Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 08:32

 

coignet-chene-chat-thierry.jpg

© Le chêne et le roseau : Jules Louis Philippe Coignet



Tous les soins de Martin ne l'en font que plus âne,
Ceux de Goupil, que plus renard,
Modeste ou pas, quel paon ne se pavane ?
Est-il un avatar
Capable de forcer, tant soit peu la nature
Que l'on tient du Destin ?
Serait-ce une gageure
Que d'en vouloir changer élémentaire, un brin ?
Or, qu’un génie aimable
Genre sage, saisisse - alors que nous allons
Accomplir un forfait – le moule d’une Fable...
Castigat ridendo mores ... nous basculons !
Ainsi le propre de la chose
Assurant la leçon, est de ne servir point.
Elle est riche à souhait, mais vaine quand elle ose,
En ce que les marauds l’ignorent avec soin.
- J’en suis, vous dis-je ! Ainsi, notre équivoque,
C’est ce plaisir sans fard
A dénoncer tout ce qui choque,
Pour ensuite en tenter l’insigne traquenard.
Que la Fable discerne où se cachent nos ruses,
S'apprête à dispenser cette faveur
D’admonestations jamais obtuses,
Nos âmes s'en défont et rient de sa candeur.
Le propos est alerte,
Le tour bien enlevé, mais à la fin
Pressentant notre perte,
Nous l'estimons taillée aux normes du voisin.
Rien n'entend moins qu'une oreille distraite :
Qu'un probe avis s'en vienne analyser nos us,
Au besoin les maltraite,
L'exercice plaira sans nous rendre confus !
Un mieux est-il possible ?
Il faudrait qu'une fois,
Ayant servis de cible,
Nous fassions le bon choix :

Comprendre enfin les clés ! Car rien de notre vie
Où la Fable se rend, n'a de quoi s'en cacher,
Elle qui sert d'un trait notre vin de folie,
Nous disant par avance où nous l'allons gâcher !

© Claude Gauthier



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 08:00

 

sagesse-verite.jpg

© Pierre-Paul Prud´hon - La Sagesse et la Vérité



Ce n’est plus le temps
Des aveugles passions,
Mais celui de l’expérience
Que souligne la réflexion,
C’est l’heure sereine
Aux flamboyances du ponant,
Où le verbe aimer
Se drape d’un voile d’humilité,
D’une beauté précieuse,
D’une poétique pérennité.
C’est devenu le temps
De la complicité partagée,
Celui de l’amour-d’amitié.
Non, ce n’est plus le temps
Des folles passions.

© Michel Bénard.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 07:51

 

melancolie.jpg

© Constance-Marie CHARPENTIER



L’absence vide

Attendre sans plus rien attendre

Regarder le jour qui passe

Le temps qui fuit



Hier, j’étais petite

Je savourais la vie

La savoure plus encore



Présence

Elle porte ton nom



Le soleil joue à cache-cache

avec les nuages silencieux

qui se fondent avec l’oiseau



Des canards se font entendre au loin

Tout est vert, jaune et bleu 

Autour de moi

Tout est lumière



Solitude nue

Indécente

Presque



Je viens briser le silence

j’en ai le désir

très fort



M’entendre écrire

M’écouter penser

M’écouter me taire



Aucun regret

Si ce n’est

L’absence

de tes lèvres

d’où ne viendra plus

un mot tendre



Toi l’Oiseau blessé

Restera de toi

Tes Mots

Ceux que tu nous as laissés



Et tu es là

Absence

Tu te souviens

De l’île

Comme je me souviens

De tes sables

Où tu es enfoui

à jamais…


Je prends soin de ma Maison de Mots 

et de leurs sens

Je les aime

comme tu les aimais

avec passion 



Il faut qu’à la pierre luisante

de la marée basse

On se souvienne

Que l’on écoute chanter les mots

qui s’alignent

comme les vagues

qui remontent

remonteront

jusqu’à marée haute

engloutiront la pierre

cracheront les mots sur la berge

pour que tu les lises

et que tu te souviennes

d’où tu viens

où tu es 

et où tu vas...



Écoute le vol de l’Oiseau

il te guidera

le long du Fleuve

jusqu’à l’Atlantique

Tu y ramasseras les galets

pour en faire des statues

Tu les nommeras

de tes noms originels

tu t’y retrouveras

te reconnaîtras



Bien au delà du Rêve

Tu verras la rose s’épanouir

Tu flotteras au-dessus des plaines

et des battures

En cherchant à atteindre l’horizon

que jamais tu n’atteindras

Mais tu atteindras la rive

et la sente qui te conduira

en tes lieux



Nous tournons en rond

Autour de la terre

Depuis la nuit des temps

C’est la quête



Et les Gardiennes du Temple

T’ouvriront enfin leurs bras
…


© Ode


Extrait du recueil « Le Fleuve donne naissance aux Enfants des Etoiles » aux éditions Les Poètes Français – Paris


Prix Alain Lefeuvre 2010


Visiter son site : http://zodode.5.50megs.com/



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Ode
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 08:20

 

La-solitude-touche-pres-d-un-Francais-sur-dix.jpg

http://eveilpolitique.blogspot.com/2011/05/le-fleau-de-la-solitude-sempare-des.html



Je suis une âme ermite
Que l’amour a fui
Je ne vis plus de la source féconde
Qui de sa fraîcheur
Réchauffait mon coeur

J’erre de nuit en nuit
De jour en jour
A la recherche
Des poussières d’amour

Je pleure en mon âme
De souvenirs en souvenirs
Cherchant la paix
D’un sourire amoureux

Je vais de tanières en tanières
Espérant trouver la paix
Par la chaleur
D’un corps aimant et offert

Sans ta tendresse
Tendre inconnue
Je vis bien avant l’heure
Les affres de la mort

Vénus, mon amie
Ne pourrais-tu
Semer dans le cœur
De l’une de tes filles
L’amour qui fait vivre

La guider vers l’ermite
Qui se morfond de tristesse
Qui se dessèche
Par trop de solitude ?…

© Jean Dornac
Paris, le 19 décembre 2011



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Jean Dornac
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 08:17

 

oeuvres-contemporaines-0039.jpg

© Lydie Godbillon



Ton corps est un buisson
d’ambre et de silence
où j’entre doucement
pour jouir de ton cœur…
Ô calice de flammes
que je porte à mes lèvres
la braise insatiable
coule dans ma chair
comme l’orgueil immense
d’une fièvre qui se dresse
et chevauche mon désir…
Tes yeux… tes yeux prolongent
les doigts de mon regard
et j’oublie la douleur
qui me possède et me traverse…
Peut-être oserai-je dire
ce que je ne vis pas
car l’écriture se nourrit
d’un tout autre langage…
Elle achève et libère
le cercle démesuré
qu’exige l’avenir…
Que le temps d’une parole
mon ombre s’échappe
et vienne s’agenouiller
au chevet de ton souffle
et sente la douceur
de verger de ta peau…
Je ne puis demeurer
au bord de ton chemin…
Laisse-moi te saisir sur l’échafaud des heures
que devant toi mon rêve
jaillisse de la nuit…
Il est temps de connaître
le dragon qui nous pousse
vers la grande fêlure
qu’engendre notre sang…
… car les mots de l’adieu
viendront bien assez vite
réduire mon visage
et je ne serai plus
que trois grains de poussière !...

© Victor Varjac
Antibes, le 15 juin 2002


Extrait du recueil « Le Dragon de Poussière » aux éditions MELIS



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Victor Varjac
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 08:31

 

344503-123.jpg

http://yeclik.wordpress.com/2009/02



Qui a parlé de mysticisme
Le vingt et unième siècle est celui de la peur,
De clôtures épointés, de barrières électrifiées.
De badges en interphones
De codes secrets en mots de passe,
On cherche avec peine
Où se trouve la passe
Pour franchir le cours d’une journée.

Même les jardins publics ont leurs clés
Pour emprisonner les oiseaux.

Les aéroports sont « No Man’s Land »
Les usines « Zone Interdite »
Les résidences tiennent portes closes
Idem les écoles, les banques, les boutiquiers,
Idem les porches des églises,
Dieu aurait-il des velléités de s’enfuir.

Les états un à un referment leurs frontières
Jamais ouvertes d’ailleurs.

Qui es-tu mon frère pour répandre cette peur.
« JE est un AUTRE »*
C’est toi, c’est moi, il ou elle.
Un jour ils ne sauront plus leurs noms
Ni où ils vont, ni d’où ils viennent
Un jour ils auront tout oublié
De leur humaine condition.

© Denise Bernhardt


Extrait du recueil « L’amour du Monde », Poèmes à deux plumes, éditions « Le Vert Galant »
Ecrit par Denise Bernhardt & Duckens CHARITABLE



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 08:28

 

coucher-de-soleil-sur-la-mer-des-Caraibes.jpg

http://michmartinik.travelblog.fr/188415/coucher-de-soleil-sur-la-mer-des-Caraibes/



Corps pour la montée des eaux
Et ton ciel à genoux comme le goût âcre
D’un ciel incendié
Je ne verrai plus mon pays
Tant que la nuit ne sera pas prostituée
Ma voix contre tout appel
Et des chemins aux colliers de joies
Ma voix chant de mer
Comme un émerveillement à la tombée du soir
La mer des caraïbes est en moi
Et t’appartient jusqu'à ton épaule décapitée

© Jean Watson Charles

(in, plus loin qu'ailleurs,inedit 2012)



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 08:32

 

Rolla-1878-Henri-Gervex.jpg

© Rolla - Henri Gervex



Dès soleil, le Midi se réfugie à l’ombre
Et lui tourne le dos, ses volets ramassant ;
Chats et chiens, dans la rue y rusent sans encombre,
Alors que le temps cherche, improbable, un passant.

L’atmosphère étincelle et qu’un rare oiseau passe,
Il se ravise et prompt regagne son sérail,
Laissant libre l’insecte - où bouillonne la place -
Striduler en vainqueur dans son corset d’émail.

Pierrot et Colombine, en leur muette alcôve
Que la torpeur éteint, cette fois-là font deux ;
Quand sur les draps brodés d’une lumière mauve,
Eros, un rien oisif, gentiment se rit d’eux.

© Claude Gauthier



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 08:15

 

blanches-gelees.jpg

http://actualite.lachainemeteo.com



Avec cette impression
De marcher en marge du monde,
Dans les blanches gelées
Des lumières de brume,
Le voici revenu le temps
Des brassées de feuilles mortes
Rouges carminés, jaunes incertains,
Patines flamandes à s’y méprendre.
Au loin, une volée de cloches résonne
Sur les nostalgies d’un air d’accordéon.
Les veines en transparence de longs sillons
S’étirent à perte de vue.
C’est l’heure du repli
D’un monde flétri.
Dans le sommeil
D’un bourgeon en résurgence,
Toute la vie est là.
C’est l’heure des embrasements
Et des fulgurances arborées.

© Michel Bénard.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 07:37

 

egypte_engloutie.jpg

http://www.egypte-ancienne.fr/exposition_grand_palais.htm



O pierres millénaires
Pierres qui parlent
Enfouies sous les mers
Terres anciennes
Submergées par les ères

O pierres à fouler
Avec amour et respect
Marcher sur l'Histoire
Vous écouter parler
Raconter vos Cités

O pierres à sculpter
Laissez la peine à la Lune
Aux étoiles millénaires
À la mesure du Grand Dôme
À la hauteur de rêves

O pierres de l'imaginaire
Venez vers moi
Du fond de vos temps
Que mes yeux s'émerveillent
Que de vos bleus, vos roses

J'en écrive la prose...

© Ode


Extrait du recueil « Le Fleuve donne naissance aux Enfants des Etoiles » aux éditions Les Poètes Français – Paris


Prix Alain Lefeuvre 2010


Visiter son site : http://zodode.5.50megs.com/



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Repost 0
Published by jdor - dans Ode
commenter cet article

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche