endurmida e luseta
Erio miejonuè à lou reloge de lo chalour
e lo Vièio se repausavo de so danso *

*Alusi à lo très anciano espressi oucitano « Lo Vièto danso » que sinifio que l’aire è tant chaud que douno l’impressi que lo naturo (lo vièio) tremoulo (danso)

©Béatrice GAUDY                            
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2022 7 11 /09 /septembre /2022 06:29



 
Poèmes Lauréats Concours Jeunesse SPF 2022
 
 

 

Mon Papi est parti, comme ça, dans la nuit
Mon Papi est parti et je suis en colère
Mon cœur n’est que misère
Je suis anéanti.

Mon Papi est parti et moi j’erre,
Dans le grenier, près du vieux puits,
Dans la forêt, dans nos prairies,
Dans le jardin, dont il était si fier.

Tout semble évanoui, disparu avec lui,
Je ne suis plus petit…

Mon Papi est parti et sa voix avec lui,
Et ses coups de colère,
Son unique univers
Et ses fous rires aussi.

Mais soudain je souris et me dis,
Que tout n’est pas fini
Car je garde de lui
Son foutu caractère !

©Nathan BLANC

– 4ème – 71270 PIERRE- de – BRESSE
1er PRIX COLLEGES 5ème à la 3ème

     
 
 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2022 6 10 /09 /septembre /2022 06:27


 


Il n'est jamais trop tard de sortir de l'ombre .

Peu importe les obstacles , les tempêtes profondes ou sombres

Se dressant sur notre chemin en grand nombre ,

Peu importe les fois où on désirera se retirer dans la pénombre ,

Peu importe les fois où nous aurons l'impression que notre cœur n'est que décombres ,

Peu importe les fois où nous sentirons comme si nos émotions , nos pensées ne sont qu'encombres ,

Peu importe les fois où nous verrons les raisons de perdre espoir en surnombre , 

Peu importe les fois où la sortie nous sera invisible ,

Peu importe ... Peu importe ... Peu importe ...

Même lorsque nos propres mots ne nous seront plus lisibles

Trouvons la force d'avancer , de détruire ces barrières d'un geste indélébile.

Ces peurs qui nous dévorent contre-pour notre gré ...

Quelle est la question ? Pouvons nous contrôler ces peurs et faire en sorte qu'elles nous soient utiles ?

Ou les laisser gagner , petit à petit , sans rien essayer ?
 

© Mounia CHELOUAH                  
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2022 5 09 /09 /septembre /2022 06:34
Sculpture d’Etienne Fatras©


 

 

Tu es seule ATROPOS
Tes deux sœurs ne sont pas avec toi ?
Habituellement les MOIRES sont trois,
Du moins il en est ainsi,
Dans la mythologie,
Tu vois je t’ai reconnu ATROPOS.
Cela fait longtemps que je t'attends,
Tu soignes toujours autant ton apparence ?
Je suis sensible à ta révérence,
J'apprécie ton sourire apaisant,
Mais derrière ton dos,
Tu caches ton ciseau.
J’ai souvent pensé à toi en toute quiétude,
Que cela soit dans mon univers poétique,
Ou dans mes moments critiques,
Ton évocation est devenue une habitude,
Tant pour t'apprivoiser
Que de me rassurer.

Pour autant que je me souvienne,
J’avais l'esprit serein avant l'arrivée d'Étienne.


©Etienne Fatras  
 
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2022 4 08 /09 /septembre /2022 06:35
Photo reçue de l’auteur

 

J’ai vu un cheval rouge courir sur la lune
pleine de lumière, ronde comme un melon.
C’est un vieux cheval à la crinière triste,
maigre, le dos voûté,
les côtes saillantes d’avoir trop porté.
Pourquoi est-il rouge ?
De honte, pardi !
D’avoir osé s’enfuir, quitter son maître,
qui souvent le battait mais qu’il aimait,
par habitude ou lâcheté.


Il saute bien haut pour un cheval fourbu !
Non ! la lune en avait assez
de le voir souffrir, de l’entendre gémir.
Alors, une nuit, elle est descendue
et sur son dos l’a enlevé.
J’ai vu un cheval rouge danser sur la lune.
Quand elle est éteinte
il vient dans le noir partager mes rêves
et sur son dos m’emporte au chemin de l’espoir.

 

©  Bernard Delpech
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche