Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2022 5 29 /04 /avril /2022 06:36

Gérard le Goff, La raison des absents, Éditions Stellamaris, 2022. - Recension de Sonia Elvireanu

 

 

Après Argam, un roman très complexe en tant que structure narrative où le réel et le fantastique se côtoient dans une intrigue difficile à démêler, Gérard le Goff nous propose La raison des absents.


C’est un roman moins compliqué que le précédent, écrit à la première personne, focalisé sur l’histoire du personnage narrateur, Étienne Hauteville. Dans Argam, le romancier fait preuve d’une imagination débordante pour créer le côté fantastique du récit. Dans La raison des absents, la vision est réaliste, cependant son attraction pour l’inconnu et le mystère  transparaît dans le penchant vers le rêve de son personnage.


Gérard le Goff met à l’œuvre son talent pour raconter et décrire dans une fiction où le présent et le passé se mêlent pour nous faire comprendre leur réciprocité , que la vie elle-même ne suit qu’un modèle préexistant comme toute chose d’ailleurs. Il fait preuve d’un exceptionnel esprit d’observation, dévoilé dans ses remarquables descriptions de lieux (villes, hôtels, plages) et de gens. Il regarde à la manière de Balzac tout ce qu’il voit, attentif au moindre détail du réel.


En effet, le romancier s’avère un véritable peintre de l’atmosphère de la station balnéaire avec son fourmillement de vacanciers en saison estivale et la monotonie automnale et hivernale des plages, rues, hôtels, cafés, désertés après le départ des villégiateurs. On pourrait croire d’après la minutie de la description à la peinture de lieux bien connus par l’auteur mais, comme on ne connaît pas sa biographie, on se garde d’avancer l’idée d’une possible autofiction. De toute évidence, l’auteur excelle dans la description, réussit à rendre à merveille des scènes panoramiques aussi bien que d’autres plus intimes.  


Le romancier retrace la vie d’Étienne Hauteville, le personnage narrateur qui évoque sa vie à Balmore où il s’installe suite à une lettre reçue de son oncle Bértrand pour occuper un emploi dans une compagnie d’assurances. Le roman commence juste par l’abandon d’une ville connue pour une autre inconnue où se trouve le poste recommandé. Très fin observateur de la réalité, le romancier parsème la narration de multiples descriptions pour rendre la couleur locale et faire le portrait de ses personnages. La perspective panoramique sur les paysages, villes, hôtels, brasseries, plages, vus de l’extérieur, alterne avec le premier plan des pièces de la compagnie d’assurances, des hôtels, des cafés, vus de près, dans leur ambiance intérieure.


Débarqué à Balmore, le narrateur observe les édifices et les gens de la place de la gare avec l’étonnement du déjà-vu. Ce lieu lui semble familier et va provoquer chez lui le surgissement des souvenirs. Il a la sensation de se retrouver dans le décor de Sandre, sa ville natale, de voir une reconstitution de celle-ci, malgré l’apparence de prospérité de Balmore s’opposant à la vétusté de Sandre.

Mirage optique, clin d’œil de la mémoire qui lui délivre des souvenirs à la manière de Proust (lieu, musique)?

La mémoire s’interpose dans la perception de la ville inconnue qu’il parcourt. Plusieurs lieux lui semblent pareils à ceux de son enfance. L’impression de répétition (bâtiments, gens, atmosphère) lui donne un sentiment d’angoisse, renforcé par la conscience qu’ « aux souvenirs précis succédaient des séquences irréalistes ». Le personnage se retrouve simultanément en des lieux et des temps différents sous l’injonction de la mémoire, dans une sorte d’irréalité de l’espace qui se découvre à lui.


Accueilli par son patron, monsieur Favre, il observe aussitôt l’atmosphère monotone et ennuyeuse de son lieu de travail : les pièces où s’entassent les meubles et les dossiers poussiéreux, conscient du manque de perspective d’une telle condition qui rend captif, anonyme tout employé.

 Obsédé par la ressemblance entre les deux villes, Sandre et Balmore, Étienne Hauteville commence à explorer le nouvel espace où les lieux lui rappellent ceux de son enfance. Il se rend compte que les deux villes sont des stations balnéaires où l’atmosphère, les bâtiments, les occupations, les villégiateurs sont pareils. Esprit contemplatif et très fin observateur, il décrit lieux et gens de loin ou de prêt, même une vieille peinture à l’aspect de caricature mythologique.


Le narrateur retrace de mémoire l’histoire de sa famille (grands-parents, parents), la sienne aussi. Il nous donne aussi son portrait fait par son instituteur : un enfant un peu rêveur, singulier, sans amis, indifférent à tout, asocial. Au collège il se nourrit de livres d’aventures et vit dans l’univers imaginaire de ses lectures.

Il se distingue du modèle familial et provoque l’incompréhension de ses parents.
Le récit de sa vie à Balmore alterne avec celui de sa famille à Sandre.


Le lecteur suit donc en parallèle le passé du personnage, reconstitué par ses souvenirs, et le présent, à savoir le quotidien d’un simple employé. Etienne Hauteville emménage dans un appartement loué chez un cordonnier, qui lui rappelle son grand-père maternel. En racontant la vie de ses parents et la sienne, le narrateur commente ses multiples identités à différentes étapes de sa vie. Enfant esseulé, taciturne, apathique, indifférent à son entourage, bizarre pour tous, y compris sa famille, dès ses classes primaires. Collégien maussade, fermé, fuyant toute forme de vie sociale ou familiale, un misanthrope, mais intéressé aux livres d’aventures, vivant dans l’imaginaire. Puis, lycéen tout aussi apathique mais qui découvre tout de même le côté divertissant de la vie.

 

Amoureux, cependant, qui fera d’Hélène son élue, partageant un certain temps avec elle l’illusion de la passion, elle qui sera le seul témoin de ses territoires de songe. Étudiant sans volonté, enfin, sans aucun appétit pour les études et l’existence réelle. Il se tient toujours en marge de la réalité sociale, n’ayant aucun idéal, attiré par le côté énigmatique des lieux déserts qu’il explore, en tant qu’enfant comme en tant qu’adulte.

Le narrateur ne nous cache rien concernant sa vie de débauche suite au renoncement aux études supérieures pour partir « sur des routes insupçonneées », après deux drames survenus dans sa famille (la maladie et le décès de sa mère, le suicide de son père, tombé dans une léthargie maladive après la perte de sa femme). Il mène une existence déréglée par l’alcool, le manque de sommeil, les maux de tête, l’épuisement, la fréquentation d’une bande de cambrioleurs. Il découvre ainsi un autre aspect de son altérité. C’est son oncle, soucieux de son destin, qui met fin à cette étape déplorable de sa vie en lui proposant le poste dans la compagnie d’assurances de Balmore, réinstaurant l’ordre dans sa vie.

Son emploi règle sa vie monotone avec la sensation que le temps passe inutilement, car il n’aime pas vraiment son travail. Cependant il s’acquitte honorablement de ses tâches quotidiennes. Mais sa vie sera bientôt troublée, déréglée par sa rencontre avec un pianiste russe, qui mène une vie de bohême, et avec une inconnue fascinante qui gravite dans son entourage. Le romancier nous présente ces deux personnages : le pianiste avec sa vie nocturne dans les boîtes et Laura, une journaliste de guerre, tous les deux avec une riche expérience de voyageurs et issus de milieux sociaux différents. Le narrateur n’est pas lui non plus étranger à ce type de vie, il se souvient de ses errances de jeune homme dans les grandes villes françaises.

Amoureux, Étienne Hauteville perd la tête et entame une liaison frénétique avec Laura. Il partage difficilement son temps entre son travail le jour et ses excès la nuit. Comme il se tient à distance de ses collègues, l’un d’entre eux, le comptable, le surveille pour le discréditer aux yeux de son patron et lui faire un rapport malveillant qui mène à son licenciement.

Le personnage vacille entre un monde trop réel et un autre irréel, celui du rêve, de sa fantaisie, attiré par le côté inconnu, énigmatique de la vie, exploité à merveille dans son premier roman, Argam. Le personnage narrateur voit le réel comme un spectacle de théâtre. Il peint avec finesse et plaisir des scènes, tel un peintre qui rend sur sa toile le mouvement, l’agitation, la rumeur des gens sur la plage, dans les rues, dans les bars, mais aussi les décors : paysages flous ou intérieurs de villas, restaurants, bars. Il vit dans le réel comme dans un décor irréel, car il ne se sent pas à l’aise dans le social, ni dans une ville balnéaire avec le bourdonnement de la foule de touristes qui l’envahit en été.


Le roman finit par une scène qui rappelle le commencement. Le personnage quitte la ville de Balmore pour une destination qu’il ne dévoile pas au lecteur. Il apprend par la suite la mort de Laura au cours d’un reportage concernant une quelconque guerre, par accident, en lisant un vieux journal, tout comme il avait appris le décès d’Hélène dans un accident de voiture. Les deux femmes tant aimées, qui auraient pu décider du cours de sa vie, ne sont plus que des souvenirs. Le destin a suivi son cours pour lui faire finalement comprendre que « les absents ont raison », d’où le titre du roman.

Des mots en italique au fil du roman suggèrent le côté mystérieux de la vie, la perception de l’auteur qui s’introduit ainsi dans le texte pour inciter ses lecteurs à réfléchir sur les perspectives différentes de l’existence : la vie prise au sérieux ou la vie comme jeu au gré des circonstances qui mènent le jeu.


La raison des absents est un livre sur l’identité /l’altérité du personnage. Pourrait-on oser entrevoir derrière le personnage, en quelque sorte, l’auteur même ? Et dans les descriptions et l’atmosphère du roman une fresque de la vie dans les stations balnéaires ? À chaque lecteur sa perspective de percevoir le roman.


©Sonia Elvireanu                 
 


 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
28 avril 2022 4 28 /04 /avril /2022 07:08
Il y a des mots qui entourent l’amour - Bernard Delpech

Photo Hélène Bourgès©

Il y a des mots qui entourent l’amour,
sentiments, émotions,
manque, émoi, toujours.
il ne faut pas les croire,
ils peuvent faire semblant.
Il faut les ouvrir, comme on coupe un fruit,
découvrir l’intérieur,
parfum, chair et pépins,
en goûter le jus, sucré, doux, subtil.
 

Le vrai amour se nourrit d’autre mots,
admirer la forme et la couleur,
fendre l’écorce,
soulever la peau, aller au cœur,
mordre à pleine bouche la pulpe sucrée,
savourer le nectar qui coule au bord des lèvres.
Parfois le fruit mûrit trop vite,
un peu passé, déjà sec,
plus rien à partager,
on le laisse tomber et puis on s’éloigne.
 

L’amour finit souvent ainsi
et laisse le souvenir
de la première fois où on l’a goûté,
le grain d’une peau douce,
au parfum jamais retrouvé.
 

©  Bernard Delpech
 
 
 
 
 
 
 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
27 avril 2022 3 27 /04 /avril /2022 06:42


 

 


Si je vous dis « La règle de trois », que me répondriez-vous ?
Sans hésiter : D’Artagnan,
même vingt ans après,

ainsi que la célèbre devise :
« Un pour tous, tous pour un ».

Si je vous dis
« Comment jugez-vous les mauvaises langues ? ».
Qu’en toute franchise, quelles qu’elles soient, je les admire
pour leur captivante diversité.

Si je vous dis
« Un poète à l’égo démesuré »,
que me répondriez-vous ?
Rien de plus qu’un « illustre inconnu ».

En guise de conclusion, si je vous dis
« Qui êtes-vous réellement
et qu’avez-vous donc vraiment voulu exprimer ? », que me répondriez-vous ?
 
C’est simple : après mûre réflexion
et dans le but de mieux saisir
votre façon d’interpréter mes propos,
je serai plutôt tenté de vous retourner la question.

 ©Michel Duprez                      
 
 
 

 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
26 avril 2022 2 26 /04 /avril /2022 06:29
©L’Aurore - Gérard Beaulieu


 

 


De tous mes Vœux,
J’en appelle
Aux rêveurs d’éternité,
Aux porteurs de flambeaux
Aux chanteurs de chimères,
Aux danseurs d’éphémère,
Aux androgynes de l’origine,
Ceux de la semence
En prémices
A la beauté des anges.
De tous mes Vœux
J’en appelle
Aux naufragés de la vie,
Qui doivent chercher encore
Les sources de la mansuétude,
Dans la lumière révélée
Des livres racines.
De tous mes Vœux
J’en appelle
Aux rêveurs d’intemporel,
Aux porteurs d’ oriflammes,
Aux poètes de l’espoir
Ecrivant simplement le poème
Au fronton du ciel
Pour que l’on n’assassine plus la beauté.
De tous mes Vœux
J’en appelle
A nos frères d’âmes
Et de bienveillance.


©Michel Bénard.                
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
25 avril 2022 1 25 /04 /avril /2022 06:47


 

 


Attendre un signe, un rayon de soleil
Qui vient doucement frôler l'âme
Que le beau jour vienne et émerveille
Que le fleuve caresse le corps d'une lame
Attendre au crépuscule un coucher de lune
Le corps chaud allongé dans le sable
Dans l'immense silence de fortune
Paix ouatée au bord de la fable
Attendre le soir d'été qui vient rafraîchir
Ces magiques instants où le temps n'est plus le temps
Où les fleurs embaument l'air d'un respir
Où il n'y a plus rien ni personne que l'on attend

Ode©
 

Sources : https://www.facebook.com/ode.beaudry    
 
 

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
24 avril 2022 7 24 /04 /avril /2022 08:24
La caricature a été publiée sur le compte Twitter officiel de l'Ukraine. [© Capture d'écran/ Twitter]


 

 

 

Depuis toujours
il n’admirait
et n’aimait
que la violence
la brutalité
l’orgueil et la haine

Il méprisait
ceux qui parlaient d’amour
de paix et d’harmonie
son espérance restait la guerre
sous n’importe quel prétexte
et les pires mensonges

Il n’avait que faire
de son peuple
qu’il a si longtemps
et profondément manipulé

Il fallait qu’il impose
une totale ignorance
un esclave qui sait
ne sert à rien
pour son maître !

Il ne doutait jamais de lui
sûr que s’il faisait la guerre
à un pays innocent
nul autre nation
n’oserait bouger

Comme tous les orgueilleux
sa croyance en lui-même
l’a aveuglé
l’empêchant de voir la vérité

Il a rassemblé
l’Europe
auparavant désunie
et il a démontré
que le pays attaqué et méprisé
à qui il déniait le droit d’exister
était une vaillante nation !

Il faut savoir et dire :
quand une armée
perd tout honneur
à force d’horreurs
à force de crimes
à force de tortures
à force de viols
à force de vols
à force de destructions…

On n’a pas le droit d’ignorer
que le premier criminel
est celui qui a ordonné
cette guerre, cette honte
cette lâcheté délibérée !

Quand on sait le nom
du criminel en chef
on n’a pas le droit
de l’inviter encore
sur des sols civilisés !

Il faut le rejeter
l’enfermer dans son palais
et reconnaître que l’histoire
dit son vrai nom :
Poutine, le nazi russe !

©Jean Dornac
Lannion, le 23 avril 2022                         
 
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
23 avril 2022 6 23 /04 /avril /2022 07:18
Tableau intitulé « Jaune-Rouge-Bleu »


 

 

Petite et grandiose géométrie d'un monde d'harmonie
Escalier de lumière douce
liberté sereine en suspension dans l'infini
Profil pur d'un clair visage
Soleil voilé ou bien œil de nuit tendre... ouvert
Cerveau en lien direct avec le rêve et ses ailes
Intimité bleu pâle de l'univers
la pensée paisible établit des parallèles
communique des ondes bienfaisantes
élabore des plans calmes
baignés de silence

 

Trois damiers multicolores
de loin en loin se répondent,
donnent la perspective,
ouvrent l'espace et le temps
Une trompette-télescope rouge
et une triple bannière au vent
annoncent que la lumière du monde avance
mais que le soleil de l'Art se lève souvent à l'Est
au pays des aurores qui pensent
quand les tyrans oublient leur transe

 

Une forme serpentine noire, à droite
comme les courbes slaves des violons
signe de vie ondulatoire libre
ou bien sinisoïdale route de l'Ailleurs,
retient des plans colorés comme autant de patries
qui se chevauchent dans les coins, en douceur,
initiant de nouvelles partitions d' harmonie
où s'installe la planète des hommes dans la nuit
Dans l'angle droit, un signe mathématique
ou musical, sorte de dièse
signature énigmatique pour donner le ton
à ce monde intérieur positif et doux

 

Nulle agressivité, nulle menace
dans cette fluide et dansante géométrie de l'espace
Un chant qui s'inscrit sur la mappemonde de l'Art
entre silence cosmique et musique chromatique
Une mélodie aérienne signée Vassily Kandinsky
sans débord plaintif, ni flou, ni hésitation
Une écriture qui obéit aux rythmes des constellations
et qui s'en affranchit d'un trait net et pur
comme une vigoureuse toute fraîche révolution
où joie, spiritualité et silence pavoisent à l'unisson

 

© Jeanne CHAMPEL GRENIER

 

Texte en hommage aux peintres et artistes russes
ardents défenseurs de la liberté
qui n'ont pas tous pu échapper à la dictature
et qui ne méritent pas notre ostracisme


Vassily Kandinsky peintre spiritualiste abstrait,
né le 22 nov. 1866 à Moscou
mort le 13 déc. à Neuilly-sur-Seine
auteur de l'essai ''Du Spirituel dans l'art''
( voir Musée Pompidou)



 
 

 

 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
22 avril 2022 5 22 /04 /avril /2022 06:36


 

Toute une armée de coings disposée sur la table
Comme sur le carreau mes fiers soldats de plomb ;
Ma mère est général de ces beaux anges blonds
Qu’on mène à la marmite en un ordre impeccable.

Ils meurent un à un dans le gouffre insatiable
D’où montent des appels et crèvent des ballons
Et leur âme en fumée vole jusqu’au plafond
Cependant que leur chair demeure aux mains du diable.

On a tiré les plus gros à la courte paille
Pour préparer, selon des rites maternels,
Des pots d’ambroisie comme il n’y en a qu’au ciel,
De quoi ravir le coeur de toute la marmaille.

©Louis Delorme  
Extrait du recueil « La Criée – Les Vagissements » de 1974.

Recueil imprimé et gravé par l’Auteur sur sa presse artisanale.                  
 
 

 

 


 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
21 avril 2022 4 21 /04 /avril /2022 06:45
© Vladimir Kush


 

                               à Jean-Charles Richard


La vie émerge comme une île
au milieu de ce temps
qui donne à l’éphémère
ses lettres de noblesse
mais où l’homme se contente
d’un passage si bref
que son regard
n’atteint jamais
la main de la lumière…
Captif d’un jour
l’espoir lui-même
ne desserre pas
les mâchoires du piège
qui nous enlace et nous fascine…
Il nous faut marcher
dans le sable des heures
pour atteindre le lieu
où l’existence plonge
dans l’abîme et l’oubli…
Les mots hélas
ne savent que se taire
aucune porte où frapper
aucune vitre ouverte
à l’appel de notre angoisse…
La paix n’entre même pas
dans la flamme des lampes…
Tout est sombre
sur les genoux du soleil…
Il est temps de renverser
l’encrier du chagrin…

 

© Victor Varjac

 

Antibes, dimanche 04 janvier 2002  

 

Extrait du recueil « Le Dragon de Poussière » aux éditions MELIS                  
 
 
 

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
20 avril 2022 3 20 /04 /avril /2022 06:33
Le Gouffre de Mucha

                                
 


Édition : l’ÉCHAPPÉE BELLE


         Il est faux de dire : je suis né. Faux de dire : je mourrai un jour, seul convient de dire : je brûle. Ou mieux encore : de dire de cela qui brûle, je suis le feu.  P. Emmanuel in Sophia

Migraine, migraine, migraines saintes tout se brouille, s’éclaire en jeux de mots, l’auteur ne sait plus s’il dort ou sommeille, s’il est encore vivant. Toute chose est dépourvue de vérité, tout est impermanent, inconstant, tout est projection de son esprit, il erre dans la ronde des existences. Dans « mi-graines » il y a le mot graines, et l’auteur ensemence ses mots à l’envers à l’endroit, ce sont des messages enfouis, une langue maternelle d’une autre vie.


Ara dans un arrière- plan psychique, tantôt ruisseau, tantôt torrent, brouille, amalgame, jongle avec les lettres sans les voir, car la migraine s’approche de moi telle une morte sur un miroir vide.


C’est tantôt un balbutiement, tantôt une force éclatante brûlante, venue de la nuit des temps, peut-être du néant car la migraine est messagère du néant, elle est cendre froide ou terreau purificateur et « glisse entre les seins des songes ».


Apparaissent, ici et là, de petits cristaux que l’auteur amalgame en déployant ses potentialités, ce sont parfois des messages enténébrés de lumière en arc en ciel, et les mots ruissellent avec les fontaines fendues, mots que le lecteur cueille tels des fruits vivifiants, ou vénéneux qui l’exaltent le terrassent, lui échappent, le construisent, le métamorphosent, ce sont des mises en abyme, des réalités ou des reflets d’être.  L’auteur ne cesse de déplier l’inexistant et en même temps il y a tentatives d’être au plus près de l’évanouissement qui m’écoule.


Dans la sphère du réel lointain est-ce l’intention qui l’habite à chaque acte qui le déclenche ? Le poète entre en action avec un vocabulaire chargé d’émotions, de rhétorique, peut-être en quête de son karma. Il sème, fouille, renverse, jongle fait des détours, des allées et venues mais toujours quelque chose se creuse comme une tentation d’être au plus près du monde ou du néant.


D’où vient le langage qui pousse l’auteur à écrire ? il est souvent derrière le miroir sachant que partir au-delà est toujours dangereux car le dragon veille. Il exprime un contenu inconscient tout en se souvenant que l’esprit n’est que souvenir du néant, nitescence de la nostalgie du néant mis en scène, qui tout à coup comme un jet d’eau étincelant fait irruption de sa conscience et trace ses intentions intérieures qui se démultiplient de miroirs en miroirs, de fêlures en brisures : la chambre marron me fend telle une guillotine en deux miroirs qui se cognent l’un contre l’autre.


 Ce feu qui le brûle est « cette modalité du feu artiste, celle qui assure la liberté du cœur »1
 

Selon la déclaration d’Hermès il faut semer l’or du sol de la terre promise, ce sont les sèves du texte, et pourtant titubant, somnambule, je me lève dans un exil / où je ne me reconnais plus. Mais comment savoir où se situe l’auteur : « Si tu ne connais pas la clef des instructions, tu ne reconnais pas les sons, les lumières et les rayonnements et tu erreras dans le cycle des existences2 » mais Ara écrit avec l’abîme je nourris mes questions, mes attentes sont des caillots de réponses.


Mi-graines est un hors temps, un hors lieu, un plongeon dans le Styx, dont on remonte, ou pas, les neurones ont le vertige et les migraines tombent/ tels des oiseaux morts d’un arbre sans feuille.


Dans mi-graines le lecteur se gave, s’enroule, s’étourdit de ce qui le nourrit, il est parfois étonné, transformé, vacillant, mais il n’a jamais la migraine.  Il lui reste le possible d’être, sachant que, le centre s’il ne peut être atteint, il y aura toujours les bords pour reprendre souffle, mais cela peut être dangereux car c’est presque une valse avec Méphisto.


Comme le dit le préfacier Dan Cristea, « Ara Shismmanian n’est pas seulement un poète inspiré, c’est un poète qui inspire ».
                                     

  ©Nicole Hardouin        
 
 
1Y.A Dauge in l’ésotérisme pour quoi faire

  2 Le Bardo Thödol, le livre tibétain des morts

 

 

 


 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche