Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 08:11

 

h04_22358393.jpg

© Photo REUTERS/Carlos Barria - http://planetevivante.wordpress.com



Je te parle à point d’îles
Mon sang mis en apostrophe
Sur des kilomètres pour te parler
A encre ouverte

Je suis de cette ville
Qui a perdu ses pantoufles
Ses bracelets d’or
Sous des bagages de bidonvilles

Je rêve à grande vitesse
Et je suis en panne de sang,
Mes fibres visionnaires
Ne captent plus d’images

Je suis en panne de rythme
Quand la terre a soif de mes larmes
Et mes rêves sur des brancards
Ne peuvent plus passer l’attente
Sur des saisons qu’on ne revit pas.

Je te parle à point d’îles
Sur des courriers de sang
Sur des courriers de larmes.

© Yves Romel Toussaint

Extrait du recueil « La face double du rêve » aux éditions Le Vert-Galant
Ecrit par Denise Bernhardt & Yves Romel Toussaint




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 08:19

 

6a00d83451c3b369e200e54f11d25f8833-800wi.jpg

© Le Supplice de Marsyas I - Musée du Louvre
http://guesswhoandwhere.typepad.fr



Silence, sois partout
Dans le cœur, l’esprit
De l’espoir je m’en fous
Aphone, j’avale mes cris.

Je cesse de courir
Je ne le dis pas
Fatigué je veux partir
J’immortalise mon cas.

J’ai trop donné
Sans jamais recevoir
J’ai tout pardonné
Je n’ose plus croire.

A qui tendre la main
Ton propre sang te blesse
J’ai pris le mauvais train
En fondant ma graisse.

Sur qui jeter un regard
L’inculture bat son plein
Sur ce temps bien en retard
D’un peu d’amour j’ai faim.

Je vomis mon existence
Respectueuse du devoir
Je maudis ma patience
Devant cet ignoble couloir.

Vite Dieu doit me prendre
Je n’attends plus personne
Ni à acheter ni à vendre
Là, la douleur résonne.

© Mouloudi Mustapha
Alger le 31/08/2011



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 07:32

 

2537483200_1.jpg

http://miss-rihab-kech15.skyrock.com



Je vous hais,
Les élans du coeur sont sacrés,
Vous l'ignoriez donc ...

Les taire ? Comment ?

Portés par les mots,
Usés, romantiques,
Durs, épurés même ironiques,
Doux, sucrés ou acides,

Qu'importe, ils transportent l'âme,
Et la mènent à la mort.

Ultime de l'amour.

Pas chassés, sautillants,
Valse brillante ou triste.
L'amour en mouvement,
Attirance mortelle.

Le poète a raison,
Il n'y a pas d'amour heureux.

Il n'y a que des Belles Dames sans merci,
Des Laura sans Pétrarque,
Et plus de Juliette qu'on ne croit.

Femme moderne,
Désabusée des princes charmants,
Piégée dans le vide du désir d'être,
Femme, amante, maîtresse, mère,
Intelligente, cultivée, ambitieuse.

Misérablement amoureuse.

Quand l'indifférence abat sans pitié
Les transports du coeur.

Il n'y aura pas de Nous deux
Puisque vous ne m'entendez pas.

Il est vrai que pour vous,
Aucun élan du coeur n'est sacré.

Je vous hais.

© Dominique Dupuy



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 07:09

 

Photographie-d-art-0021-Christiane-Bertrand--1-.jpg

© Christiane Bertrand – " Célestes calligraphies "


                               En hommage, partage &
                                             remerciement à Christiane.


Touche blanche au livre de pierre noir,
Cloison en transparence
Entre le cœur et l’âme du monde,
Simple coup d’archer sur la lune blanche,
Et la musique enveloppe les nuages
Composant des chants d’écume et de sel.
Le temps ici se mêle aux veines des gemmes,
Où, de l’extrême jardin marin
Se dresse en ciselures le menhir celtique,
Symbole et jalon des degrés de vie !
C’est le souffle d’une féodalité patinée
Où calvaires et colombes se suspendent
Au profil frondeur d’une enfant de bronze.
La mer caresse et sculpte en secret ses galets,
L’ange d’ombre déploie ses ailes
Sous la coque d’un galion inversé,
Et ton regard illuminé s’étonne
A la lumière bleutée d’un vitrail
Effleurant la mystérieuse beauté de l’icône.

© Michel Bénard.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 07:13

 

cielnoir.jpg

http://coukie24.unblog.fr/tag/poesie/page/3/




Et je l'ai vu le grand héron, blessé

À l'ombre de l'invisible incertitude

Caché sous les rives voilées de la solitude

Dans la voûte de l'azur sans nuages



Il s'est souvent posé au coin là, de ma bouche

Il est reparti dans les airs porté par le vent

J'ai guetté son retour, je le guette encor

Assise sur les ailes du songe et de l'espoir



Tu as vu le héron blessé, mon amour

Tu l'as vu passer au-dessus de tes aires

Ses ailes sont des éclairs de feu

Portées par les vents des grands orages



Si tu le vois, dis-lui que je l'attends

Au soir qui chante la mélodie des mirages

J'ai des étoiles dans mon regard

Une lune à mes pieds, il me reconnaîtra



© Ode

Extrait du recueil « Le Fleuve donne naissance aux Enfants des Etoiles » aux éditions Les Poètes Français – Paris


Prix Alain Lefeuvre 2010



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits 
 

Repost 0
Published by jdor - dans Ode
commenter cet article
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 07:09

 

bt60qtw5.jpg

http://www.centerblog.net



Temps délicieux pour l’enfant aimé
Tragique pour le petit en monde de misère
Temps différent selon la famille de naissance
Mais temps lumineux lorsque l’amour
En est l’essence quel que soit le milieu

Ouvre les yeux, petit être
Découvre ce monde
Dans lequel tu es invité
Qu’il soit doux et tendre
Ou féroce et sans pitié

Il sera le tien à ton corps défendant
Mais il sera ce que tu en feras
Ne crois pas ceux qui te diront
« On ne peut rien changer »
Le cœur ardent transforme
Tout ce qu’il touche

Joue, crée ton monde d’enfance
Peuplé de joies et de peines
C’est le lot de tous les humains
Oublie les différences
Tu es unique et semblable
Tu possèdes la dignité
C’est ton juste héritage

Blanc, Noir, Jaune ou Rouge
Quelle importance ?
Nous sommes de la même famille
Riches ou pauvres,
Qu’importe en fin de compte
Car tu sais, toi, ton importance
Tu le lis dans les yeux de ta maman

Engrange dès maintenant
L’amour et la tendresse
Car le monde en est avare
Apprends à vivre de ce trésor
Plus grand, tu sais,
Il est des périodes
De grandes sécheresses.

Garde ton regard d’enfant
Jusqu’aux rides parvenu
Le gamin est l’espérance
Seul, il transforme le monde
Même vieux, l’enfant en toi
Sera joie, beauté et amour

© Jean Dornac
Paris, le 1er octobre 2010



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Jean Dornac
commenter cet article
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 08:01

 

tempete-et-orage-en-mer.1268605125.jpg

© Joseph Mallord William Turner - Tempête et orage en mer




                                                     A Philippe Jaccottet

 
La tempête sauvage
engrosse la marée
qui accouche sans cesse
d’une vague nouvelle
à la rage d’écume…

Dans la voilière du ciel
imprévisible et terrible
la bise fouette les nuées
dont le galop tumultueux
laisse des empreintes noires
sur les chemins blessés
où glissent les étoiles…

L’espace ensorcelé
offre son corps brûlant
au solstice d’hiver…

Le spasme du Sabbat
chevauche les reins
de la mer stupéfaite
qui découvre en sa chair
le péché de jouissance
qu’accordent les démons !...

L’ivresse a pénétré
au milieu des épaves
jusqu’aux fibres du rêve
car la tragédie porte
les signes du voyage
où l’irradiation de l’étreinte
pousse le souffle de la vie
jusqu’à l’outrance de la mort !...

© Victor Varjac
Antibes, 21 janvier 2001

Extrait du recueil « l’Homme Imaginaire » aux éditions MELIS



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Victor Varjac
commenter cet article
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 07:44

 

l-oree-bois-543197.jpg

© Pierre Bacon - http://www.linternaute.com



Dans les forêts de personnages
Ayant peuplé mon existence,
J’entends un bruissement subtil
Qui m’entraîne au-delà du temps.

Je revois de vénérés chênes,
Des fayards, des sapins robustes.
Les plants chétifs ont disparu
Dans l’ombre épaisse du sous-bois.
J’ai arraché les baobabs,
Du moins ce qui leur ressemblait.

Mais les halliers se renouvellent
A la lisière du présent,
Et l’orée est toujours fleurie !

© Luce Péclard
6.7.09



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Luce Péclard
commenter cet article
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 07:41

 

John_William_Waterhouse_Flora_.jpg

© John William Waterhouse –Etude pour « Flora and the zéphyrs »



Ton sourire m’a laissé
Tel un fétu de paille
Emporté par le vent
À travers les nuages.

Érodant ma cuirasse
Désagrégeant la pierre
Ne laissant que poussière
De Rêve…

Ton regard m’a brulé
Brindille desséchée
Enveloppée par les flammes
D’un soleil éclatant.

Faisant fondre le mur
Liquéfiant mon armure
Ne laissant qu’un magma
D’Espoir…

Ton charme m’a emporté
Une bouteille à la mer
Complètement chamboulée
Par les flots déchainés

Diluant ma carapace
Brisant mon cœur de glace
Me laissant prisonnier
D’Envie…

Et là
Fragile et nu
Pris dans le tourbillon
De désirs oubliés

J’ai retrouvé la soif
D’Aimer…

© Thierry Deschamps



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 07:37

 

2f65033e.jpg

© La jeune fille et l’oiseau – Berthe Morisot



Jour de soleil ou jour de pluie,
A l'avance on l'a transformée,
En princesse, comme grande fille,
Prison dorée, prison fermée.

On l'a dit bien calme et tranquille,
"C'est une enfant bien élevée"!!!
Isolée et seule dans son île,
De ses amis bien préservée.

Une Joconde sans sourire,
Les grands trouvent cela parfait.
L'enfant pourtant préfère rire,
L'amusement est son bienfait.

Elle rêve déjà d'être libre
Loin de ces grands palais d'été.
Aux pays lointains pense à vivre
Et reprendre sa liberté.

Qu'ils sont tristes tous ces dimanches
Costumés en bonne société.
Je préfèrerais "faire la manche"
Pour acheter ma liberté !

Quand je regarde les nuages
Pleurer des perles sur ma vitre,
Je pense à ces oiseaux en cage,
A la perle enfermée dans l'huître !

Pierfetz ©

http://arciel88.fr/bibpoesiespierrot/I-3petitefille.htm



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Pierfetz
commenter cet article

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche