Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mai 2018 2 22 /05 /mai /2018 07:00

 

 

 

 
Le Cabri du bon Dieu
Va plus loin que l’Agneau.
Il ne cultive plus
L’esprit de sacrifice.
 
Il cherche hors du troupeau
Des solutions nouvelles,
En parfait initié
Fidèle à notre époque.
 
Il ne se laisse pas
Emmener à la Croix.
 
Il découvre un moyen
De dissoudre les foules
Et de parler au cœur
De chaque individu.
 
Il saisit les élans
Des esprits éclairés
Pour créer un courant
Lumineux vers son Père.
 
©Luce Péclard
9 mars 2018


 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
21 mai 2018 1 21 /05 /mai /2018 06:32
dessin de Anna RAZUMOVSKAYA

 

 
 
 
D’une meute déguenillée surgissent deux
Gitanes, chevelure écarlate, reins cambrés.
Elles se déhanchent sous leur futaine
Effilochée.
 
La trame du tissu laisse deviner l’ambre
D’une cuisse, l’ébène d’un sein, une toison
Bouclée, un corps venimeux de beauté.
 
Soleils noirs
 
©Nicole Hardouin.
Extrait du recueil « Prométhée, nuits et chimères » aux éditions de l’Atlantique, collection Phoibos.




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
20 mai 2018 7 20 /05 /mai /2018 06:23
Fragonard – Les amants heureux

 

 

 

 

Mon corps n’existe
qu'au pays de tes caresses
trouble impénétrable
et plus extrême
que ta nudité…
 
Créature éphémère
vas-tu m’apprendre enfin
le tragique plaisir
du souffle qui embrase
la force des dragons
aux flammes de ma vie ?...
 
Fais rugir le feu
qui  brise l’écorce
et jette l’extase
dans la chair de mes mains
ivres de ta peau
brune et soyeuse
comme un voile inconnu
à l’aube de la terre…
 
Arrache de mon âme
la glace de l’oubli
et fouille le désert
qui marche vers ma tombe…
 
Effleure le chant
de l’odeur enivrante
qui déchaîne ton ventre
pour que l’image folle
traque la horde sauvage
des spasmes de mon sang… 
 
© Victor Varjac
Antibes, le 28 septembre 2000

Extrait du recueil « l’Homme Imaginaire » aux éditions MELIS




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
19 mai 2018 6 19 /05 /mai /2018 06:56

 

 

 
 
Souvenir atavique des jours de colère, la lumière à longs traits chute sur la terre. Flèches ardentes empennées de soleil, vous êtes les archangéliques larmes du ciel qui suintent des ailes saintes souillées de fiel qui martèlent les dômes de verte luminescence et transpercent les feuillages d’émail intense.
Dans une chute que rien n’arrête, ni frondaison ni socle de pierre, aux entrailles des gouffres, ces vastes béances, vous allez vers Lui, vers sa tanière, son domaine muet, sa geôle princière.
 
©Béatrice Pailler
Recueil Motifs
In Jadis un ailleurs L’Harmattan 2016  



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
18 mai 2018 5 18 /05 /mai /2018 06:43

 

 
 
 
 
Bravo ! Vous arrivez pile pour le face à face.
On a terminé de lui arranger le portrait.
 
Vous avez raison, il s’agit bien d’un cas de figure,
ou d’école, aussi, naturellement.
 
Un sacré exercice à l’évidence,
un véritable coup de maître,
plutôt classe, entre nous, j’en conviens.
 
La question de son examen de conscience,
actuellement à l’étude,
eut l’heur de susciter pas mal d’interrogations.
 
Il nous avait pris pour des collégiens,
mais loin d’être dupes et de mordre à l’hameçon,
on est parvenu quand même in extremis
à lui damer le pion
jusqu’à le contraindre à revoir sa copie.
« Épithète, épithète, et patati et patata … »
Devant un tel manque de confiance en soi,
comment envisager sérieusement qu’un recueil digne de ce nom
ait encore des chances d’aboutir
sans recevoir une bonne leçon !
 
Et maintenant, vous voyez d’ici le tableau ?
Dans ce cas pas la peine de s’attarder sur ce sujet.
Le plus sage, selon moi,
serait de passer l’éponge.
 
©Michel DUPREZ
 



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
17 mai 2018 4 17 /05 /mai /2018 06:36
 
 
 
 

Dans une lande de hautes fougères dorées, elle s'engouffra comme en un rêve. Elle respirait la bonne odeur d'humus et ce parfum l'apaisait, l'allégeait, la revitalisait. Cela faisait belle lurette qu'elle s'était sentie aussi bien et dans ses yeux dansaient des lueurs de cristal. Le chant d'un oiseau qui s'égrenait était comme une petite parcelle d'amour.
 
Goûter la radiance de l'instant, bien regarder et pénétrer l'essence mystérieuse des choses, voilà ce qui lui mettait l'âme en musique.
Elle se disait que dans la vie, lorsqu'il n'y a pas de côté brillant, il faut polir le côté sombre jusqu'à ce qu'il reluise.

Seule dans cette nature sauvage où le soleil giclait de partout, elle eut un sentiment ébouriffant de liberté, elle ne s'entortillait plus dans des soucis imaginaires.
Le temps coulait lentement, léger comme un nuage. Dans ce paysage, le simple fait d'exister était un pur bonheur.

" Vivre est un acte magique " se dit-elle...

©Michèle Freud
 



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
16 mai 2018 3 16 /05 /mai /2018 07:05

 

 

 

 

 

C’est le souffle qui passe,
Une délicieuse caresse,
Un silence doux et profond
Au cœur d’une étrange embellie.
C’est un glissement de soie bleue,
Le frissonnement d’une perle nacrée
Sertie de roses nuances argentées.
C’est la sève qui s’éveille,
C’est le frémissement des rives
Au cœur de l’intime delta.
 
©Michel Bénard.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
15 mai 2018 2 15 /05 /mai /2018 06:41
©Photo de Ode à la mer
 
 
 
 
Au creuset de la passion
Je fais fondre la philologie
Grammaire antique
Lave siliceuse
Qui parle en mes tréfonds
Et déplante mes abstractions

Substrat philosophale

Asservie sur l'autel de mes dieux archaïques
Les découvertes se font riches
Quand le rêve est héritage
Et que point vilain, est le lettrage

Signes

Il faut tout sacrifier à la découverte
Tout saccager le savoir reçu
Pour en extirper l'émeraude verte
Qui renferme la Vérité nue

Symboles

Décrypter les symboles perçus
Les transposer en mots poèmes
Pour enfin être comprise et lue
Puisqu'il s'agit de mots d'aime

Dédicace

C'est pour vous, Monsieur, ce soir
Que je fais cette prospection
En ma collective mémoire
Penchée à mon écritoire
À vous écrire toute ma passion


Ode©
29 janvier 2002

Sources : http://zodode.5.50megs.com/DO/poeme.htm



Création Ode© 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
14 mai 2018 1 14 /05 /mai /2018 06:32
Photo J.Dornac©

 

 
 
 
Tu n’es qu’une petite féline
Au regard  très malin
Assurément coquine
Devant l’Éternel et les humains !
 
Va donc savoir pourquoi
Ton ronron ne m’a pas laissé froid
Tu as touché mon cœur
Pendant quelques mois, tu as fait mon bonheur…
 
Chez les chats, tu es une dame
Et comment en douter
A voir ton allure et ton charme
Les mâles ne peuvent que craquer !
 
Aujourd’hui, tu es partie au loin
Nous ne nous reverrons point…
Au fond de mon cœur, tristesse
Au fond du tien, détresse…
 
Te souviens-tu de moi
Quand j’étais ton seul ami durant des mois ?
Te souviens-tu, toi sur moi te reposant
Et moi, tendrement te regardant ?
 
Je ne peux oublier la tendresse de tes yeux
Tant ils semblaient dire sous mes caresses
Que je t’apportais quelque chose des cieux
C’était en quelque sorte comme notre messe…
 
A jamais, tu me manqueras
Toi, l’amie de mon frère !
J’espère qu’à nouveau tu le charmeras
Qu’il sera ému en te caressant, ma chère…
 
Jean Dornac©
Lyon, le 13-05-18



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
6 mai 2018 7 06 /05 /mai /2018 06:12
©Calligramme de Robert Bonnefoy
 
 
 
 
COMMENT laisser mourir le cœur de sa famille,
PENSER que ses petits n'ont besoin que d'argent
LE ''reste'', s'il en est, n'étant qu'une gambille ?
MONDE fou sans jalon où tout est astringent
SI un écueil paraît d'une simple broutille
 
ON se tourne le dos, on divorce et se pille,
NE recherchant d'abord que son plaisir urgent...
SAIT on qu'en découchant le foyer s'éparpille,
LE nid est déserté, l'oisillon, indigent :
REVER pour un enfant n'est pas d'être une bille...
 
©Robert Bonnefoy
 
Acrostiche en calligramme (Voir la composition ci-dessus)




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche